Mémoires d’une ex-palladiste parfaite, initiée, indépendante/08/Royaume britannique

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Royaume britannique. Le chef actuel des Lucifériens anglais est M. le docteur William-Wynn Wescott, demeurant à Londres, Cambden-Road, n° 396. Précédemment, je ne l’avais désigné que par ses initiales (voir n°5 des Mémoires, page 141, à la note). C’est lui, le détenteur des diaboliques cahiers de Nick Stone ; c’est lui le Suprême Mage de la Rose-Croix Socinienne pour l’Angleterre. Ses adjoints sont : en premier degré, M. John-Lewis Thomas (Senior Sub-Magus), qui est aussi le trésorier général de la Fraternité ; en second degré, M. Mac-Gregor Mathers (Junior Sub-Magus).

Le Haut-Conseil se compose des FF▽ Thomas-Bowman Whytehead, qui possède le 9e degré d’initiation satanique, et Charles Fendelow, William-J. Ferguson (secrétaire général), Robert Roy, lieutenant-colonel James Monks, Jérémiath-Leech Atherton, W.-F Carman et John Strachan, qui sont Maîtres du Temple (Magister Templi, 8e degré).

Le Tiers-Ordre Luciférien, dit Tiers-Ordre d’Honoris Causa, a pour chefs en Angleterre :

Les FF▽ Mages W.-J. Hughan, Cuthbert Peek, Ladislas de Malczovitch, lieutenant-colonel Georges Lambert, Frederick Holland, capitaine T.-G. Walls et John Yarker (ce dernier est en même temps, le chef suprême du Rite de Memphis et Misraïm, attendu que le Pessina, de Naples, n’est pas reconnu par Lemmi) ;

Et les FF▽ Maîtres du Temple T.-J. Armstrong, John Collinson, J.-S. Cumberland, William Dodd, Charles Hill-Drury, Henry Hotham, Georges Kenning, H.-J. Lardner, T.-W. Lemon, W.-C. Lemon, Edward Macbean, J.-M. Neek, T.-H. Pattinson, Nelson Power, G.-F. Rogers, Frederick Schnitger, Eugère Thiellay et J.-J. Thomas.

Toutes ces nominations ont été faites par le docteur Wynn-Westcott, pour la présente année 1896, et Lemmi les a confirmées le 25 décembre dernier.

Que les Francs-Maçons des rites officiels avoués se gardent bien de dire : « Nous ne connaissons pas l’ordre luciférien de la Rose Croix ! nous n’avons avec les Rosi-Crucians aucun lien, aucune attache ! nous les ignorons ! ils ne pratiquent pas chez nous ! » Car je leur répondrais : « C’est chez vous, c’est dans votre propre palais qu’ils tiennent leurs réunions, au Mark Masons Hall, de Great Queen-street, et plus particulièrement les 2es jeudis de janvier, avril, juillet et octobre. »

En Rose-Croix socinienne, l’Atelier se nomme Collège. Eh bien, le Collège Métropolitain, c’est-à-dire, le principal Atelier de Londres, où pontifie le F ▽ J.-J. Thomas, assisté des FF ▽ E.-E. Street et Nathaniel Goodchild, tient ses séances rituelles au Mark Masons Hall ! L’année dernière, c’était l’un des deux FF ▽ Lemon, qui officiait ; on l’a remplacé par le F ▽ J.-J. Thomas, qui est plus majestueux.

Dans le Yorkshire, qui forme une province de la Rose-Croix d’Angleterre, il y a un Collège luciférien, en la ville d’York, à Saviourgate, au siège même des Loges du Rite Écossais ; le célébrant, qui est le Frère William-Henry Cooper, pourvu seulement du 7e degré dans l’ordre luciférien (Adeptus Exemptus), est un des hauts dignitaires de la Grande Loge Chapitrale de la Maçonnerie avouée. Il a pour suffragant le F ▽ W.-N. Cheesman, et les FF ▽ James Meek et James Smith sont, l’un trésorier, l’autre secrétaire du Collège.

Au-dessus d’eux, pour la direction des Rose-Croix sociniens du Yorkshire, il y a, en premier lieu, le F ▽ Thomas-Bowman Whytehead, chef des adeptes de la province, et le même est Chevalier Kadosch dans le Rite Écossais ; il y a, en second lieu, comme suffragant de Whytehead, le F ▽ Jeremiah-Leech Atherton, qui est aussi Chevalier Kadosch. Le secrétaire provincial est le F ▽ William Flockton, et le trésorier provincial est le F ▽ John Blenkin.

