100%.png

Miss Mousqueterr/p1/ch1

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Boivin et Cie (p. 1-16).
Ivoi - Miss Mousqueterr p8.jpg

CHAPITRE PREMIER

CE QUE L’ON TROUVE DANS UN VIEUX JOURNAL


— Certainement, Sir John, je vous suis la plus obligée de votre complaisance… Mais de là, à mettre mon cœur en douce palpitation de fiancée, il y a un fossé large, large plus que la Tamise.

— Ne me donnerez-vous pas l’espoir au moins ?

— J’ai donné, je pense…

— Vous avez dit l’impossible.

— Cela n’est point mon avis. J’ai dit : Ma fortune, mes banknotes en monceau, cela me cause l’ennui… Et votre richesse de même… Quand je m’écrie : Je veux ceci, ou bien, je veux cela… Il suffit d’ouvrir le carnet de chèques pour acheter… Je ne puis pas dépenser un petit morceau de temps à désirer… et je suis furieuse de ne pas désirer… Et alors j’ai proposé vous trouviez, d’imaginative façon, une chose intéressante pour ma pensée, et que mes livres ou guinées ne pourraient pas acheter… Trouvez, je répète, le chemin de m’intéresser, et je serai de suite fiancée contre vous-même.

Cette bizarre conversation était murmurée, sur la terrasse du Mirific-Hôtel de Nice, par Miss Violet Mousqueterr et Sir John Lobster.

Tous deux avaient vu le jour en Angleterre ; mais là s’arrêtait la ressemblance.

Miss Violet (les Saxons prononcent Vaïolett), de taille moyenne que sa minceur aristocratique faisait paraître grande, montrait ce charme un peu déhanché de l’Anglo-Saxonne sportive. Très jolie avec ses cheveux d’un blond presque fauve, son teint éblouissant, ses grands yeux gris-bleus, à la fois naïfs et hardis, elle possédait au plus haut degré cette grâce un peu raidillonne d’outre-Manche, si opposée à la grâce française, mais qui n’en est pas moins captivante.

Sa « trotteuse » blanche, son corsage blouse de même couleur, ses chaussures de tennis indiquaient qu’elle rentrait du cercle britannique de lawn… Elle pouvait avoir vingt ans.

Sir-John Lobster, plus âgé de deux lustres [1] comprimait son torse court, envahi par une obésité précoce, dans un veston de flanelle blanche coupée de larges bandes roses ; un « inexpressible » de même étoffe emprisonnait ses jambes massives, laissant saillir deux longs pieds chaussés de boxcalf jaune.

Il tenait à la main un léger chapeau de paille, adorné d’un ruban vert, et découvrait ainsi sa chevelure rouge, son visage écarlate, si rouge, si écarlate que l’on se demandait, dans le monde sélect réuni sur la Côte d’Azur, si Lobster [2] était pour lui un nom véritable ou un sobriquet.

Ce gros homme était du reste membre de la Chambre des Communes et figurait, dans l’annuaire du London and Country, parmi les plus riches propriétaires fonciers du Royaume-Uni de Grande-Bretagne.

Violet, elle, se trouvait de son côté être l’unique héritière de feu Jem Mousqueterr, de son vivant fabricant illustre de conserves à Brisbane (Australie).

Tout le monde se souvient de l’origine de la fortune de ce hardi spéculateur.

Parti d’Angleterre avec une petite fortune de 25.000 livres (625.000 francs), il s’était rendu en Australie où il avait d’abord passé pour fou.

Comment en effet désigner autrement un homme qui employait une

Ivoi - Miss Mousqueterr p10.jpg

grosse part de son capital à élever d’immenses hangars qu’il remplissait d’appareils coûteux et étranges… Le plus fort, c’est qu’aux questionneurs il répondait en souriant :

— Je ne sais pas encore quelle industrie fixera mon choix… Pour être prêt, je fais toujours construire l’usine.

C’était un insensé pour parler ainsi !

Or, ce fou avait remarqué que toute l’Australie souffrait d’un mal effroyable, la pullulation des lapins.

