Mozilla.svg

Les Pleurs/Seule au rendez-vous

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les PleursMadame Goullet, libraire (p. 95-99).

SEULE AU RENDEZ-VOUS.

Mais aux lieux inconnus, où mon ame a pris terre,
Je n’ai pas retrouvé l’amitié sur le bord.

— JEAN POLONIUS. —

XVIII.

Ô menteur ! qui disait sa vie
Nouée au fuseau de mon sort,
Jurant au ciel que son envie
Était de mourir de ma mort !
Éclos sous le feu de mon ame,
Tremblant de s’y brûler un jour,

Il jeta des pleurs sur la flamme :
Ô menteur ! ô menteur d’amour !

« Je n’ai fait qu’essayer de vivre, »
Criait l’ange aux légers sermens :
« J’apprends tout ! j’ai trouvé mon livre
» Imprimé dans tes yeux charmans.
» Entre mon cœur et ta présence
» Je ne peux plus porter un jour !… »
Entre nous il a mis l’absence :
Ô menteur ! ô menteur d’amour !

Ivres d’un bonheur solitaire,
Nos ames ont touché les cieux ;
Mais il est enfant de la terre ;
Il s’y retarde, curieux !
Pour mon cœur plein de ses traits d’ange
Le monde est voilé sans retour ;
Et sans lui, comme le ciel change !
Ô menteur ! ô menteur d’amour !

Je sais qu’une invisible chaîne
Jette son aimant entre nous :
Je sais où finira ma peine ;
Mais je vais seule au rendez-vous !

La route sans fleurs et sans charmes
Fuira… Pour se rejoindre un jour,
Doit-on passer par tant de larmes !
Ô menteur ! ô menteur d’amour !