Mémoires historiques/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dixième tableau chronologique
Des généraux, des conseillers et des sujets illustres
depuis l'avènement des Han jusqu'à nos jours

CHAPITRE XXII

Tableau par années
des généraux, des conseillers et des sujets illustres
depuis l'avènement des Han jusqu'à nos jours (101)



I. — RÈGNE DE KAO-TSOU.

1e année (206) :

A. Au printemps, le gouverneur de P’ei devient roi de Han ; il se rend à Nan-tcheng. En automne, il revient et conquiert le royaume de) Yong.

B. Le grand conseiller Siao Ho défend (le territoire de) Han-tchong.

D. Le yu-che-ta-fou Tcheou Ho défend (la ville de) Yong yang.

2e année (205) : Nomination d’un héritier présomptif.

A. Au printemps, (Kao-tsou) conquiert les royaumes de Sai, Ti, Wei, p.187 Ho-nan, Han et Yn. En été, il attaque Hiang-tsi et arrive à P’ongtch’eng ; il retourne à Yong-yang pour s’y défendre.

B. (Le grand conseiller Siao Ho) défend (le territoire à) l’intérieur des passes.

C. Le t’ai-wei est Lou Koan, marquis de Tch’ang-ngan.

3e année (203) :

A. Wei Pao se révolte. (Kao-tsou) charge Han Sin d’aller séparément conquérir (le pays de) Wei ; lui-même attaque (le roi de) Tchao ; Tch’ou nous assiège à Yong-yang.

4e année (203) :

A. Kao-tsou charge Han Sin d’aller séparément conquérir les pays de Ts’i et de Yen. T’ai-kong (102) est rendu par (le roi de) Tch’ou. (Le roi de Han) et (le roi de) Tch’ou fixent la frontière à Hong-k’iu (103).

C. Tcheou Ho meurt en défendant Yong-yang.

D. Le yu-che-ta-fou est Tcheou Tch’ang, marquis de Fen-yang.

5e année (202) : (Kao-tsou) entre dans le pays à l’intérieur des passes et y fixe sa résidence.

A. En hiver, (Kao-tsou) défait (l’armée de) Tch’ou à Kai-hia et tue Hiang Tsi. Au printemps, le roi (c’est-à-dire Kao-tsou) prend la dignité d’empereur à Ting-t’ao.

B. La charge de t’ai-wei est supprimée.

C. Au neuvième mois intercalaire (20 octobre-18 novembre 202), (Lou) Koan devient roi de Yen.

6e année (201) :

A. (Kao-tsou) honore T’ai-kong du titre de t’ai-chang-hoang. Lieou Tchong devient roi de Tai. (Kao-tsou) établit un grand marché ; il change le nom de Hien-yang en celui de Tch’ang-ngan.

C. (Siao Ho) est investi du marquisat de Tsoan. Tchang Ts’ang est nommé conseiller des comptes (104).

7e année (200) :

A. Le palais Tch’ang-lo est achevé. (Kao-tsou) transfère (sa capitale) de Yo-yang à Tch’ang-ngan. Il attaque les Hiong-nou ; les Hiong-nou nous cernent à P’ing-tch’eng.

8e année (199) :

A. (Kao-tsou) attaque près de la capitale (du royaume) de Tchao les barbares qui s’étaient révoltés avec Han Sin ; Koan Kao fomente des troubles ; l’année suivante, l’affaire est découverte et il est mis à mort. Les Hiong-nou attaquent le roi de Tai qui abandonne son royaume et s’enfuit ; il est dégradé et nommé marquis de Ho-yang.

9e année (198) :

A. Le palais Wei-yang est achevé ; Kao-tsou donne p.188 un banquet dans la salle antérieure ; la chaise à porteurs du t’ai-chang-hoang était à la place d’honneur ; l’empereur prit en main une tasse de jade et porta la santé (de son père) en disant :

— Au début, vous disiez toujours que je n’avais point la force de (Lieou) Tchong ; maintenant, de (Lieou) Tchong et de moi, qui a remporté le plus de gloire ?

Le t’ai-chang-hoang rit ; dans la salle on poussa des vivats. On transféra à l’intérieur des passes la famille T’ien du pays de Ts’i, et les familles Tchao, K’iu et King du pays de Tch’ou.

B. Siao Ho est promu au rang de conseiller d’État.

D. Le yu-che-ta-fou (Tcheou) Tch’ang devient conseiller (du roi) de Tchao.

10e année (197) :

A. Le t’ai-chang-hoang meurt. — Tch’en Hi se révolte dans le territoire de T’ai.

D. Le yu-che-ta-fou est Tchao Yao, marquis de Kiang-i.

11e année (196) :

A. (L’empereur) met à mort (Han Sin, marquis de) Hoai-yn et P’ong Yue. — K’ing Pou se révolte.

C. Tcheou P’o est nommé t’ai-wei ; il attaque et bat (Tch’en Hi) ; ensuite cette dignité est supprimée.

12e année (195) :

A. En hiver, (Kao-tsou) attaque (K’ing) Pou ; il revient à P’ei. — En été, l’empereur meurt ; on le dépose dans (la sépulture) Tch’ang-ling.


