Mémoire sur un projet de voyage littéraire en Égypte présenté au roi en 1827

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
MÉMOIRE
SUR
UN PROJET DE VOYAGE LITTÉRAIRE EN ÉGYPTE,
PRÉSENTÉ AU ROI EN 1827 [1].


PLAN ET MOTIFS DU VOYAGE.



On peut considérer comme un fait positif, lorsqu’il s’agit de nos connaissances réelles sur l’ancienne Égypte, que les recherches des savants et des voyageurs n’ont produit jusqu’ici de résultats complets, de documents certains qu’à l’égard du seul système d’architecture suivi, pendant une si longue série de siècles, dans ce pays où les arts ont commencé ; encore est-il juste de dire que les travaux qui fixeront irrévocablement nos idées à cet égard ne sont point encore publiés, et qu’il reste, de plus, à reconnaître les règles qui déterminaient le choix des ornements et des décorations, selon la destination donnée à chaque genre d’édifice. Ce point important pour la science ne peut être éclairci que sur les lieux et par des personnes versées dans la connaissance des symboles et du culte égyptiens, car les plus simples ornements de cette architecture sont des emblèmes parlants ; et telle frise, qui ne semble contenir que des arabesques ou une composition calculée pour l’œil seulement, renferme un précepte, une date, ou un fait historique.

Les doctrines le plus généralement adoptées sur l’art égyptien, et sur le degré d’avancement auquel ce peuple était réellement parvenu, soit en sculpture, soit en peinture, sont essentiellement fausses ; les nouvelles découvertes ont pu jeter de grands doutes sur leur exactitude ; mais ces doctrines ne peuvent être ramenées au vrai et assises sur des fondements solides, que par de nouvelles recherches faites sur les grands édifices publics de Thèbes et des autres capitales de l’Égypte. C’est aussi l’unique moyen de décider clairement l’importante question que des esprits, diversement prévenus, agitent encore si vivement, celle de la transmission des arts de l’Égypte à la Grèce.

Nos connaissances sur la religion et le culte des Égyptiens ne s’étendent encore que sur les parties purement matérielles ; les monuments de petites proportions nous font bien connaître les noms et les attributs des divinités principales ; mais comme ces mêmes monuments proviennent tous des catacombes et des sépultures, nous n’avons de renseignements détaillés que pour les personnages mystiques protecteurs des morts, et présidant aux divers états de l’âme après sa séparation du corps. La religion des hautes classes, qui différait de celle des tombeaux, n’est retracée que dans les sanctuaires des temples et les chapelles des palais : sur ces édifices couverts intérieurement et extérieurement de bas-reliefs coloriés, chargés de légendes innombrables, relatives à chaque personnage mythologique dont ils retracent l’image, les divinités égyptiennes de tous les ordres, hiérarchiquement figurées et mises en rapport, sont accompagnées de leur généalogie et de tous leurs titres, de manière à faire complètement connaître leur rang, leur filiation, leurs attributs, et les fonctions que chacune d’elles était censée remplir dans le système théologique égyptien. Il reste donc encore à reconnaître sur les constructions de l’Égypte, la partie la plus relevée et la plus importante de la mythologie égyptienne.

Toutes les branches si variées des arts, et tous les procédés de l’industrie égyptienne sont encore loin de nous être connus. On a bien recueilli quelques tableaux et des inscriptions relatives à un certain nombre de métiers, tels que la charpenterie, la menuiserie, la tannerie, la construction navale, le transport des masses, la verrerie, l’art du charron, du forgeron, du cordonnier, de l’émailleur, etc., etc., etc. ; mais les voyageurs qui ont dessiné ces tableaux ont, pour la plupart, négligé les légendes explicatives qui les accompagnent, et aucun d’eux n’était en état de lire, sur les monuments où ces tableaux ont été copiés, les dates précises de l’époque où ces divers arts furent pratiqués. Nous ignorons donc si la plupart de ces arts sont vraiment d’origine égyptienne, propres à l’Égypte, ou s’ils ont été introduits par l’influence des peuples anciens qui, comme les Perses, les Grecs et les Romains, ont tenu ce pays sous leur domination. C’est donc encore ici une question très-importante à éclaircir pour l’histoire de l’industrie humaine ; et cependant il en est beaucoup d’autres encore et d’un intérêt bien plus relevé.

