Mémoires de Joinville/Préface

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


HISTOIRE


DE SAINT LOYS,


IX. DU NOM,


ROY DE FRANCE,


PAR JEHAN SIRE DE JONVILLE, GRAND SENESCHAL DE CHAMPAIGNE.




PREFACE.


En nom de la tres-sainte et tres-souveraine Trinité, le Pere, le Fils, et le saint Esperit, amen. Je Jehan Sire de Jonville, grant seneschal de Champaigne, foys escrire et rediger en memoire la vie et tres-saints faits et dits de tres-digne et tres-sainte mémoire Monseigneur saint Loys roy de France, ce que j’en vis et ouy le temps et espace de six ans entiers, moy estant en sa compaignie ou saint veage [1] et pelerinage d’outre-mer, et depuis après que fusmes revenus. Lequel livret est divisé en deux parties. La premiere partie parle et enseigne comment ledit Seigneur roy saint Loys soy regit [2] et gouverna selon Dieu et nostre mere sainte Eglise, et au prouffit et utilité de son royaume. La seconde partie parle de ses grans chevalleries et faits d’armes, affin de trouver l’un après l’autre, et pour esclercir et eslever l’entendement de ceulx qui le liront et oyrront. Par lesquelles choses on pourra voir et congnoistre clerement que jamés nul homme de son temps, vivant dés le commencement de son regne et jusques à la fin n’a vescu si saintement et justement qu’il fist. Pourtant me semble, que on ne luy a mye [3] assez fait, que on ne l’a mis ou nombre des martyrs, pour les grans paines qu’il souffrit ou pelerinage de la Croiz, par l’espace de six ans que je fu en sa compaignie ; car, ainsi que nostre Seigneur Dieu est mort pour l’umain lignage en la Croiz, à semblable mourut croisé à Tunes [4] le bon Roy saint Loys. Et pource que nul bien n’est à preferer à l’ame raisonnable, à ceste cause je commenceray à la premiere partie, qui parle de ses bons enseignemens et saintes paroles, qui est pour la norriture de l’ame.


  1. Veage : voyage.
  2. Soy regit : se régit.
  3. Mye : pas.
  4. Tunes : Tunis.