II. — RÈGNE DE HIAO-HOEI.

1e année (194) :

A. (Lieou) Jou-i, roi Yn de Tchao, meurt. — On commence à construire le côté nord-ouest du rempart de Tch’ang-ngan. — On supprime les grands conseillers (tch’eng-siang) des seigneurs et on en fait des conseillers.

2e année (193) :

A. Le roi Yuen de Tch’ou et le roi Tao-hoei de Ts’i viennent rendre hommage à la cour. — Le 16 août 193, (Siao) Ho meurt.

B. Le 7 septembre 193, Ts’ao Ts’an, marquis de P’ing-yang et conseiller de Ts’i, devient conseiller d’état.

3e année (192) :

A. On se met à construire le rempart de Tch’ang-ngan. — (Les gens de la préfecture de) Tsien-ti (dans la commanderie) de Chou se révoltent ; on les attaque.

4e année (191) :

A. Le 1er avril 191, on amnistie ceux qui ne sont pas récidivistes.

5e année (190) :

A. En l’honneur de Kao-tsou on élève, un temple funéraire à P’ei. — Le rempart (de Tch’ang-ngan) est achevé. — On p.189 institue cent vingt chanteurs (pour le temple funéraire de Kao-tsou à P’ei). — Le 24 septembre 190, (Ts’ao) Ts’an meurt.

6e année (189).

A. Le 7e mois (30 juillet-27 août 189), le roi Tao-hoei de Ts’i meurt. — On établit le grand grenier (t’ai-ts’ang) sur le marché occidental. — Le 8e mois (28 août-25 septembre 189), on publie une amnistie dans le pays de Ts’i.

B. — Le 23 novembre 190 (105), Wang Ling, marquis de Ngan-kouo, est nommé grand conseiller de droite, et Tch’en P’ing, marquis de K’iu-ni, est nommé grand conseiller de gauche.

C. (Tchao) Yao est accusé d’un crime.

D. Jen Ngao, marquis de Koang-ngo, est nommé yu-che-ta-fou.

7e année (188) :

A. L’empereur meurt. Les principaux ministres suivent l’avis de Tchang Pi-k’iang ; l’autorité de la famille Lu est renforcée ; Lu T’ai est nommé roi de Lu ; on donne le pouvoir au jeune empereur (chao-ti). Au jour ki-mao (106), on enterre (l’empereur Hiao-hoei dans la sépulture) Ngan-ling.


III. — RÈGNE DE L’IMPÉRATRICE LU.

1e année (187) :

A. On nomme rois les divers fils de (l’empereur) Hiao-hoei. On institue (la fonction de) hiao-ti-li-t’ien (107).

B. Le 10 janvier 187, (Tch’en) P’ing est promu au rang de grand conseiller de droite ; Chen I-ki, marquis de Pi-yang, est nommé grand conseiller de gauche.

2e année (186) :

C. Le 12e mois (1er-30 janvier 186), Lu T’ai, roi de Lu, meurt ; son fils, Lu Kia, est nommé à sa place roi de Lu. — On met en circulation les monnaies de huit tchou.

3e année (185).

4e année (184) :

A. On enlève son titre au Jeune empereur (chao-ti) p.190 et on nomme empereur Hong, roi de Tch’ang-chan.

B. On institue la charge de t’ai-wei.

C. Tcheou P’o, marquis de Kiang, est nommé t’ai-wei.

5e année (183) :

A. Le huitième mois (22 août-19 septembre 183), le roi de Hoai-yang meurt ; on donne le titre de roi de Hoai-yang à Ou, marquis de Hou-koan. — On ordonne que les soldats envoyés en garnison soient changés chaque année.

6e année (182) :

A. Lu Tch’an est nommé roi de Lu. — Le 17 mai 182, on publie une amnistie dans l’empire. En plein jour il fit sombre.

7e année (181) :

A. (Lieou Yeou), roi Yeou de Tchao, meurt. Lu Lou est nommé roi de Tchao. Le roi de Leang (qui avait été) transféré à Tchao (pour y régner, avant la nomination de Lu Lou), se tue.

8° année (180) :

A. Le 7e mois (21 juillet-18 août 180), l’impératrice, (femme de) Kao (-tsou), meurt ; le 9e mois (17 septembre-15 octobre 180), on met à mort les membres de la famille Lu ; le 9e mois intercalaire (16 octobre-14 nov. 180), le roi de Tai vient prendre la dignité d’empereur. — Le 9e mois intercalaire (16 octobre-14 nov. 180), (Chen) I-ki donne sa démission de conseiller.

B. Le 7e mois, au jour sin-se (18 août 180) (Tch’en P’ing) est nommé grand maître (t’ai-fou) de l’empereur ; le 22 octobre 180, il redevient grand conseiller.

C. (Tcheou) Tsao, marquis de Long-lu, est nommé général ; il attaque le Nan yue.

D. Le yu-che-ta-fou est (Tchang) Ts’ang.


IV. — RÈGNE DE L’EMPEREUR WEN.

1e année (179) :

A. (L’empereur) abroge l’article du code relatif à la parenté saisie et aux complices. Il nomme l’héritier présomptif ; il confère au peuple des degrés dans la hiérarchie.