« Si l’historien s’enquiert d’abord des bas-reliefs historiques et ethnographiques, des scènes domestiques qui peignent les mœurs de la nation et celles des souverains, etc., il demande précisément les objets qui sont le moins éclaircis. » Ainsi s’exprimait, il y a douze ans un des hommes les plus distingués de l’Allemagne[2] ; et tout ce qu’on a publié depuis, loin de remplir cette importante lacune, n’a pu qu’augmenter encore les regrets des savants qui apprennent seulement par des dessins pris au hasard au milieu de séries immenses de bas-reliefs, que les grands édifices de l’Égypte offrent encore sculptée dans tous ses détails l’histoire entière de ses plus grands souverains, et que des compositions d’une immense étendue y retracent les époques les plus glorieuses de l’histoire des Égyptiens ; car ce peuple a voulu qu’on pût lire sur les murs des palais l’histoire de ses plus illustres monarques, et c’est la seule nation qui ait osé sculpter sur la pierre de si grands objets et de si vastes détails.

L’Europe savante connaît l’existence de cet amas de richesses historiques : son ardent désir serait d’en être mise en possession. Elle a jugé que nos progrès dans les études égyptiennes demandent qu’un gouvernement éclairé se hâte d’envoyer enfin en Égypte des personnes dévouées à la science et convenablement préparées, pour recueillir, tant qu’ils subsistent encore, les innombrables et précieux documents que la magnificence égyptienne inscrivit jadis sur les édifices dont les masses imposantes couvrent les deux rives du Nil. L’Europe, sachant aussi que la barbarie, toujours croissante, détruit systématiquement ces respectables témoins d’une antique civilisation, hâte de tous ses vœux le moment où des copies fidèles de ces inscriptions et de ces bas-reliefs historiques lui donneront le moyen de remplir avec certitude les plus anciennes pages des annales du monde, en perpétuant ainsi les témoignages si nombreux et si authentiques tracés sur tant de monuments dont rien ne saurait remplacer la perte. Un voyage littéraire en Égypte est donc aujourd’hui l’un des plus utiles qu’on puisse entreprendre.

Mais ce n’est point à l’histoire seule de l’Égypte que le voyage proposé dans ce Mémoire doit fournir des lumières qu’on chercherait vainement autre part que dans les palais de Thèbes : c’est là qu’existent également, et nous en avons la certitude, des notions aussi désirables qu’inespérées, sur tous les peuples qui, dès les premiers temps de la civilisation humaine, jouaient un rôle important en Afrique et dans l’Asie occidentale. Les principales expéditions des Pharaons contre les nations qui, dans cet ancien monde, pouvaient lutter de puissance avec l’Égypte ou lui inspirer des craintes, sont sculptées sur les monuments érigés par les triomphateurs : on y lit les noms de ces peuples, le nombre des soldats, les noms des villes assiégées et prises, les noms des fleuves traversés, ceux des pays soumis, la quotité des tributs imposés aux peuples vaincus ; et les noms des objets précieux enlevés à l’ennemi sont écrits sur des tableaux qui représentent ces trophées de la victoire. Ces bas-reliefs, entremêlés de longues inscriptions explicatives, sont d’autant plus utiles à connaître, que les artistes égyptiens ont rendu avec une admirable fidélité la physionomie, le costume et toutes les habitudes des peuples étrangers qu’ils ont eu à combattre. Nous pourrons donc apprendre enfin, par l’étude directe de cette immense galerie historique, quelles nations pouvaient balancer, à des époques sur lesquelles l’histoire est encore muette, le pouvoir des Pharaons en rivalisant avec l’Égypte, pour lui disputer l’empire de cet ancien monde que nous n’apercevons encore qu’à travers mille incertitudes, mais dont la réalité, déjà démontrée, n’en est pas moins surprenante ; toutefois en rapportant le temps de ces grandes scènes à des époques beaucoup plus rapprochées de nous que ne le voulait un esprit de système plus hardi que raisonné.