Ces rongeurs, en nombre incalculable, ravageaient les plantations, les récoltes… Les cultivateurs hurlaient, les assemblées législatives s’émouvaient ! Un beau jour, on décida par une loi la destruction de l’ennemi à quatre pattes.

Une battue géante s’organisa. Plus de cinq cent mille chasseurs se ruèrent au massacre. En six jours, on extermina près de cent millions de lapins.

Jem Mousqueterr n’attendait que cela. Des courtiers, engagés de longue date, parcoururent le pays, achetant en bloc, chair et peau, les lapins qui, vu leur abondance, étaient tombés à un prix dérisoire. En un mois, l’usine de Jem transformait en « pâtés » trente millions des intéressants rongeurs, avec un bénéfice net d’environ six pence (0 fr. 60) par unité, et la fortune de l’usinier passait de 625.000 francs à dix-huit millions.

Ses détracteurs s’épuisaient à présent en clameurs d’enthousiasme. La marque « Jem » concurrençait victorieusement les plus célèbres conserves américaines, et quand Sir Mousqueterr, conseiller privé de la Nouvelle-Galles du Sud, décoré de quarante-trois ordres, tant Anglais qu’étrangers, baronnet, etc., etc., rendit sa belle âme au Seigneur, il laissait à son héritière, élevée dans les meilleurs établissements scolaires d’Angleterre, la bagatelle de deux cent soixante-quinze millions.

Le « Roi du Lapin » avait bien fait les choses. De nombreux gentlemen songèrent à faire mieux encore, en canalisant à leur profit cette fortune si honorablement acquise. On demanda la main de Violet pour trois lords, pour un duc héréditaire allemand, pour un prince prétendant à l’un des trônes Balkaniques ; un grand-duc russe même, épouvanté par la marche de la révolution au pays moscovite, ne craignit pas de se mettre sur les rangs.

Violet refusa tous les aspirants à sa jolie main, fine, longue, aux ongles roses. Croyait-elle mériter mieux que ces soupirs intéressés ? Non. Tous ces messieurs l’ennuyaient, voilà tout. Elle souhaitait désirer une chose, que la fortune ne lui pût donner… Quoi ? Elle n’en savait rien… et dans son ignorance de ce qui lui semblait devoir lui amener le bonheur, elle avait décidé, de façon irrévocable, qu’elle épouserait seulement celui qui lui donnerait la sensation neuve, inconnue, cherchée vainement jusqu’à ce jour ; celui qui serait doté d’un esprit assez original pour découvrir à ses yeux une joie, un plaisir, que l’or ne lui pût procurer.

Elle voyageait beaucoup. Seul, John Lobster s’était acharné à la suivre.

Ce représentant de la Chambre des Communes s’était juré à lui-même que miss Violet serait sa femme, la gardienne charmante de son home. Et, en homme qui a réussi à conquérir les suffrages de ses concitoyens électeurs, il ne doutait pas d’obtenir un jour celui de la jolie orpheline.

Il s’évertuait donc à satisfaire ses moindres caprices. À cette heure même, sur la terrasse du Mirific-Hôtel, dominant le jardin, fleuri en dépit de la saison d’hiver, et aussi les palmiers de la promenade bordant la mer bleue, où se reflétait le soleil radieux, John apparaissait chargé d’une multitude de petits paquets.

Il les dénommait tout en les posant sur un guéridon de jardin.

— Aoh ! Vous dites des choses douloureuses pour l’entendement d’un aimant fiancé, dear Violet, mais je pense mes soins vous feront prendre un avis différent… Voici le face-à-main écaille et argent, que vous avez regardé hier… Et aussi les nouvelles balles de tennis créées par l’ingénieur Strible… et encore la loge pour le théâtre… Voici, de plus, votre raquette égarée… Elle avait été emportée par mégarde… C’est le prince Nielsa, vous savez, qui réside à Monte-Carlo, Buckingham-Palace, chez la toute aimable et spirituelle Mme Norès. Il a renvoyé la raquette par un groom avec force excuses et ce bouquet.