B. Le 16 décembre 180, Tch’en P’ing est nommé grand conseiller de gauche ; le t’ai-wei Tcheou P’o, marquis de Kiang, est nommé grand conseiller de droite. — C. Tcheou P’o ayant été nommé conseiller, Koan Yng, marquis de Yng yn, est nommé t’ai-wei.

2e année (178) :

A. (L’empereur) abroge l’article du code relatif aux propos de blâme. — (Lieou) Ou est nommé roi de Tai ; (Lieou) Ts’an, roi de T’ai-yuen ; (Lieou) Cheng, roi de Leang ; tous trois sont des fils de l’empereur. — Le 10e mois, le grand conseiller Tch’en P’ing meurt.

B. Le 5 décembre 179, (Tcheou) P’o, marquis de Kiang, est de nouveau nommé grand conseiller.

3e année (177) :

A. (Lieou Ou, roi de Tai, échange ce titre contre p.191 celui de roi de Hoai-yang. — L’empereur se rend dans (la commanderie de) T’ai yuen. — Le roi de Tsi-pei se révolte. — Les Hiong-nou entrent en masse dans la commanderie de Chang ; comme le territoire était envahi jusqu’à T’ai yuen, le nom de T’ai-yuen fut changé en celui de Tai. — Le 6 janvier 177, (Tcheou) P’o donne sa démission de conseiller et se rend dans son royaume.

B. Le 29 janvier 177 (108), Koan Yng, marquis de Yng-yn, est nommé grand conseiller. — On supprime la charge de t’ai-wei.

C. Tch’en Ou, marquis de Ki P’ou, est nommé général en chef ; il attaque (le roi de) Tsi-pei. Lou King, marquis de Tch’ang, Lou Pa-che, marquis de Kong, (Wei) Tch’e (109), marquis de Ning et (Tchao) Tsiang-ye, marquis de Chen-tsé, sont tous nommés généraux et placés sous les ordres de (Tseng) Ho, marquis de K’i (110), qui, à la tête de ses troupes prend ses quartiers à Yong-yang.

4e année (176) :

A. Le 12e mois, au jour i-se (111), (Koan) Yng meurt.

B. Le 11 février 176, le yu-che-ta-fou Tchang Ts’ang, marquis de Peip’ing, est nommé grand conseiller.

C. Tchang Yue, marquis de Ngan-k’ieou, est nommé général ; il attaque les barbares du nord et sort (du territoire de l’empire) par (le territoire de) Tai.

D. Chen-t’ou Kia, marquis à l’intérieur des passes, est nommé yu-che-ta-fou.

5e année (175) :

A. (L’empereur) abroge l’article du code relatif aux monnaies ; le peuple est autorisé à fondre des monnaies.

6e année (174) :

A. (L’empereur) dégrade le roi de Hoai-nan et le déporte dans le district de Yen ; (le roi) meurt en chemin, à Yong.

7e année (173) :

A. Le 8 mai 173, on institue (la préfecture de) Nan-ling.

8e année (172) :

A. Le t’ai pou, marquis de Jou-yn et préfet de T’eng (112), meurt.

9e année (171) :

A. Les cloches des maisons de Wen sonnèrent p.192 d’elles-mêmes. — (On fait de la localité de) Tche-yang la sépulture de Pa.

D. Le yu-che-ta-fou est (Fong) King.

10e année (170) :

A. Tous les rois vassaux se rendent à Tch’ang-ngan.

11e année (169) :

A. L’empereur se rend (dans le territoire de) Tai. — Il y a un tremblement de terre.

12e année (168) :

A. Le fleuve déborde à la Digue de métal dans la commanderie de Tong. — Le roi de Hoai-yang échange ce titre contre celui de roi de Leang.

13e année (167) :

A. (L’empereur) supprime les articles du code relatifs aux mutilations pénales et aux taxes et redevances des champs, ainsi que l’ordonnance relative aux soldats envoyés en garnison.

14e année (166) :

A. Les Hiong-nou entrent en masse par la passe Siao ; on envoie les soldats les attaquer et camper auprès de Tch’ang-ngan.

C. Tong Tch’e, marquis de Tch’eng, le nei-che Loan Pou, Lu K’ing, marquis de Tch’ang, (Tcheou) Tsao, marquis de Long-lu et (Wei) Tch’e, marquis de Ning, sont tous nommés généraux ; Tchang Siang-jou, marquis de Tong-yang, est nommé général en chef ; ils attaquent ensemble les Hiong-nou. Le tchong-wei Tcheou Ché et le lang-tchong-ling Tchang Ou sont tous deux nommés généraux et campent auprès de Tch’ang-ngan.

15e année (165) :

A. Un dragon jaune apparaît à Tch’eng-ki. L’empereur, pour la première fois, fait en personne le sacrifice kiao en l’honneur des Cinq empereurs.