On ne saurait fixer l’importance des découvertes historiques que peut amener une étude approfondie des bas-reliefs qui décorent les édifices antiques de l’Égypte, et surtout ceux de Thèbes, sa vieille capitale. Ce pays s’est en effet trouvé en relation directe avec tous les grands peuples connus de l’antiquité : si ses vénérables monuments nous montrent une foule de peuples à demi sauvages du continent africain, vaincus et déposant aux pieds des Pharaons l’or, les matières précieuses, les oiseaux rares et les animaux curieux de l’intérieur d’un pays encore si peu connu, nous trouvons d’autre part le tableau des luttes sanglantes des Égyptiens, soit sur terre, soit sur mer, avec diverses nations asiatiques (les Assyriens, les Bactriens et les Hindous peut-être), nations qui combattent avec des armes égales et des moyens tout aussi avancés que ceux des Égyptiens leurs rivaux. Nous savons, à n’en point douter, que les temples et les palais de l’Égypte offrent les images et des inscriptions contemporaines des rois éthiopiens qui ont conquis l’Égypte, au milieu des monuments des Pharaons dont ils ont momentanément interrompu la longue et brillante succession. On y recueillera les annales des rois égyptiens les plus renommés, tels que les Osymandyas, Amosis, les Ramsès, les Thouthmosis ; ailleurs celles des Pharaons Sésonchis, Osorchon, Sévéchus, Tharaca, Apriès et Néchao, que les Livres saints nous peignent entrant dans le cœur de la Syrie à la tête d’armées innombrables. On réunira les copies du peu de monuments élevés sous la tyrannie des rois persans, les Darius et les Xerxès ; on notera les lieux où se lisent encore le grand nom d’Alexandre, celui de son frère, de son jeune fils, et ceux des successeurs de cet homme qui releva l’Égypte foulée par le gouvernement militaire des Perses. On éclaircira toute l’histoire des Lagides : et cet examen des inscriptions monumentales se terminera en recueillant, sur les mêmes édifices qui ont précédé tant d’empires, leur ont survécu, et qui ont vu passer tant de gloires, les noms les plus illustres de Rome gouvernée par les empereurs. Ainsi les monuments de l’Égypte conservent des inscriptions qui se lient à l’histoire ancienne tout entière, et en recèlent une grande partie que les écrivains ne nous ont point conservée : c’est donner une idée de l’immense moisson de faits et des documents qu’un gouvernement protecteur des sciences utiles peut assurer aux études solides, en ordonnant l’exécution d’un voyage auquel sont directement intéressés les progrès de toutes les sciences historiques. Ajoutons enfin que ce voyage, où l’on pourra étudier et comparer entre elles le nombre immense d’inscriptions qui couvrent tous les monuments de l’Égypte, avancerait avec une merveilleuse rapidité nos connaissances sur l’écriture hiéroglyphique, et qu’il fournira, sans aucun doute à cet égard, des lumières qu’on ne pourrait peut-être point obtenir d’une étude de plusieurs siècles faite en Europe sur les seuls monuments égyptiens que le hasard y ferait transporter à l’avenir. Sous ce point de vue seul, les résultats du voyage projeté seraient inappréciables.

Les travaux des Français qui firent partie de l’expédition d’Égypte n’ont fait que préparer l’Europe savante à de tels résultats, en lui montrant, par le trop petit nombre de dessins pris sur les monuments historiques, tout ce qu’elle doit désirer encore, et tout ce qu’on peut attendre d’un examen approfondi et d’un voyage dont ces monuments seront l’objet principal. Ces recherches, qui doivent produire tant de fruits et jeter tant de lumières sur l’obscurité des temps antiques, étaient impossibles alors. On n’avait en effet, à la fin du siècle dernier et dans les premières années du siècle présent, aucune donnée positive sur le système des écritures égyptiennes ; aussi les membres de la Commission d’Égypte, et la plupart des voyageurs qui ont marché sur leurs traces, persuadés peut-être qu’on n’arriverait jamais à l’intelligence des signes hiéroglyphiques, ont-ils attaché moins d’intérêt à copier avec exactitude les longues inscriptions en caractères sacrés qui accompagnent les figures mises en scène dans les bas-reliefs historiques ; il les ont presque toujours négligées, et souvent même, en copiant quelques scènes de ces bas-reliefs, on s’est contenté de marquer seulement la place occupée par ces légendes. C’était cependant, sinon pour cette époque, du moins pour l’avenir, la partie la plus intéressante d’un tel travail. Mais enfin on doit beaucoup de reconnaissance à ces voyageurs pour nous avoir appris, à n’en pouvoir douter, qu’il ne dépend plus que de notre volonté de recueillir, par exemple, dans le palais de Karnac à Thèbes, l’histoire des conquêtes de plusieurs rois, et probablement aussi celle de la délivrance de l’Égypte du joug des Pasteurs ou Hykschos, événement auquel se rattachent la venue et la captivité des Hébreux ; dans les sculptures de Kalabsché, le tableau des conquêtes de Ramsès II à l’intérieur de l’Afrique ; dans les galeries du palais de Médinet-Abou, les expéditions de Ramsès-Meïamoun contre les peuples de l’Asie ; dans divers temples de la Nubie, des hauts faits des Pharaons Mœris, Osortasen, Aménophis II ; dans le palais de Kourna, ceux de Mandoueï et Ousireï, etc. ; enfin, dans les palais de Louqsor, les édifices d’Ibsamboul et le palais dit d’Osymandyas, les détails les plus circonstanciés sur les conquêtes du grand Sésostris, tant en Asie qu’en Afrique.

