éléments Wikidata

Livre:Visan - L’Attitude du lyrisme contemporain, 1911.djvu

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Visan - L’Attitude du lyrisme contemporain, 1911.djvu
TitreL’Attitude du lyrisme contemporain
AuteurTancrède de Visan Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionMercure de France
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1911
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

- - - - - - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 np - - - -
TABLE


INTRODUCTION 5


FRANCIS VIELÉ-GRIFFIN ET L’IDÉE DE VIE

Introduction. — Quelques mots sur l’homme. — I. Le symbolisme c’est la« réintégration de l’idée dans la poésie ». L’art de Vielé-Griffin illustre la phrase de Brunetière. — Différence entre le philosophe et le poète : l’un pense abstrait, l’autre concret et, par le lyrisme, rend l’idée sensible au cœur. — II. Une seule et grande idée chez Griffin, celle de Vie ou d’activité créatrice. Elle se décompose en deux autres : idée de beauté et de retour éternel qui constituent son système moral. — III. Ces idées Griffin ne les analyse pas, il les chante. — Les trois caractères de tout lyrisme : la simplicité, le sensualisme, la passion. — Grifiin et les origines de la chanson populaire. — IV. Quelques mots sur sa forme 17


HENRI DE RÉGNIER ET LA VISION CENTRALE

I. La nature est un vaste réservoir de sensations. L’artiste extrait de cet ensemble et choisit ce qui lui semble le plus représentatif. Ce choix est dicté par la vision du poète. D’où la possibilité de classer les artistes d’après leur mode de vision. — II. Mécanisme de la vision poétique. Deux sortes de visions : la vision périphérique et la vision centrale. — III. Régnier synthétise et résume en son art ces deux modes de vision. Régnier tour à tour romantique, parnassien, symboliste. Exemples. — IV. Son classicisme renouvelé 51


ÉMILE VERHAEREN ET LA SUGGESTION PATHÉTIQUE

I. Les mots classique, romantique, symboliste n’expriment pas des écoles mais la manifestation d’un idéal déterminé, en conformité avec les autres tendances du moment. — L’évolution lyrique accomplie au XIXe siècle. — II. Hugo et Verhaeren. En quoi ils se ressemblent, en quoi ils diffèrent. — III. Verhaeren et la vision intérieure. La glorification par le dedans de toutes les énergies de l’homme et de la nature 72


MAURICE MAETERLINCK ET LES IMAGES SUCCESSIVES

I. — La réaction contre le naturalisme et les tendances idéalistes. — II. Le réel et la façon de l’atteindre. — L’intuition et la connaissance lyrique. — III. Définition du mot symbolisme. — En quoi ce mot est bien et mal choisi. — Les images accumulées 97


PAUL FORT ET LA SENSIBILITÉ FRANÇAISE

I. L’attitude du lyrisme contemporain se compose d’une infinité de gestes qui, dans leur variété, expriment l’ensemble d’une personne morale : le symbolisme. Fort est un de ces gestes. — II. Reproche fait à la poésie actuelle :1e manque de clarté. Fort est la clarté même. Ne serait-il donc pas symboliste ? — III. Le symbolisme est d’abord l’éclosion d’un grand souffle de liberté. Fort et la liberté. — Le symbolisme est ensuite un mode de vision spécial qui colore chaque objet à la lumière de nos états d’âme. Fort et ce mode de vision. — Le symbolisme est enfin une esthétique basée sur la notion de vie. Fort, son panthéisme et sa joie. — IV. Fort et la sensibilité française. Son classicisme. — V. Ses innovations. Son rythme 123


ADRIEN MITHOUARD ET L’OCCIDENT

I. Mithouard mérite une étude. On fut injuste envers lui. — Son enfance, ses goûts, son organisation d’artiste. — Bigalume. Le musicien. — II. Son évolution. Le Récital mystique. — L'Iris exaspéré. — Les Impossibles Noces. — Le Pauvre Pécheur, son chef-d’œuvre. Inspiration. — III. Son vers et son rythme. — IV. L’œuvre en prose. Le Tourment de l'unité, livre clairvoyant d’esthétique générale, qui résume les tendances éparses de l’art contemporain. — V. Traité de l'Occident, le bréviaire de l’esprit français. Ouvrage capital où l’on définit l’état de notre sensibilité et l’atmosphère morale de notre pays. La voûte et l’idée de temps. — VI. Les Pas sur la terre. — Les marches de l'Occident. — VII. Conclusion. L'Occident doctrine esthétique bien équilibrée, qui répudie également la stérilité d’un humanisme abstrait et l’outrance des anarchistes novateurs. 152


ROBERT DE SOUZA ET NOTRE EXAMEN DE CONSCIENCE

I. Poète et esthéticien. Difficulté pour la foule de réconcilier ces deux attitudes dans la même présence. — II. Le poète. — L’impressionnisme de Fumerolles. — L’idéalisme constructeur de Sources vers le Fleuve. — Son mètre et son rythme. — III. Les conditions sociales contemporaines, en contradiction avec une poésie nationale, amènent le poète à réfléchir sur son art. — La théorie n’a jamais étouffé la création lyrique. — Les questions de forme. Souza et la prosodie. Le Rythme poétique et la Poétrie, — IV. Les questions de fond. L’inspiration lyrique. — La poésie populaire et le lyrisme sentimental. Où nous en sommes. L’examen de conscience de toute une génération 220