16e année (164) :

A. L’empereur va en personne rendre hommage aux Cinq empereurs au nord de la rivière Wei.

1e année de la 2e période (163) :

A. Sin Yuen-p’ing raconte des choses fausses sur les magiciens ; il est convaincu de mensonge et mis à mort.

2e année (162) :

A. Les Hiong-nou font un traité d’amitié et d’apparentage. — Il y a un tremblement de terre. — Le 31 août 162, (Tchang) Ts’ang donne sa démission de conseiller.

B. Le 2 septembre 162, le yu-che-ta-fou Chen-t’ou Kia est nommé grand conseiller ; on lui confère le marquisat de Kou-ngan.

D. Le yu-che-ta-fou est T’ao Ts’ing.

3e année (161) :

A. On établit la ville de Kou-k’eou.

4e année (160).

5e année (159) :

A. L’empereur se rend à Yong.

6e année (158) :

A. Les Hiong-nou entrent au nombre de trente p.193 mille dans 1a commanderie de Chang, et au nombre de vingt mille dans celle de Yun-tchong.

C. Le tchong-ta-fou Ling Mien est nommé général des chars et des cavaliers et campe à Fei-kou ; l’ex-conseiller (du roi) de Tch’ou, Sou I, est nommé général et campe à Kiu-tchou ; le général Tchang Ou prend ses quartiers dans (la commanderie de) Pei-ti ; l’administrateur du Ho-nei, Tcheou Ya-fou, est nommé général et campe à Si-leou ; le tsong-tcheng Lieou Li campe sur les bords de la rivière Pa ; Siu Li, marquis de Tchou-tse (113), campe à Ki-men ; ainsi on tient en respect les barbares qui, au bout de quelques mois, se retirent ; (les troupes impériales) à leur tour sont licenciées.

7e année (157) :

A. Le 6 juillet 157, l’empereur Hiao-wen meurt ; le 14 juillet 157, l’héritier présomptif prend le pouvoir ; le peuple donne cours à ses lamentations pendant trois jours ; on enterre l’empereur dans la tombe de Pa.

C. Le tchong-wei (Tcheou) Ya fou est nommé général des chars et des cavaliers ; le lang-tchong-ling Tchang Ou est nommé général chargé de remettre la terre (sur la tombe) ; le chou-kouo (Siu) Han est nommé général commandant les postes militaires ; le tchan-che Jong-nou est nommé général des chars et des cavaliers et assiste l’impératrice douairière.


V. — RÈGNE DE L’EMPEREUR HIAO-KING.

1e année (156) :

A. On établit les temples funéraires de l’empereur Wen ; dans les commanderies et les royaumes ils sont appelés les temples de l’illustre ancêtre (t’ai-tsong). — On institue la charge de se-t’ou.

2e année (155) :

A. Sont nommés rois les fils d’empereur dont les noms suivent : (Lieou) est nommé roi de Ho-kien ; (Lieou) Hong, roi de Lin-kiang ; (Lieou) Yu, roi de Hoai-nan ; (Lieou) Fei, roi de Jou-nan ; (Lieou) P’ong-tsou, roi de Koang-tch’oan ; (Lieou) Fa, roi de Tch’ang-cha. — Dans le courant du quatrième mois, l’impératrice douairière, femme de (l’empereur) Hiao-wen, meurt. — Mort de (Chen-t’ou) Kia.

B. T’ao Ts’ing, marquis de K’ai-fong, est nommé grand conseiller.

D. Le yu-che-ta-fou est Kiue.

3e année (154) :

A. Révolte des sept royaumes de Ou, Tch’ou, etc. (L’empereur) envoie des soldats les attaquer et les défait tous. — Les p.194 fils de l’empereur, (Lieou) Toan et (Lieou) Cheng, sont nommés, le premier roi de Kiao-si, et le second roi de Tchong-chan.

B. Le tchong-wei Tcheou Ya-fou, marquis de T’iao, est nommé t’ai-wei ; il attaque (les soldats de) Ou et Tch’ou. Li Ki, marquis de K’iu-tcheou, est nommé général en chef ; il attaque (les soldats de) Tchao. Teou Yng est nommé général en chef ; il prend ses quartiers à Yong-yang. Loan Pou est nommé général en chef ; il attaque (les soldats de) Ts’i.

4e année (153) :

A. (L’empereur) nomme un héritier présomptif.

C. Le t’ai-wei est (Tcheou) Ya-fou.

D. Le yu-che-ta-fou est (T’ien) Fen.

5e année (152) :

A. On établit la ville de Yang-ling. — Le grand conseiller Tchang Ts’ang marquis de Pei-p’ing, meurt.

6e année (151) :

A. (Lieou) P’ong-tsou, roi de Koang-tch’oan, échange ce titre contre celui de roi de Tchao.

D. Le yu-che-ta-fou est Tch’en Mai, marquis de Yang-ling.

7e année (150) :

A. L’héritier présomptif (Lieou) Yong est dégradé et nommé roi de Lin-kiang. Le 18 juin 150, le roi de Kiao-tong est nommé héritier présomptif. — (T’ao) Ts’ing quitte son poste de conseiller.

