Livre:Lefranc - Maurice de Guérin, 1910.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lefranc - Maurice de Guérin, 1910.djvu
Titre Maurice de Guérin d’après des documents inédits
Auteur Abel Lefranc
Maison d’édition Librairie ancienne Honoré Champion
Lieu d’édition Paris
Année d’édition 1910
Bibliothèque Internet Archive
Fac-similés djvu
Avancement À corriger


Pages


Info icon 001.svg
Ce texte est dans le domaine public aux États-Unis, mais encore soumis aux droits d’auteur dans certains pays, notamment en Europe. Les téléchargements sont faits sous votre responsabilité.
Page:Lefranc - Maurice de Guérin, 1910.djvu/349

Page:Lefranc - Maurice de Guérin, 1910.djvu/350

Chapitre VII. — L’épanouissement. 1834-1837 123

Guérin à Paris. — Le tronc de lilas. — Il retrouve d’Aurevilly. — Correspondance inédite. — Collaboration aux revues. — Une grande épreuve. — Période féconde. — La conception et la composition du Centaure. — Le Louvre. — Un prototype possible. — Le Centaure de Rabbe. — Texte de ce morceau. — Grandeur et supériorité de l’œuvre de Guérin. — Autre rapprochement : L’Adolescence de Rabbe et la Bacchante. — Bacchus dans l’Inde ; l’Hermaphrodite. — Confidences émouvantes fournies par les lettres à d’Aurevilly. — Le dernier terme de son « naturisme ». — Vie extérieure de Guérin vers 1836. — Témoignages nouveaux. — Son élégance retrouvée. — Cecilia Metella et Amaïdée. — L’âme de Somegod. — Vie sentimentale de Guérin. — La grande passion féminine de son existence. — Drame moral. — Conséquences lointaines. — Secret momentané. — Les lettres d’amour de Maurice. — Barbey et Madame***.

Chapitre VIII. — Les dernières années. Le témoignage des « Memoranda ». 1836-1889 179

Quatre années de la vie de Guérin ; son existence, d’après les Memoranda d’Aurevilly, source inappréciable — Fraternité d’âmes. — La journée des deux amis. — D’Aurevilly et les dames de Gervain. — Les fiançailles de Maurice. — Ses lettres à Caro et à sa tante. — Le séjour au Cayla en 1837-38. — Extraits des Memoranda relatifs à Maurice et à Eugénie. — Révélations qu’on leur doit. — Une lettre inédite de Guérin à d’Aurevilly : plainte poignante entre toutes. — Les autres pièces de cette correspondance : leurs beautés. — L’ensemble constitue un vrai chef-d’œuvre. — Le Livre d’Or. — Les vers d’Amédée Renée.

Conclusion 212

Notes additionnelles 217

Appendices :

I. — Articles de Guérin : Martin de Gallardon 223

La chapelle expiatoire 227

II. — Quelques lettres inédites de Guérin 233

III. — Quelques poésies inédites ou non recueillies dans les éditions 262

IV. — Poésies d’Eugénie relatives à son frère 290

V. — La fin d’une énigme : Eugénie de Guérin et Jules Barbey d’Aurevilly 310

VI. — Documents divers 312

VII. — Quelques remarques 314