Les Plantes potagères/Pomme de terre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vilmorin-Andrieux
Vilmorin-Andrieux & Cie (p. 478-516).


POMME DE TERRE
Solanum tuberosom L.
Fam. des Solanées.


Synonymes : Parmentière, Patate des jardins, P. de la Manche, P. de Virginie, Tartaufe, Tartufle, Trufelle, Morelle truffe.
Noms étrangers : angl. Potato. all. Kartoffel. flam. et holl. Aardappel. dan. Jordepeeren. ital. Patata, esp. et port. Patatas. esp. (Am.) Papa.


Des hautes montagnes de l’Amérique méridionale.Annuelle, vivace par ses tubercules. — L’histoire de la découverte et de l’introduction de la pomme de terre en Europe est assez obscure. Il parait certain cependant que c’est vers la fin du xvie siècle que la plante a commencé à se répandre et à être employée comme légume.

La culture en a été adoptée d’abord dans les Pays-Bas, en Lorraine, en Suisse, dans le Dauphiné, s’est même répandue en Espagne et en Italie avant de devenir usuelle dans le centre et le nord de la France. Ce n’est, en effet qu’après les travaux et les publications de Parmentier que la pomme de terre a été appréciée à sa juste valeur dans les environs de Paris et dans les régions avoisinantes. C’est à peu près à la même époque que la culture en a pris de l’importance en Angleterre. L’extension en a été depuis cette époque extrêmement rapide, et malgré l’invasion de la maladie qui a pu, vers le milieu du siècle, faire craindre la ruine complète de cette culture, la pomme de terre conserve le premier rang parmi les tubercules alimentaires.

Le nombre des variétés de la pomme de terre est prodigieux. On en compterait plusieurs milliers, si l’on voulait enregistrer toutes celles qui ont été obtenues et recommandées depuis cent ans dans les différents pays. Cette extrême multiplicité de variétés nous a obligés d’en écarter un très grand nombre, et nous nous bornerons, pour ne pas rendre cet ouvrage trop volumineux, à décrire une quarantaine de variétés qui nous paraissent des plus distinctes en même temps que des plus recommandables.

La tige de la pomme de terre est habituellement pleine, plus ou moins carrée, souvent relevée d’ailes membraneuses sur les angles. Les feuilles sont composées, formées de folioles ovales, entre lesquelles se trouvent le plus souvent de petites expansions foliacées ressemblant à d’autres folioles plus petites. Les fleurs sont en bouquets axillaires et terminaux ; la corolle en est entière, étalée en roue, à cinq pointes ; elle varie du blanc pur au violet.

Beaucoup de variétés ne fleurissent pas, et, parmi celles qui fleurissent, un grand nombre ne donnent jamais de fruits. Ceux-ci consistent en baies arrondies ou très courtement ovoïdes ; elles sont vertes, ou rarement teintées de brun violacé, de 0m,02 à 0m,03 de diamètre. Elles contiennent, au milieu d’une pulpe verte et très acre, de petites graines blanches, aplaties, réniformes. On ne s’en sert que pour obtenir de nouvelles variétés.

Les tubercules, qui ne sont que des rameaux souterrains renflés et remplis de fécule, présentent, suivant les variétés, de très grandes différences de forme et de couleur. On les distingue habituellement en tubercules ronds, oblongs, longs-entaillés et longs-lisses. A ces caractères et à ceux qu’on tire de la couleur, on peut ajouter encore ceux que fournissent les germes développés par les tubercules dans l’obscurité : leur apparence et leur couleur sont très constantes, et permettent de reconnaître assez sûrement les variétés les unes des autres. Nous croyons que peu de caractères ont autant d’importance que celui-là pour la détermination des variétés, et nous en parlions en ces termes dans un ouvrage publié récemment[1] :

« Que les tubercules aient pris tout leur accroissement, ou au contraire qu’ils soient restés petits et chétifs à l’excès ; qu’ils aient ou non atteint leur complète maturité ; qu’ils soient même sains ou malades, pourvu qu’il leur reste assez de vie pour commencer à végéter, les germes se développent toujours semblables à eux-mêmes avec la même apparence et la même couleur dans une même variété. »

À condition, bien entendu, que le tubercule n’ait été exposé, ni avant, ni pendant la croissance du germe, à l’influence prolongée de la lumière.

Culture. — Pour la culture en pleine terre, les pommes de terre se plantent ordinairement dans le courant du mois d’avril en poquets espacés en tous sens de 0m,40 à 1m,20, selon le développement que prennent les différentes variétés. Les tubercules entiers, mais de dimensions moyennes, sont les plus avantageux à employer comme semence. Ils doivent être recouverts, au moment de la plantation, d’environ 0m,10 à 0m,12 de terre. On est dans l’usage de les butter lorsque les tiges sont sorties de terre d’environ 0m,15 à 0m,20, en même temps qu’on donne le second binage. Le buttage n’est pas indispensable, mais il a l’avantage de faire que les tubercules sont mieux ramassés au pied de la plante, et que l’arrachage devient plus facile. Les pommes de terre mûrissent, ou du moins deviennent bonnes à consommer, suivant les variétés, depuis le commencement de juin jusqu’à la fin d’octobre.

Quand les tubercules destinés à la plantation ont pu être exposés d’avance à l’influence de l’air et de la lumière, la végétation en est ordinairement d’autant plus vigoureuse et plus hâtive. Mais il faut, dans ce cas, beaucoup d’attention au moment de la plantation, pour ne pas briser les germes qui ont commencé à se développer.

La plantation des pommes de terre à l’automne présente quelques avantages ; les cultures ainsi faites donnent généralement un rendement un peu plus fort, à égalité de surface et de semence employée, que les plantations de printemps. Par contre, la semence est parfois exposée à périr en terre dans les hivers très froids ou trop humides, et en outre la plantation doit se faire en octobre ou novembre, c’est-à-dire à une saison où il y a presque toujours beaucoup à faire dans les jardins ou dans les champs.

La culture forcée des pommes de terre se fait sous châssis et sur couche plus ou moins chaude. On peut la commencer dès le mois de décembre ou de janvier, et continuer les plantations de mois en mois, jusque dans le courant de mars. On emploie surtout pour cette culture la P. de terre Marjolin hâtive, dont les fanes sont très peu développées. On peut commencer à arracher des tubercules deux mois et demi ou trois mois après la plantation.

Usage. — On mange les tubercules, jeunes ou mûrs. Ils sont aussi employés à l’alimentation des animaux et à la fabrication de la fécule.


I. Variétés jaunes rondes.


pomme de terre bonne wilhelmine.
Synonymes : Pomme de terre tige couchée, P. ronde de Caracas, P. ronde d’Alger, P. de neuf semaines, P. Louis d’or.


Tubercule arrondi, jaune vif, lisse ; yeux peu marqués ; diamètre dépassant rarement 0m,01 à 0m,05 ; chair très jaune ; germe d’un violet intense.

Tige moyenne, ne dépassant guère 0m,50 à 0m,60 de longueur, plutôt étalée que dressée, légèrement teintée de brun, très rarement ramifiée ; feuilles inférieures d*un vert foncé, à folioles ovales, assez régulières, presque planes, celles du bout des tiges plus blondes, plus étroites, beaucoup plus frisées ; fleurs violet rougeâtre, grandes, en bouquets de six à dix ; graines assez abondantes.

Cette variété convient particulièrement pour la culture de primeur ; les tubercules, nombreux, réguliers, se forment et se colorent promptement. Plantée en avril, elle peut être récoltée dès le commencement de juillet.


pomme de terre modèle.


Nom étranger : angl. Model potato.


Tubercule jaune pâle, très régulièrement arrondi, légèrement méplat ; yeux peu marqués ; peau lisse ou rugueuse, suivant le terrain ; chair jaune pâle ; germe violet.

Pomme de terre modèle Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre modèle (de grosseur naturelle).

Tiges raides, dressées, teintées de brun violacé, dépassant rarement 0m,50 de hauteur ; feuillet courtes, raides, composées de folioles presque arrondies, très fortement réticulées, d’un vert très foncé et terne ; fleurs ne se montrant que très rarement.

Cette variété est remarquable par la forme extrêmement régulière et la beauté de ses tubercules ; elle nous a aussi paru intéressante parce qu’elle résiste mieux qu’aucune autre que nous connaissions à l’action de la maladie.


POMME DE TERRE SHAW.


Synonymes : Pomme de terre chave, P. Madeleine, P. patraque jaune.
Noms étrangers : angl. Shaw potato, Régent P.


Tubercule rond, jaune, à peau lisse ou rugueuse, suivant la nature du terrain ; yeux assez enfoncés ; chair jaune très farineuse ; germe d’un jaune de cire, violet à la base et à l’extrémité. Quand la végétation de cette pomme de terre a repris après avoir été suspendue ou retardée par la sécheresse, il n’est pas rare que les tubercules s’allongent très notablement ; mais ces mêmes tubercules employés comme semence donnent, l’année suivante, des tubercules parfaitement ronds, si la végétation, cette fois, s’est faite dans des conditions favorables.

Pomme de terre Shaw Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre Shaw.
de grosseur naturelle.

Tiges assez longues, atteignant jusqu’à un mètre, souples, presque toujours tombantes, complètement vertes ou très légèrement lavées de brun, faiblement ailées, presque toujours ramifiées ; feuilles courtes, nombreuses, d’un vert foncé un peu terne ; folioles serrées, réticulées, toujours frisées et ondulées ; fleurs ne s’épanouissant que très exceptionnellement, tombant presque toujours à l'état de boutons encore petits : quand elles s’ouvrent, elles sont d’une couleur lilas pâle bleuâtre.

Cette variété est la plus cultivée des pommes de terre jaunes rondes, aux environs de Paris ; elle est très productive, farineuse et d’excellente qualité. Plantée en avril, elle mûrit dans le courant du mois d’août.



POMME DE TERRE JAUNE RONDE HÂTIVE.
Synonyme : Pomme de terre de trois mois.


Cette variété peut être considérée comme une race un peu plus précoce de la Shaw ; les tubercules en sont habituellement plus ronds, avec des yeux un peu moins nombreux.

Elle diffère à peine de la pomme de terre Shaw par ses caractères de végétation ; les tiges, cependant, ne dépassent guère 0m,60 à 0m,70 ; les feuilles sont moins nombreuses et d’un vert un peu plus clair, celles du bout des tiges plus pâles et plus blondes que celles de la base. Les fleurs tombent à l’état de boutons.

Très jolie et excellente variété. Plantée en avril, elle est bonne à récolter dès les derniers jours de juillet.



POMME DE TERRE SEGONZAC.
Synonymes : Pomme de terre de la Saint-Jean, P. Saint-Jean.


Tubercule parfaitement semblable à celui de la P. de terre Shaw ; la légère différence qui existe entre ces deux variétés réside entièrement dans les caractères de végétation.

Tiges un peu plus fortes, à ramifications plus dressées et plus abondantes ; les folioles plus crispées et plus contournées. Un des caractères les plus constants de la P. de terre Segonzac, c’est qu’elle fleurit assez fréquemment. Les fleurs en sont assez petites et d’un gris bleuâtre.

Cette variété est extrêmement cultivée en France sous différents noms qui varient avec les provinces ; elle est fréquemment appelée P. de terre Saint-Jean ou de la Saint-Jean, quoiqu’elle ne soit réellement mûre que dans le courant du mois d’août.