B. Le 5 août 150, le t’ai-wei (Tcheou) Ya-fou, marquis de T’iao, est nommé grand conseiller. — On supprime la charge de t’ai-wei.

C. (Tcheou Ya-fou) est promu au rang de grand conseiller.

D. Le yu-che-ta-fou est (Lieou) Ché.

1e année tchong-yuen (149).

2e année (118) :

A. (Lieou) Yue, fils de l’empereur, est nommé roi de Koang-tch’oan. (Lieou) Ki, fils de l’empereur, est nommé roi de Kiao-Long.

3e année (147) :

A. (Lieou) Tch’eng, fils de l’empereur, est nommé roi de Ts’ing-ho. — (Tcheou) Ya-fou donne sa démission de conseiller.

B. Le ya-che-ta-fou Lieou Ché, marquis de T’ao, est nommé grand conseiller.

D. Le yu-che-ta-fou est (Wei) Koan.

4° année (146) :

A. (Lieou) Tcheng, roi de Lin-kiang, se tue ; il est enterré à Lin-tien ; plusieurs myriades de personnes du pays de Yen apportent de la terre pour lui et la déposent sur sa tombe.

5e année (145) :

A. (Lieou) Choen, fils de l’empereur, est nommé roi de Tch’ang-chan.

6e année (144) :

A. (Lieou) Ou, roi Hiao de Leang, meurt ; on divise le pays de Leang en cinq royaumes dont on nomme rois ses divers fils : (Lieou) Mai est nommé roi de Leang ; (Lieou) Ming, roi de p.195 Tsi-tch’oan ; (Lieou) P’ong-li, roi de Tsi-tong ; (Lieou) Ting, roi de Chan-yang ; (Lieou) Pou-che, roi de Tsi-yn.

1e année de la dernière période (143) :

A. Le 5e mois, il y a un tremblement de terre. — Le 28 août 143, il y a une éclipse de soleil. — (Lieou) Ché donne sa démission de conseiller.

B. Le 8e mois, au jour jen-tch’en, le yu-che-ta-fou Wei Koan, marquis de Kien-ling, est nommé grand conseiller.

D. Le yu-che-ta-fou est (Tche) Pou-i.

20 année (142) :

C. Le 26 juillet 142, le yu-che-ta-fou Tch’en Mai meurt.

3e année (141) :

A. Le 9 mars 141, l’empereur Hiao-King meurt. Le 21 mars 141, l’héritier présomptif prend le pouvoir.


VI. — RÈGNE DE L’EMPEREUR HIAO-OU.

1e année kien-yuen (140) :

A. (Wei) Koan donne sa démission de conseiller.

B. Teou Yng, marquis de Wei-k’i, est nommé grand conseiller. — On institue la charge de t’ai-wei.

C. T’ien Fen, marquis de Ou-ngan, est nommé t’ai-wei. — Le yu-che-ta-fou est Ti.

2e année (139) :

A. On établit la sépulture de Meou. — (Teou) Yng donne sa démission de conseiller.

B. Le 30 mars 139, le t’ai-tch’ang Hiu Tch’ang, marquis de Pe-tche, est nommé grand conseiller. — (T’ien) Fen donne sa démission de t’ai-wei. On supprime la charge de t’ai-wei. — Le yu-che-ta-fou est Tchao Koan.

3e année (138) :

A. Wang, roi de Tong-ngeou et marquis de Koang-ou, vient se soumettre avec les siens au nombre de plus de 40.000 hommes. On les place dans la commanderie de Lou-kiang.

4e année (137) :

D. Le yu-che-ta-fou est (Tchoang) Ts’ing-ti.

5e année (136) :

A. On met en circulation les monnaies san-fen.

6e année (135) :

A. Au premier mois, le roi de Min-yue se révolte. — L’impératrice-douairière, (mère de l’empereur) Hiao-King, meurt. — (Hiu) Tch’ang donne sa démission de conseiller.

B. Le 5 juillet 135, T’ien Fen, marquis de Ou-ngan, est nommé grand conseiller.

C. (Tchoang) Ts’ing-ti est nommé premier maître (t’ai-fou) de l’héritier présomptif.

D. Le yu-che-ta-fou est (Han) Ngan-kouo.

1e année yuen-koang (134).

2e année (133) :

A. L’empereur se rend pour la première fois à Yong et y fait en personne le sacrifice kiao aux cinq lieux saints.

C. En été, le yu-che-ta-fou Han Ngan-kouo est nommé général protecteur de l’armée ; Li Koang est nommé général des chevau-légers ; le t’ai-pou Kong-suen Ho est nommé général des chars rapides ; le ta-hing Wang K’oei est nommé général commandant les postes militaires ; le ta-tchong-ta-fou Li Si est nommé général des archers d’élite ; ils cherchent à surprendre le chen-yu à Ma-i ; l’affaire n’ayant pas réussi, (Wang) K’oei est mis à mort.

