Lettres à Herzen et Ogareff/À Ogareff (11-08-1870)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lettres à Herzen et Ogareff
Lettre de Bakounine à Ogareff - 11 août 1870



LETTRE DE BAKOUNINE À OGAREFF


11 août 1870. Locarno.


Mon cher Aga,


J’ai reçu ta lettre. Eh bien ! pendant que les grands événements se préparent, à la sourdine, tu t’occupes de projets pour notre journal et de ton article. Ah ! quel philosophe ! Hein ! ça va bien pour toi — tu n’es rien que Russe, tandis que moi, je suis internationaliste, par conséquent, les faits qui se passent actuellement en Europe, me donnent une véritable fièvre. Dans l’espace de trois jours je n’ai pas écrit moins de vingt-trois lettres, toutes très étendues. Nous allons assister à un nouveau vingt-quatre minuscule. À ce sujet, j’ai élaboré tout un plan ; O. te le fera voir ou ce qui vaudra mieux il te lira ma « Lettre à un Français ». De ton côté fais-moi cette amitié de remettre immédiatement la lettre ci-jointe à O. et de prier Marie de dire à l’épicier de m’envoyer de suite, contre remboursement, deux livres de thé à 5 francs, en lui donnant mon adresse.

S’il y a quelque nouvelle importante, télégraphie-moi en guise de supplément au « Journal de Genève ». Seulement, ne le fais pas par allusions, mais explicitement, en termes précis, en appelant les choses de leur véritable nom. Car, tous les télégrammes que tu m’envoies sont pour moi autant d’énigmes de Sphinx.


Ton M. B.