Distraitement, la jeune fille murmura :

— Tout cela s’adresse à mon argent… N’est-il donc rien qui soit inachetable ?

— Poor Violet… Toujours ce rêve.

— Toujours.

— Vous cherchez l’impossible.

— Lui seul m’attire.

— Eh bien…, un désir irréalisable, cela existe, by Jove… ! Désirez la lune, vous ne l’aurez pas.

Elle fronça ses jolis sourcils.

— Une Anglaise n’est point une folle… Elle ne saurait marquer des désirs de ce genre.

— Cela est droit, en effet… Seulement si vous repoussez aussi les folies, je ne vois pas du tout la voie pour vous faire entrer en satisfaction.

Violet secoua mélancoliquement sa tête charmante :

— Moi non plus, hélas !… De là mon ennui… Oh ! une chose difficile, mais réalisable…, qui mette un petit morceau d’intérêt, un soupçon d’excitation, dans ma si monotone existence.

La jeune fille s’accouda sur la terrasse, tournant, le dos aux paquets déposés sur le guéridon, et du même coup à sir John plus rouge que jamais.

Et ce fiancé entêté la considérait avec un sourire indulgent, lequel démasquant ses longues dents jaunes au milieu de sa face empourprée, faisait involontairement penser aux mascarons polychromes d’une décoration espagnole. Soudain, il cessa de sourire, prêtant l’oreille.

Violet, elle aussi, avait levé la tête, regardant au-dessous d’elle dans le jardin.

Au seuil de la grille basse longeant la promenade, venait d’apparaître un homme de vingt-sept à vingt-huit ans, ni grand, ni petit, ni gras, ni maigre, ni beau, ni laid, en complet de flanelle blanche et casquette de yachting, et ce personnage fredonnait tout en paraissant lire avec attention un journal froissé enveloppant une grosse touffe de violettes pâles. C’était la voix du nouveau venu qui avait attiré les regards des deux Anglais.

— M. Max Soleil, chuchota Violet.

— Peuh… Cet écrivain français… petit personnage… Ses écrits valent à peine vingt mille francs par an.

Agressive, Violet coupa la réflexion de Lobster :

— Oui, mais un homme heureux… toujours souriant… Il est seul et il chante… Il s’intéresse à tant de choses… Chut ! ne répondez pas, il n’a pas besoin d’entendre que l’on parle de lui.

La recommandation n’était pas inutile.

Max Soleil, puisque tel était son nom, avait abandonné sa lecture, et d’un pas vif, alerte, suivait l’allée sablée conduisant à la terrasse de l’hôtel. Il allait, fredonnant toujours. En trois bonds, il escalada les douze marches, au haut desquelles il s’arrêta net. Une jolie voix venait de prononcer :

— Good morning… Vous avez déjà promené ce matin ?

Miss Violet Mousqueterr s’avançait vers lui la main tendue.

Max serra amicalement les doigts de la multimillionnaire, puis ceux beaucoup plus lourds de John ; enfin, jetant sa casquette sur le guéridon :

— Je suis sorti, oui, car j’étais navré…

— Navré, vous toujours si joyeux ?

— Oh ! un désespoir… j’ai été obligé de faire mourir Marthe Lussan. Violet et sir John eurent un soubresaut.

— Vous auriez tué ?… balbutièrent-ils.

— Oh ! rassurez-vous, en imagination seulement. Marthe Lussan est l’héroïne du roman que me publie, en ce moment le Matin… mais j’ai tant travaillé ce caractère, tellement caressé les détails, que je me suis pris de tendresse pour Marthe… Il m’a fallu un gros effort pour me décider à obéir à la stricte logique qui la conduisait au tombeau.

Lobster fit entendre un gros rire, La jeune fille ne se dérida point.