3e année (132) :

A. Le 2 juin 132, le fleuve rompt ses digues à Hou-tse.

4e année (131) :

A. Le 8 février 131, il y a un tremblement de terre. — (T’ien) Fen meurt.

B. Sie Tsé, marquis de P’ing-ki, est nommé grand conseiller.

D. Le yu-che-ta-fou est (Tchang) K’iu.

5e année (130) :

A. Au 10e mois, on extermine toute la famille de Koan Fou. (Teou Yng), marquis de Wei-k’i, est mis à mort et son corps est abandonné sur la place publique.

6e année (129) :

A. Les barbares du sud (nan-i) établissent pour la première fois des relais de poste.

C. Le ta-tchong-ta-fou Wei Ts’ing est nommé général des chars et des cavaliers ; il sort du territoire de l’empire par Chang-kou. Le wei-wei Li Koang est nommé général des chevau-légers ; il sort du territoire de l’empire par Yen-men. Le ta-tchong-ta-fou Kong-suen Ngao est nommé général de la cavalerie ; il sort du territoire de l’empire par Tai. Le t’ai-pou Kong-suen Ho est nommé général des chars rapides ; il sort de l’empire par Yun-tchong ; tous attaquent les Hiong-nou.

1e année yuen-cho (128) :

A. La fou-jen Wei est nommée impératrice.

C. Le général des chars et des cavaliers, (Wei) Ts’ing, sort par Yen-men et attaque les Hiong-nou. Le wei-wei Han Ngan-kouo est nommé général commandant les postes militaires ; il campe dans (le territoire de) Tai ; l’année suivante, il établit ses quartiers à Yu-yang et meurt.

2e année (127) :

A. Au printemps, le général des chars et des cavaliers, Wei Ts’ing, sort par Yun-tchong ; il arrive à Kao-k’iue et prend le territoire au sud du fleuve.

3e année (126) :

A. Les Hiong-nou battent (Kong) Yeou, administrateur de (la commanderie de) Tai.

D. Le yu-che-ta-fou est Kong-suen Hong.

4e année (125) :

A. Les Hiong-nou envahissent et ravagent les commanderies de (Ting-)siang, Tai et Chang.

5e année (124) :

A. Les Hiong-nou battent Tchou Yng, commandant militaire de (la commanderie de) Tai.

B. Le 11 décembre 125, le yu-che-ta-fou Kong-suen Hong est nommé grand conseiller.

C. Au printemps, Wei Ts’ing, marquis de Tch’ang-p’ing, est nommé général en chef ; il attaque le roi sage de droite (des Hiong-nou). Le wei-wei Sou Kien est nommé général des batteurs d’estrade ; il est sous les ordres de (Wei) Ts’ing. Le tso-nei-che Li Tsou est nommé général des arbalétriers. Le t’ai-pou (Kong-suen) Ho est nommé général des chars et des cavaliers. Le conseiller (du roi) de Tai, Li Ts’ai, est nommé général des chars rapides. Tchang Ts’e-kong, marquis de Ngan-t’eou, est nommé général. Le ta-hing (Li) Si est nommé général. Tous dépendent du général en chef ; ils attaquent les Hiong-nou.

6e année (123) :

C. Le général en chef (Wei) Ts’ing sort à deux reprises par (la commanderie de) Ting-siang et attaque les barbares. Kong-suen Ngao, marquis de Ho-ki, est nommé général du centre. Le t’ai pou Kong-suen Ho est nommé général de gauche. Le lang-tchong-ling Li Koang est nommé général d’arrière-garde. Tchao Sin, marquis de Hi, est nommé général ; il est battu et se soumet aux Hiong-nou. Le wei-wei Sou Kien est battu et se sauve. Le tso-nei-che (Li) Tsou est nommé général des forts arbalétriers. Tous (ces généraux) sont sous les ordres de (Wei) Ts’ing.

1e année yuen-cheou (122) :

A. Dans le courant du dixième mois, (Lieou) Ngan, roi de Hoai-nan et (Lieou) Se, roi de Heng-chan, projettent de se révolter. Tous deux se tuent et leurs royaumes sont supprimés.

D. Le yu-che-ta-fou est (Li) ts’ai.

2e année (121) :

A. Les Hiong-nou envahissent les commanderies de Yen-men et de Tai. — (Lieou) Kien, roi de Kiang-tou, se révolte. — (Lieou) K’ing, fils du roi de Kiao-tong, est nommé roi de Leou-ngan. — (Kong-suen) Hong meurt.

B. Le yu-che-ta-fou Li Ts’ai, marquis de Yo-ngan, est nommé grand conseiller.

C. Houo K’iu-p’ing, marquis de Koan-kiun, est nommé général des chevau-légers ; il attaque les barbares et arrive jusqu’(au mont) K’i-lien. (Kong-suen) Ngao, marquis de Ho-k’i, est nommé général ; il sort par (la commanderie de) Pei-ti. Tchang K’ien, marquis de Po-wang, et le lang-tchong-ling Li Koang, sont nommés généraux ; ils sortent par (la commanderie de) Yeou-pei-p’ing.