Un des caractères les plus intéressants de cette pomme de terre, c’est son ancienneté dans les cultures et la persistance de sa fertilité et de sa vigueur malgré l’époque déjà ancienne de son introduction. C’est une opinion très répandue et probablement une idée juste en somme, que les variétés de pommes de terre, comme la plupart des autres formes obtenues par la culture, n’ont qu’une durée limitée ; qu’au bout de quinze, vingt ou trente ans au plus, elles s’affaiblissent, cessent d’être productives, et finalement s’éteignent d’elles-mêmes. Dans l’enquête ouverte en 1880 par le Parlement anglais sur la maladie des pommes de terre, cette opinion a été soutenue par des hommes d’une compétence incontestable. Nous croyons qu’il y a du vrai dans cette manière de voir; cependant il faut reconnaître que les P. de terre Shaw

et Segonzac, vieilles l’une et l’antre de plus de soixante ans, forment à cette règle une exception remarquable, et une exception qui n’est pas unique.
POMME DE TEBRE SÉGUIN.
Synonyme : Pomme de terre Sainte-Hélène tardive.


Tubercule arrondi, moyen, d’un jaune un peu grisâtre ; peau habituellement rugueuse ; yeux peu profonds ; chair jaune. Le diamètre des tubercules varie habituellement entre 0m,05 et 0m,06.

Pomme de terre Séguin Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre Séguin.
de grosseur naturelle.

Tiges dressées, vigoureuses, atteignant 0m,60 à 0m,75 de hauteur, carrées, fortement ailées, marquées de brun au-dessus des nœuds, généralement ramifiées ; feuilles assez espacées, grandes, composées de folioles ovales, pétiolées, grandes et planes, et de petites folioles sessiles, arrondies ; fleurs nombreuses, grandes, d’un lilas bleu, réunies en forts bouquets et se succédant pendant longtemps.

Cette variété est très productive, farineuse et de bonne conservation. Elle ne mûrit qu’au mois de septembre.



POMME DE TERRE CHAMPION.
Nom étranger : angl. Scotch champion potato.


Tubercules très nombreux, arrondis, parfois déprimés ; peau jaune pâle, ainsi que la chair ; yeux profonds, mais assez peu nombreux ; germe violet. Le diamètre des tubercules ne dépasse guère 0m,06 à 0m,07 ; ils sont souvent moins longs que larges.

Tiges très vigoureuses, très dressées, atteignant un mètre de hauteur, carrées, ailées, pointillées de brun noir et relativement minces ; feuillage abondant, presque dressé ; feuilles moyennes, à nervures maculées de violet ; folioles allongées, très acuminées, fortement réticulées et couvertes de petits poils rudes ; fleurs d’un violet foncé, à pointe blanche, en bouquets assez nombreux, qui se succèdent pendant longtemps ; graines très rares.

Cette pomme de terre est extrêmement vigoureuse et productive ; on en fait beaucoup de bruit en Angleterre, ces années dernières, à cause de sa

Pomme de terre Champion Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre Champion.
de grosseur naturelle.

résistance à la maladie : ce n’est pas qu’elle en soit complètement exempte ; mais, comme la P. de terre Chardon, elle continue à végéter quoique malade, et achève de mûrir ses tubercules à l’arrière-saison, alors que la maladie perd beaucoup de son intensité.



POMME DE TERRE JEANGÊ.
Synonymes : Pomme de terre Jeuxy, P. Juxière, P. vosgienne, P. grosse d’Amérique, P. brise-mottes, P. lorraine.


Tubercules arrondis, un peu irréguliers par suite de la grande profondeur des yeux ; peau d’un jaune un peu grisâtre, lisse ou rugueuse, suivant les terrains ; chair jaune ; germe rose. Le diamètre des tubercules atteint fréquemment 0m,08 et parfois davantage.

Tiges vigoureuses, atteignant de 0m,75 à 1 mètre, carrées, assez fortement ailées, souvent retombantes, et très ramifiées ; feuilles moyennes, à folioles courtes, ovales-arrondies ou en cœur, presque planes aux feuilles inférieures, crispées et pliées à celles du bout des tiges ; fleurs assez abondantes, d’un lilas rosé, ne nouant que très rarement. La teinte générale du feuillage est d’un vert assez pâle et grisâtre.

Cette pomme de terre, plus connue aux environs de Paris sous le nom de P. de terre vosgienne, est une des plus productives et des meilleures ; elle est très farineuse et de bonne conservation. Plantée en avril, elle mûrit dans

le courant de septembre.
POMME DE TERRE CHARDON.


Synonymes : Pomme de terre de Saxe, P. épinard, P. américaine blanche.
Nom étranger : all. Riesen Marmont Kartoffel.


Tubercules très gros, arrondis et souvent allongés, pour ainsi dire couverts de creux et de bosses par le fait de la grande profondeur des yeux. Peau ordinairement lisse, d’un jaune pâle ; chair presque blanche ; germe rose.

Pomme de terre Chardon Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre Chardon.
de grosseur naturelle.

Les tubercules de la P. de terre Chardon peuvent, en général, se reconnaître de ceux de toute autre variété ; cependant les plus arrondis et les plus jaunes sont quelquefois difficiles à distinguer d’avec la P. de terre Jeancé.

Tiges très vigoureuses, atteignant jusqu’à un mètre de hauteur, très dressées, carrées, fortement ailées, teintées de rouge brun, ainsi que les pétioles des feuilles et surtout les pédoncules des fleurs ; feuilles assez grandes, à folioles longues et aiguës, assez réticulées et légèrement vernissées ; fleurs très abondantes, en bouquets de quinze à trente, d’un lilas rougeâtre, se succédant pendant presque toute la saison, mais ne nouant presque jamais.

C’est la plus répandue des pommes de terre de grande culture, parce que c’est à la fois la plus productive et une de celles qui souffrent le moins des attaques de la maladie. Elle est habituellement cultivée surtout pour la féculerie

et pour la nourriture du bétail ; cependant elle n’est pas mauvaise à manger vers la fin de l’hiver : la chair en est alors moins aqueuse qu’immédiatement après l’arrachage, et elle reste ferme et farineuse à cause de la lenteur des germes à se développer.
POMME DE TERRE VAN DER VEER.


Tubercules arrondis ou légèrement allongés, de 0m,07 à 0m,10 de long sur environ 0m,07 de diamètre ; peau lisse ou légèrement rugueuse ; yeux assez enfoncés ; chair jaune pâle ; germe rose.

Pomme de terre Van der Veer Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre Van der Veer.
de grosseur naturelle.

Tiges très dressées, vigoureuses, carrées, raides, abondamment garnies de feuilles amples, à folioles ovales-acuminées, d*un vert pâle un peu blond ou grisâtre ; fleurs blanches assez grandes, ne donnant habituellement pas de graines.

Cette variété est assez tardive, mais extrêmement productive ; elle convient particulièrement à la grande culture, soit pour la nourriture du bétail, soit pour la féculerie.

On en distingue une race à fortes tiges, plus vigoureuse et plus productive que la forme ordinaire. Cette race améliorée est la seule à propager.



POMME DE TERRE PATERSON’S VICTORIA.


Tubercules oblongs ou de contours arrondis, mais toujours sensiblement aplatis ; yeux à peine prononcés ; peau jaune légèrement saumonée ; chair jaune ; germe violet.

Tiges fortes, carrées, très légèrement teintées de brun auprès des nœuds, complètement dressées, atteignant jusqu’à 0m,80 de hauteur ; feuilles assez espacées, à folioles grandes, ovales-arrondies et acuminées, assez planes, très réticulées et d’un vert grisâtre ; fleurs en bouquets assez serrés, d’un violet un peu rougeâtre, tombant le plus souvent sans nouer. La floraison en est assez tardive.

Excellente pomme de terre de consommation, extrêmement farineuse et d’une conservation parfaite. Plantée en avril, elle mûrit vers la fin d’août. Elle nous a toujours semblé peu atteinte par la maladie, au moins dans les environs de Paris.


POMME DE TERRE ALPHA.


Tubercules à contours arrondis, rarement oblongs, un peu aplatis ; peau lisse, jaune pâle ; chair blanche ; yeux médiocrement marqués ; germe rose.

Tiges moyennes, ne dépassant guère 0m,50, demi-dressées, complètement vertes, diminuant rapidement de grosseur ; feuilles assez longues et amples, à folioles allongées-aiguës, d’un vert clair, passablement vernissées ; fleurs blanches, avortant presque toujours.

Bonne variété hâtive et en même temps productive. Chair blanche, farineuse, légère. Plantée en avril, elle mûrit au mois de juillet.


POMME DE TERRE FLOCON DE NEIGE.


Nom étranger : angl. Snow-flake potato.


Tubercule ovale, d’une netteté et d’une régularité de forme extrêmement remarquables, toujours aplati ; peau jaune pâle ou blanc grisâtre, quelquefois lisse, le plus souvent rugueuse ; chair blanche, très farineuse et légère ; yeux à peine marqués ; germe rose pâle.

Pomme de terre flocon de neige Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre flocon de neige.
de grosseur naturelle.

Tiges assez dressées, dépassant rarement 0m,60 de haut, plutôt arrondies que carrées, renflées aux nœuds, entièrement vertes ; feuillage assez abondant et ample, d’un vert très pâle et très blond ; les feuilles du bas des tiges sont plus amples et plus planes que celles de l’extrémité ; fleurs blanches, grandes, avortant très fréquemment.

La P. de terre flocon de neige est une des meilleures variétés d’origine américaine : elle est productive ; la chair en est d’excellente qualité et la précocité assez grande. Plantée en avril, elle mûrit au milieu de juillet.


POMME DE TERRE PROLIFIQUE DE BRESEE.


Nom étranger : angl. Bresee’s prolitic potato.


Très joli tubercule, aplati, oblong, quelquefois presque carré aux deux extrémités ; peau lisse, d’un jaune pâle plus ou moins saumoné ; chair blanche ; yeux peu marqués ; germe rose.

Tiges demi-dressées, de 0m,60 de hauteur, un peu contournées, carrées, ailées, teintées de rouge pâle cuivré, ainsi que les pétioles des feuilles ; feuillage d’un vert pâle, un peu grisâtre, légèrement réticulé ; fleurs blanches, avortant très fréquemment.

Cette variété est peut-être la meilleure de toutes celles qui sont venues d’Amérique jusqu’à présent ; elle produit autant que la P. de terre rose hâtive, se garde mieux, et la qualité en est plus fine.


II. Variétés jaunes longues.


POMME DE TERRE MARJOLIN.


Syn. : Pomme de terre kidney, P. deux fois l’an, P. quarantaine, P. marjolaine.
Noms étrangers : angl. Walnut-leaved kidney potato, Sandringham early kidney P. all. Nieren Kartoffel, Sechswochen K., Pfluckmans K.


Pomme de terre Marjolin Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre Marjolin.
Tubercules germés, de grosseur naturelle.

Tubercules allongés, souvent un peu courbés, plus gros et plus arrondis au sommet, amincis en pointe vers la base ; souvent marqués de renflements à l’endroit des yeux ; peau jaune, lisse ; chair très jaune ; germe développé à l’obscurité blanc jaunâtre, développé au jour violacé et verdâtre. Dans cette variété, les tubercules sont tout à fait réunis au pied de la tige.