Elle regardait l’auteur, remarquant son front large, aux lignes harmonieuses se fondant dans les cheveux châtains coupés court ; puis ses yeux d’un gris vert, transparents, limpides, affirmant la sincérité, la résolution, et aussi une chose indéfinissable qui troublait, quand leur regard se posait. Alors, on avait l’impression que le rayon brillant qui s’en échappait pénétrait au dedans de l’être, se glissait jusqu’aux retraites où s’abritent les pensées réelles.

L’écrivain, du reste, n’était point personnage banal.

À dix-huit ans, il avait réussi à entrer à l’École Polytechnique. Il en était sorti avec le numéro neuf, c’est à dire avec le droit de choisir parmi les fonctions civiles ou militaires. Et avec une tranquillité, qui stupéfia ses amis et connaissances, il avait opté pour… la littérature.

Renonçant à la carrière d’ingénieur ouverte devant lui, il s’était lancé en plein journalisme, plaçant au hasard de la chance, nouvelles, variétés, articles scientifiques. Deux ans plus tôt, une comédie-vaudeville de lui avait connu le retentissant succès sur la scène des Variétés. Six mois plus tard, il publiait un roman feuilleton d’un dramatique achevé, puis une comédie en quatre actes, qui fit courir tout Paris au Gymnase. À vingt-sept ans, Max Soleil connaissait la gloire… Éditeurs, directeurs de théâtre ou de périodiques, sollicitaient sa collaboration, et comme l’avait dit trop dédaigneusement sir John, il gagnait au bas mot vingt mille francs par an.

Peut-être Violet songeait-elle à ces choses.

— Donc, reprit Max gaiement, j’ai voulu secouer ma douleur… J’ai assisté au match de Mlles Ladscheff et Hurtington au Golf-link (enclos du jeu de golf), puis un peu remis par la vue des exercices d’autrui, je revenais, en flânant. Je rencontre une bouquetière, chargée de violettes… Ces fleurs, association d’idées, me font songer à vous ; j’en pris pour vous les rapporter, ce qui me rendit le plus heureux des hommes.

Elle l’interrompit en le menaçant du doigt.

— Oh ! Français, inventeur du madrigal, vous allez aussi me faire la cour.

— Comme chacun ici et ailleurs, grommela Lobster.

Max ne prêta aucune attention aux paroles de ce dernier. Il avait eu un mouvement de contrariété à la remarque de l’Anglaise.

— Mademoiselle, dit-il, voici quinze jours que nous nous rencontrons dans cet hôtel, et j’espérais ne passer à vos yeux ni comme fat, ni comme cupide.

— Fat, cupide ? répéta Violet surprise.

— Sans doute… Vous faire la cour, serait supposer que je puis vous inspirer une passion… fatuité !… Ou bien que je vise votre fortune vraiment trop grosse pour moi… cupidité !

— Ou bien un simple flirt…, s’éclama le gros Lobster toujours souriant.

— Je ne flirte jamais, riposta sèchement l’auteur… Le flirt est une parodie d’un sentiment vrai… à l’usage des faibles de cœur et d’esprit.

Il s’arrêta net. La gentille Anglaise lui tendait la main.

— Serrez ma main, je prie… J’ai parlé avec légèreté et je m’excuse. Sans rancune, il pressa la petite main dans la sienne.

— Je vous remercie. Comme cela, je pourrai partir en emportant le souvenir d’une bonne petite camarade, presque d’une amie.

— Comment, vous partez ?

— Ce soir… C’est le bonheur dont je parlais.

— Le bonheur ! Mais vous deviez rester encore deux semaines…

— C’est vrai.

— Et comme vous expliquiez, l’autre soir, votre existence : onze mois de travail, de vie simple et méthodique… Un mois de vacances, à Nice, avec la vie de millionnaire… Je vous avoue, je ne conçois pas le bonheur qui abrège le mois de fortune.

— Qui multiplie, voulez-vous dire.

— Vous parlez par énigmes.

— La chose la plus intéressante !

Elle eut un grand geste :

— Vous avez trouvé une chose intéressante, vraiment ? Il y avait un rayonnement anxieux dans ses yeux doux.