D. Le yu-che-ta-fou est (Tchang) T’ang.

3e année (120) :

A. Les Hiong-nou envahissent (les commanderies de) Yeou-pei-p’ing et Ting-siang.

4e année (119) :

C. Le général en chef (Wei) Ts’ing, sort par (la commanderie de) Ting-siang. Le lang-tchong-ling Li Koang est général d’avant-garde ; le t’ai-pou Kong-suen Ho est général de gauche ; le tchou-tsio Tchao I-ki est général de droite ; Ts’ao Siang, marquis de P’ing-yang, est général d’arrière-garde. Ils attaquent le chen-yu.

5e année (118) :

A. (Li) Ts’ai est accusé d’avoir violé le petit mur d’enceinte du parc impérial ; il se tue.

C. Le second maître (chao-fou) de l’héritier présomptif, Tchoang Ts’ing-ti, marquis de Ou-k’iang (114), est nommé grand conseiller.

6e année (117) :

A. Le 12 juin 117, sont nommés rois les fils de l’empereur dont les noms suivent : (Lieou) Hong est nommé roi de Ts’i ; (Lieou) Tan, roi de Yen ; (Lieou) Siu, roi de Koang-ling (115).

1e année yuen-ting (116).

2e année (115) :

A. (Tchoang) Ts’ing-ti est coupable d’un crime ; il se tue.

B. Le premier maître (t’ai-fou) de l’héritier présomptif, Tchao Tcheou, marquis de Kao-ling, est nommé grand conseiller.

C. (Tchang) T’ang est coupable d’un crime ; il se tue. — Le yu-che ta-fou est (Che) King.

3e année (114).

4e année (113) :

A. (Lieou) P’ing, fils du roi Hien de Tch’ang-chan, est nommé roi de Tchen-ting, et (son frère Lieou) Chang est nommé roi de Se-choei (116). — Dans le courant du sixième mois, on trouve un trépied précieux à Fen-yn (117), dans le Ho-tong.

5e année (112) :

A. Dans le courant du troisième mois, (Lu) Kia, conseiller (du roi) de Nan-yue, se révolte ; il tue son roi, ainsi que les ambassadeurs chinois (118). — Le huitième mois, (Tchao) Tcheou est inculpé dans l’affaire de l’or du vin tcheou (119) ; il se tue.

B. Le 20 octobre 127 (120) le yu-che-ta-fou Che K’ing est nommé grand conseiller ; on lui confère le titre de marquis de Mou k’ieou. —

C. Le wei-wei Lou Po- est nommé général dompteur des flots ; il sort (du territoire de l’empire) par le Koei-yang. Le tchou-tsio Yang Pou est nommé général des bateaux à étages ; il sort par le Yu-tchang. Tous deux triomphent du Nan yue.

6e année (111) :

A. Le 12e mois, le Tong yue se révolte (121).

C. Han Yue, ex-marquis de Long-ngo (122), est nommé général traverseur de la mer ; il sort par le Koei-ki. Le général des bateaux à étages, Yang Pou, sort par le Yu-tchang. Le tchong-wei Wang Wen-chou sort par le Koei-ki. Tous ensemble triomphent du Tong-yue.

1e année yuen-fong (110) :

D. Le yu-che-ta-fou est (Ni) K’oan.

2e année (109) :

C. En automne, le général des bateaux à étages, Yang Pou, et le général de gauche Siun Tche sortent par le Leao-tong et attaquent le Tch’ao-sien (123).

3e année (108).

4e année (107).

5e année (106).

6e année (105).

1e année t’ai-tch’ou (104).

A. On modifie le calendrier ; on fait du premier mois le commencement de l’année (124).

2e année (103) :

A. Le 4 mars 103 (125), (Che) K’ing meurt.

B. Le 22 avril 103 (126), le t’ai-pou Kong-suen Ho est nommé grand conseiller ; on lui confère le titre de marquis de Ko-i.

3e année (102) :

D. Le yu-che-ta-fou est Yen Koang.

4e année (101).

1e année tien-han (100) :

D. Le yu-che-ta-fou est (Wang) K’ing.

2e année (99).

3e année (98) :

D. Le yu-che-ta-fou est (Tou) Tcheou.

4e année (97) :

C. Au printemps, le général de Eul-che, Li Koang-li, sort par le Cho-fang et arrive sur les bords de la rivière Yu-ou (127). Han-Yue, général des batteurs d’estrade, sort par le Ou-yuen. Ces généraux et Kong-suen Ngao, général de Yn-yu (128), attaquent les Hiong-nou (129).




Notes


(101. ) Ce tableau n’est précédé d’aucun préambule. — Pour chaque année, les événements principaux sont classés sous quatre rubriques principales que je désigne, dans ma traduction, par les lettres majuscules A, B, C, D. Sous la lettre A sont rappelés les actes essentiels du gouvernement impérial ; sous la lettre B on lit ce qui concerne les grands conseillers ; sous la lettre C, ce qui concerne les généraux ; sous la lettre D, ce qui concerne les yu-che-ta-fou. — Les morts, les dégradations et les démissions sont classées par Se-ma Ts’ien sous la rubrique qui précède celle où l’on s’attendrait à les trouver, mais les textes qui les mentionnent sont imprimés à l’envers, en sorte qu’il faut retourner le livre pour les lire ; dans notre traduction, ces textes sont imprimés en italiques. — Ce tableau pouvant aider à l’intelligence de l’histoire de la Chine sous les Han, je l’ai traduit intégralement et sans abréviations jusqu’à la date de la 4e année t’ien-han (97 av. J-C.). J’ai négligé le reste du tableau qui est une superfétation introduite par un interpolateur (vraisemblablement Tch’ou Chao-suen) dans l’œuvre de Se-ma-Ts’ien.