Tiges courtes, dépassant rarement 0m,40 à 0m,50 de long, généralement tombantes, non ramifiées, légèrement ailées ; feuilles moyennes, à folioles arrondies, d’un vert foncé en dessus, très vernissées, et presque toujours en forme de cuiller ; fleurs blanches, assez grandes, avortant d’ordinaire quand la variété est bien franche.

C’est la plus connue et la plus répandue des pommes de terre hâtives ; aucune autre variété ne se forme plus rapidement que celle-ci : plantée en avril, en pleine terre, elle donne son produit dès le mois de juin. C’est celle qui convient le mieux et celle qu’on emploie le plus pour la culture de primeur sous châssis.

On en rencontre parfois une forme à tiges plus hautes, à feuillage un peu réticulé et à fleurs blanches abondantes. Cette sous-variété, moins précoce, est beaucoup plus productive ; on la cultive en pleine terre.

Aux environs de Paris, l’usage de faire développer les germes avant la plantation est très répandu. On range pour cela les tubercules sur des claies, en ayant soin de placer en haut l’extrémité où doit se développer le germe et on les conserve ainsi dans un endroit sain et à l’abri du froid jusqu’au moment de la plantation. Quand arrive l’époque, on transporte les claies sur le terrain, et les tubercules sont pris un à un et déposés avec précaution dans le trou destiné à les recevoir. Les pommes de terre ainsi préparées devancent de dix à quinze jours au moins celles qui ont été plantées sans germes. En outre, on évite presque sûrement par ce moyen un accident plus fréquent chez la P. de terre Marjolin que dans toute autre race, accident qui consiste dans l'avortement complet des tiges aériennes. Dans ce cas, rien ne se développe à la surface du sol, le tubercule pousse seulement quelques tiges souterraines terminées par de petits tubercules qui, tous ensemble, pèsent moins que le tubercule qui les a produits.



POMME DE TERRE MARJOLIN TÊTARD.


Tubercules grands, aplatis, oblongs ou en amande ; peau lisse ou faiblement rugueuse, d’un jaune foncé un peu cuivré, prenant après

Pomme de terre Marjolin Tétard Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre Marjolin Tétard.
de grosseur naturelle.

l’arrachage une teinte particulière et bien reconnaissable ; chair jaune, très fine et très délicate ; germe blanc jaunâtre. Les tubercules sont quelquefois renflés à la place des yeux comme la pomme de terre Marjolin hâtive. Tiges dressées, carrées, légèrement ailées, très rarement ramifiées, complètement vertes, de 0m,50 à 0m,75 de hauteur ; feuillage assez frisé et ondulé, d’un vert franc, un peu blond et luisant ; fleurs blanches, assez abondantes, mais ne donnant presque jamais de graines.

Variété bien productive en même temps que précoce, d’une finesse extrême et d’une qualité tout à fait hors ligne pour la consommation. Plantée en avril, elle peut être récoltée dans la seconde moitié de juillet.

La P. de terre Marjolin Têtard a été obtenue de semis vers 1873, par M. Têtard, de Groslay (Seine-et-Oise).


POMME DE TERRE A FEUILLE D’ORTIE.
Synonyme : Pomme de terre fouilleuse.
Noms étrangers : angl. Early Bedfond kidney potato, Sutton’s early race-horse P.


Tubercules ressemblant beaucoup à ceux de la Marjolin hâtive, mais s’en distinguant dès le commencement de la végétation par leurs germes roses, velus et garnis de feuilles ; chair jaune.

Tiges minces, généralement étalées et simples, longues de 0m,50 à 0m,60, carrées, légèrement ailées ; feuilles assez espacées, courtes, composées de folioles peu nombreuses, ovales>arrondies, très réticulées et d’un vert foncé ; fleurs blanches, paraissant de très bonne heure, réunies en bouquets peu nombreux et donnant quelquefois de la graine.

Très bonne variété de primeur, à peu près aussi hâtive que la P. de terre Marjolin et aussi productive ; elle se conserve difficilement. On en fait grand usage aux environs de Paris pour la culture de primeur en plein champ.


POMME DE TERRE QUARANTAINE DE NOISY.
Synonymes : Pomme de terre quarantaine de la halle, P. Marjolin tardive, P. belle de Vincennes, P. jaune longue d’Auvergne.
Nom étranger : angl. Yorkshire hybrid potato.


Tubercules moyens, dépassant rarement 0m,08 à 0m,10 de long sur 0m,04

Pomme de terre quarantaine de Noisy Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre quarantaine de Noisy.
de grosseur naturelle.

à 0m,05 de large, oblongs ou en amande ; peau jaune, habituellement lisse ; yeux à peine visibles ; chair très jaune, d’excellente qualité ; germe rose, un peu velu, lent à se développer.

Tiges demi-dressées, carrées, ailées, quelquefois ramifiées, atteignant 0m,60 à 0m,80 de longueur ; feuilles grandes, amples, composées de folioles nombreuses et de dimensions très variables:amples, planes et presque vernissées aux feuilles inférieures, plus étroites, réticulées et crispées à celles du bout des tiges ; fleurs abondantes, grandes, rose violacé, nouant en assez forte proportion. C’est une des variétés qui donnent le plus de graine.

Elle compte parmi les plus estimées sur le marché de Paris, où elle a complètement remplacé l’ancienne P. de terre jaune longue de Hollande. Elle est productive, d’excellente qualité, de très bonne garde, mais malheureusement très sujette à prendre la maladie. Plantée en avril, elle peut se récolter dans le courant d’août.

La P. de terre jaune longue de Brie est une sous-variété de la quarantaine de Noisy, qui n’en diffère par aucun caractère essentiel. Les tubercules en sont ordinairement un peu plus longs, plus jaunes, et mûrissent un peu plus tard ; mais cela tient surtout à ce qu’on la cultive dans des terres plus riches, plus profondes et plus froides que celles dans lesquelles se récolte ordinairement la quarantaine de Noisy. Les traits caractéristiques de la variété, c’est-à-dire la couleur et la disposition des fleurs, et surtout l’aspect et l’époque de croissance des germes, sont en effet complètement identiques dans l’une et dans l’autre de ces deux formes.



POMME DE TERRE PRINCESSE.


Tubercule très allongé, à peu près aussi épais que large, ordinairement courbé, et plus gros au sommet qu’à la base ; peau d’un jaune vif, lisse ; yeux plutôt saillants qu’enfoncés ; chair très jaune ; germe glabre, rouge cuivré.

Pomme de terre princesse Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre princesse.
de grosseur naturelle.

Tiges demi-dressées, de 0m,50 à 0m,60, complètement vertes, grosses et carrées, ailées ; feuilles longues, très garnies de folioles grandes et petites ; feuillage abondant, d’un vert assez pâle, un peu blond ; fleurs très grandes, lilas rougeâtre, en bouquets peu nombreux, nouant rarement.

Cette variété convient particulièrement pour frire ou pour salades; la chair en est très ferme, compacte. Elle est de précocité moyenne. Plantée en avril, elle peut se récolter à la fin d’août.
POMME DE TERRE MAGNUM BONUM.


Grand tubercule oblong, un peu aplati, de forme parfois irrégulière ; peau jaune pâle, lisse ou rugueuse, suivant le terrain ; chair jaune ; yeux assez marqués, plutôt saillants qu’enfonces ; germe rose.

Pomme de terre magnum bonum Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre magnum bonum. (de grosseur naturelle).

Tiges très dressées, vigoureuses, carrées, ailées, teintées de rouge cuivré au-dessus des nœuds, atteignant de 0m,80 à 1 mètre de haut ; feuilles assez espacées, composées de folioles très amples, surtout vers le bas des tiges, ovales-arrondies, pas très nombreuses, presque planes et largement réticulées : la teinte générale du feuillage est d’un vert assez pâle, presque grisâtre ; fleurs lilas rougeâtre, avortant le plus souvent.

Variété extrêmement productive, de moyenne saison, mûrissant vers la mi-septembre. Elle passe, en Angleterre, pour résister très bien à la maladie ; elle ne nous a pas semblé, en France, remarquable sous ce rapport. 11 est vrai que, tout d’abord, elle reste assez verte pendant que d’autres variétés sont atteintes; mais quand elle arrive au point de sa végétation où les tubercules commencent à se former, elle prend à son tour la maladie et dépérit promptement.


POMME DE TERRE CAILLOU BLANC.


Synonymes : Pomme de terre anglaise, P. boulangère.
Noms étrangers : angl. Lapstone potato, Pebble white P., Ash-top fluke P. Yorkshire hero P., Rixton’s pippin P., Perfection kidney P.


Tubercules très réguliers, en forme d’amande, parfois courts, parfois très allongés, très lisses ; yeux à peine marqués ; peau jaune pâle, un peu grisâtre, devenant violacée sous l’influence prolongée de la lumière ; chair jaune pâle, très fine ; germe violet.

Tiges demi-dressées, de 0m,50 à 0m,60 de hauteur, grosses à la base, mais s’amincissant rapidement, carrées, un peu ailées, très faiblement cuivrées auprès des nœuds ; feuilles amples, d’un vert franc, presque planes, un peu vernissées, d’un aspect particulier et facile à reconnaître ; fleurs abondantes, grandes, d’un blanc pur, nouant assez rarement.

Pomme de terre caillou blanc Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre caillou blanc.
de grosseur naturelle.

Très jolie variété à chair fine, légère, d’excellente qualité. Plantée au mois d’avril, elle peut se récolter vers la fin de juillet.



POMME DE TERRE ROYALE.


Synonyme : Pomme de terre anglaise hâtive.
Noms étrangers : angl. Royal ash-leaved kidney potato, Early Aima kidney P., Carter’s early race-horse P., Harry kidney P., Royal ash lop P., Myatt’s ash leaved kidney P., Veitch’s ash-leaved kidney P., Hivers’ash-leaved kidney P.


Tubercule allongé, très lisse, en forme de rognon ou de cornichon, à peu près comme la P. de terre Marjolin hâtive ; peau jaune ; yeux peu marqués ; chair jaune ; germe violet.

Pomme de terre royale Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre royale.
de grosseur naturelle.

Tiges habituellement tombantes, de 0m,50 à 0m,60 de long, assez grêles, carrées, fortement teintées de violet brunâtre, surtout près des angles ; feuillage d’un vert foncé ; feuilles inférieures amples, presque planes, passablement réticulées, celles du bout des tiges beaucoup plus contournées et gaufrées, à folioles plus pointues ; fleurs grandes, d’un lilas bleuâtre, ne se développant que très rarement.

Excellente variété de primeur, convenant mieux pour la pleine terre que pour la culture sous châssis ; elle est à peu près aussi hâtive que la Marjolin, mais les tubercules en sont moins ramassés au pied de la plante et les fanes plus développées. La chair en est très fine et d’excellente qualité.



POMME DE TERRE KING OF FLUKES.


Noms étrangers : angl. King of potatoes, King potato.


Tubercules oblongs, souvent assez courts, peu aplatis ; peau d’un beau jaune d’or ; yeux peu marqués ; chair très jaune, fine, d’excellente qualité ; germe violet.

Pomme de terre king of flukes Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre king of flukes.
de grosseur naturelle.

Tiges habituellement tombantes, dépassant rarement 0m,60 de longueur, souvent contournées, allées, sillonnées, habituellement simples, portant un grand nombre de feuilles courtes, composées de folioles ovales-arrondies, serrées, un peu ondulées, très réticulées, d’un vert grisâtre ; fleurs très petites, chiffonnées, lilas rougeâtre, en bouquets peu nombreux, nouant très rarement.

