éléments Wikidata

Livre:Bouillier - Georg Christoph Lichtenberg, 1914.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bouillier - Georg Christoph Lichtenberg, 1914.djvu
TitreGeorg Christoph Lichtenberg (1742-1799) : essai sur sa vie et ses œuvres littéraires
Volumesuivi d’un choix de ses aphorismes
AuteurVictor Bouillier Voir et modifier les données sur Wikidata (et Georg Christoph Lichtenberg Voir et modifier les données sur Wikidata)
Maison d’éditionLibrairre ancienne Honoré Champion ; Édouard Champion
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1914
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série

Pages

Page:Bouillier - Georg Christoph Lichtenberg, 1914.djvu/269

Page:Bouillier - Georg Christoph Lichtenberg, 1914.djvu/270 Page:Bouillier - Georg Christoph Lichtenberg, 1914.djvu/271

CHAPITRE XI

IDÉES PHILOSOPHIQUES DE LICHTENBERG

Pages.

Lichtenberg s’est intéressé à la philosophie en curieux, sans jamais adhérer complètement à aucun système. — Leibniz. — Jacob Böhme. — Beattie. — Le spinozisme de Lichtenberg. — La philosophie Kantienne lui inspire une grande admiration, mêlée d’hésitations et de réserves. — La métempsycose 115

CHAPITRE XII

IDÉES RELIGIEUSES ET POLITIQUES DE LICHTENBERG

Malgré son incroyance, Lichtenberg a des accès de religiosité. — Il a, d’autre part, de petites manies superstitieuses. — Ses préventions contre le catholicisme. — Son anti-sémitisme. — Condition des Juifs en Hanovre au xviiie siècle. — Idées politiques de Lichtenberg. — Très favorable à la Révolution française pendant les premières années, il finit par s’indigner de ses excès. — Sa sympathique curiosité pour Bonaparte en 1797 127

CONCLUSION 138

APPENDICE

Extraits de Lichtenberg (traduction) 149

— — (texte allemand) 217






Paris, — Typ. Ph. Renouard, 19, rue des Saints-Pères. — 3789