Les Soldats de la Révolution/Lettre de Mazzini à Michelet

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes de J. Michelet
(Les Soldats de la Révolutionp. 479-480).


V


Lettre de Mazzini à Michelet.

Au moment de parler de Mazzini et du siège de Rome, Michelet avait écrit à Mazzini pour le prier de l’éclairer sur quelques faits du siège, notamment sur l’héroïque défense du Vascello.

Voici la réponse de Mazzini :


« 5 mai.
« 2, Sidney place, Brompton.
« Monsieur,

« Je suis fier de votre sympathie. J’ai souvent puisé dans vos écrits non seulement le sens du passé, mais ce rassérénement de l’âme que le magnétisme de la foi peut seul donner. Vous êtes pour moi un des précurseurs de l’Église de l’avenir. Je ne vous estime pas seulement, je vous aime.

« … N’écrivez pas sur le Vascello autrement qu’en y voyant le collectif. Tout le monde y a été héros. Et tout ce que vous pourriez inexactement écrire sur des individualités amoindrirait le nous italien qui s’est puissamment affirmé sur ces décombres.

« Mais je serais désolé si ce que je vous dis vous faisait renoncer à l’intention d’écrire quelques pages sur Rome. Je l’ai depuis longtemps vivement désiré, et je vous supplie de le faire. Vous nous avez parlé de la Rome du passé en maître ; parlez-nous de la Rome de l’avenir, de la Rome du peuple. Je l’ai pressentie par le cœur il y a vingt ans, quand tout le monde hochait la tête en m’appelant rêveur. Et maintenant, il n’y a pas un seul Italien digne de ce nom qui n’y entrevoie un troisième monde, venant se superposer aux deux mondes antérieurs et plus grand qu’eux. Qu’une voix de Français salue ce monde au berceau ! et que cette voix soit la vôtre !

« Comme de simples pressentiments, des lueurs d’avenir, parcourez les actes officiels de la République romaine ; lisez quelques pages qu’Accursi vous signalera çà et là dans l’Italia del Popolo ; lisez les chants de Mameli ; songez à cette formule « Dieu et le Peuple » supprimant tous les intermédiaires entre la révélation divine et l’humanité ; rappelez-vous qu’elle s’est instinctivement, sans concert, sans contact, échappée simultanément du sein de Rome et de Venise ; comparez ce qui, sous notre drapeau de religion républicaine, a pu se développer en fait de courage, de force et de dévouement au cœur du peuple, avec les efforts impuissants des bataillons et des parcs d’artillerie monarchiques dans la campagne lombarde ; — je suis sûr que l’inspiration ne vous manquera pas ! Rome et Venise transformant les Transteverini et les Arsenalotti en héros sous le même drapeau, c’est l’unité italienne remplaçant le vieux dualisme guelfe et gibelin du Pape et de l’Empereur. Engagez-vous pour nous. Croyez-moi ; nous tiendrons votre engagement.

« Écrivez-moi si, de quelque manière que ce soit, je puis vous venir en aide dans votre tache.

« Votre ami dévoué,
« Joseph Mazzini. »



FIN DES SOLDATS DE LA RÉVOLUTION