— Au moins pour moi… Le point de départ d’un roman extraordinaire… Un mystère que les polices française, anglaise et russe, ont été impuissantes à déchiffrer ; un mystère que je veux expliquer, moi.

— Mais vous disiez le bonheur venu en achetant les violettes.

— Justement, tenez, Mademoiselle, prenez-les.

Et lui mettant des violettes entre les doigts, il montra le journal qui les enveloppait.

— Voilà le bonheur… donné par la bouquetière et par-dessus le marché.

— Ce journal ?

— Un Petit Marseillais, vieux de quatre mois.

— Je continue à ne rien comprendre…

— Ce journal, reprit Max est du mois d’octobre dernier. Ma bouquetière l’a sans doute acheté dans un lot de papiers destinés à envelopper ses bottillons de fleurs… Comment fut-il entre ses mains, je n’en ai cure… La veine, comme dit cet excellent Capus, la veine est que mes yeux ont été attirés par ce sous-titre suggestif.

Et scandant les syllabes, comme pour amplifier l’effet, l’écrivain lut :
LES MYSTÉRIEUSES INCONNUES FURENT TRANSPORTÉES AU COMMISSARIAT.


Singulier cas de folie double. Le mystère de Marseille.
Sont-ce des Nihilistes ? L’obscurité s’épaissit.


— Folie double ?

— Nihilistes ?

Ces exclamations jaillirent des lèvres des Anglais. Le romancier s’inclina légèrement, recommanda le silence du geste, puis reprenant sa lecture :

« Hier, — c’est-à-dire le 23 septembre dernier —, les agents Peyral et Barbon, faisant une tournée de service sur la promenade de la Corniche…

— À Marseille ?

— Oui… « Les agents Peyral et Barbon découvrirent deux jeunes femmes, élégamment vêtues, plongées dans un sommeil profond… Ils eurent beau les appeler, les secouer même, les dormeuses n’ouvrirent point les yeux.

— Ah bah ! s’exclama Miss Violet, dont les joues rosées, les regards brillants exprimaient l’intérêt.

— Attendez, attendez… Ceci n’est rien encore… Je poursuis : « Las de leurs vains efforts, les agents conclurent que le sommeil des inconnues n’était, point naturel. Sur ce, Barbon se détacha, réquisitionna des porteurs et des civières, et les mystérieuses belles au bois dormant, furent transportées au commissariat de police le plus proche. Là, il fallut plus de trois heures pour ramener les énigmatiques personnes à la conscience des choses, M. Bellugga, le sympathique commissaire, en avait conclu de suite que les dames subissaient l’étreinte d’un narcotique puissant.

— Oh ! un narcotique !

— On a l’impression d’un roman d’Anne Radcliffe !

— Tout cela n’est rien encore, fit Max en souriant. Écoutez la suite :

« Les étrangères revenues à elles, M. Bellugga les interrogea.

« L’une, adorable blonde, âgée de vingt printemps à peine, ne répondit que par ces phrases incohérentes : « La nuit est la complice… Vers la lumière… Là-bas… l’Orient… la clarté. »

« La seconde déclara être la duchesse de La Roche-Sonnaille, épouse du clubman parisien bien connu. Sa compagne, d’après elle, répondait au nom de Mona Labianov, et était fille du général qui eut l’honneur de représenter le gouvernement russe au dernier congrès de la Paix.

« Puis la jeune femme raconta une étrange histoire, si étrange que M. Bellugga n’hésita pas à aviser le parquet.

« Il s’agissait d’une immense conspiration asiatique dirigée contre l’Europe, de l’enlèvement de M. et Mme de la Roche-Sonnaille en plein voyage de noces, de leur entraînement dans une formidable intrigue menaçant tous les gouvernements européens établis en Asie. Et elle semblait dire une page d’histoire moderne vécue, car certains détails, tels que ceux de la colonie allemande du Chan Toung, des passes de Kilua, au Tonkin français, dont nous avons entretenu nos lecteurs en temps utile, s’encadraient dans ce récit palpitant.

