Mozilla.svg

Manuel des expressions vicieuses les plus fréquentes/O

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Imprimerie MacLean, Roger et Cie (p. 37-38).


O


OBJECTER. (S’). — Une chose peut être objectée à une autre ; mais on ne peut soi-même s’objecter à une chose. L’anglais dit : I object to, et c’est à la traduction littérale de ces trois mots que nous devons de commettre fréquemment l’anglicisme s’objecter à. C’est s’opposer à, se prononcer contre telle chose qui correspondent à la locution anglaise ci-dessus.

OFFICE. — Ce mot, qui est d’un usage fréquent dans les deux langues, est généralement mal appliqué par nous. Exemple : l’office d’un notaire, d’un avocat, d’un médecin, tandis que l’on devrait dire : l’étude d’un notaire, le bureau d’un avocat, l’officine d’un médecin. Pour désigner leur imprimerie, les typographes canadiens disent souvent l’office, au lieu de l’atelier. Dans certains cas, le mot anglais office signifie ministère ; alors on se trompe grandement de lui donner en français le mot bureau pour équivalent, et c’est cependant ce qui se voit tous les jours, car on dit : bureau du secrétaire provincial, pour désigner le secrétariat provincial ; bureau des terres de la couronne, au lieu de ministère des terres, et ainsi de suite pour tous les départements qui ont pour chef un conseiller d’État.

OFFICIER-RAPPORTEUR. — En France, l’officier ainsi désigné est un juge d’instruction devant un conseil de guerre ou de discipline. Ce titre injudicieux, qui figure dans toutes nos lois électorales, et qui est la traduction mot à mot de Returning Officer, devrait être remplacé par celui de président d’élection.

OGEE. — Les menuisiers paraissent ignorer le mot français ogive, car ils désignent toujours sous le nom d’ogee la moulure ogivale et même l’outil de cette moulure.

ORDRE EN CONSEIL. — Traduction mot à mot de order in council. C’est arrêté du conseil ou du conseil des ministres qu’il faut dire.

OREILLER. — Se dit à tort par un grand nombre au lieu de coussin de voiture.

ORIGINER. — Ce verbe n’existe pas dans notre langue ; mais à force de singer l’anglais en tout, l’on a fini par dire comme lui : telle chose a originé ici ou là. L’emprunt de ce verbe serait justifiable si nous n’avions pas en français d’équivalent, mais il est très facile de rendre l’idée de ce mot en disant : telle chose a pris naissance, a commencé, s’est passée ici ou là.

OUVRIERS (Jours). — C’est jours ouvrables qu’il faut dire.

OVERHAUL (To). — Signifie d’abord larguer ou lâcher une amarre et en second lieu, examiner un compte, etc. ; mais il arrive souvent que dans ce dernier cas ce verbe anglais est francisé par les charpentiers et constructeurs de navire, car il disent généralement overhaler un bâtiment, etc., au lieu d’examiner.