Mille et un jours en prison à Berlin/15

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
L’Éclaireur Enr (p. 77-80).

Chapitre XIV


en allemagne


Après la triste nouvelle qui nous a été communiquée, à midi au Grand Hôtel d’Anvers, le jour de mon départ, il nous avait été impossible de déjeuner, — ce qu’ici nous appelons plutôt dîner. Dans la soirée, la voix de la faim se fit entendre, et comme le train qui nous emportait, avait un wagon-restaurant, je suggérai à mon sous-officier d’y aller prendre quelque chose.

Mon compagnon et gardien ne savait pas un mot d’anglais ni un mot de français, et comme à cette époque je n’avais pas encore eu l’occasion d’avoir appris l’allemand, la conversation a nécessairement langui tout le long du voyage.

Par toutes sortes de signes et de gestes, qui devaient être souverainement comiques pour les voyageurs qui nous coudoyaient, je vins à bout de faire comprendre à mon homme qu’il fallait nous mettre quelque chose sous la dent. Au wagon-restaurant, où nous étions parvenus à nous glisser, nous ne pûmes obtenir que très peu de renseignements et d’encouragements, et rien à manger. Le préposé au buffet nous expliqua, si j’ai bien compris, que ce wagon-restaurant était pour l’usage exclusif des officiers ou des personnes accompagnées par des officiers, or, comme mon gardien n’était que sous-officier, nous fûmes poliment éconduits.

À Cologne, toute tentative de nous approcher du buffet de la gare échoua déplorablement. Il y avait grande foule. Mon sous-officier était naturellement un peu craintif. J’aurais pu, je pouvais lui échapper dans cette cohue, et il en aurait été sévèrement puni. Alors, il n’y eut rien à faire.

Quelle nuit, dans ce compartiment de wagon, au milieu de voyageurs allemands taciturnes ou ronflants ! Heureusement, une nuit de juin est courte. Dès les petites heures du matin, l’aube s’annonçait radieuse, et j’assistai à un merveilleux réveil de la nature. Dès quatre heures, je pouvais me remettre à ma lecture.

À 9 heures, nous étions à Berlin, et je vis pour la première fois la capitale de l’empire allemand. Sur le quai de la gare, un personnage dont j’ai toujours ignoré le nom, s’était glissé près de nous. Il était en civil. Après avoir échangé quelques mots avec mon sous-officier, avec lequel il me sembla d’intelligence, ce fut lui qui donna les ordres et indiqua la direction de la marche que nous devions suivre.

En sortant de la gare, ce monsieur allemand en civil, qui devait être un officier d’un assez haut rang, m’invite à monter dans une automobile, et me dit comme ça : « C’est la première fois que vous venez à Berlin ! » en excellent français. — « Oui », que je lui répondis. — « Berlin est un très jolie ville », continua-t-il. Je n’eus rien à dire à l’encontre. Nous allions ainsi à travers les rues de la capitale, et il m’était impossible de me rendre compte du but que pouvait avoir notre course. J’étais toujours sous l’impression que l’on me conduisait à Ruhleben, camp d’internement de civils de nationalité anglaise, et cette promenade à travers Berlin me laissait espérer que nous allions descendre à quelque hôtel, ou maison de pension quelconque où les prisonniers sont hébergés en cours de route. C’était chez moi, à ce moment, une véritable obsession : je supposais, et j’espérais surtout, que l’on prendrait quelque part une légère collation. Il y avait vingt-quatre heures bien comptées que je n’avais pris aucune nourriture. Mon sous-officier avait bien grugé durant le trajet une croûte tirée de son knapsack, mais, soit pour obéir à sa consigne, ou soit par manque de civilité, il avait négligé de m’en offrir la moindre parcelle.

L’automobile descendait une superbe avenue : c’est, me dit mon nouveau compagnon, l’avenue Unter den Linden (Sous les Tilleuls), la plus belle de Berlin. On peut être anti-allemand, mais on ne peut s’empêcher de reconnaître que cette avenue ne manque pas d’un certain charme. Elle va de la porte de Brandebourg jusqu’au palais de l’Empereur, situé sur la rivière Sprée.

Nous contournons le palais de l’Empereur et immédiatement après, nous nous engageons dans des rues plus étroites. Après une course d’environ un quart d’heure, nous arrivons devant un édifice immense, aux murs gris sale. Inutile d’en faire plus de mystère, c’était une prison, et j’étais enfin parvenu à destination.