« Avec une clarté, une précision admirables, la duchesse ajouta qu’elle et sa compagne étaient arrivées de Calcutta par le paquebot Oxus, des Messageries maritimes, et qu’aussitôt débarquées, elles s’étaient rendues chez le docteur Rodel, au bastidou Loursinade sur la route d’Aubagne… Elle prétendait avoir assisté là à une scène terrible, à la suite de laquelle avait sombré la raison de sa compagne.

« Or, l’enquête immédiatement entreprise, a démontré que le docteur Rodel était décédé, depuis plus d’un an… et que, depuis cette époque, la Villa Loursinade n’eut aucun locataire.

« Notre reporter, qui a pénétré dans la maison, a pu s’en convaincre. Les parquets disjoints, couverts de poussière, les murs humides et salpêtrés, ne laissent aucun doute à cet égard. Comme sa jeune amie, Mme de la Roche-Sonnaille est donc atteinte de démence.

« Raisonnable d’apparence, lorsqu’elle s’entretient de tout autre objet, elle retombe dans sa douloureuse hallucination aussitôt que l’on prononce en sa présence le nom du bastidou Loursinade.

« Quoi qu’il en soit, des télégrammes furent aussitôt expédiés : à Paris, aux familles de La Roche-Sonnaille et Lillois ; à St-Pétersbourg, à Son Excellence le général Labianov. Ils reçurent tous, cette réponse stupéfiante : Disparus sans laisser d’adresse.

« Quel est le mystère angoissant où a sombré la raison des deux jeunes femmes, qui semblent bien être, comme elles l’affirment, la duchesse de la Roche-Sonnaille, disparue, il y a environ dix-huit mois, ainsi que son mari, au cours de son voyage de noces aux bords du Rhin, et la fille unique du général Labianov ? [3]

« Le nom du plénipotentiaire russe fait craindre que la main des révolutionnaires russes, des nihilistes, soit dans tout ceci.

« Il serait temps que le gouvernement prît des mesures contre cette secte violente, à laquelle notre pays accorde une hospitalité trop facile.

« Que les nihilistes bouleversent la Russie, cela les regarde et nous n’avons rien à y voir ; mais qu’ils viennent molester des citoyens français, voilà qui ne saurait être admis. »

Un instant, Max Soleil garda le silence.

Son regard lumineux se posa sur miss Violet.

La jeune fille ne bougeait pas. L’œil étonné, sa bouche rose entr’ouverte, elle semblait attendre encore. Pour une fois, elle paraissait ressentir cet intérêt, qu’une demi-heure plus tôt, elle se plaignait de ne pas éprouver.

— Eh bien ? interrogea-t-il enfin.

Elle parut sortir d’un rêve et d’une voix indécise :

— C’est extraordinaire.

— Ne pensez-vous pas qu’il serait passionnant de résoudre ce problème ?

Elle fit oui de la tête.

— Sans compter que, sans doute… en trouvant un roman vrai, j’accomplirais, j’en suis certain, une bonne action.

— Une bonne action ?

Le romancier leva les bras en l’air en un geste éloquent :

— J’oubliais…

Et tournant la page du journal.

— Ceci… Dernière heure. — Voyez :

« Mme de la Roche-Sonnaille et Mlle Mona Labianov, vu leur état mental, ont été conduites à la maison de santé du docteur aliéniste Elleviousse.

« Tout le monde connaît l’éminent praticien, ses cures merveilleuses, ses ouvrages qui ont révolutionné les théories de la folie. Tout le monde a, sinon tenu entre les mains, du moins entendu parler de ses Essais sur les fuites de la raison et leurs causes.

« Nous nous sommes rendus à sa maison de santé, et avons eu la bonne fortune de surprendre le savant dans son laboratoire, où il poursuit ses études touchant l’influence des rayons de lumière colorée sur l’évolution de la démence. Le docteur Elleviousse, comme tous les êtres d’élite, est un apôtre. Au contact des aliénés, il ne s’est point blasé sur leurs souffrances. C’est avec une tristesse profonde qu’il nous a confirmé la folie réelle de ses nouvelles pensionnaires et son peu d’espoir de les guérir.