De nos jours, des dessins de la totalité de ces grandes scènes historiques, qui s’éclairent les unes par les autres, et surtout des copies exactes des inscriptions hiéroglyphiques qu’on y a mêlées en si grand nombre, acquerraient un prix infini et réaliseraient, sinon en totalité, du moins en très-grande partie, les hautes espérances qu’y rattachent les sciences historiques. Les notions positives sur le mécanisme de l’écriture hiéroglyphique sont assez avancées, et l’on a reconnu le sens d’un nombre de caractères assez considérable, pour retirer sur-le-champ, avec une certitude entière, les faits principaux et les plus précieux contenus dans ces bas-reliefs ou dans ces inscriptions, et tous les documents utiles qu’ils renferment ; enfin, avec les connaissances nouvellement acquises sur les écritures de l’ancienne Égypte, un voyage entrepris maintenant sur cette terre classique, par un petit nombre de personnes bien préparées, produira incontestablement des résultats scientifiques tels qu’on eût en vain osé les espérer dans le temps même que l’Égypte, au pouvoir d’une armée française, était livrée aux recherches d’une foule de savants qui ont beaucoup fait pour les sciences physiques, naturelles et mathématiques, mais qui manquaient de l’instrument essentiel et indispensable pour exploiter convenablement la mine si riche de documents historiques que la fortune des armes livrait à leur examen. La France guerrière a fait connaître à fond l’Égypte moderne, sa constitution physique, ses productions naturelles, et les différents genres de monuments qui la couvrent : c’est aussi à la France, jouissant de la faveur de la paix si propice au progrès des sciences et de la civilisation nouvelle, à recueillir les souvenirs gravés sur ces monuments témoins d’une civilisation primitive et des efforts progressifs des sciences sur une terre qui en fut le berceau : elles en sortirent pour éclairer l’Europe encore à demi sauvage lorsque l’Égypte était déjà déchue de sa première splendeur : l’Europe remontera donc ainsi vers ses plus antiques origines.

Après cet exposé sommaire des motifs généraux du voyage, il reste à indiquer l’ordre détaillé des travaux que doivent exécuter les personnes chargées de cette entreprise littéraire.

1° Visiter un à un tous les monuments antiques de style égyptien, en faire dessiner l’ensemble, et lever le plan du petit nombre de ceux que les voyageurs ont négligés ou n’ont point suffisamment étudiés.

2° Rechercher sur chaque temple les inscriptions dédicatoires donnant l’époque précise de leur fondation, et celles qui indiquent toujours l’époque où ont été exécutées les différentes parties de la décoration. C’est, en d’autres termes, recueillir les éléments positifs de l’histoire et de la chronologie de l’art en Égypte.

3° Copier avec soin, dans tous leurs détails et avec leurs couleurs propres, les images des différentes divinités auxquelles chaque temple était dédié. Recueillir les inscriptions religieuses relatives à ces divinités, et tous les titres divers qui leur sont donnés.

4° Copier surtout les tableaux mythologiques où plusieurs divinités sont mises en scène.

5° Dessiner les bas-reliefs représentant les diverses cérémonies religieuses, et tous les instruments de culte.

Ces divers travaux auront pour résultat de faire connaître à fond l’ensemble du culte égyptien, source de toutes les religions païennes de l’Occident, et serviront à démontrer les nombreux emprunts que la religion des Grecs fit à celle de l’Égypte. On terminera ainsi les dissidences qui partagent les savants sur une matière mise en discussion avant de posséder les éléments indispensables pour en éclaircir les difficultés.

6° Prendre, dans les temples, des calques exacts des figures représentant les divers souverains de l’Égypte, et avec tous les détails de costume, afin de former ainsi l’iconographie des rois et des reines ; ces bas-reliefs, surtout ceux de l’époque la plus ancienne, offrant le portrait des Pharaons, de leurs femmes, et de leurs enfants.

7° Rechercher dans les palais de Thèbes, d’Ahydos, de Sohleb, et dans tous les genres d’édifices, tous les bas-reliefs historiques ; les dessiner avec soin, figures et légendes, et copier les longues inscriptions historiques qui les suivent ou les séparent.

8° Recueillir dans les palais et les tombeaux des rois tout ce qui se rapporte à la vie publique et privée des Pharaons.

9° Dessiner dans les catacombes de Thèbes ou des autres villes égyptiennes, les tableaux et les inscriptions relatives à la vie civile des diverses classes de la nation, surtout ceux qui retracent les arts, les métiers et la vie intérieure des Égyptiens ; faire le recueil des costumes des diverses castes, etc.

