Mémoires de Valentin Conrart/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par Claude-Bernard Petitot (48p. 283-284).


SUR LE LIVRE INTITULÉ JUNIUS BRUTUS[1].


Quelqu’un ayant demandé à M. Daillé[2] si M. Duplessis-Mornay, avec lequel il avoit demeuré longtemps, étoit auteur du livre intitulé Junius Bruttus, il répondit : « C’est une question que je n’ai jamais osé faire à M. Duplessis, parce qu’elle me sembloit trop délicate ; mais je vous dirai que M. Duplessis, au bout de la galerie où étoient ses livres, dans le château de Saumur, avoit un petit cabinet dans lequel il n’y avoit que ceux qu’il avoit faits ou composés, bien reliés, et même la plupart imprimés sur du vélin. Parmi ces livres-là il y avoit aussi un exemplaire du Junius Brutus, lequel M. Duplessis me faisoit ôter toutes les fois que quelque personne de qualité désiroit de voir ce petit cabinet. Il me donnoit la clef, et disoit que j’allasse devant et que j’ouvrisse la porte, ajoutant tout bas ou me faisant signe que j’ôtasse ce livre de Junius Brutus : ce que je faisois ; car M. Duplessis savoit bien que ce livre n’étoit pas dans l’approbation de tout le monde, et vouloit éviter les occasions d’en parler. »


Observation.

En donnant la liste des ouvrages de Conrart, nous avions négligé d’indiquer les six madrigaux dont il a orné la Guirlande de Julie d’Angennes, duchesse de Montausier. (Voyez la Guirlande de Julie ; Paris, imprimerie de Monsieur, 1784, in-8o.)

  1. Manuscrits de Conrart, tome 11, page 1112.)
  2. M. Daillé : Jean Daillé, célèbre ministre protestant, avoit été pendant sept ans précepteur du petit-fils de Duplessis-Mornay. Nous n’avons point examiné le point de critique sur lequel porte la remarque de Conrart ; mais nous avons cru qu’elle pourroit intéresser les personnes qui dirigent leurs recherches sur le livre dont il y est parlé, et qui doit être devenu rare.