Lettres persanes/Lettre 108

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Texte établi par André Lefèvre, A. Lemerre (pp. 39-41).

Lettre 108

Rica à Ibben, à Smyrne.

J’ai vu le jeune monarque. Sa vie est bien précieuse à ses sujets. Elle ne l’est pas moins à toute l’Europe, par les grands troubles que sa mort pourrait produire. Mais les rois sont comme les dieux, et, pendant qu’ils vivent, on doit les croire immortels. Sa physionomie est majestueuse, mais charmante ; une belle éducation semble concourir avec un heureux naturel, et promet déjà un grand prince.

On dit que l’on ne peut jamais connaître le caractère des rois d’Occident jusques à ce qu’ils aient passé par les deux grandes épreuves de leur maîtresse et de leur confesseur. On verra bientôt l’un et l’autre travailler à se saisir de l’esprit de celui-ci, et il se livrera pour cela de grands combats : car, sous un jeune prince, ces deux puissances sont toujours rivales ; mais elles se concilient et se réunissent sous un vieux. Sous un jeune prince, le dervis a un rôle bien difficile à soutenir : la force du roi fait sa faiblesse ; mais l’autre triomphe également de sa faiblesse et de sa force.

Lorsque j’arrivai en France, je trouvai le feu roi absolument gouverné par les femmes, et, cependant, dans l’âge où il était, je crois que c’était le monarque de la terre qui en avait le moins besoin. J’entendis un jour une femme qui disait : "Il faut que l’on fasse quelque chose pour ce jeune colonel : sa valeur m’est connue ; j’en parlerai au ministre." Une autre disait : "Il est surprenant que ce jeune abbé ait été oublié ; il faut qu’il soit évêque : il est homme de naissance, et je pourrais répondre de ses mœurs." Il ne faut pas pourtant que tu t’imagines que celles qui tenaient ces discours fussent des favorites du prince ; elles ne lui avaient peut-être pas parlé deux fois en leur vie : chose pourtant très facile à faire chez les princes européens. Mais c’est qu’il n’y a personne qui ait quelque emploi à la cour, dans Paris ou dans les provinces, qui n’ait une femme par les mains de laquelle passent toutes les grâces et quelquefois les injustices qu’il peut faire. Ces femmes ont toutes des relations les unes avec les autres et forment une espèce de république dont les membres toujours actifs se secourent et se servent mutuellement : c’est comme un nouvel État dans l’État ; et celui qui est à la cour, à Paris, dans les provinces, qui voit agir des ministres, des magistrats, des prélats, s’il ne connaît les femmes qui les gouvernent, est comme un homme qui voit bien une machine qui joue, mais qui n’en connaît point les ressorts.

Crois-tu, Ibben, qu’une femme s’avise d’être la maîtresse d’un ministre pour coucher avec lui ? Quelle idée ! C’est pour lui présenter cinq ou six placets tous les matins, et la bonté de leur naturel paraît dans l’empressement qu’elles ont de faire du bien à une infinité de gens malheureux qui leur procurent cent mille livres de rente.

On se plaint, en Perse, de ce que le royaume est gouverné par deux ou trois femmes. C’est bien pis en France, où les femmes en général gouvernent, et non seulement prennent en gros, mais même se partagent en détail toute l’autorité.


De Paris, le dernier de la lune de Chalval 1717.