Livre:Robert - La Poétique de Racine, 1891.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Robert - La Poétique de Racine, 1891.djvu
Titre La Poétique de Racine : étude sur le système dramatique de Racine et la constitution de la tragédie française
Auteur Pierre Robert Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’édition Librairie Hachette et Cie
Lieu d’édition Paris
Année d’édition 1891 (2e éd.)
Bibliothèque Internet Archive
Fac-similés djvu
Avancement À corriger

Pages

- - - - - -  i  ii  iii  iv  v  vi  vii  viii  ix  x 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 - - - - - -
TABLE DES MATIERES

Introduction

PREMIÈRE PARTIE

LA TRAGÉDIE FRANÇAISE DE JODELLE A RACINE CHAPITRE I

LA TRAGÉDIE CLASSIQUE ET LES MYSTÈRES DU MOYEN AGE La tragédie ne doit rien aux mystères. — Différence complète de ces deux genres dramatiques 1

CHAPITRE II

RENAISSANCE ET PREMIÈRES IMITATIONS DE L’ ANTIQUITÉ On commence par traduire : traductions de Sophocle, d’Euripide. — Bientôt imitations : on imite surtout la forme extérieure de la tragédie grecque. — On admire et on imite Sénèque 6

CHAPITRE III

JODELLE

Ses tragédies, déclamations en vers. — Abandon des sujets nationaux. Les chœurs sont conservés. — Progrès dans le style 9 CHAPITRE IV

DE JODELLE A HARDY

Période gréco-latine. Tragédies régulières. — 1° Sujets antiques. Principaux auteurs : La Péruse ; Jacques Grévin ; Robert Garnier, de beaucoup le meilleur tragique de cette époque : ses qualités d’auteur dramatique et d’écrivain ; Montchrétien : harmonie du style. — 2° Sujets bibliques : le Sacrifice d’Abraham, par Théodore de Bèze ; les trois David de Desmazures ; Saùl et les Gabaonites de Jean de la Taille. — 3° Sujets divers. Pièces politiques. Drames en prose. Drames romanesques. Pastorales. — 4° Résumé. État de notre théâtre tragique à la fin du xvi e siècle 12

CHAPITRE V

APPARITION DU THÉÂTRE IRRÉGULIER Influence des théâtres étrangers. — Pastorale et tragi-comédie 17


CHAPITRE VI

HARDY ET LE THÉÂTRE IRRÉGULIER

Hardy improvisateur dramatique. — Plus de mouvement dans l’action. — Brutalité. Pas d’analyse de sentiments. — Platitude du style. — Tyr et Sidon de Jean de Schelandre. Les Bergeries de Racan 19

CHAPITRE VII

RÈGLES ET THÉORICIENS DE SCALIGER A d’AUBIGNAC I. — 1° Aristote et ses commentateurs. — J.-C. Scaliger. Principaux points de sa poétique. — Définition de la tragédie. — Division en cinq actes. — Unité de temps. — 2° Jacques Grévin, dans son Bref discours pour l’intelligence de son théâtre, revendique le droit d’écrire en français. — 3° Jean de la Taille, dans son Art de la tragédie, formule netteuient la règle des trois unités. — 4° Ronsard, dans la préface de la Franciade, adopte l’unité de temps.

II. — Protestations contre les règles. — 1° Beaubreuil. — 2° Laudun Dai~ galiers, dans son Art poétique français, repousse la règle des vingt-quatre heures. — 3° Hardy et son peu de souci des règles. — 4° Préface de Tyr et Sidon, manifeste de François Ogier en faveur de la tragi-comédie ; importance de ce manifeste.

III. — 1° Désir d’une plus grande régularité. — Lettre de Racan qui accepte l’unité de temps, non l’unité de lieu. — 2° Heinsius, importance de son traité de Tragœdiœ constitutions — 3° Le règne des règles. — Chapelain, rôle qui lui est attribué au xvn e siècle. — 4° Mairet et la préface de Silvanire, manifeste en faveur des pièces régulières et des trois unités. — Sophonisbe de Mairet, première application supérieure des règles. — Dernières protestations contre les règles. — Rayssiguier. D’Urval. — 5° Contemporains de Mairet : Tristan, Du Ryer, Rotrou. — Appréciation du génie de Rotrou. — Défauts du temps. — Qualités personnelles. — Influence de Corneille sur Rotrou. — Rotrou précurseur de Racine dans son imitation intelligente de l’antiquité et dans la peinture de l’amour. — 6° La Mesnardière et sa Poétique. — D’Aubignac et sa Pratique du théâtre 24

