Liturgie de saint Jean Chrysostome/Liturgie des Catéchumènes

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Alexandre Stourdza.
Imprimerie de Belin-Mandar (p. 29-54).



L’OFFICE DIVIN


DE NOTRE BIENHEUREUX PÈRE


JEAN-CHRYSOSTOME


COMMENCE AINSI :


(LITURGIE DES CATÉCHUMÈNES.)


Le Diacre : Mon père, bénissez.

Le Prêtre : Béni soit le règne du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le Chœur : Ainsi soit-il.

Le Diacre : Prions en paix le Seigneur.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur, afin qu’il nous accorde sa paix, et le salut de nos âmes.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur pour la paix du monde entier, pour la prospérité des Saintes Églises de Dieu, et l’union de toutes.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur pour cette Sainte Église, et pour ceux qui y entrent avec foi, dévotion et crainte de Dieu.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur : pour le Saint-Synode et pour notre Métropolite ou Évêque N. (selon le Diocèse) ; pour l’Ordre vénérable des Prêtres et des Diacres en Jésus-Christ, pour tout le clergé et le peuple.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur : pour notre Très-pieux, Très-puissant et Très-auguste Monarque l’Empereur N. N. (Le Diacre commémore ensuite nominativement tous les membres de la Famille Impériale), pour toute sa maison et son armée.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur : qu’il daigne l’assister et abattre à ses pieds tout ennemi et adversaire.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur pour cette cité (pour ce saint Monastère), pour toute ville et contrée, et pour ceux qui y vivent dans la foi.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur : pour la salubrité de l’air, l’abondance des fruits de la terre, et la paix générale.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur : pour ceux qui sont sur mer, pour les voyageurs, les malades, les affligés, les captifs, et pour leur salut.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Prions le Seigneur, afin qu’il nous délivre de toute affliction, colère et nécessité.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Protégez-nous et sauvez-nous, Seigneur, faites-nous miséricorde et conservez-nous par votre grâce.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Commémorant notre Très-sainte, Très-pure, Très-bénie et glorieuse Reine, Marie, Mère de Dieu et toujours Vierge, et tous les Saints, recommandons-nous, tous et chacun de nous et mutuellement les uns les autres, et chaque instant de notre vie à Jésus-Christ notre Dieu.

Le Chœur : À vous, Seigneur.

Le Prêtre à haute voix : Car à vous appartient toute gloire, honneur et adoration, à vous, Père, et Fils, et Saint-Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le Chœur : Ainsi soit-il.

Les Chantres entonnent l’Antienne, et le Prêtre dit la prière de l’Antienne : le Diacre s’étant incliné quitte sa place habituelle et se met devant l’image du Seigneur, tenant son étole en la main droite.


PRIÈRE DE LA PREMIÈRE ANTIENNE.


Le Prêtre : Seigneur, notre Dieu, dont la puissance est ineffable, la gloire incompréhensible, dont la bonté est sans bornes et l’amour pour les hommes est inexprimable : daignez dans votre miséricorde jeter un regard sur nous et sur cette Sainte Église, et ouvrez-nous ainsi qu’à ceux qui prient avec nous le trésor de votre grâce et de vos miséricordes.

L’Antienne étant chantée, le Diacre se met à sa place habituelle, et s’inclinant, il dit :

Encore et de nouveau prions en paix le Seigneur.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Protégez-nous et sauvez-nous, Seigneur, faites-nous miséricorde et conservez-nous par votre grâce.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Commémorant notre Très-sainte, Très-pure, Très-bénie et glorieuse Reine, Marie, Mère de Dieu et toujours Vierge, et tous les Saints, recommandons-nous, tous et chacun de nous, et mutuellement les uns les autres, et chaque instant de notre vie à Jésus-Christ, notre Dieu.

Le Chœur : À vous, Seigneur.

Le Prêtre à haute voix : Car à vous appartient la puissance, le règne, la force et la gloire, à vous, Père, et Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles.

Le Chœur : Ainsi soit-il.

Les Chantres entonnent de la même manière la seconde Antienne ; le Diacre fait comme il est dit ci-dessus à la première Antienne.