Assez productive et de moyenne saison, mûrissant vers la fin d’août ; chair jaune, extrêmement fine et de qualité tout â fait supérieure. Plantée en avril, elle peut se récolter vers la fin d’août.


POMME DE TERRE MARCEAU.


Synonymes : Pomme de terre confédérée, P. islandaise, P. Genest.
Nom étranger : all. Weisse späte Rosen Kartoffel.


Tubercules aplatis, oblongs, souvent énormes, atteignant aisément 0m,15 à 0m,18 de long sur 0m,07 à 0m,08 de large ; peau jaune pâle, un peu rugueuse ; chair jaune ; germe violet.

Tiges très vigoureuses, très trapues et très courtes, dépassant rarement (0m,60 de longueur, très ramifiées, complètement vertes, carrées et ailées ; feuilles inférieures grandes, amples, d'un vert assez foncé, planes et réticulées, celles du milieu et du bout des tiges d'un vert plus pâle, très frisées et ondulées ; fleurs grandes, lilas rougeâtre, en bouquets peu nombreux, nouant quelquefois.

Cette variété est surtout remarquable par la très grande dimension de ses tubercules; elle peut se récolter vers le commencement de septembre.


III. Variétés Jaunes longues panachées.


POMME DE TERRE RUBANÉE.


Synonymes : Pomme de terre Calico, P. ruban rouge.
Noms étrangers : angl. Gleason's late potato, New hundredfold fluke P.


Tubercules oblongs ou arrondis, mais toujours aplatis ; peau très lisse, d'un jaune vif, marquée d'une large bande rouge qui tranche très vivement avec la couleur du reste du tubercule ; yeux à peine marqués; chair jaune ; germe rouge.

Tiges vigoureuses, dressées, atteignant souvent 0m,80 de hauteur, souvent ramifiées, d'un brun cuivré, ainsi que les pétioles et les nervures des feuilles ; feuillage assez abondant et ample ; folioles arrondies, acuminées, assez réticulées ; fleurs violet rougeâtre, assez rares et ne donnant presque jamais de graines.

Race productive et demi-tardive; plantée en avril, elle ne peut guère se récolter que dans le courant de septembre. La chair en est ferme et assez compacte; elle se garde bien.


POMME DE TERRE SAUCISSE BLANCHE.


Tubercules aplatis, oblongs, souvent plus larges à la base qu'au sommet, presque entièrement blancs ou jaune pâle, à l'exception de quelques taches rouges situées à la base et autour du point d'attache ; chair jaune ; yeux peu marqués ; germe rose.

Tiges vigoureuses, atteignant 0m,80 à 1 mètre, dressées, ramifiées, fortement teintées de rouge cuivré, carrées et généralement non ailées; feuilles assez espacées, moyennes, composées de folioles peu nombreuses, ovales-arrondies, très réticulées et d'un vert grisâtre ; fleurs en bouquets très nombreux généralement entremêlés de feuilles, avortant très souvent, assez petites, chiffonnées, et violettes quand elles s'épanouissent; graines très rares. Pomme de terre très productive et de très bonne garde ; elle ne se récolte qu'en septembre ou octobre pour être consommée pendant l'hiver. Sa couleur blanche lui donne un avantage sur l'ancienne P. de terre saucisse, à laquelle elle ressemble bien sous tous les autres rapports. Obtenue vers 1869, aux environs de Montlhéry, près de Paris, elle a commencé immédiatement à se répandre chez les cultivateurs, qui la font en grande quantité pour l'approvisionnement de la halle.


IV. Variétés rouges rondes.


POMME DE TERRE DE ZÉLANDE.


Synonymes : Pomme de terre de Hollande, P. tricolore.
Noms étrangers : angl. Red Regent’s potato, Gosforth seedling P.


Tubercules ronds, moyens, de 0m,06 à 0m,07 de diamètre ; peau d’un rouge vif, un peu rugueuse ; yeux peu marqués ; chair jaune ; germe rouge.

Pomme de terre de Zélande Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre de Zélande.
de grosseur naturelle.

Tiges dressées, très grosses et très vigoureuses, carrées, ailées, rameuses, atteignant jusqu’à 0m,80 ou 1 mètre de hauteur, largement teintées de rouge cuivré ; feuilles très grandes, paraissant doublement composées, c’est-à-dire portant de petites folioles non-seulement sur le pétiole principal, mais sur ceux des grandes folioles, qui sont ovales-arrondies, assez pointues et réticulées : la teinte générale du feuillage est d’un vert assez pâle et grisâtre ; fleurs blanches, en forts bouquets longuement pédoncules, donnant très rarement des graines.

Belle et bonne variété demi-tardive ; elle est de très bonne garde, et la qualité en est meilleure à la fin de l’hiver qu’au commencement. Elle peut s’arracher vers la fin de septembre.

Il a été remarqué à plusieurs reprises, et récemment encore nous avons eu occasion de l’observer dans nos cultures, que, d’une plantation faite avec des tubercules de P. de terre de Zélande bien francs, exempts de tout mélange et provenant de plantes à fleurs blanches, il est sorti une certaine proportion de plantes à fleurs plus grandes et d’un violet bleuâtre. C’est un de ces cas de dimorphisme qu’on observe fréquemment dans les végétaux; nous l’avons cité seulement à cause de son retour plusieurs fois constaté.

POMME DE TERRE FARINEUSE ROUGE.


Synonymes : Pomme de terre boule de farine, P. de l’Amérique, P. Washington.
Noms étrangers : angl. Red skinned flour ball potato, Garnet Chili P., Brinkworth challenger P.


Tubercules gros, profondément marqués par renfoncement des yeux, atteignant souvent et dépassant parfois 0m,10 de diamètre ; peau ordinairement rugueuse, d’un rouge un peu pâle ; chair blanche ; germe blanchâtre à pointe et base rouges.

Pomme de terre farineuse rouge Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre farineuse rouge.
de grosseur naturelle.

Tiges dressées, carrées, ailées, d’un rouge cuivré, s’élevant de 0m,80 à un mètre de hauteur, quelquefois ramifiées, portant des feuilles moyennes, composées presque uniquement de grandes folioles ovales-acuminées, presque toujours pliées en gouttière, d’un vert assez blond ; le pétiole principal est assez fortement teinté de brun, surtout vers l’extrémité ; fleurs très abondantes, d’un rose légèrement lilacé, réunies en bouquets nombreux et se succédant pendant longtemps ; graines très rares.

La P. de terre farineuse rouge est une des bonnes variétés de grande culture, et bien que l’introduction n’en remonte pas à plus d’une douzaine d’années, elle a déjà pris une place importante parmi les races cultivées pour la féculerie et pour la consommation. La production en est assez constante, parce qu’elle souffre relativement peu de la maladie. L’époque de maturité n’en est pas trop tardive : aux environs de Paris, on peut en général l’arracher en septembre. Pour la consommation, on lui reproche d’avoir la chair trop blanche et manquant un peu de finesse.

POMME DE TERRE MERVEILLE D’AMÉRIQUE.


Synonyme : Pomme de terre rouge d’Amérique.
Noms étrangers : American wonder potato, Wood’s scarlet prolific P.


Tubercules arrondis, un peu irréguliers ; yeux profondément enfoncés ; peau assez lisse, d’un rouge violacé ; chair blanche ; germe rouge.

Pomme de terre merveille d'Amérique Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre merveille d'Amérique.
de grosseur naturelle.

Tige dressée, carrée, vigoureuse ; feuilles amples, à folioles d’un vert foncé ; fleurs abondantes, en forts bouquets, grandes, d’un rouge violacé assez intense.

Variété demi-tardive ; bien productive, mais de qualité ordinaire.



V. Variétés roses ou rouges aplaties.


POMME DE TERRE ROSE HÂTIVE.
Nom étranger : angl. Early rose potato.


Tubercules oblongs, assez aplatis, souvent plus pointus au sommet qu’à la base ; yeux peu profonds, mais accompagnés d’une ride assez prononcée ; peau lisse, d’un rose un peu saumoné ; chair blanche ; germe rose remarquablement prompt à se développer.

Tiges moyennes, dressées, atteignant 0m,60 à 0m,75 de hauteur, assez grosses à la base et s’amincissant rapidement, parfois rameuses, légèrement teintées de rouge cuivré, surtout auprès des nœuds ; feuilles planes et lisses, presque uniquement composées de grandes folioles ovales-acuminées, unies, un peu luisantes et d’un vert clair ; fleurs blanches, grandes, en bouquets peu nombreux et tombant en général sans nouer.

Pomme de terre rose hâtive Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre rose hâtive.
de grosseur naturelle.

Race très productive, précoce, pouvant s’arracher dans le courant d’août ; chair légère, de qualité extrêmement variable suivant les terrains. Les tubercules sont trop prompts à entrer en végétation pour se bien conserver.



POMME DE TERRE ROSETTE.


Tubercules très aplatis, de forme ronde ou oblongue, à peine plus longs que larges et remarquablement plats sur les deux faces, à contours et surface

Pomme de terre rosette Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre rosette.
de grosseur naturelle.

très lisses et pour ainsi dire polis ; yeux très peu marqués ; peau de couleur rose vif ; chair blanche, parfois légèrement veinée de rose ; germes roses.

Tiges de hauteur médiocre, dépassant rarement 0m,60 à 0m,70 ; feuilles assez grandes, arrondies, d’un vert un peu grisâtre.

Cette variété a été obtenue dans nos cultures, au moyen d’un semis de la P. de terre rose hâtive. Elle a été conservée préférablement à un grand nombre d’autres, à cause de sa très grande production et de la régularité remarquable de ses tubercules.



POMME DE TERRE SAUCISSE.


Synonymes : Pomme de terre généreuse, P. rouge tardive, P. savonnette, P. vitelotte belge.
Nom étranger : angl. Cottager’s red potato.


Tubercules aplatis, oblongs, de forme généralement bien régulière, longs de 0m,08 à 0m,12 sur environ 0m,05 de largeur ; peau lisse, d’un rouge assez intense ; yeux légèrement marqués, non enfoncés ; chair jaune ; germe rose.

Pomme de terre saucisse Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre saucisse.
de grosseur naturelle.

Tiges hautes, dressées, très vigoureuses, presque toujours rameuses, atteignant aisément un mètre de hauteur, carrées, légèrement ailées et très fortement teintées de rouge brun ; feuilles grandes, composées de folioles très inégales, toutes ovales-arrondies, très réticulées, d’un vert foncé un peu grisâtre et terne ; fleurs violet pâle, en bouquets très nombreux et généralement entremêlés de feuilles ; graines très rares.

Une des meilleures variétés pour la consommation d’hiver et des plus employées â Paris à l’arrière-saison. La chair en est un peu compacte et d’autant plus farineuse que la saison est plus avancée.

La P. de terre saucisse résiste assez bien à la maladie proprement dite, mais souffre fréquemment de l’accident appelé la frisolée, qui racornit le feuillage et les tiges au début de la végétation. C’est là son seul défaut.

VI. Variétés rouges longues lisses.


POMME DE TERRE KIDNEY ROUGE HÂTIVE.


Noms étrangers : angl. Wonderful red kidney potato, Red ash leaf P.


