Mémoire des états du pays de Gex/Édition Garnier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Garnier (tome 29p. 391-392).
MÉMOIRE

DES ÉTATS DU PAYS DE GEX[1].

(1775)



Les états du pays de Gex représentèrent, il y a longtemps[2], au ministère les désastres de cette petite province, enclavée entre le mont Jura et les Alpes, le lac de Genève, la Savoie, la Suisse, et le territoire genevois.

La province fit voir qu’elle était obligée d’acheter à Genève tout ce qui est nécessaire à la vie ;

Que toutes les marchandises achetées à Genève étaient sujettes à de grands droits, ou exposées à être saisies ;

Que ce petit pays était hérissé de bureaux des fermes royales ;

Que la pauvreté et la dépopulation augmentaient tous les jours.

Le ministère eut pitié de cette province, et M. de Trudaine eut la bonté, en 1760, de minuter un arrêt en sa faveur.

Il daigne encore aujourd’hui venir au secours de ce malheureux pays, en le détachant des fermes générales, et en le regardant comme province étrangère, telle qu’elle l’est en effet par la nature.

La ferme générale demande une indemnité.

Les états du pays représentent que cette province a toujours été à la ferme plus à charge que profitable ;

Que dans plusieurs années il y a eu de la perte pour elle ;

Que dans les années les plus lucratives elle n’en a jamais retiré plus de sept mille livres.

La province, toute pauvre qu’elle est, offre d’en payer le double : ce qui composerait la somme d’environ quatorze à quinze mille livres.

Si la ferme générale en demandait quarante mille, comme on le dit, non-seulement la province serait dans l’impossibilité absolue de donner cette somme annuelle, mais serait réduite à la plus extrême misère.

Elle attend les ordres du ministère, auxquels elle se conformera avec le plus profond respect et la plus vive reconnaissance.



FIN DU MÉMOIRE DES ÉTATS DU PAYS DE GEX.



  1. Voltaire parle de ce nouveau Mémoire dans ses lettres à Dupont et à Mme de Saint-Julien, du 10 octobre 1775.
  2. Voyez ci-dessus pages 349 et 351, les Notes et le Mémoire sur le pays de Gex.