PRIÈRE DE LA SECONDE ANTIENNE.


Le Prêtre : Seigneur, notre Dieu, sauvez votre peuple et bénissez votre héritage. Conservez la plénitude de votre Église, sanctifiez ceux qui aiment la gloire et la magnificence de votre maison, rendez-leur gloire pour gloire par votre Divine puissance, et ne nous abandonnez pas, nous qui mettons en vous toute notre espérance.

Le Diacre : Encore et de nouveau prions en paix le Seigneur.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Protégez-nous et sauvez-nous, Seigneur, faites-nous miséricorde et conservez-nous par votre grâce.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Commémorant notre Très-sainte, Très-pure, Très-bénie et glorieuse Reine, Marie, Mère de Dieu et toujours Vierge, et tous les Saints, recommandons-nous, tous et chacun de nous, et mutuellement les uns les autres, et chaque instant de votre vie à Jésus-Christ, notre Dieu.

Le Chœur : À vous, Seigneur.

Le Prêtre à haute voix : Car vous êtes bon et miséricordieux, ô notre Dieu, et nous vous rendons gloire, à vous, Père, et Fils, et Saint-Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le Chœur : Ainsi soit-il.


PRIÈRE DE LA TROISIÈME ANTIENNE.


Le Prêtre : Ô Seigneur, notre Dieu, qui avez daigné nous accorder la grâce de pouvoir vous offrir en commun ces prières, et qui avez promis d’exaucer les demandes que vous adresseraient deux ou trois de vos serviteurs qui seraient assemblés en votre nom, daignez exaucer en ce jour les prières de vos serviteurs, accordez-leur ce qui est le plus salutaire pour eux, donnez-leur la connaissance de votre vérité en ce monde et la vie éternelle en l’autre.

Alors les portes-saintes s’ouvrent pour la petite entrée, et lorsque dans le chant de la troisième Antienne, ou bien, si c’est un Dimanche, dans le chant des Béatitudes, le chœur est arrivé à ces paroles Gloire au Père, etc., le Prêtre et le Diacre se placent devant le saint Autel et s’inclinent trois fois ; le Prêtre prend le saint Évangile, le donne au Diacre, et partant du côté droit par derrière l’Autel, ils sortent par la porte du nord, précédés du céroféraire. Étant arrivés au lieu habituel (devant les portes-saintes), ils s’arrêtent et s’inclinent.

Le Diacre : Prions le Seigneur.


PRIÈRE DE L’ENTRÉE.


Le prêtre à voix basse : Ô Seigneur, notre Dieu et notre Souverain Maître, qui avez créé les Ordres célestes et les légions des Anges et des Archanges pour le service de votre gloire ; faites qu’à notre entrée s’unisse l’entrée de vos Saints Anges, pour vous servir avec nous, et pour célébrer vos bontés. Car à vous appartient toute gloire, honneur et adoration, à vous, Père, et Fils, et Saint-Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le Diacre, tenant son étole en la main droite et montrant l’orient, dit au Prêtre :

Mon père, bénissez la sainte entrée.

Le Prêtre en bénissant : Béni soit l’entrée de vos Saints, perpétuellement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le Diacre s’approche ensuite de l’Évêque ou du Supérieur, et lui donne l’Évangile à baiser ; en l’absence de l’un et de l autre, il le donne au Prêtre. Le dernier verset (τροπάριον) étant fini, le Diacre s’avance au milieu, et se plaçant devant le Prêtre, il élève un peu le saint Évangile en disant à haute voix :

Sagesse ! Tenons-nous avec respect.

Puis s’étant incliné il rentre, ainsi que le Prêtre qui le suit, dans le Sanctuaire. Il pose l’Évangile sur l’Autel.

Le Chœur : Venez, adorons, et prosternons-nous devant le Christ. Fils de Dieu, qui êtes merveilleux dans les Saints, sauvez-nous, nous qui vous chantons : Alléluia.

Si c’est un Dimanche, on chante :

Ô vous qui êtes ressuscité d’entre les morts, nous vous chantons : Alléluia.