ALBERT MOCKEL ET L’ASPIRATION LYRIQUE

I. L’esthéticien et le poète. — Mockel est avec Souza un des esthéticiens de la poésie contemporaine. Celui-ci s’est plutôt occupé des questions de forme ; celui-là des doctrines esthétiques. — II. Mockel esthéticien. — Qu’est-ce que le lyrisme ? — Théorie capitale de l'aspiration. Ses caractères et leurs applications. — Mockel, Sully-Prudhomme, Bergson. — III. Illustration des théories de Mockel par ses œuvres. Sa poésie de l'Ineffable. — La légende et la tradition. — IV. Étude d’esthétique comparée. — Les Propos de littérature. Leur importance. — Ce livre est le miroir où se reflètent les aspirations lyriques d’une génération. — La méthode expérimentale. — Griffin et Régnier sont les sujets d’expérience. Analyse de leur art qui symbolise les deux courants lyriques contemporains. — V. Autres essais de critique : Verhaeren, Van Lerbergue, Mallarmé 263


MAURICE BARRÈS PROFESSEUR DE LYRISME

I. Complexité de l’œuvre de Barrès. Sa sensibilité très actuelle est la cause de son influence durable. — Par sa façon de sentir c’est un poète. — Son mode de vision et sa méthode. — II. Le moi individuel. La dilatation du dedans. — Deux sortes d’inconscients : 1° L’inconscient métaphysique, qui est une sorte d’idéalisme, où chacun de nos états psychologiques devient un état lyrique. — III. Le moi collectif : 2° L’inconscient social. L’exaltation du nationalisme, des idées de décentralisation, de fédé- ralisme qui donnent une âme commune à des collectivités éparses et leur permettent de vibrer à l’unisson. Le culte des héros, ces professeurs de lyrisme. — IV. Méthode du lyrisme de Barrès: procédés évocateurs; la suggestion; la sympathie. — V. Conciliation de l’ordre et de la liberté 310


ANDRÉ GIDE AUTRE PROFESSEUR DE LYRISME

Introduction. — I. L’influence protestante dans l’œuvre d’André Gide. Qu’il faut étroitement la circonscrire. — II. L’ironie, son emploi bien moderne dans des œuvres de haut lyrisme. — Comment elle se mêle à l’intuition créatrice, non pour la tuer, mais afin de l’intensifier. — III. Les trois temps de la pensée de Gide. — Que le second temps est le plus important et, qu’à y regarder de près, notre auteur ne fait que chanter l’action et la joie. L’inquiétude et le désir, synonymes de plus d’être. — IV. Gide professeur d’enthousiasme. Comme quoi il nous fournit une pédagogie du lyrisme par sa méthode d’exalter les sens, l’intelligence et la volonté. — Que tout est en fonction des sens, chez lui, et que, partant, sa philosophie de la vie est basée sur des préceptes de lyrisme. — V. Gide individualiste : son désir d’être perpétuellement autre et de vivre dans une continuelle inquiétude. La haine de la satiété. Le surhomme. — VI. Comparaison obligatoire avec la méthode de Barrés. — VII. Toute la complexité mentale de Gide résumée et dramatisée dans le mythe de l'Enfant prodigue. — Conclusion 343


LE ROMANTISME ALLEMAND ET LE SYMBOLISME FRANÇAIS

Un article de M. Jean Thorel. — I. Le romantisme allemand et le romantisme français, leurs différences. L’un puise son esthétique dans une théorie métaphysique, l’idéalisme. Fichte et ses disciples, Novalis. L’autre n’a guère d’au- tre principe que la liberté dans l’art et l’exaltation de l’imagination. — Ignorance de Hugo et des romantiques français en ce qui concerne la littérature allemande. — II. Le romantisme allemand et le symbolisme français, leurs ressemblances. — Même réaction contre le naturalisme ; même fondement esthétique : l’idéalisme et l’intuition ; même désir d’exprimer l’ineffable ; mêmes recherches rythmiques et réformes prosodiques ; même amour du folklore et de la chanson populaire ; même propension à l’ironie et à la religiosité 397


LA PHILOSOPHIE DE M. BERGSON ET LE LYRISME CONTEMPORAIN

Personnalité de M. Bergson. L’opportunité de sa doctrine et ses correspondances avec le lyrisme contemporain. — I. Critique bergsonienne des

théories mécanistes. La réaction symboliste contre le naturalisme parnassien accuse les mêmes préoccupations. — II. Bergson et les symbolistes combattent l’ancien intellectualisme et l’abstraction. Deux sortes de conscience. À travers les formes conventionnelles des concepts Bergson et symbolistes discernent une vie plus riche, plus intérieure, un moi fondamental, concret et dynamique. — III. Même méthode créatrice : l’intuition. À ce propos, en quoi le mot symbolisme est mal et bien choisi. — Le langage et les images accumulées. — IV. Résumé et conclusion 424