Ma confession/Chapitre 14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Traduction par Zoria.
Albert Savine (pp. 216-225).
◄  XIII.
XV.  ►
XIV.
XIV


Il m’était devenu si indispensable de croire pour vivre que, sans m’en rendre compte, je me cachais à rnoi-même les contradictions et les obscurités de l’enseignement de la foi. Mais ma bonne volonté à trouver un sens aux cérémonies de l’Église avait une limite.

Si la prière liturgique devenait de plus en plus claire pour moi dans ses paroles principales, si je m’expliquais Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/231 Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/232 Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/233 Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/234 Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/235 Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/236 Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/237 Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/238 Page:Tolstoï - Ma confession.djvu/239