Les Pleurs/Je ne crois plus

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les PleursMadame Goullet, libraire (p. 111-114).

JE NE CROIS PLUS.

Fuir est aussi la mort !
— M. H. DE LATOUCHE. —

XXI.

Allez, pensers d’amour, vers de nouvelles ames,
Comme autour d’un flambeau, voltiger et mourir :
Papillons immortels, vivez à d’autres flammes ;
Tout le feu de mon cœur ne peut plus vous nourrir.

Ma trame était trop faible, et, déjà consumée,
Elle résiste à peine au poids de quelques jours ;

En vain de votre dieu je suis encore aimée,
En vain ! je ne crois plus que l’on aime toujours !

En vain pour arrêter votre riant cortége,
Éphémères, sur vous il jette ses réseaux ;
La Parque est diligente ; et bien qu’il me protége,
Je sens près de mon cœur la pointe des ciseaux !