Alors suivent les versets (τροπάρια) ordinaires, et au moment du dernier verset, le Diacre inclinant la tête et tenant son étole en la main droite, dit au Prêtre :

Mon père, bénissez le temps du Trisagion.

Le Prêtre en bénissant : Car vous êtes Saint, ô notre Dieu, et nous vous rendons gloire, à vous, Père, et Fils, et Saint-Esprit, maintenant et toujours.

Le verset étant fini, le Diacre s’avance vers les portes-saintes, et montrant d’abord avec son étole la sainte image du Sauveur, il dit :

Seigneur, sauvez ceux qui sont pieux, et exaucez-nous.

Montrant ensuite ceux qui sont dehors, il dit à haute voix :

Et dans les siècles des siècles.

Le Chœur : Ainsi soit-il.


TRISAGION.


Le Chœur : Dieu Saint, Dieu Tout-puissant, Dieu Éternel, ayez pitié de nous (3 fois).

Gloire au Père, au Fils, et au Saint-Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Dieu Éternel, ayez pitié de nous.

Dieu saint, Dieu Tout-puissant, Dieu Éternel, ayez pitié de nous (1 fois).

Pendant qu’on chante le Trisagion, le Prêtre dit la prière suivante :


PRIÈRE DU TRISAGION.


Dieu Saint, qui reposez dans vos Élus, et que les Séraphins célèbrent par le cantique trois fois saint ; qui êtes glorifié par les Chérubins et adoré par toutes les Puissances célestes ; vous qui avez tiré du néant tout ce qui existe, et qui avez créé l’homme à votre image et ressemblance, qui l’avez orné de tous vos dons ; vous qui donnez la sagesse et l’intelligence à celui qui vous les demande, et qui ne réprouvez pas le pécheur, mais qui lui posez la pénitence comme moyen de salut ; vous qui avez daigné permettre à nous vos humbles et indignes serviteurs, de paraître en cette heure devant la magnificence de votre saint Autel, et de vous offrir l’adoration et la glorification qui vous sont dues, acceptez, ô Dieu Tout-puissant, l’hymne trois fois saint que profèrent nos lèvres impures, et visitez-nous dans votre bonté ; remettez-nous toute faute volontaire ou involontaire, sanctifiez nos âmes et nos corps, et faites que nous puissions vous servir en sainteté tous les jours de notre vie : Par les prières de la Très-sainte Mère de Dieu et de tous les Saints qui vous ont complu en tous les siècles :

Car vous êtes Saint, ô notre Dieu, et nous vous rendons gloire, à vous, Père, et Fils, et Saint-Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Cette prière étant finie, le Prêtre et le Diacre récitent eux-mêmes trois fois le Trisagion, s’inclinant pareillement trois fois devant le saint Autel. Ensuite le Diacre dit au Prêtre :

Mon père, ordonnez.

Ils se retirent l’un et l’autre vers le siége supérieur, et le Prêtre dit en y allant :

Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Le Diacre : Mon père, bénissez le siége supérieur.

Le Prêtre : Soyez béni sur le trône de la gloire de votre règne, vous qui êtes assis sur les Chérubins, perpétuellement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

(Il est à remarquer que le Prêtre ne doit pas monter au siége supérieur, mais il doit s’asseoir ou se tenir au côté méridional de ce siége.)

Le Trisagion étant fini, le Diacre se place devant les portes-saintes.

Le Diacre : Soyons attentifs.

Le Prêtre à haute voix : Que la paix soit avec tous.

Le Lecteur : Et avec votre esprit.

Le Diacre : Sagesse.

Le Lecteur lit les versets du jour, tirés des Psaumes de David.

Le Diacre : Sagesse.

Le Lecteur lit le titre de l’Épître.

Le Diacre : Soyons attentifs.

À la fin de l’Épître le Prêtre dit :

Que la paix soit avec vous.

Le Lecteur : Et avec votre esprit.

Le Diacre : Sagesse.

Le Lecteur : Alléluia.

Pendant qu’on chante l’Alléluia, le Diacre prend l’encensoir et l’encens, vient au Prêtre, et ayant reçu sa bénédiction, il encense l’Autel dont il fait le tour, puis tout le Sanctuaire et le Prêtre.