Tubercules aplatis, oblongs ou légèrement en rognon, assez obtus aux deux extrémités, de 0m,06 à 0m,08 de long sur 0m,03 à 0m,04 de large au bout le plus renflé ; peau rouge très lisse ; yeux à peine marqués ; chair jaune pâle ; germe rouge.

Tiges demi-dressées, arrondies, d’un rouge cuivré, dépassant rarement 0m,50 de hauteur ; feuillage beaucoup plus ramassé que celui de la P. de terre rouge longue de Hollande, d*un vert plus luisant et moins grisâtre ; feuilles composées, du haut en bas des tiges, de folioles pointues, assez arrondies et réticulées ; fleurs blanches, en bouquets très peu nombreux.

Très jolie pomme de terre demi-hâtive, à chair farineuse et de bonne qualité. Elle mûrit dans le courant d’août.



POMME DE TERRE ROUGE LONGUE DE HOLLANDE.


Synonymes : Pomme de terre cornichon rouge, P. cornette rose.
Nom étranger : angl. Robertson’s giant kidney potato.


Tubercules très reconnaissables, aplatis, en forme de rognon ou d’amande, ordinairement très allongés, avec la base du tubercule très amincie et souvent recourbée en crochet ; peau lisse, d’un rouge assez foncé, un peu violacée ; chair jaune, fine et de bonne qualité ; germe rouge.

Pomme de terre rouge longue de Hollande Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre rouge longue de Hollande.
de grosseur naturelle.

Tiges dressées, raides, arrondies plutôt que carrées, d’un rouge cuivré, s’élevant de 0m,60 à 0m,75 ; feuillage assez léger, d’un vert pâle et grisâtre. Aux feuilles inférieures, les folioles sont fréquemment soudées en un large limbe arrondi ; celles du sommet des tiges sont assez frisées et ondulées, à folioles pointues et gaufrées sur les bords. Fleurs blanches, abondantes, en bouquets assez forts, ne donnant presque jamais de graines. Les fanes de cette pomme de terre sont remarquablement grêles et légères dans leur ensemble et ne couvrent pas le sol.

Cette variété est extrêmement distincte. Elle a été autrefois en grande faveur, mais des races plus productives l’ont aujourd’hui en grande partie remplacée ; elle a cependant toujours l’avantage d’être d’une qualité tout à fait supérieure et d’une excellente conservation. Plantée au mois d’avril, elle peut se récolter vers la fin d’août. Dans les environs de Cherbourg, où la culture en est assez répandue, on peut, grâce à la douceur du climat, la planter en décembre et la récolter en juin ou en juillet.



POMME DE TERRE POUSSE DEBOUT.


Synonyme : Pomme de terre Saint-André de Suède.


Tubercules presque cylindriques, amincis aux extrémités, de 0m,08 à 0m,12 de long sur 0m,03 à 0m,04 de diamètre. Peau rouge pâle, assez lisse ; yeux peu marqués, plutôt saillants qu’enfoncés ; chair jaune ; germe rose.

Pomme de terre pousse debout Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre pousse debout.
de grosseur naturelle.

Tiges vigoureuses, dressées, ramifiées, en général courtes et ne dépassant guère 0m,50 à 0m,60, teintées de rouge cuivré ainsi que les pétioles des feuilles, qui sont larges, amples, d’un vert foncé, composées de folioles larges, arrondies et acuminées ; fleurs blanches, grandes, en bouquets assez nombreux et compactes. Ne grène pas habituellement.

Productive, se gardant bien ; chair plus compacte et moins farineuse que celle de la P. de terre rouge de Hollande. Elle mûrit au mois de septembre.



POMME DE TERRE ROGNON ROSE.


Synonymes ; Pomme de terre cornichon de la Moselle, P. bec-de-cane, P. rose de Jersey, P. de Vigny, P. Wollf.
Noms étrangers : angl. Belgian kidney potato. Napoléon P.


Tubercules aplatis, généralement en forme d’amande ou de rognon, très lisses ; peau d’un rose pâle jaunâtre ou saumoné ; yeux peu marqués ; chair jaune; germe rose.

Tiges assez grêles, teintées de brun, très souvent couchées et souvent ramifiées, atteignant 0m,60 à 0m,80 de longueur ; feuilles assez petites, composées de folioles peu nombreuses, réticulées, souvent plissées et d’un

Pomme de terre rognon rose Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre rognon rose.
de grosseur naturelle.

vert assez pâle et grisâtre ; fleurs blanches, assez abondantes, en bouquets peu nombreux, ne donnant presque jamais de graines.

Très bonne pomme de terre de consommation, productive, de moyenne saison et de bonne garde ; chair assez ferme. Elle mûrit vers la fin d’août.



VII. Variété rouge longue entaillée.


POMME DE TERRE VITELOTTE.


Nom étranger : all. Rothe Tannenzapfen Kartoffel.


Tubercules presque cylindriques, un peu plus renflés vers le sommet qu’à la base ; yeux nombreux et situés chacun au fond d’une ride profonde ; peau

Pomme de terre vitelotte Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre vitelotte.
de grosseur naturelle.

rouge, assez lisse ; chair blanche, quelquefois légèrement zonée de rouge, surtout à l’extrémité opposée au point d’attache ; germe rouge.

Tiges dressées, très raides, vigoureuses, carrées et ailées, teintées de brun, souvent ramifiées, ne s’élevant guère au-dessus de 0m,50 à 0m,60, très trapues et très garnies de feuilles courtes, d’un vert un peu grisâtre ; folioles ovales-arrondies, assez acuminées, surtout vers le haut des tiges, très réticulées, souvent pliées en deux ; fleurs blanches, grenant très rarement.

Cette variété est moins appréciée actuellement qu’elle ne l'était autrefois ; elle a pourtant l’avantage de se garder très bien, la qualité en est excellente, et elle est assez productive. Il est vrai qu’elle a l’inconvénient d’être difficile à peler et de donner beaucoup de perte dans cette opération ; car, pour enlever la peau qui garnit l’intérieur des yeux, très profonds dans cette variété, il faut en même temps détacher une assez grande épaisseur de chair. On la récolte dans le courant de septembre.



VIII. Vapiétés violettes ou panachées violettes.


POMME DE TERRE BLANCHARD.


Nom étranger : angl. Peake’s first early potato.


Tubercules ronds et parfois déprimés, jaunes, largement panachés de violet, surtout vers le sommet du tubercule et autour des yeux ; peau lisse ; chair jaune ; germe violet.

Pomme de terre Blanchard Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre Blanchard.
de grosseur naturelle.

Tiges fortes, habituellement couchées, presque toujours ramifiées, atteignant 0m,80 à 1 mètre de longueur, teintées de brun, surtout vers la base ; feuilles moyennes, à folioles ovales-acuminées, assez réticulées, d’un vert franc ; fleurs très abondantes, grandes, d’un lilas bleuâtre, nouant dans une forte proportion.

La P. de terre Blanchard est peut-être, de toutes les variétés usuelles, celle qui grène le plus abondamment. C’est une bonne variété précoce, productive et se gardant bien ; la chair en est farineuse et bien jaune. La récolte peut s’en faire vers la fin de juillet. Les tubercules ne sont jamais très gros, mais ils sont très nombreux et assez égaux entre eux.

POMME DE TERRE VIOLETTE.


Nom étranger : angl. Hundred-fold potato.


Tubercules arrondis, souvent carrés à la base et au sommet, assez profondément entaillés par renfoncement des yeux ; peau d’un violet intense ; chair jaune ; germe violet.

Pomme de terre violette Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre violette.
de grosseur naturelle.

Tiges dressées, très ramifiées, d’un brun foncé, atteignant 0m,60 à 0m,75 de hauteur ; feuillage assez léger ; feuilles moyennes, composées presque uniquement de grandes folioles ovales-acuminées, un peu réticulées, d’un vert franc ; fleurs violettes, abondantes, en bouquets assez nombreux, mais légers, avec le bout des divisions de la corolle blanc. Elles donnent souvent des graines, mais en petite quantité.

Bonne variété productive et de bonne garde ; la qualité en est excellente, la chair farineuse et assez ferme. On la récolte dans le courant de septembre.

C’est, de toutes les pommes de terre violettes, celle qui se voit le plus fréquemment à la halle de Paris. Elle y est fort connue et appréciée, et c’est une de ces variétés qui, comme la Shaw et la Segonzac, paraissent se conserver vigoureuses et productives, malgré leur ancienneté dans les cultures.


POMME DE TERRE COMPTON’S SURPRISE.


Tubercules aplatis, oblongs, rétrécis aux deux extrémités ; peau assez lisse, violette ; yeux peu enfoncés, mais accompagnés d’une longue ride comme dans la P. de terre rose hâtive ; chair blanche ; germe violet.

Tiges plutôt étalées que dressées, assez fortes, carrées et ailées, souvent ramifiées, ne dépassant guère 0m,60 à 0m,75 de hauteur ; feuilles grandes, composées de folioles très amples, ovales-acuminées, largement réticulées, d’un vert un peu pâle ; fleurs blanches, grandes, peu abondantes, donnant rarement des graines.

C’est une variété américaine très productive, assez précoce, se récoltant à la fin d’août ; la chair en est blanche, farineuse, très légère.
POMME DE TERRE CHANDERNAGOR.


Synonymes : Pomme de terre Lankmann, P. noire des Indes, P. à cœur noir.
Noms étrangers : all. Neger Kartoffel, Schwarzer Salat-K.


Tubercules arrondis ou légèrement allongés, aussi épais que larges, un peu entaillés, violet noirâtre ; chair fortement teintée de violet ; germe violet foncé.

Tiges dressées, vigoureuses, d’un brun violacé, carrées et ailées, atteignant environ 0m,60 de hauteur ; feuilles assez courtes et compactes, celles de la base des tiges à folioles terminales très grandes et très amples, les autres à folioles frisées, gaufrées, quelquefois d’un vert un peu grisâtre : l’ensemble du feuillage est compacte et foncé ; fleurs blanches, assez grandes, tombant le plus souvent à l’état de bouton et produisant rarement de la graine.

Variété productive, demi-tardive, se récoltant en septembre. La couleur violacée de sa chair lui donne un aspect peu agréable ; mais la qualité en est excellente et la saveur des plus fines.


POMME DE TERRE QUARANTAINE VIOLETTE.


Synonyme : Pomme de terre rognon violet.


Tubercules aplatis, lisses, en forme de rognon ou d’amande, atteignant souvent 0m,12 à 0m,15 de long sur 0m,05 â 0m,06 au bout le plus large ; peau extrêmement fine et mince, violette, lisse ; chair jaune ; germe violet.

Pomme de terre quarantaine violette Vilmorin-Andrieux 1883.png
Pomme de terre quarantaine violette.
de grosseur naturelle.

Tiges assez grêles, brunâtres, ordinairement tombantes, ne dépassant guère 0m,60 à 0m,75 de longueur, garnies de feuilles moyennes ou petites, à folioles arrondies, grisâtres, très réticulées ; fleurs blanches, se montrant assez rarement et ne donnant pas de graines.

Cette variété est de précocité moyenne. Elle n’est pas extrêmement productive, mais elle est de très bonne qualité ; elle a surtout l’avantage de se conserver très bien et sans pousser. C’est peut-être la meilleure de toutes pour consommer au printemps. Elle devient de plus en plus farineuse et gagne en qualité à mesure que la saison s’avance.