10° Copier les inscriptions votives, gravées sur la plate-forme des temples, sur les rochers environnants et dans les catacombes, toutes les fois que ces inscriptions porteront une date clairement exprimée.

11° Recueillir toutes les légendes royales, sculptées sur les édifices, avec leurs diverses variantes, et préciser le lieu où elles se lisent, pour déterminer ainsi l’ancienneté relative de chaque portion d’un même édifice, et l’état soit progressif, soit rétrograde de l’art.

12° Rechercher et faire dessiner avec soin tous les bas-reliefs et tableaux astronomiques, prendre les dates exprimées soit sur ces mêmes sculptures, soit dans leur voisinage, pour démontrer sans réplique l’époque assez récente de ces compositions, que l’esprit de système s’obstine encore, malgré des démonstrations palpables, à considérer comme remontant à des siècles fort antérieurs aux temps véritablement historiques. On fixera également ainsi l’opinion encore incertaine des savants à l’égard du point réel d’avancement auquel les Égyptiens avaient porté la science de l’astronomie.

13° On devra recueillir avec un soin scrupuleux tous les caractères hiéroglyphiques de formes différentes, en notant les couleurs de chacun d’eux, afin de former le tableau le plus approximativement complet qu’il sera possible, de tous les caractères employés dans l’écriture sacrée des Égyptiens.

14° On dessinera toutes les inscriptions qui peuvent conduire soit à confirmer, soit à étendre nos connaissances, relativement à la langue et aux diverses écritures de l’ancienne Égypte.

15° Il est du plus pressant intérêt pour les études historiques et philologiques, de chercher dans les ruines de l’Égypte des décrets bilingues, semblables à celui que porte la pierre de Rosette. Ces stèles existaient en très-grand nombre dans les temples égyptiens des trois ordres. Des fouilles seront donc dirigées dans l’enceinte de ces temples, pour découvrir de tels monuments, par le secours desquels le déchiffrement des textes hiéroglyphiques ferait un pas immense.

16° Le directeur du voyage ferait aussi exécuter des fouilles sur les points où il serait possible de rencontrer des monuments historiques de divers genres : ceux des objets trouvés et qui mériteraient quelque attention, seraient emportés pour être placés au Musée royal du Louvre, si ces objets étaient d’ancien style égyptien, et au Cabinet des antiques de la Bibliothèque royale, si ces objets étaient des médailles et des pierres gravées, ou autres monuments de style grec ou romain. Les statues grecques ou romaines appartiendraient aussi au Musée des antiques du Louvre.

17° On pourrait faire également à Thèbes et dans toutes les autres parties de l’Égypte, des achats d’objets intéressants pour les collections royales ; on pourrait compléter ainsi avec avantage les diverses séries de monuments antiques qui existent dans ces établissements.

18° On désire depuis long-temps que des personnes instruites dans les langues orientales visitent les couvents de la vallée des lacs de Natron et de la Haute-Égypte, et examinent les livres coptes ou autres que renferment les bibliothèques des moines chrétiens, lesquelles peuvent contenir des ouvrages importants. Cette visite pourrait être faite avec soin pendant le voyage, et il serait facile peut-être d’acquérir des manuscrits intéressants à peu de frais.

19° Quelques voyageurs en Égypte ont parlé d’inscriptions en caractères inconnus, tracées ou gravées sur quelques monuments ; on s’attacherait à les recueillir, précisément parce qu’elles sont considérées comme inconnues. Il en serait de même des manuscrits ou inscriptions en phénicien, dont il n’existe encore qu’un très-petit nombre en Europe, ainsi que des inscriptions en caractères persépolitains ou cunéiformes, dont l’alphabet n’est pas encore entièrement connu, quoique les monuments où ils sont employés ne soient pas très-rares. La découverte des hiéroglyphes phonétiques a concouru à accroître cet alphabet au moyen d’une courte inscription en caractères cunéiformes et en caractères égyptiens. On peut en trouver d’autres qui seraient soigneusement copiées.

20° Il manque à la Bibliothèque du Roi quelques-uns des plus utiles ouvrages de la littérature arabe. On aurait peut-être l’occasion de les acquérir à un prix convenable.


Tels sont le but, le plan et les motifs d’un voyage en Égypte.

Pour l’exécuter, M. Champollion n’attend plus que les ordres du Roi.

  1. Ce Mémoire, comme tous les autres écrits de Champollion, réunis dans ce volume, sont publiés sur les originaux autographes. C. F.
  2. M. de Heeren.