Les Quatre Évangiles (Crampon 1864)/Luc/17

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traduction par Augustin Crampon.
Tolra et Haton (p. 335-338).
◄  Ch. 16
Ch. 18  ►
saint Luc


CHAPITRE XVII


MAXIMES DIVERSES. — GUÉRISON DE DIX LÉPREUX. — AVÉNEMENT DE JÉSUS-CHRIST.


Jésus dit à ses disciples : Il est impossible qu’il n’arrive des scandales ; mais malheur à celui par qui ils arrivent ! Il vaudrait mieux pour lui qu’on lui mît au cou une meule de moulin, et qu’on le jetât dans la mer, que de scandaliser un de ces petits. Prenez garde à vous[1]. Si votre frère pèche contre vous, reprenez-le ; et s’il se repent, pardonnez-lui. Et s’il pèche contre vous sept fois le jour, et que sept fois le jour il revienne à vous, disant : Je me repens, pardonnez-lui.

5 Alors les Apôtres dirent au Seigneur : Augmentez notre foi[2]. Le Seigneur leur dit : Si vous avez de la foi comme un grain de sénevé, vous direz à ce mûrier : Déracine-toi, et te transplante dans la mer ; et il vous obéira.

7 Qui de vous, ayant un serviteur attaché au labourage et aux soins des troupeaux, lui dise aussitôt qu’il est revenu des champs : Va te mettre à table ? et ne lui dise pas au contraire : Prépare-moi à souper, ceins toi, et me sers jusqu’à ce que j’aie mangé et bu ; après quoi tu mangeras et boiras ? Est-ce qu’il devra de la reconnaissance à ce serviteur, parce que celui-ci a exécuté ses ordres ? Je ne le pense pas. De même vous, quand vous aurez fait ce qui vous est commandé, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles ; ce que nous devions faire, nous l’avons fait.

11 Jésus, allant à Jérusalem, traversa la Samarie et la Galilée[3]. Comme il entrait dans un village[4], dix lépreux vinrent à lui, lesquels, se tenant éloignés, élevèrent la voix et dirent : Jésus, notre Maître, ayez pitié de nous. Dès qu’il les eut aperçus : Allez, leur dit-il, montrez-vous aux prêtres. Et en y allant ils furent guéris. L’un d’eux, lorsqu’il se vit guéri, revint, en glorifiant Dieu à haute voix. Et il se jeta le visage contre terre aux pieds de Jésus, lui rendant grâce. C’était un Samaritain. Alors Jésus dit : Est-ce que les dix n’ont pas été guéris ? Les neuf autres où sont-ils ? Il ne s’en est point trouvé qui soit revenu et ait rendu gloire à Dieu, si ce n’est cet étranger. Et il lui dit : Levez-vous, allez ; votre foi vous a sauvé.

20 Interrogé par les Pharisiens quand viendrait le royaume de Dieu, il leur répondit : Le royaume de Dieu ne viendra point d’une manière qui frappe les regards. On ne dira point : Il est ici, ou il est là ; car le royaume de Dieu est au milieu de vous[5].

22 Alors il dit à ses disciples[6] : Viendra un temps où vous désirerez voir un jour du Fils de l’homme, et vous ne le verrez point. Et ils vous diront : Il est ici, et : Il là ; gardez-vous d’y aller et de les suivre. Car, comme l’éclair brille d’une extrémité du ciel à l’autre, ainsi paraîtra le Fils de l’homme en son jour. Mais il faut auparavant qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération. Et comme il est arrivé aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il aux jours du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient et buvaient, ils se mariaient et mariaient leurs filles, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et le déluge vint, qui les fit périr tous. Comme il est arrivé encore aux jours de Lot, ils mangeaient et buvaient, ils achetaient et vendaient, ils plantaient et bâtissaient. Mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, qui les fit périr tous. Ainsi en sera-t-il au jour où le Fils de l’homme sera révélé. A cette heure, que celui qui sera sur le toit, et dont les meubles sont dans la maison, ne descende point pour les prendre, et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière[7]. Souvenez-vous de la femme de Lot[8]. Quiconque cherchera à sauver sa vie, la perdra, et quiconque l’aura perdue, la sauvera. Je vous le dis, en cette nuit-là, deux seront dans le même lit : l’un sera pris, et l’autre laissé ; deux femmes moudront ensemble : l’une sera prise, et l’autre laissée ; deux hommes seront dans un champ : l’un sera pris, et l’autre laissé. Ils lui dirent : Où sera-ce, Seigneur ? Et il répondit : Partout où sera le corps, les aigles s’y assembleront[9].

  1. Craignez de donner ou de recevoir du scandale. Comp. Matth. xviii, 7. Bien loin d’offenser le prochain par le scandale, soyez plutôt prêt à lui remettre ses offenses contre vous.
  2. Afin que nous puissions comprendre cela et le pratiquer.
  3. C’est la route que l’on suit encore aujourd’hui par Ginéa et Sichem ; elle demande trois ou quatre jours de marche. Voy. Matth. xix, l, note.
  4. Avant d’y entrer ; car le séjour des villes et des villages était interdit aux lépreux. Ils n’avaient pas non plus le droit d’approcher personne.
  5. Les Pharisiens attendaient un Messie, souverain d’un empire établi pour une gloire et des jouissances terrestres, et borné à la nation juive ; tel est le sens de leur question. Notre-Seigneur leur répond : 1° que le royaume de Dieu est intérieur, en ce sens qu’il commence dans la conscience de chacun par une foi docile, et s’y développe par la pratique des bonnes œuvres ; 2° qu’il n’est ni ici ni là, soit à cause de ce qui vient d’être dit, soit parce que ce royaume, l’Église, est universel et s’étend à toute la terre, — où il forme d’ailleurs, et dans un antre sens, une société extérieure et visible, constituée par Jésus-Christ lui-même, avec un chef et des membres, des pasteurs et des brebis.
  6. Les vers. 22-37 traitent du second avénement de Jésus-Christ à la fin du monde. Comp. Matth. xxiv.
  7. Comp. Matth. xxiv, 17.
  8. Le jour de la destruction de Sodome, la femme de Lot, inquiète de ce qui lui appartenait, regarda en arrière, et trouva ainsi sa perte.
  9. A la question curieuse de ses disciples, Notre-Seigneur répond par un proverbe connu : Où est le corps, la proie, là s’assemblent les aigles ; de même où seront les coupables, là certainement viendra le Juge souverain.