On remplirait presque un volume entier avec l’énumération de toutes les variétés de pommes de terre qui ont été obtenues et préconisées depuis le commencement de ce siècle ; nous nous bornerons à citer, en outre de celles qui ont été décrites ci-dessus, quelques-unes des plus connues ou des plus recommandables parmi les races françaises et les races étrangères.


I. VARIÉTÉS FRANÇAISES.


Achille Lémon. Tubercule mince et allongé, ordinairement arqué et beaucoup plus mince à une extrémité qu’à l’autre ; peau très lisse, jaune d’or, marquée de larges taches violet foncé, surtout à l’extrémité et au voisinage des yeux, qui sont très peu enfoncés ; chair jaune foncé assez ferme et très fine. Maturité demi-hâtive ; production modérée.

Artichaut jaune. Tubercule long, mince, presque cylindrique, très entaillé, ressemblant à celui de la P. de terre vitelotte ; seulement il est jaune au lieu d’être rouge. Variété farineuse, demi-tardive, presque abandonnée aujourd’hui.

Belle Augustine (Augustine d’Étampes). Tubercule jaune pâle, oblong, aplati, généralement un peu en rognon ; peau lisse ; yeux peu marqués ; chair jaune ; germe violet. Plante assez naine, hâtive, productive, pouvant se récolter huit à dix jours avant la P. de terre quarantaine de Noisy. Elle est passablement cultivée aux environs de Paris pour la production des pommes de terre fraîches.

Belle de Vincennes. Tubercules oblongs, aplatis, lisses, presque sans yeux, remarquablement beaux et bien faits et rappelant l’aspect de la P. de terre flocon de neige ; germes violacés. Tiges fortes, teintées de brun, ordinairement contournées ; feuillage ample, abondant, d’un vert foncé ; fleurs violettes, en bouquets assez serrés. Cette variété grène abondamment. Malgré son nom, qui semblerait indiquer une origine française, cette pomme de terre nous semble être identique à la variété anglaise Woodstock kidney.

Caillaud. Tubercules ronds, moyens ou gros, d’un jaune un peu saumoné ; germe rose ; peau ordinairement rugueuse. Plante forte, productive, demi-tardive ; fleurs blanches. C’est une bonne variété de grande culture, ressemblant, sauf la fleur, à la P. de terre Jeancé, mais moins productive qu’elle.

Comice d'Amiens (flam. : Sandaardappel). Très jolie petite race hâtive à tubercules ronds, petits ou moyens, jaune panaché de rose ; germe rose ; fleurs blanches. Variété très précoce, mais peu productive ; peut convenir à la culture forcée.

Des Cordillères. Tubercules jaunes, ronds, très lisses, petits et très nombreux, à chair jaune et germe violet. Plante touffue à tiges nombreuses ; feuillage léger. Variété très distincte, mais sans grand mérite horticole.

Descroizilles. Tubercules arrondis ou légèrement oblongs, de forme un peu irrégulière ; yeux assez enfoncés ; peau rose ou rouge très pâle, un peu rugueuse ; chair jaune. Variété tardive, assez peu productive, mais de bonne qualité ; fleurs blanches.

Excellente naine. Très jolie et très bonne variété, se rapprochant passablement des formes les plus précoces de la P. de terre royale. Les tiges sont à peine plus longues que celles de la P. de terre Marjolin, que celle-ci peut suppléer pour la culture sous châssis. Elle est au moins aussi productive qu’elle et tout aussi hâtive.

Grosse jaune deuxième hâtive (syn. : Docteur Bretonneau), Cette pomme de terre est assez répandue dans la grande culture des environs de Paris. Ce n’est, à proprement parler, qu’une sous-variété de la P. de terre Shaw, à tubercules un peu plus gros et mûrissant à peu près huit à dix jours plus tard.

Hâtive de Bourbon-Lancy (Bleue hâtive). Tubercules moyens, parfaitement ronds ou très légèrement déprimés, panachés de jaune et de violet foncé plutôt par bandes que par marbrures arrondies. Plante de vigueur moyenne, de maturité précoce, à fleurs lilas, avortant le plus souvent.

Jaune longue de Hollande (Parmentière, Cornichon tardif). Autrefois la plus répandue et la plus estimée des pommes de terre de table. Depuis l’invasion de la maladie, elle a été remplacée à peu près complètement par la P. de terre quarantaine de Noisy et ses sous-variétés. Ses caractères étaient les suivants : Tubercules allongés, presque toujours fortement courbés, beaucoup plus renflés à une extrémité qu’à l’autre ; peau jaune grisâtre, un peu rugueuse ; chair jaune, très farineuse et très fine ; germe rose. Tiges assez courtes, tortillées ; feuillage crispé, réticulé ; fleurs lilas rougeâtre. Cette variété est assez tardive ; elle n’a jamais été très productive.

De Malte. Tubercules très gros, ronds ; yeux profondément enfoncés, assez semblables d’apparence à ceux de la P. de terre Jeancé ; germes roses. Tiges ordinairement traînantes, vertes, longues de 0m,80 à 1 mètre ; feuillage d’un vert franc, frisé et réticule. Les fleurs avortent constamment.

Naine hâtive. Tubercules petits ou moyens, ronds ; yeux peu marqués ; peau jaune, assez lisse ; germe violet ; chair jaune ; fleurs lilas. Tiges courtes, faibles, ne dépassant guère 0m,40 à 0m,50 de longueur. Variété hâtive, mais d’un très faible rendement.

Noisette Sainville. Pomme de terre miniature, fort bien nommée, car le volume des tubercules est presque celui d’une noisette et dépasse très rarement celui d’une belle amande. Ils sont ovoïdes, un peu aplatis, jaune grisâtre, à peau légèrement rugueuse ; les yeux sont à peine visibles ; germe violet. Fanes très petites, faibles ; feuillage grisâtre ; fleurs blanches. Cette variété a été recommandée à cause de la grande finesse de sa chair ; mais elle produit si peu, qu’elle mérite à peine d’être cultivée.

Oblongue de Malabry. Très productive. Tubercules ovales, jaune pâle, non entaillés, à germes blancs, faiblement teintés de violet ; chair blanche. Précocité moyenne.

Patraque blanche. Variété extrêmement productive, à tubercules blanc grisâtre, légèrement rosés, oblongs, un peu carrés aux deux extrémités et passablement entaillés ; chair blanche ; germe rose. Fanes très longues et très vigoureuses ; feuillage grisâtre ; fleurs roses, abondantes. Cette variété produit un nombre considérable de tubercules de grosseur moyenne ; elle est assez tardive et se cultive plutôt pour la nourriture du bétail que pour la consommation.

Quarantaine à tête rose. Tubercules oblongs ou en forme d’amande, à peau lisse, jaune, panachée de rouge auprès des yeux et surtout à l’extrémité ; chair jaune. Fanes courtes, dressées ; feuillage grisâtre. Maturité demi-hâtive ; production assez considérable. Dans les terres légères, les tubercules de cette pomme de terre sont extrêmement jolis et d’une apparence tout à fait distincte.

Reine blanche. Belle variété assez tardive, à tubercules moyens ou gros, très ronds, blancs, avec une tache rouge autour de chacun des yeux, qui sont assez profondément enfoncés ; germe rose. Tige dressée, vigoureuse, portant un feuillage abondant, de couleur foncée ; fleurs violet rougeâtre en larges bouquets. Les tubercules de cette variété sont très beaux, mais de qualité médiocre.

Reine de mai. Tubercules oblongs ou en amande, aplatis, très lisses et presque blancs ; germe rose. Tiges assez grêles, peu garnies de feuillage ; fleurs blanches. Cette variété est précoce, et très jolie quand elle réussit bien ; mais elle est extrêmement délicate, et les tubercules en sont très souvent tachés.

Rohan. Très voisine de la P. de terre patraque blanche, celle-ci ne s’en distingue que par la couleur plus rougeâtre de ses tubercules. Elle est productive et convient bien pour la grande culture.

Rosée de Conflans {Rosace de Villiers-le-Bel, Cueilleuse, Saucisse blonde). Tubercules longs, presque cylindriques, très peu entaillés, ordinairement roses vers l’extrémité et jaune saumoné à la base ; germe rose. Tiges assez courtes, raides, portant des feuilles foncées et nombreuses ; fleurs blanches. Cette variété est demi-tardive et assez productive ; la chair en est jaune, ferme, et s’écrase difficilement.

Rouge ronde de Strasbourg (Wéry). Tubercules moyens, à peau ordinairement un peu rugueuse, d’un rouge assez foncé ; germe rouge ; chair jaune. Tiges très raides, fortes, brunes ; feuillage vert foncé ; fleurs lilas rougeàtre. €ette pomme de terre est productive, de moyenne saison. C’est une bonne variété commune.

Sainte-Hélène. Beaux tubercules jaunes, très lisses, oblongs, aplatis, légèrement courbés en rognon ; yeux très peu marqués ; chair jaune. Fanes assez courtes, souples ; feuillage ample, vert foncé ; fleurs violettes, peu nombreuses, mais très grandes. Maturité demi-hâtive. C’est une belle variété potagère.

Tanguy. Race assez répandue en Bretagne. Elle se rapproche beaucoup de la P. de terre Segonzac ou Saint-Jean ; mais les tubercules en sont d’un jaune un peu plus pâle, plus arrondis, les tiges plus grosses et le feuillage d’un vert plus pâle. Cultivée dans les terres sablonneuses ou granitiques des côtes de Bretagne, la P. de terre Tanguy devient très belle et très farineuse. Il s’en exporte des quantités considérables en Angleterre.

Tardive d’Irlande. Tubercules arrondis ou oblongs, assez entaillés, jaune panaché de rouge ; chair blanche ; germe rose. Fanes peu développées ; feuillage assez léger, grisâtre ; fleurs lilas, petites. Cette variété est tardive et peu fertile ; son principal avantage est de se conserver longtemps sans germer.

Truffe d’août (Hâtive de Pontarlier, Printanière, Rouge de Bavière ; angl. : White pink). Tubercules moyens, rouge vif, arrondis ; yeux modérément enfoncés ; germe rouge ; chair jaune. Tiges dressées, assez raides ; feuillage vert foncé, grisâtre ; fleurs blanches. Variété de moyenne saison, assez productive, très anciennement connue et appréciée.

Xavier (Patte blanche). Tubercules oblongs, presque cylindriques, rose pâle, un peu entaillés ; chair blanc jaunâtre ; germe rose. Fanes assez longues ; feuillage grisâtre ; fleurs blanches. Cette variété est recommandable par sa bonne qualité, mais elle est très sujette à la maladie.

Yam ou Igname. Comme la P. de terre Xavier, celle-ci est très éprouvée par la maladie, et il est difficile actuellement de la rencontrer bien saine et vigoureuse. Les tubercules en sont oblongs, assez gros, presque cylindriques, un peu entaillés, la peau rouge pâle et lisse ; germe rouge.


II. VARIÉTÉS ANGLAISES.


Alice Fenn. Tubercules oblongs, en rognon, de forme très régulière ; peau jaune, lisse ; chair jaune pâle ; germe violet. Fanes très peu développées, minces, souples ; feuillage menu et léger ; fleurs violettes. Jolie variété assez hâtive, peu productive.

