Mozilla.svg

Manuel des expressions vicieuses les plus fréquentes/L

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Imprimerie MacLean, Roger et Cie (p. 30-33).

L


LABEL. — Les marchands et commis disent le plus souvent labels lorsqu’il s’agit de mettre des étiquettes à leurs marchandises.

LADIES’FINGERS. — Biscuits à la cuiller, biscuits longs et minces, fort légers.

LAISE (Une). — Corruption de lez, substantif masculin, qui signifie largeur, côté, et dont nous nous servons pour désigner une largeur de tapis de plancher. Les dictionnaires le donnent comme vieux, et puisqu’on ne s’en sert qu’en le corrompant, l’on ferait beaucoup mieux de l’abandonner, le mot largeur rendant tout aussi bien, sinon mieux, l’idée qu’il donne.

LAISSER. — Ce mot s’emploie fréquemment, dans le sens de partir. Exemple : j’ai laissé tel endroit ; le convoi laissera à telle heure. Pour être exact, dites : je suis parti de tel endroit ; à telle heure le convoi partira.

LAMBRER. — Corruption du verbe ambler.

LARBOARD, STARBOARD. — Bâbord, côté gauche d’un navire, tribord, côté droit, sont les mots français correspondants ; mais ils paraissent inconnus de nos navigateurs et charpentiers.

LECTURE. — En anglais, ce mot signifie essai, discours écrit ; mais en ce cas comme en bien d’autres, nous avons adopté le mot anglais pour laisser de côté celui de notre langue, qui est pourtant bien plus expressif. Il en est résulté que nous disons aujourd’hui : donner une lecture (to give a lecture) au lieu de lire un essai ou faire une conférence. Il est facile de voir que nous avons perdu au change, tant sous le rapport de l’exactitude que sous celui du bon sens.

LÉGERTE. — Corruption de l’adjectif féminin légère.

LÉGISLATER. — Ne doit se dire que dans un sens ironique. Exemple : Avoir la manie de législater ; mais en bonne part, le terme propre est légiférer.

LETTRES MORTES. — S’emploient pour désigner les lettres qui, après un certain temps, n’ont pas été demandées à la poste. C’est à la traduction littérale des mots anglais dead letters que nous devons cette mauvaise désignation, qu’il faut remplacer par celle de lettres non réclamées ou lettres mises au rebut.

LIBECHE, RUBANDELLE. — Ces deux termes ne se trouvent pas dans les dictionnaires ; mais beaucoup s’en servent pour désigner une petite bande de cuir, d’étoffe, de papier, etc.

LIMITE. — Mot anglais que nous employons souvent au lieu du terme propre : coupe de bois.

LOCK (To). — Serrer une forme. C’est à tort que dans nos imprimeries canadiennes l’on dit loquer au lieu de serrer, et déloquer à la place de desserrer une forme.

LOCKERS. — Espèce d’armoires dans les embarcations. Nos navigateurs ou bateliers paraissent ignorer le nom français correspondant, Équipets.

LOCK-JAW. — Resserrement tétanique des mâchoires. Trisme est le mot français correspondant, et non tetanos, comme quelques-uns paraissent le croire.

LOCK-SAW. — Petite scie appelée petit passe-partout en français.

LONG-STICK. — Bisaigle ou Bisaigue. Outil de bois qui sert aux cordonniers à lisser ou polir le devant des semelles de souliers.

LOOSE. — Les tailleurs, et même beaucoup d’autres personnes, emploient fréquemment ce mot. Exemple : un habit, un patalon loose, au lieu de : un pantalon, un habit ample.

LUNCH. — L’on dit même luncher. Quand on prend du galon, on n’en saurait trop prendre ; c’est pourquoi, non contents d’avoir fait la folie d’emprunter le substantif lunch, nous en avons aussi fait un verbe, et cela tandis que nous avions déjà goûter, collation et collationner, qui veulent dire la même chose. Le monde du sport français emploie fréquemment ces mots anglais et beaucoup d’autres de même origine.

LURETTE. — Vieux mot qui entre dans les refrains de chansons, mais qui, devenu substantif, signifie Une petite luronne. Ma lurette. Ce n’est dans aucun de ces sens que nous l’employons, car, tous nous disons : « Il y a belle lurette que tel fait s’est passé, a eu lieu. » À la place de lurette, c’est heurette que l’on devrait dire.