(102. ) Le père de Kao-tsou, qui avait été fait prisonnier par Hiang Yu.

(103. ) Hong-k’iu est l’équivalent de Hong-keou. Cf. tome II, n. 07.344.

(104. ) Cette fonction comportait un contrôle général sur les finances de l’empire.

(105. ) Cette date est celle des Mémoires historiques. Le Ts’ien Han chou (chap. XIX, 2e partie, p. 4 v°) donne la leçon fautive « au jour i-se », au lieu de « au jour i-tch’eou ».

(106. ) Cette donnée ne s’accorde pas avec celle que nous trouvons dans les Annales principales (cf. tome II, p. 413, ligne 11).

(107. ) Cette charge comportait un seul titulaire qui avait un appointement de 2000 che ; ce haut fonctionnaire devait encourager le peuple à pratiquer les choses essentielles, à savoir la piété filiale, l’amour fraternel et l’agriculture. Cf. Ts’ien Han chou, chap. III, p. 1 r°.

(108. ) Cette date est celle qu’exprime la leçon de Ts’ien Han chou (chap. XIX, 2e partie, p. 6 v°) : « le 12e mois, au jour i-hai ». Les Mémoires historiques écrivent, par erreur : « le 11e mois ».

(109. ) Cf. p. 137, n° 75 et n. 18.224. . La leçon « Wei Tch’e » paraît donc préférable à la leçon « Wei Siuen ».

(110. ) Il faut lire « le marquis de K’i », et non le « marquis de Ou-k’i ».

(111. ) Cette date, qui est donnée par les Mémoires historiques et par le Ts’ien Han chou, ne s’accorde pas avec notre système.

(112. ) Ce personnage n’est autre que Hia-heou Yng.

(113. ) Cf. p. 151, n° 17, n. 19.125. .

(114. ) Cf. p. 137, n° 78.

(115. ) Cf. p. 113, n° XXXVII, § 8 ; p. 114, n° XXXIX, § 7 ; p. 99, n° X, § 6.

(116. ) Cf. p. 106, n° XXV, § 5, et p. 103, n° XXI, § 1.

(117. ) Cf. tome II, n. 05.345.

(118. ) Cf. Mém. hist., chap. CXIII, et tome I, Introduction, p. LXXXIII-LXXXIV.

(119. ) Cf. tome I, Introduction, p. CIII, lignes 13-18.

(120. ) D’après le tableau du Ts’ien Han chou (chap. XIX, 2e partie, p. 19 v°), Tchao Tcheou serait mort le 20 octobre, et Che K’ing aurait été nommé grand conseiller le 4 novembre 112.

(121. ) Cf. Mém. hist., chap. CXIV.

(122. ) Cf. p. 164, n° 34.

(123. ) Cf. Mém. hist., chap. CXV.

(124. ) Cf. tome I, Introduction, p. XCVIII.

(125. ) Les Mémoires historiques donnent ici la date de « le 1er mois, au jour ou-chen » ; on retrouve la même leçon dans les Annales principales du Ts’ien Han chou, chap. VI, p. 12 v°. Mais cette indication ne s’accorde pas avec mon système chronologique. J’ai donc adopté la leçon « le 1er mois au jour ou-yn » leçon qui m’est fournie par le tableau chronologique du Ts’ien Han chou (chap. XIX, 2e partie, p. 22 r°).

(126. ) Cette date est celle qui résulte de l’indication que nous trouvons ici dans les Mémoires historiques. Le Ts’ien Han chou (chap. XIX, 2e partie, p. 22 r°) donne la leçon : « le mois intercalaire, au jour ting-tch’eou ». Mais je ne crois pas pouvoir admettre qu’il y ait eu un mois intercalaire dans la seconde année t’ai-tch’ou (cf. le P. Havret, dans T’oung pao, vol. VIII, p. 392-393).

(127. ) La rivière Yu-ou se trouvait en pays Hiong-nou.

(128. ) Yn-yu était une localité des Hiong-nou ; Kong-suen Ngao y avait été vainqueur et c’est pourquoi on lui avait donné le surnom de général de Yn-yu.

(129. ) Ce tableau chronologique se continue jusqu’à la première année hong-kia, c’est-à-dire jusqu’à l’an 20 avant notre ère. Tout ce qui suit la période t’ien-han (100-97 av. J.-C. ) est l’œuvre d’un interpolateur ; cette addition au texte de Se-ma Ts’ien ne rentre pas dans le cadre des Mémoires historiques ; je l’ai donc supprimée.