Bovinia. Très gros tubercules, longs, larges, aplatis, assez fortement entaillés, jaune panaché de rouge, surtout vers l'extrémité et au voisinage des yeux ; chair blanc jaunâtre. Fanes vigoureuses ; feuillage ample. C’est une variété très tardive, dont les tubercules pèsent quelquefois plus d’un kilogramme. Ils sont peu nombreux ; la chair en est aqueuse et de qualité médiocre. Cette variété n’a guère qu’un mérite de curiosité.

Coldstream (Hogg’s Coldstream). Tubercules ronds, petits ou moyens, jaunes de peau et de chair ; germe violet, ainsi que les fleurs. Tiges petites et souples, ordinairement couchées ; feuillage arrondi, d’un vert grisâtre. Très bonne variété rustique et hâtive, très farineuse, mais modérément productive.

Dalmahoy. Tubercule rond, petit ou moyen, bien jaune ; yeux assez marqués, mais peu enfoncés ; germe violet. Tiges dressées, courtes, ne dépassant guère 0m,60 ; feuillage grisâtre, assez chiffonné, à folioles larges, pointues. Les fleurs tombent sans s’ouvrir.

Dawe’s matchless (Excelsior kidney, Webb’s impérial, Early Bryanstone kidney, Manning’s kidney, England’s fair beauty, Chagford kidney, Wormley kidney, Champion kidney). Très belle pomme de terre, de moyenne saison, productive et donnant des tubercules d’une beauté remarquable, oblongs, quelquefois aplatis, quelquefois courbés en rognon, extrêmement lisses, presque blancs et mesurant souvent jusqu’à 0m,12 à 0m,15 de longueur sur 0m,05 à 0m,06 de large ; yeux à peine marqués ; chair blanche ; germe violet. Les tiges sont assez vigoureuses, dressées ; le feuillage arrondi, réticulé, d’un vert presque noir ; fleurs blanches. Cette variété est peu répandue en France ; nous l’avons quelque temps cultivée sous le nom de P. confédérée, mais à tort, car la véritable Confédérée, synonyme de la P. de terre Marceau, a les fleurs violettes et les tubercules plus larges et plus jaunes.

Early emperor Napoléon. Tubercules rouges, presque complètement sphériques ou légèrement déprimés, tout à fait sans yeux, à peau un peu rugueuse et exceptionnellement marbrée de jaune ; germe rouge ; chair blanc jaunâtre. Tiges minces, le plus souvent traînantes, portant un feuillage extrêmement grêle, tout à fait grisâtre ; fleurs rougeâtres, en bouquets légers. Cette pomme de terre est demi-hâtive ; elle n’est pas très productive, mais elle est remarquable par la beauté et la régularité de ses tubercules.

Fenn’s early market. Tubercules ronds, petits ou moyens, passablement déprimés, à peau jaune, lisse ; yeux peu enfoncés ; germe rose ; chair presque blanche. Fanes très peu développées, faibles et souples ; feuillage d’un vert pâle ; fleurs blanches, peu nombreuses. Cette excellente petite variété est une des plus précoces de toutes les jaunes rondes ; elle est remarquable par le peu de développement de ses tiges.

Golden eagle, Radstock beauty. Il est très difficile de distinguer ces deux variétés l’une de l’autre ; il pourrait très bien se faire qu’elles ne fussent qu’une seule et même chose. Ce sont des pommes de terre à tubercule jaune panaché de rouge, arrondi et légèrement méplat, à peau très lisse et d’un aspect très joli et très particulier. Les germes sont rouges, les fanes de grandeur médiocre, le feuillage vert foncé et les fleurs rougeâtres. Maturité assez tardive, production médiocre.

Grampian. Cette variété présente beaucoup d’analogie avec la P. de terre early emperor, décrite ci-dessus ; elle a le feuillage un peu plus foncé et plus abondant, et les fleurs plus rouges. Les tubercules ne présentent pas de différence bien accentuée.

International kidney. Cette variété dérive incontestablement de la P. de terre Lapstone. Elle s’en distingue par sa plus grande vigueur, sa maturité plus tardive et la forme de ses tubercules, qui sont plus gros et passablement plus allongés ; elle présente aussi la particularité de devenir violette sous l’influence de la lumière. C’est une des meilleures variétés d’exposition.

Lady Webster. Tubercules ronds, bien lisses, un peu aplatis, jaunes et assez fortement panachés de rouge ; germes roses. Tiges courtes et tombantes, vertes, garnies de feuilles peu abondantes et à folioles très luisantes, rappelant l’aspect du feuillage de la P. de terre Marjolin hâtive.

Milky white. Tubercules blancs, très légèrement saumonés, très lisses, méplats, oblongs, sans yeux ni entailles ; germe rose. Fanes peu développées ; feuillage léger, vert pâle ; fleurs blanches. C’est une jolie variété demi-hâtive, â tubercules très nets ; mais plusieurs des races américaines lui sont encore supérieures comme apparence, tout en étant plus productives.

Mona’s pride. Variété très voisine de la Marjolin hâtive par les caractères de végétation ; elle en diffère tout à fait par la forme du tubercule, qui est très court ou même rond et aplati. Elle est aussi un peu moins précoce et un peu plus productive que la Marjolin.

Porteras excelsior. Une des pommes de terre les plus parfaites, au point de vue de la forme, qui existent jusqu’à présent. Les tubercules sont tout à fait arrondis, quoique plats comme des galets, à peu près deux fois aussi larges qu’épais ; peau jaune, lisse ; chair jaune pâle ; germe rose. Fanes traînant sur le sol ; feuillage peu abondant, vert foncé ; fleurs blanches. Cette variété est demi-tardive ; elle n’est pas très fertile, et son principal mérite réside dans la beauté de ses tubercules.

Prince of Wales. Cette pomme de terre semble être une variation de la Royal ash-leaved kidney ; elle est beaucoup plus productive, sans être beaucoup moins précoce. On ne peut lui reprocher que l’irrégularité de forme de ses tubercules, qui sont tantôt en amande, tantôt en forme de poire, tantôt presque complètement ronds. La qualité en est fort bonne.

Purple ash-leaved kidney (Jersey purple, Black kidneyy Black prince, Select blue ash leaf, Paterson’s longblue). Tubercules longs ou très longs,aplatis, plus ou moins courbés en rognon, très lisses ; peau d’un violet foncé, unie, sans rides ni cavités à l’endroit des yeux. Tiges assez grêles, brunâtres ; feuillage peu abondant, vert gris foncé ; fleurs lilas. Cette variété est assez précoce, passablement productive et de bonne qualité. Beaucoup de personnes n’en aiment pas la couleur violet foncé.

Hector of Woodstock. Tubercules extrêmement réguliers, d’un blanc grisâtre, faiblement teintés de jaune, tout â fait arrondis, mais passablement déprimés ; peau un peu rugueuse ; yeux à peine marqués ; chair blanche, très farineuse et très fine ; germe violet. Tiges très courtes, portant un feuillage léger, fin, peu abondant ; fleurs violettes se développant rarement. Cette petite variété est médiocrement productive, mais d’une finesse et d’une beauté exceptionnelles. C’est un des meilleurs gains du Rév. R. Fenn.

Saint-Patrick. Race productive, vigoureuse ; tubercules blancs ou jaune pâle, oblongs, non aplatis, de forme assez irrégulière ; chair blanche.

Schoolmaster. Pomme de terre très voisine de la Porteras excelsior, d’une végétation un peu plus vigoureuse et plus hâtive. La forme des tubercules est la même ; les germes sont roses et les fleurs blanches.

Scotch blue. Tubercules arrondis, méplats, lisses ; yeux peu marqués ; peau fine, d’un violet foncé presque noir ; chair blanche ; germe violet foncé. Fanes assez courtes, mais vigoureuses ; feuillage assez ample, grisâtre ; fleurs violettes. Cette variété est demi-tardive ; elle est assez productive et très rustique.

Turner’s union. Tubercules jaunes, ronds, petits ou moyens, de forme assez régulière ; yeux un peu enfoncés ; chair jaune pâle ; germe blanc jaunâtre à pointe violette. Fanes peu développées ; feuilles assez grandes, mais peu nombreuses ; fleurs lilas, avortant le plus souvent. C’est une bonne petite variété hâtive ; mais il y en a beaucoup de plus intéressantes.

Vicar of Latcham. Extrêmement distincte. Tubercules d’un violet clair, gros, oblongs, faiblement déprimés ; germes violets. Variété assez précoce et productive.

White emperor. Plante assez vigoureuse, mais â tiges courtes ; feuillage réticulé, d’un vert terne. Tubercules très lisses, presque blancs, ronds et légèrement aplatis, ressemblant beaucoup â ceux de la P. de terre modèle et de Schoolmaster ; germes lilas.

Woodstock kidney. Belle et vigoureuse variété, â tubercules blancs, oblongs, lisses et bien faits ; germes violets. Tiges fortes, brunâtres ; feuillage ample, d’un vert franc ; fleurs violettes, en forts bouquets, grenant abondamment.


III. VARIÉTÉS AMÉRICAINES.


Depuis une vingtaine d’années, les Américains se sont occupés très activement de semer les pommes de terre en vue d’obtenir des variétés nouvelles, et les succès qu’ils ont obtenus peuvent rivaliser avec ceux des semeurs anglais. Un grand nombre de leurs gains ont été adoptés immédiatement par les cultivateurs, aussi bien en Europe qu’en Amérique. De ce nombre sont les pommes de terre Early rose, Flocon de neige, Bresee’s prolific, etc. Ces variétés sont décrites plus haut, parmi celles que nous mettons au premier rang ; nous citerons encore les variétés suivantes, auxquelles il ne manque peut-étre que d’être mieux connues pour qu’elles soient également bien appréciées.

Adirondack. Race vigoureuse, de moyenne saison. Tubercules ronds ou un peu déprimés, bien lisses, rouge pâle ; chair blanche ; germe rose. Plante assez vigoureuse, à feuilles larges ; tiges dressées ; fleurs violet rougeâtre.

Bresee’s peerless. Beaux tubercules, très aplatis, presque aussi larges que longs, oblongs ou quelquefois en forme de cœur, presque toujours échancrés à la base ; peau et chair blanches ; germe rose. Feuillage vert pâle, ample, un peu frisé ; fleurs blanches. Cette variété est demi-hâtive ; elle est extrêmement productive.

Brownell’s beauty (Vermont beauty). Tubercules oblongs, assez aplatis, généralement très larges ; peau un peu rugueuse, d’un rouge assez foncé, un peu vineux ; chair blanche ; germe rose. Tiges dressées, vigoureuses ; feuillage assez ample, d’un vert un peu blond ; fleurs lilas rougeâtre. Cette variété est très productive, de moyenne saison ; les tubercules en sont très beaux, ordinairement de forme très régulière. C’est une race de grand mérite.

Centennial. Tubercules rouge vif, sphériques ou légèrement aplatis, très lisses ; yeux à peine marqués ; germe rouge. Fanes moyennes ; feuillage ample, vert pâle ; fleurs rougeâtres. Cette variété est demi-hâtive ; elle est assez fertile ; les tubercules se conservent bien pour une variété américaine.

Early cottage. Race très productive. Tubercules gros ou très gros, arrondis, épais ; yeux assez profonds ; peau souvent rugueuse, d’un jaune très pâle ; chair blanche. Fanes assez peu développées, en comparaison du rendement de la plante en tubercules ; feuillage d’un vert grisâtre, assez crispé ; fleurs lilas, avortant le plus souvent.

