Méthode pratique d’orchestration symphonique/Hautbois

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enoch & Cie Éditeurs (p. 20).

Hautbois (en Ut)

Les parties de Hautbois s’écrivent en Clef de Sol
27

\relative c' {
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  b^"Etendue" c d e f g a b c_\markup{\left-column{"* Evitez d’attaquer" "au delà du DO."}} d e f g a b c^"*" d \tiny e f \bar "||"
}

Pour Grand Orchestre, on écrit généralement deux parties de Hautbois (sur la même portée) ; on peut cependant n’écrire qu’une seule partie, à cause des petits orchestres qui le plus souvent ne possèdent qu’un Hautbois, ainsi que pour certains morceaux légers.

Le Hautbois est employé aussi bien pour exécuter le chant, que pour faire les parties secondaires telles que : Tenues ou diverses parties d’accompagnement, il joue souvent à la Tierce, la Sixte ou à l’unisson avec la Flûte, la Clarinette, les Violons et le Cornet ; il est d’un bon effet dans les Solos, il laisse à désirer à l’unisson de la Flûte (excepté dans les Tutti) ; son usage est parfait en Octaves avec le Chalumeau de la Clarinette ou avec le Basson.

Les parties de Hautbois doivent être moins chargées que les parties de Flûtes et Clarinettes, surtout dans les traits vifs, car l’exécution en est plus difficile.

Les trilles majeurs sur fa Dièse.svg et sur sol Dièse.svg (ainsi qu’à l’octave au-dessus), sont difficiles, on devra les éviter.

Le trille majeur sur do Dièse.svg on Bémol.svg du milieu de la portée est tout à fait difficile.

Englische Linie.svg