Les Planètes damnées

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Leconte de Lisle Poèmes divers

Les Planètes damnées


 
Comme autour d'une meule, et roidissant leur chaîne
Des captifs en sueur, pleins de rage et d'efforts,
Les globes surchargés de vivants et de morts
Autour des vieux soleils tournent à perdre haleine.

Un invisible fouet les harcèle et les mène,
Tous, les moins vigoureux autant que les plus forts,
Chacun, à sa façon, pousse, en rongeant son mors,
Ou son cri de torture, ou sa clameur de haine.

Ils n'entendent, au fond des lointains univers,
Que leurs propres sanglots mêlés au bruit des fers.
L'homme a du moins l'oubli, les bœufs ont leurs étables,

Mais toi, que le destin flagelle à tour de bras,
Jamais, jamais, jamais tu ne t'endormiras
О troupeau haletant des mondes lamentables !