Early Gooderich. Tubercules oblongs, épais, peu aplatis, souvent presque pointus à l’extrémité ; chair et peau blanches ; germe rose. Feuillage d’un vert très blond, presque jaunâtre ; fleurs blanches. Belle variété, productive, mais trop sujette â la maladie.

Early Ohio. Tubercules roses, lisses, oblongs ; yeux très peu marqués ; germes rouges. Tiges dressées, raides, légèrement cuivrées ; feuilles très amples, planes, â folioles extrêmement grandes, d’un vert blond un peu grisâtre. Ne fleurit pas.

Euréka. Tubercules longs, assez aplatis, souvent carrés aux extrémités et quelquefois un peu entaillés ; peau blanche, â peine jaunâtre, très légèrement rugueuse ; chair blanche ; germe rose. Fanes peu développées ; feuillage d’un vert blond ; fleurs blanches. La P. de terre Eurêka est très productive et assez précoce ; la forme en est un peu irrégulière et quelquefois tout à fait défectueuse.

Extra early Vermont. Il n’y a qu’une nuance extrêmement légère entre cette pomme de terre et la rose hâtive (Early rose), au point qu’elles sont souvent confondues l’une avec l’autre. l’Extra early Vermont doit avoir le tubercule* un peu plus large et plus aplati ; elle mûrit aussi deux ou trois jours plus tôt que l’Early rose.

King of the early. Tubercules un peu anguleux et irréguliers, arrondis et légèrement déprimés dans l’ensemble, avec les yeux assez enfoncés ; peau lisse mais terne, d’un rose saumoné un peu grisâtre ; germe rose. Fanes très peu développées ; feuillage ample, d’un vert pâle grisâtre, séchant de très bonne heure sans que les fleurs se soient développées ; chair blanche, farineuse. C’est réellement une des plus précoces de toutes les pommes de terre.

Late rose. Sous beaucoup de rapports, cette variété ressemble extrêmement à l’Early rose, et même la différence de précocité qui existe entre les deux races ne dépasse pas une dizaine de jours. Cependant la rose tardive (Late rose) se distingue parle volume beaucoup plus fort de ses tubercules, qui sont, en revanche, moins nombreux ; la couleur en est aussi plus franchement rose et moins saumonée.

Manhattan. Tubercules ronds, légèrement aplatis, panachés de jaune et de violet ; germes roses tachés de violet. Tiges courtes, raides, de 0m,60 environ ; feuillage assez abondant, ample, arrondi, d’un vert grisâtre, très fortement plissé et réticulé ; fleurs ordinairement nulles.

Peach Slow. Tubercules arrondis, extrêmement lisses et d’un beau blanc légèrement teinté de rose, autour des yeux ; germes roses. Tiges dressées, raides, vigoureuses, tachées de brun ; feuillage abondant, assez léger, d’un vert franc ; folioles ovales-aiguës ; fleurs nombreuses, d’un rouge violacé, ne nouant presque jamais. Il en existe, sous le nom de White peach blow, une sous-variété dont les yeux ne sont pas teintés de rose.

Queen of the valley. Très beaux tubercules oblongs, gros, un peu déprimés, très lisses, avec les yeux peu nombreux et peu marqués, d’un rouge très pâle. Ils rappellent, avec une teinte moins foncée, ceux de la P. Brownell’s beauty. Germes roses.

Ruby. Tubercules oblongs, passablement aplatis, lisses et de forme régulière, de couleur rouge vif ; chair blanche. Fanes moyennes, assez vigoureuses ; feuillage vert pâle un peu grisâtre. Maturité demi-tardive.

Triumph. Tubercules ronds, d’un rouge assez vif, à yeux un peu marqués et un peu profonds. Germes roses. Variété demi-hâtive, fertile.

White éléphant. Grande variété tardive, extrêmement vigoureuse, à tubercules monstrueux, très longs, aplatis, blanc panaché de rose, ordinairement entaillés ; chair blanche.

Willard (Red fluke). Tubercules oblongs ou piriformes, presque pointus à l’extrémité et renflés à la base ; peau assez lisse, d’un rouge vif quelquefois marbré de jaune ; germe rose. Tiges dressées, raides ; feuillage vert blond ; fleurs lilas rougeâtre, Cette pomme de terre est très distincte et assez belle, mais elle est très sujette à prendre la maladie.


IV. VARIÉTÉS ALLEMANDES.


Achilles. Tubercules gros, arrondis ; yeux un peu enfoncés. Tiges très vigoureuses, hautes d’un mètre, carrées, ailées, tachées de brun ; feuilles nombreuses, mais petites, extrêmement réticulées, frisées, vert noir ; fleurs en nombreux bouquets, lilas, donnant des graines.

Alkohol. Tubercules ronds, un peu aplatis, yeux assez nombreux et bien marqués. Tiges de 0m,70 à 0m,80, fortes, vertes, carrées, dressées ; feuilles amples, vert franc, un peu cloquées ; fleurs blanches, ne nouant pas.

Aurora. Tubercules ovales, aplatis ; yeux nombreux et assez marqués. Tiges grosses, cuivrées, souvent traînantes, de 0m,80 ; feuillage très ample ; feuilles planes, vert franc un peu grisâtre ; fleurs blanches, ne nouant pas.

Ces trois variétés sont des gains de M. Paulsen, qui s’est occupé, en Allemagne, de la production de races nouvelles de pommes de terre, comme H. Fenn en Angleterre et M. Bresee en Amérique.

Biscuit. Variété vigoureuse, assez productive, à tubercules petits et très nombreux, jaunes, arrondis, un peu entaillés ; germe rose. Fanes assez longues, grêles ; feuillage léger, vert pâle. Maturité demi-hâtive.

Euphyllos. Tubercules blancs ou faiblement rosés, ronds ou obronds ; yeux modérément enfoncés. C’est une variété vigoureuse, productive, demi-tardive et caractérisée surtout par l’ampleur et la belle apparence de son feuillage, qui est lisse, uni et d’un vert franc ; de là son nom. C’est encore un gain de M. Paulsen.

Feinste kleine weisse Mandel. Tubercules ovoïdes, petits, très nombreux, presque blancs, lisses et sans yeux ; germe violet. Fanes relativement assez développées ; fleurs blanches. La qualité des tubercules est bonne, mais leur volume un peu trop petit.

Frühe rothe Märkische (Dabers’che, de Poméranie). Bonne variété rustique et productive de grande culture. Tubercules rouges, presque ronds, assez lisses ; germe rouge ; chair jaune. Fanes vigoureuses, souvent traînantes ; feuillage d’un vert gris ; fleurs rougeâtres. Maturité demi-tardive.

Kaiser-Kartoffel. Belle variété vigoureuse, assez hâtive, présentant de l’analogie avec certaines variétés américaines, et particulièrement avec la Bresee’s prolific ; elle est cependant passablement plus tardive et donne des tubercules plus gros. Les caractères de végétation sont sensiblement les mêmes.

Kopsell’s frühe weisse Rosen-Kartoffel. Comme la précédente, cette variété se rapproche beaucoup de la P. Bresee’s prolific, mais elle en diffère par une précocité un peu plus grande et par la couleur un peu plus jaunâtre et moins rose de ses tubercules ; la nuance est toutefois excessivement légère, et l’on serait en droit de considérer les deux noms comme étant tout à fait synonymes.

Lerchen-Kartoffel. Tubercules jaunes, ronds, assez petits, mais nombreux ; yeux un peu enfoncés ; peau très lisse ; germe blanc. Fanes moyennes mais assez vigoureuses ; feuillage d’un vert franc ; fleurs blanches. Cette jolie petite variété est bien distincte ; elle est de bonne qualité, mais médiocrement productive.

Mangel-Wurzel (Doigt de dame, Constance Pérauty Catawhisa, Bush potato). Tubercules longs, larges, aplatis, oblongs et le plus souvent entaillés, complètement rouges ou panachés de rouge et de jaune, ordinairement très gros et pesant parfois plus d’un kilogramme. Ils mûrissent ordinairement d’une manière inégale et se conservent difficilement. C’est une variété tardive, qui ne convient guère qu’à la nourriture du bétail.

Richter’s Imperator. Tubercules gros, oblongs, légèrement aplatis, mais encore assez épais, de forme ovale, légèrement entaillés ; peau jaune pâle un peu saumoné ; chair presque blanche ; germe violet. Tiges vigoureuses, dressées, raides, élevées ; feuilles assez espacées, à folioles arrondies, plissées ; fleurs lilas. Cette pomme de terre est demi-tardive ; elle se rapproche passablement de la variété anglaise Paterson’s Victoria, mais les tubercules en sont plus gros et de forme moins régulière.

Richter’s Schneerose. Tubercules grands et gros, oblongs, blancs ; yeux peu marqués ; germes roses. Tiges vigoureuses, dressées, de 0m,70 à 0m,80 ; feuillage raide, ample, arrondi, d’un vert foncé un peu grisâtre ; fleurs rosées, s’ouvrant bien, mais tombant sans nouer.

Riesen Sand Kartoffel. Tubercules longs, plats, jaunes, panachés de rouge, surtout vers l’extrémité ; yeux assez enfoncés ; germes roses. Tiges courtes, très raides, grosses, vertes ; feuillage extrêmement frisé et réticulé, assez ample, d’un vert foncé ; fleurs roses ne nouant pas.

Rothe unvergleichliche Salat-Kartoffel. Tubercules presque cylindriques, une fois et demie ou deux fois aussi longs que larges, très entaillés, à peau rouge. Ils sont faciles à distinguer de toutes les autres pommes de terre par l’aspect de leur chair, qui est marbrée de rouge et de jaune. Les fanes de cette variété sont assez ramassées, vigoureuses, très feuillues. Maturité un peu tardive, mais excellente conservation.

Sächsische Zwiebel-Kartojfel weissfleischige. Tubercules arrondis, un peu aplatis, moyens et de grosseur très uniforme ; yeux un peu enfoncés ; peau lisse, rouge ; chair blanche ; germe rose. Fanes très développées, longues, assez minces, ordinairement traînantes et ramifiées ; feuillage d’un vert foncé un peu grisâtre. Les fleurs avortent habituellement.

Sächsische Zwiebel-Kartoffel gelbfleischige (Rouge de Bohême, Rothe Böhmische). Tubercules ronds ou un peu « allongés, nullement aplatis, assez entaillés, à peau rouge unie ou rouge marbré de jaune ; germe rose ; chair franchement jaune. Fanes très vigoureuses, ramifiées, atteignant quelquefois près de 2 mètres de long ; feuillage très abondant, d’un vert foncé ; fleurs violet rougeâtre. Cette variété est tardive, mais très vigoureuse et très productive ; elle se garde bien et contient une proportion de fécule considérable.

Spargel-Kartoffel (P. de terre asperge). Tubercules petits, presque cylindriques, mais courts, seulement deux fois au plus aussi longs que larges ; peau et chair jaunes ; germe rose. Fanes moyennes, assez grêles ; feuillage d’un vert franc ; fleurs blanches. Maturité demi-tardive. Cette petite variété est bien distincte ; on l’estime à cause de la fermeté de sa chair, qui s’écrase difficilement, même quand elle est cuite.


POTIRON. — Voy. Courge potiron.


  1. Essai d'un catalogue méthodique et synonymique des principales variétés de pomme de terre, pur Henry Vilmorin. Paris, 1881.