CHAPITRE VIII

CORNEILLE

1° Corneille et les règles. — Sa véritable pensée sur les règles, d’après ses préfaces, épîtres, examens et discours : ni dérèglement ni sévérité excessive. — 2° Poétique de Corneille d’après son théâtre. — Ce qu’il apporte de nouveau : bon sens, décence, naturel, vérité, peinture de l’homme moral, c onflit d e la pass ion et du devoir . — Défauts : exagération de la grandeur et" de l’héroïsme ; femmes trop viriles. — Rôle dans son théâtre de la politique et de l’histoire. — Inégalité du style. — Goût de plus en plus marqué pour les pièces embarrassées ou implexes 52

CHAPITRE IX

QLINAULT

Raisons de son succès. — On est fatigué des héroïnes de Corneille. — La tendresse et le romanesque sont à la mode. — Ses défauts et ses qualités s’accordent avec le goût du jour 67


DEUXIÈME PARTIE

LA POÉTIQUE DE RACINE D’APRÈS SON THEATRE CHAPITRE I

PLAGE DE RACINE DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA TRAGÉDIE C’est un véritable créateur. — Substitution de la tragédie de caractère à la tragédie de situation. Plus grande ressemblance de son théâtre avec la vie 71

CHAPITRE II

SIMPLICITÉ DU THÉÂTRE DE RACINE

Étude des différentes pièces de Racine au point de vue de la simplicité. — 1° La Thébaïde. — Comparaison avec Euripide, Sénèque et Rotrou. — Imitation de Racine et simplification. — 2° Alexandre. — 3° Andromaque. — Comparaison avec Euripide, Sénèque et Corneille. — Comment Racine imite ses devanciers et simplifie leur plan. — 4° BritauïiiQUs . — 5° Bérénice, Corneille et Racine. — C° Bajazet. — génie. Euripide, Rotrou et Racine. — 9° Phèdre. Euripide, Sénèque et Racine. — 10° Esther. — 11° Athalie. — Conclusion. Conséquences de la simplicité d’action : Peu de faits, peu de personnages, conformité avec les trois unités, pas d’innovation dans la forme extérieure du ) poème dramatique 74

CHAPITRE III

LES CARACTÈRES

Les passions. — 1° L’amour. L’amour chez les hommes. Amour violen t " :" Preste . Pyrrhus, Néron, Mithridate, Pharnace. — 2° AmouFcne v aleresque : Britanicus, Achille, Bajaze !, Xipharès, Hippolyte, Antiochus, TifûsT — 3° L’amour chez les femmes. Amour timide : Junie, Iphigénie, Aricie. — Amour héroïque : Atalide, Bérénice, Monime. — Amour violent : Ériphile, Hermione. — Amour sensuel : Roxane. — 4° La jalousie dans le théâtre de Racine . — La jalousie n’existe pas dans le théâtre de Corneille. Elfe apparaît chez Rotrou, dans Hercule mourant ; surtout dans La’ure persécutée et dans Venceslas. Elle est plus d’une fois traitée par Racine : Hermione, Néron, Mithridate, Phèdre. — 5° L’amour materne  : Andromaque et Clytemnèstre. — 6° L’ambition chez la femme : Agrippine, Athalie. — 7° L’ambition chez les hommes : Agamemnon, Acomat, Joad. — 8° Personnages secondaires : Ulysse, Narcisse, OEnone, Mathan, Aman, Abner ; chacun a une physionomie particulière. — 9° Le christianisme dans le théâtre de Racine. En même temps que nos faiblesses il peint le châtiment. — Rapport du jansé- nisme de Pascal et de la morale de Racine. Racine et les sujets bibliques. — 10° Conclusion à tirer de l’analyse des caractères. Les personnages de Racine sont, non pas abstraits, mais généraux, non pas froids et uniformes, mais vivants, variés et passionnés. Opinion de Vol- ! taire au sujet de l’amour dans le théâtre de Racine. Les personnages

ne sont pas des peintures historiques. Il ne devait pas, il ne pouvait pas le faire, en réalité il ne l’a pas fait. Ce ne sont pas non plus des portraits des contemporains. — 11° Conséquences générales de la substitution de la tragédie de caractère à la tragédie de situation 104