Les comtés de Northumberland, Durham et Berwick forment ensemble une autre province de la Rose-Croix socinienne ; Newcastle-on-Tyne en est le chef-lieu, avec un Collège dont les réunions secrètes se tiennent au n° 24 de Shakespeare-street. Le directeur de la province et chef des adeptes lucifériens est le F ▽ Charles Fendelow, déjà nommé, qui appartient aussi au Rite Écossais, dont il est 33e et inspecteur général de district. Il a pour suffragant le Thomas-J. Armstrong, Maître du Temple (8e degré de la Rose-Croix), d’une part, et Chevalier Kadosch, d’autre part, demeurant à Newcastle, Hawthorn-Terrace, n° 14. Un grand ami des FF ▽ Fendelow et Armstrong à signaler en passant : M. le révérend chanoine H.-D. Tristram, prieur provincial de l’Ordre-Uni du Temple et de Malte, bien connu dans la Maçonnerie anglaise comme bénisseur du Vexillum Belli et enthousiaste célébrant de la fête anniversaire templière, 11 mars (the anniversary of the Immolation of Jacques de Molay). Le révérend Tristram, chanoine pour les profanes et prieur templier pour les initiés du rite occulte, officie au triangle Royal-Kent, séant au Masonic Hall de Maple-street, à Newcastle, les 4es vendredis de janvier, mars, mai, juillet, septembre et novembre ; je le défie de me donner un démenti.

Quant au Collège de Newcastle, il a pour célébrant le F ▽ Seymour Sell, Maître du Temple, assisté du F ▽ John Usher, qui n’est encore qu’Adepte Mineur (5e degré).

Encore une preuve flagrante, pour établir que Maçonnerie avouée et Rose-Croix socinienne occulte se tiennent : — Parmi les membres honoraires du Haut-Conseil de la Rose-Croix d’Angleterre, figure le F ▽ John d’Amer-Drew, Maître du Temple et chef des adeptes en Australie. Ce F ▽ est un des plus puissants maçons du monde entier ; à Melbourne, il a le haut commandement secret et direct des dix-huit Loges symboliques de la ville, des trois Loges d’instruction, Central, Carlton et Yara-Yara, et de six Chapitres de Royale-Arche ; il est officiellement souverain commandeur grand-maître du Suprême Conseil du Rite Écossais, de Victoria ; il est encore, pour l’Australie, le grand représentant du Rite de Memphis et Misraïm, au titre de 33e 96e, en relations suivies avec l’illustrissime grand hiérophante d’Égypte, le F ▽ professeur Oddi.

En Écosse, ce sont les Dalrymple qui mènent tout : Sir Charles Dalrymple, de Newhailes ; Sir James Dalrymple Duncan, de Micklewood, et le major Hamilton Dalrymple.

Le premier, le baronnet Charles, est le grand-maître de la Maçonnerie officielle d’Écosse ; il est à la tête de la Grande Loge.

Le second n’apparaît officiellement qu’au Suprême Grand Chapitre de Royale-Arche, où, au titre de député grand principal, il agit sous le couvert du comte de Haddington et de lord Saltoun, et au Grand Conseil des Maîtres Royaux et Choisis, où il est grand-maître en titre, ayant sous ses ordres le colonel Charles Hunter et le lieutenant-colonel James Stewart. Mais c’est lui encore qui dirige la Maçonnerie Templière comme grand chancelier, faisant manœuvrer à sa guise le marquis de Breadalbane et le comte de Kintore, ses jouets ; c’est lui qui est vice-roi de la ténébreuse et satanique association qui porte pour titre Ordre de la Croix-Rouge de Constantin, du Saint-Sépulcre et de Saint-Jean. Au Rite Écossais Ancien Accepté, il s’efface derrière le F ▽ Lindsay Mackersy, lequel se trouve avec le F ▽ David Murray-Lyon, de la Grande Loge, à l’antique Royal-Ordre de Kilwinning. Enfin, c’est comme chef de la Rose-Croix d’Écosse que James Dalrymple Duncan a dans sa main les fils directeurs de tous les lucifériens de l’ancien royaume des Stuarts ; il est Suprême Mage.

Quant au major Hamilton Dalrymple, il est officiellement grand-maître provincial de Wigton et Kirkud-Bright ; en réalité, il est le grand-maître secret de toutes les Sœurs Maçonnes écossaises, et combien elles sont nombreuses là-bas !

Ils ne sont pourtant point parents, que je sache ; mais leur union directrice est curieuse par l’homonymie : étrange coïncidence !

Des trois Dalrymple, le plus connu est le baronnet Charles ; mais le plus agissant, le plus infernal est Dalrymple Duncan.

Sa Rose-Croix est d’une activité prodigieuse. Son premier adjoint (Senior Sub-Magus) est le docteur Georges Dickson, Prince du Royal-Secret au Rite Écossais ; son second adjoint (Junior Sub-Magus) est sir D.-R. Clark, Chevalier Kadosch. Le secrétaire général et trésorier est le F ▽ Robert Brown, dont je dois parler plus amplement.

Les chefs du Tiers-Ordre luciférien d’Honoris Causa sont : David Murray-Lyon, le secrétaire général de la Grande Loge d’Écosse et du Royal-Ordre de Kilwinning, Chevalier Kadosch ; Charles-Fitzgerald Marier, autre Kadosch, qui habite indifféremment l’Écosse et Londres ; auxquels il faut ajouter les FF ▽ William Hunter, de Trinidad, et Edward Macbean, Chevaliers Kadosch, au Rite Écossais, et Maîtres du Temple, à la Rose-Croix.

