Lettres à Herzen et Ogareff/À Ogareff (2-08-1870)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lettres à Herzen et Ogareff
Lettre de Bakounine à Ogareff - 2 août 1870



LETTRE DE BAKOUNINE À OGAREFF


2 août 1870. Locarno.


Voici mon ami Aga, le mot que m’a enfin envoyé « notre Boy ». Je l’ai reçu hier soir et je m’empresse de te le faire parvenir pour te consoler plus vite, comme je le suis déjà moi-même. Il n’y a pas à dire, nous avons eu un beau rôle d’idiots ! Comme Herzen se moquerait de nous deux, s’il était là, et combien il aurait raison ! Eh bien ! il n’y a plus qu’à avaler cette amère pilule qui, nous rendra plus avisés dorénavant.

Donne ce billet à lire à O. après quoi tu le laisseras en garde chez Tata, notre aimable archiviste. Je ne suis pas disposé à lui répondre ; je pense que tu en feras de même. Remets la lettre ci-jointe à Tata, dont je ne connais pas bien l’adresse. Mais, je t’en prie, ne l’oublie pas et ne la perds pas.

Je travaille beaucoup en attendant de savoir qui de nous sera battu. S’il arrive quelque chose d’important, télégraphie-moi aussitôt, je t’en prie.

Vois-tu souvent Tata, Joukovski, O. ? donne-moi de leurs nouvelles. Je leur ai écrit à tous, mais je n’ai pas encore reçu de réponse.


Ton M. B.


Nota. — Ce mot de « notre Boy » (Nétchaieff) ne fut jamais transmis par Ogareff à N. A. Herzen (Drag.).