Livre:Mockel - Stéphane Mallarmé, un héros, 1899.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mockel - Stéphane Mallarmé, un héros, 1899.djvu
Titre Stéphane Mallarmé, un héros
Sous-titre {{{Sous_titre}}}
Auteur Albert Mockel
Illustrateur {{{Illustrateur}}}
Maison d’édition Édition du Mercure de France
Lieu d’édition Paris
Année d’édition 1899
Publication originale {{{Publication}}}
Bibliothèque Bibliothèque nationale de France
Internet Archive
Fac-similés djvu
Avancement À corriger





ANALYSE



Les pages qui précèdent sont quelque peu touffues. Je ne crois pas inutile de résumer, sous forme de table des matières, le contenu de ces cinq petits chapitres.. On y verra mieux ce que j’aurais dû écrire.

I. Stéphane Mallarmé nous offre l’image parfaite du Poète. Aspect du Poète à diverses époques de l’histoire littéraire. Sa place dans l’état social actuel. Stéphane Mallarmé veut allier à l’idée du Poète celle de la solitude. Son attitude est comme la cristallisation du rêve des Romantiques ; elle garde en puissance ce qu’il imaginaient en action. — Psychologie de cete attitude 7

II. Tendance de Stéphane Mallarmé vers une beauté strictement intellectuelle. Il pousse à l’absolu la méthode des classiques. Son art s’oppose à l’art « décadent ». Il manifeste le génie propre de la France par ses formes plastiques ; ses ormes musiques n’y sont pas étrangères ; l’expression littélaire de l’émotion chez Stéphane Mallarmé rappelle elle-même la tradition classique française. La pensée et la volonté sont directrices de son œuvre, comme des œuvres classiques. Sa conception du symbole implique leur domination. Son art est l’expression des qualités de sa race 16

III. L’obscurité actuelle de Stéphane Mallarmé est la conséquence de l’attitude qu’il prête au Poète moderne. L’obscurité, en art, est chose variable selon le temps. Comparaison avec Bach, Beethoven, Wagner. Causes particulières de l’obscurité chez Mallarmé, 1° La ponctuation, compliquée dans la prose, souvent supprimée dans les vers. Souci minutieux pour tout ce qui touche à l’art d’écrire. 2° L’absence d’ornements. La plupart des lecteurs ne voient que l’aspect extérieur du poème ; ils en négligent la beauté essentielle. 3° Expression indirecte des idées. Il suggère par allusion. L’allusion n’est qu’une variété de la métaphore, — la plus propre au génie de la France. Aisément comprise dans la causerie, elle paraît obscure dans le poème. Elle n’est accessible qu’à une élite 27

IV. — Philosophie. Complication des idées chez Stéphane Mallarmé. Ce caractère est peut-être moins français ; mais il est moderne. Idéalisme subjectif ; symbolisme de la nature. Mallarmé voit les idées et les images entrelacées en une chaîne sans fin. 4° Cause d’obscurité. Le poète se place au centre des idées et les évoque simultanément. Exemple par l’analyse d’un sonnet. Logique et syntaxe innovées. Les idées harmoniques obscurcissent l’idée principale en l’accroissant cette obscurité n’est pas définitive. Comparaison de la cloche 43

V. Ces quatre causes d’obscurité se réduisent à une seule : en son œuvre inachevé, le poète a tenté l’art absolu. Conditions de ce dessein ; il suppose de l’héroïsme. Stéphane Mallarmé est un héros par le cœur et par l’intelligence. Le sentiment qui domine son œuvre est un sentiment héroïque : l’indignation. L’esprit de sacrifice chez Stéphane Mallarmé. La simplicité du poète et la grandeur de son exemple 59




Paris. — Impr. Lucien Marpon, 128, Rue d’Alésia.