CHAPITRE IV PLUS GRANDE RESSEMBLANCE DE SON THÉÂTRE AVEC LA VIE

Plus de vérité dans les passions et les caractères, même dans les intrigues et dans les moyens employés, excepté dans ses deux premières pièces. — 1° La Thébaïde et Alexandre, he romanesque et l’imitation de Corneille. — 2° A partir d’Andromaque, vérité, familiarité même, de l’in- 1 renie. — 3° Rapports de la tragédie de Racine et de la comédie. — Vérité dans les caractères. — 5° De la pitié dans le théâtre de Racine 184

CHAPITRE V DU STYLE DE RACINE, L’ÉLÉGANCE DE L'EXPRESSION. 196


TROISIEME PARTIE LA POÉTIQUE DE RACINE D’APRÈS SES PRÉFACES

LA RAISON DANS LA LITTÉRATURE CLASSIQUE AU XVII e SIÈCLE /. 209

CHAPITRE I LA RAISON DANS L’OEUVRE DE RACINE 211

CHAPITRE II

CE QU EST POUR RACINE UNE TRAGEDIE. 214

CHAPITRE III LA THÉORIE DE L’INVENTION

Faire quelque chose de rien. — Racine défend lui-même dans ses différentes préfaces la simplicité d’action. — Préface de Bérénice 216

CHAPITRE IV LES PERSONNAGES

Opinion des contemporains sur la fidélité historique de Corneille et de . Racine. — Racine prétend que tout est fidèlement tiré de l’histoire. — / Contradiction apparente avec sa théorie de l’invention 226

CHAPITRE V DU CHOIX DU PERSONNAGE TRAGIQUE

Dignité du héros. — Opinion d’Aristote. Le personnage doit être imparfait 242

CHAPITRE VI HÉROS ET CÉLADONS 247

CHAPITRE VII SENSIBILITÉ DU POÈTE /. 250

CHAPITRE VIII VIOLENCE DES PASSIONS Racine, Corneille et Shakespeare 253

CHAPITRE IX l’amour dans le théâtre de racine Opinions différentes de Corneille et de Racine 259

CHAPITRE X LES RÈGLES

IL se conforme aux règles, et ne veut pas avoir l’air de les prendre au sérieux 263

CHAPITRE XI beauté des sentiments

Délicatesse de l’art classique qui évite la platitude et la trivialité 269

CHAPITRE XII DU THÉÂTRE CONSIDÉRÉ COMME UNE ÉCOLE DE VERTU

Caractère de Phèdre. — Préface de Phèdre. — Réconciliation avec Port- Royal 272

CHAPITRE XIII RACINE RENONCE AU THÉÂTRE

I. Causes de sa retraite. — 1° Circonstances extérieures. — 2° Critiques de ses adversaires. — 3° Retour à la religion. — II. Son détachement de la poésie fut-il absolu ? , 281

QUATRIEME PARTIE INFLUENCE DE RACINE SUR LE THÉÂTRE FRANÇAIS CRITIQUES DIRIGÉES CONTRE LUI EN FRANCE ET A L’ÉTRANGER

CHAPITRE I LA TRAGÉDIE DE RACINE A PONSARD

Thomas Corneille, Pradon, Campistron, Créhillon, Voltaire, Luce de Lancival, Lebrun, Ponsard 301

CHAPITRE II OPINION DES CRITIQUES DU XVIII e SIÈCLE

Vauvenargues, Voltaire, La Harpe. — Enthousiasme pour Racine 309

CHAPITRE III INNOVATIONS ET CRITIQUES AU XVIII e SIÈCLE

La Chaussée, Diderot, Mercier. — Comédie larmoyante. — Tragédie bourgeoise. Drame 313

CHAPITRE IV LES CRITIQUES ALLEMANDS ET LA TRAGÉDIE FRANÇAISE.

Lessing, Schiller, Gœthe, Schlegel 320

CHAPITRE V LES ROMANTIQUES EN FRANCE

V. Hugo, Stendhal 334

CHAPITRE VI CRITIQUES CONTEMPORAINS

L’école historique. — L’école classique. — La critique allemande. Lotheissen 340

Conclusion 341

APPENDICE

I. — Breitinger et les unités d’Aristote avant le Cid 349

II. — Art poétique de Vauquelin de la Fresnaye 350

III. — Art de la tragédie de Jean de la Taille 350

IV. — Art poétique de Laudun Daigaliers 352

V. — Opinion de Chapelain sur les règles 352

VI. — Racine et Segrais à propos de Bajazet 353

VII. — Dates des préfaces de Racine 354.

VIII. — A propos à’Esther. Lettre de Racine 354

IX. — Jugement favorable de F. Schlegel sur la tragédie française 355

Couloummiers. — TYP. Paul BRODARD