PRIÈRE AVANT L’ÉVANGILE.


Le Prêtre : Seigneur, Dieu de bonté, faites briller dans nos cœurs la lumière incorruptible de votre sagesse, éclairez notre intelligence afin que nous puissions comprendre la prédication de votre Évangile. Mettez aussi en nous la crainte de vos saints commandements, afin que surmontant toutes les convoitises de la chair nous menions une vie spirituelle, en pensant et en agissant en toute chose, comme il vous est agréable. Car vous êtes la lumière de nos âmes et de nos corps, ô Seigneur Jésus, qui êtes notre Dieu, et nous vous rendons gloire, ainsi qu’à votre Père Éternel, et à votre Très-saint, bon, et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Le Diacre, ayant déposé l’encensoir, vient au Prêtre, s’incline devant lui, et tenant son étole ainsi que le saint Évangile, sans l’enlever de dessus l’Autel, dit :

Mon père, bénissez celui qui va annoncer l’Évangile selon le Saint Apôtre et Évangéliste N.

Le Prêtre bénissant : Que Dieu par les prières du Saint, et glorieux, et très-célèbre Apôtre et Évangéliste N. donne à vous, qui annoncez la parole, de le faire avec grand fruit, pour accomplir l’Évangile de son bien-aimé Fils, notre Seigneur Jésus-Christ.

Le Diacre : Ainsi soit-il.

Il s’incline devant le saint Évangile, le prend, et précédé du céroféraire sort du Sanctuaire par les portes-saintes, et se place sur l’ambon, ou à la place qui est destinée à cette lecture.

Le Prêtre devant l’Autel, et tourné vers l’occident, dit à haute voix :

Sagesse, tenons-nous avec respect, écoutons le saint Évangile.

Ensuite : Que la paix soit avec tous.

Le Peuple : Et avec votre esprit.

Le Diacre : Lecture du saint Évangile selon St. N.

Le Chœur : Gloire à vous, Seigneur, gloire à vous.

Le Prêtre : Soyons attentifs.

Après la lecture du saint Évangile le Prêtre dit :

La paix soit avec vous qui annoncez l’Évangile.

Le Chœur : Gloire à vous, Seigneur, gloire à vous.

Le Diacre revient jusqu’aux portes-saintes, remet le saint Évangile au Prêtre : on referme les portes-saintes, et le Diacre, se mettant à sa place accoutumée, dit :

Disons tous du fond de notre cœur, et de tout notre esprit, disons :

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Seigneur Tout-puissant, Dieu de nos pères, nous vous supplions, exaucez-nous et ayez pitié.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Ayez pitié de nous, ô Dieu, selon la grandeur de votre miséricorde, nous vous supplions, exaucez-nous et ayez pitié.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Diacre : Nous prions encore pour notre Très-pieux, Très-puissant, et Très-auguste Monarque l’Empereur N. N. etc. afin qu’il lui soit accordé puissance, victoire, longue vie, paix, santé, salut, et que le Seigneur notre Dieu l’assiste et le seconde en toute chose, et abatte à ses pieds tout ennemi et adversaire.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Diacre commémore ensuite nominativement tous les membres de la Famille Impériale.


PRIÈRE DE LA SUPPLICATION ARDENTE.


Le Prêtre : Seigneur notre Dieu, daignez écouter cette fervente supplication que vous adressent vos serviteurs ; ayez pitié de nous, selon la multitude de vos bontés ; répandez vos grâces sur nous et sur tout votre peuple qui attend de vous une grande miséricorde.

Le Diacre : Nous prions encore pour le Saint-Synode et pour notre Métropolite ou Évêque N. (selon le Diocèse) et pour toute notre confraternité en Jésus-Christ.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Diacre : Nous prions encore pour toute l’armée qui croit en Jésus-Christ.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Diacre : Nous prions encore pour nos frères, Prêtres et Religieux, et pour toute notre fraternité en Jésus-Christ.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Diacre : Nous prions encore pour les bienheureux et à jamais mémorables Patriarches orthodoxes, pour les pieux Empereurs et Impératrices, pour les fondateurs de cette sainte demeure, pour tous nos pères et frères orthodoxes décédés avant nous, qui reposent ici et en tout autre lieu.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Diacre : Nous prions encore pour les bienfaiteurs de cette Sainte Église, pour ceux qui lui donnent de leur bien, pour tous ceux qui y servent, qui y chantent, et pour tout le peuple présent ici et qui attend du Seigneur une grande et infinie miséricorde.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Prêtre à haute voix : Car vous êtes un Dieu miséricordieux et qui aimez les hommes, et nous vous rendons gloire, à vous, Père, et Fils, et Saint-Esprit : Maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le Chœur : Ainsi soit-il.

