Mémoires d’une ex-palladiste parfaite, initiée, indépendante/21/Saint-Office

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SAINT-OFFICE. — Sur le fait de savoir si mes ouvrages ont été ou seront déférés au Saint-Office, les bruits qui courent en Italie sont des plus contradictoires. J’ai eu les échos de ces différentes rumeurs. Un éminent religieux, en relation avec les plus hautes autorités de l’Église, m’affirme que ce sont-là de faux bruits, ne reposant sur aucun fondement. Par contre, on répète avec persistance que le R.P. Portalié a fait parvenir au Saint-Siège une dénonciation en règle contre mes publications.

Jusqu’à présent, je n’ai reçu aucun avis officiel.

Néanmoins, je maintiens l’appel à mes amis, inséré dans le fascicule n° 17, page 543. Je remercie cordialement ceux de mes abonnés qui y ont déjà répondu, et je prie tous de me continuer des communications de ce genre. Toute indication de fait de surnaturel diabolique m’est extrêmement précieuse, étant relevée dans un ouvrage revêtu de l’approbation ecclésiastique ; et son prix est d’autant plus grand, que le fait signalé appartient à la catégorie de ceux que les négateurs du surnaturel déclarent les plus invraisemblables, les plus impossibles. Que mes amis ne se lassent pas de compulser, pour m’aider, les livres de leur bibliothèque. Il suffit, je le répète, de m’indiquer la page où se trouve le fait extraordinaire, en citant exactement le titre de l’ouvrage, le nom de l’auteur, celui du libraire-éditeur, ainsi que la ville et la date de publication.

Si ces renseignements n’ont pas lieu d’être utilisés pour mon Mémoire au Saint-Office, dans le cas où aucune procédure ne serait ouverte contre mes écrits, leur réunion servira, après un classement selon un excellent plan qui m’a été envoyé par un théologien, à constituer un dossier du surnaturel diabolique, œuvre d’incontestable nécessité en ces temps de lutte des champions de la foi contre les aveugles suppôts du matérialisme. Ainsi, rien ne sera perdu. Le Congrès de Trente a appelé la femme à l’action militante contre Satan et les sectes. Armez-moi, armez-moi, mes amis, pour la sainte croisade, afin que nous attaquions l’ennemi dans toutes les forteresses où il se retranche, sur tous les points où il travaille à la perte des âmes !