Le F ▽ D.-R. Clark, déjà nommé, est le chef des adeptes pour Glasgow ; et pour Édimbourg, c’est le Mage Harry Copland, ayant d’autre part le 31e degré du Rite Écossais.

La Rose-Croix de Dalrymple Duncan a deux Collèges : l’un, pour l’Écosse orientale, où le docteur Georges Dickson officie à l’admiration des lucifériens d’Édimbourg ; l’autre, pour l’Écosse occidentale, où le Maître du Temple William Hunter est le célébrant habituel, à Glasgow, avec M. Thomas Richards pour secrétaire.

À Édimbourg, il faut citer le très mystérieux F ▽ J.-D, Robertson, secrétaire du Collège rosi-crucian ; il vit retiré et ne sort que fort tard pour venir prendre part aux œuvres maudites, Il demeure au n° 6 de Pembroke-place, qui est une petite voie nouvelle dans la direction de la station d’Haymarket.

Je recommande tout particulièrement à l’attention des catholiques d’Édimbourg le F ▽ Robert S. Brown, nommé plus haut. C’est un sectaire dangereux, un véritable sorcier. Je crois qu’il est bon de le signaler publiquement ; cela le rendra moins nuisible à la sainte religion.

Robert Brown est un haut-maçon, dont l’activité n’est jamais lasse. Il est membre du Conseil des grands intendants de la Grande Loge d’Écosse ; il est grand secrétaire du Suprême Grand Chapitre de Royale-Arche ; il est archiviste et trésorier du Grand Conseil des Maîtres Royaux et Choisis ; il est archiviste du Grand Conseil Impérial de l’Ordre de la Croix-Rouge de Constantin, du Saint-Sépulcre et de Saint-Jean ; il est greffier général du Conseil Patriarcal des Kadosch de la Parfaite Initiation, dont le révérend W.-W. Tulloch, docteur et ministre, est le prieur. Il représente, dans ces divers et importants Ateliers, la Haute-Maçonnerie américaine, et plus particulièrement celle du Massachussets, celle de la Colombie, et surtout celle du Kentucky. Il est Mage Élu du Palladium.

Il a été le mauvais génie de l’un de mes parents. Son correspondant actuel au Kcntucky est le F ▽ Campbell H. Johnson, demeurant à Henderson. Il correspond avec le Sanctum Regnum de Charleston, en écrivant dans cette ville au F ▽ Nathaniel Levin. Il correspond avec le Grand Directoire Central de Naples, en écrivant au F ▽ Cosma Panunzi. Et Lemmi lui écrit directement.

À Edimbourg, le repaire des Rose-Croix est au n° 15 de Queen-street, c’est-à-dire tout auprès de l’Archevêché. La maison est d’honnête apparence ; nul ne soupçonnerait qu’elle abrite les pires complots contre l’Église de Jésus-Christ. Là Robert Brown vient chaque jour ; il y a ses bureaux de chef haut-maçon. C’est un ancien pharmacien, qui a exercé près de trente ans cette profession. Il reçoit sa correspondance secrète au n° 11 a de Hanover-street, bien qu’il ait quitté cette maison pour demeurer à Machucoul-Terrace. Toujours très concentré, il semble se défier de lui-même. Il fréquente le docteur John-Thomas Loth, héraut du gouvernement, 8, Asholl-place, et M. William Officer, agent conventionnel de Royal-Burgys, 21, Castle-street. M. John Crombie, magistrat municipal d’Aberdeen, et M. Léo Meillet, ancien membre de la Commune de Paris, réfugié en Écosse, sont aussi au nombre de ses amis. Tous, appartiennent à la fine fleur de l’occultisme maçonnique. Enfin, Robert S. Brown a un laboratoire de chimie au n° 25 de Pitt-street, et là, il se livre aux plus mystérieuses expériences. C’est lui qui protège l’incognito de Sophia-Sapho, lorsqu’elle vient en Écosse ; il était le grand admirateur de Philéas Walder, et c’est par l’invocation de cet homme si abominable qu’il à été consacré au daimon Anti-Christ ; c’est à lui que j’ai fait allusion, à propos de ce daimon, dans mon n° 5, page 157, dernier alinéa.

Voilà donc quelques rapides traits de plume sur les Rose-Croix lucifériens d’Angleterre et d’Écosse. Le Canada possède aussi des lucifériens, fanatiques, et je parlerai d’eux dès le prochain fascicule. Puisque la secte me fait outrager, alors que je me bornais à traiter les questions de choses, évitant les personnalités, je suis en droit de légitime défense. Partout où l’insulte sera produite, je répondrai en arrachant les masques et ferai publique justice.

Il y a beaucoup à dire sur les Maçons occultistes canadiens, et la révélation de leurs méfaits est d’un intérêt général.