Mémoires de la ville de Dourdan/Philippe II et Philippe III

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Philippes II.
dict le Hardy,
et Philippes III.
dict le Bel.

Les Roys Philippes le Hardy & le Bel portoient trop d’honneur & de reſpect à la memoire de Sainct Louys, pour ne pas aymer ce qu’il affectionnoit, & pour ne le pas imiter en tout ce qu’ils pourroient : quand il n’y auroit autre conſideration, ie pourrois à bon droict aſſeurer qu’à ſon exemple ils ont fait grand eſtat de Dourdan, & l’ont ſouuent viſité. Mais paſſant par deſſus les conjectures, cecy eſt clairement enſeigné par vn tiltre du droict de chaſſe, tranſcript ſoubſ Louys Comte d’Eureux, par lequel il eſt rapporté que par le paſſé le pays de Dourdan eſtoit reſerué pour le plaiſir des Roys, & retenu comme pour leur garenne, à cauſe dequoy ils auoient fait de tres-eſtroites defenſes aux habitans d’y chaſſer, voire y auoient eſtably des officiers particulierement pour les en empeſcher, à cauſe dequoy les beſtes auoient tellement multiplié par la ſuite des années, que le pays en eſtoit tout perdu, & ſe reſoluoient les habitans de l’abandonner, ſ’il ne l’eur euſt eſté pourueu : car il eſt certain que ſans la conſideration du plaiſir de leurs Majeſtez, ce lieu n’euſt eſté ſi ſoigneuſement gardé & conſerué au prejudice meſme de la Nobleſſe, à laquelle la chaſſe n’a iamais eſté interdite. Il eſt bien vray que ce tiltre ne parle point des Roys, mais ſeulement de ce Prince qui ſembleroit de prim’ abord auoir eſté l’inſtituteur de ceſte garenne : Mais quand on conſiderera que ce tiltre eſt de l’an mil trois cens dix, & qu’il n’a eſté ſeigneur de Dourdan qu’en l’an mil trois cens ſept, trois ans auparauant, & que dans ce peu de temps (ſ’il euſt eſté le premier inſtituteur de ceſte garenne) les beſtes n’euſſent peu tant multiplier pour incommoder le pays. D’ailleurs faut remarquer que par ce meſme tiltre il declare que pluſieurs fois auparauant ceux du pays ſ’eſtoient plaints de ce deſordre & y auoient demandé remede, dont ſ’enſuit qu’auparauant qu’il fuſt ſeigneur de Dourdan, c’eſt à dire du temps de ces Roys auſquels il a ſuccedé, ceſte garenne auec ces officiers y eſtoit deſia eſtablie.

Phillippes le Bel a encores bien teſmoigné qu’il cognoiſſoit Dourdan & le tenoit pour vne maiſon Royale, lors qu’il le choiſit pour retraitte de la femme du Comte de Poictiers ſon fils, pendant qu’elle ſe purgeoit de l’accuſation d’adultere dont elle auoit eſté fauſſement chargée.

Dourdan eſtoit touſiours demeuré attaché à la Couronne depuis qu’il y auoit eſté annexé par Huë Capet : mais en fin il en fut deſüny par Philippes le Bel qui le bailla à ſon frere Louys Comte d’Eureux pour partie de quinze mil litres de rente en aſſiette qu’il luy accorda pour ſon appanage.

Philippus Dei gratia Francorum Rex, notum facimus vniuerſis, tam præſentibus, quàm futuris, quod cum nos tam ex donationibus & aßignationibus per inclitæ recordiationis dominum & progenitorem noſtrum Philippum quondam Regem Franciæ, quàm per nos factis charißimo & fideli fratri noſtro Ludouico tenemur eidem fratri noſtro aßidere in terra cum nobilitate & baronia quindecim milia librarum turonenſium annui & perpetui redditus per eundem fratrem noſtrum & ſucceſſores ſuos in perpetuum ex ſuo corpore deſcendentes hæreditarié poßidendas nóſq ; dudum per dilectos & fideles Ioannem Chaiſelli & Ioannem Venatorem milites noſtros informationem fecimus fieri diligentem de valore eorum quæ habebamus in locis infrà ſcriptis, & eorum pertinentijs in quibus locis aßidere dictum annuum redditum dicto fratri noſtro volebamus facta nobis diligenti relatione per dictos milites, &c. In primis fecimus & facimus dictum fratrem noſtrum Comitem Ebroicenſem, & tradidimus & tradimus & aßidemus ſibi ciuitatem, præpoſituram & caſtellaniam Ebroicenſem cum earum pertinentijs, & item aßidemus & tradimus ſibi præpoſituram de Albiniaco, &c. Item aßidemus & tradimus ſibi caſtrum & caſtellaniam de Gieno ſupra ligerim, &c. Item aßidemus & tradimus locum & præpoſituram & caſtellaniam de Feritate Aleſis, &c. Item aßidemus & tradimus villam, præpoſituram & caſtellaniam de Stampis, &c. Item aßidemus & tradimus modo & forma premißis caſtrum & præpoſituram & caſtellaniam de Dordano cum earum pertinentijs pro mille 260 libris decem & octo ſolidis & nouem denarios. Item aßidemus & tradimus præpoſituram de Meulento & caſtellaniam, &c. Prædicta igitur omnia modo & forma præmißis & nunc ſibi aßidemus & tradimus pro redditu ſupra dicto, retinemus tamen nobis & ſucceſſoribus noſtris Regibus Francia in prædictis omnibus ciuitate, comitatu, caſtris, caſtellanijs, præpoſituris, villis & carum pertinentijs ſuperius expreſſatis & aßignatis dicto fratri noſtro, ſuperioritatem, reſortum & homagium ligium & omnia iudeorum bona quæ habebant iudei ipſo tempore expulſionis eorum, iuſtitiam, gardam, reſſortum & ſuperioritatem omnium Eccleſiarum & Eccleſaſticarum perſonarum & quorumque aliorum, in perſonis & bonis eorum qui ſunt priuilegiati, &c. Actum Pyßiaci, anno Dommi 1307. menſe Aprili.