Quand on fait l’oblation pour les défunts, le Prêtre ou le Diacre dit la Litanie suivante :

Ayez pitié de nous, ô notre Dieu, selon votre grande miséricorde, nous vous supplions, exaucez-nous et ayez pitié.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Diacre : Nous prions encore pour le repos des âmes des serviteurs de Dieu N. N. décédés, et pour le pardon de tous leurs péchés volontaires ou involontaires.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Diacre : Que le Seigneur Dieu place leurs âmes là où reposent les justes.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié (3 fois).

Le Diacre : Demandons à notre Seigneur Jésus-Christ qui est le Roi immortel et notre Dieu, de leur faire miséricorde, de leur accorder le Royaume des cieux et la rémission de leurs péchés.

Le Chœur : Seigneur, accordez (3 fois).

Le Diacre : Prions le Seigneur.

Le Prêtre : Dieu des esprits et de toute chair, qui avez vaincu la mort, terrassé le démon et donné la vie au monde : daignez, Seigneur, accorder aux âmes de vos serviteurs N. N. décédés le repos dans le lieu de rafraîchissement, de lumière et de paix, dans ce lieu d’où la douleur, la tristesse, les angoisses sont bannis. Ô Dieu bon et infiniment miséricordieux, pardonnez-leur tous les péchés qu’ils ont commis par pensées, par paroles, et par actions, car nul homme en ce monde n’est sans péché ; vous seul en êtes exempt : votre justice est la justice éternelle, et votre parole est la vérité.

À haute voix : Car vous êtes, ô Jésus-Christ notre Dieu, la résurrection, le repos et la vie de vos serviteurs N. N. décédés, et nous vous rendons gloire ainsi qu’à votre Père Éternel, et à votre Très-saint, bon, et vivifiant Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles,

Le Chœur : Ainsi soit-il.

Le Diacre : Catéchumènes, priez le Seigneur.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Fidèles, prions pour les catéchumènes, afin que le Seigneur ait pitié d’eux.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Pour qu’il les instruise de la parole de la vérité.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Afin qu’il leur révèle l’Évangile de justice.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Afin qu’il les unisse à sa sainte Église Catholique et Apostolique.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Sauvez-les par votre grâce.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.

Le Diacre : Catéchumènes, inclinez vos têtes devant le Seigneur.

Le Chœur : Devant vous, Seigneur.

Prière pour les Catéchumènes avant la Sainte Oblation.

Le Prêtre : Seigneur, notre Dieu, qui habitez au plus haut des cieux et qui cependant daignez regarder les humbles ; vous qui pour sauver les hommes avez envoyé sur la terre votre Fils unique et Dieu notre Seigneur Jésus-Christ ; jetez les yeux sur vos serviteurs catéchumènes qui inclinent leur tête devant vous ; rendez-les dignes au temps convenable du Sacrement de la Régénération, de la rémission de leurs péchés, et du vêtement de l’incorruptibilité ; unissez-les à votre Sainte Église Catholique et Apostolique, et aggrégez-les à votre troupeau choisi.

À haute voix : Afin qu’ils glorifient aussi avec nous votre Très-glorieux et magnifique nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Le Chœur : Ainsi soit-il.

LE PRÊTRE ÉTEND L’ANTIMINSE.

Le Diacre : Tous, tant que vous êtes catéchumènes, sortez. Sortez, catéchumènes. Quiconque est catéchumène, qu’il se retire ; que nul catéchumène ne reste. Et vous fidèles, encore et de nouveau prions en paix le Seigneur.

Le Chœur : Seigneur, ayez pitié.