« Il nous a été donné de voir ces infortunées victimes d’un mystère, dont l’obscurité semble ne devoir jamais être percée.

« Mlle Mona Labianov, jolie comme un ange hagard, blonde ainsi que les blés, continue à prononcer ces phrases dépourvues de sens :

— L’Orient… la lumière…

« Dans le jardin de l’établissement, il semble qu’une secrète attraction l’oblige à regarder sans cesse vers l’Est.

« Quant à Mme la duchesse de La Roche-Sonnaille, une des plus charmantes représentantes de l’armorial de France, elle nous a entretenus avec beaucoup de bon sens tout d’abord. Par malheur, les nécessités de notre profession, le désir de renseigner nos lecteurs, nous ayant amenés à nous enquérir du bastidou Loursinade,

Ivoi - Miss Mousqueterr p21.jpg

nous le regrettâmes aussitôt, car l’infortunée se prit à délirer, répétant l’invraisemblable histoire dont l’enquête a établi l’impossibilité. C’est le cœur serré que nous avons quitté la maison de santé du docteur Elleviousse, où nous laissions ces pauvres femmes victimes d’une inexplicable fatalité. »

Et d’un ton paisible, Max ajouta :

— Vous concevez pourquoi j’ai employé les mots : bonne action. Ou bien une secousse effroyable a bouleversé l’esprit, de ces dames… et alors remonter jusqu’au coupable est une œuvre de justice, ou bien cette duchesse, si raisonnable sur tous les points, l’est peut-être encore quand elle parle du bastidou Loursinade…

— Quoi ? Vous croiriez qu’elle n’est pas folle ?

— Je ne crois rien. Je me mets à la recherche de la vérité… J’examine donc les deux hypothèses.

— Vous ne penchez vers aucune ?

— À vous parler-franchement, si…, d’intuition, j’incline à la croire parfaitement saine d’esprit.

— Mais alors, c’est épouvantable d’être enfermée dans une maison de fous.

La gentille Anglaise avait joint les mains. Son attitude exprimait l’horreur.

— Bon, ne vous troublez pas ainsi… Ce n’est point une certitude… Je veux même commencer mon enquête en me libérant de cette idée… La logique seule doit me conduire.

— Et vous commencerez l’enquête… ?

— Elle l’est. J’ai télégraphié tout à l’heure au docteur Elleviousse, en le priant de me recevoir demain… Prétexte : Un roman sensationnel… Aussitôt sa réponse arrivée, je pars pour Marseille.

Avec une animation inaccoutumée, Violet Mousqueterr s’écria :

— Oh ! réussissez… Je fais des vœux, vous savez… Je ne puis dire combien beaucoup m’intéressent ces pauvres chères malades.

Un bruyant éclat de rire fit sursauter la jeune Anglaise. Sir John Lobster se contorsionnait dans une tonitruante hilarité.

— Allons bon… Pull up ! Vous voilà intéressée… Pas pour longtemps, car avec quelques banknotes…

— Des banknotes ?

— Yes… Je vais expédier un télégramme au chef de la police marseillaise… J’offrirai une prime de 2.000 livres (50.000 francs) à l’agent qui apportera le mot de l’énigme… Et sous peu j’aurai le résultat sans troubler moi-même le moins du monde.

Et, railleur, il conclut :

— Ce n’est point là encore une chose qui ne puisse s’acheter.

Le visage de la jeune fille s’assombrit à cette déclaration, mais Max riposta :

— Je crois que vous vous trompez.

— Oh non !

— Je vous demande pardon. Le gouvernement, russe s’est montré généreux, il a offert une prime de cent mille roubles, l’on n’a cependant rien découvert.

Et Violet se rassérénant à ces mots, Sir John piqué s’exclama :

— Avec cette prime, on n’a rien trouvé… Pourquoi pensez-vous être plus heureux ?

— Parce que je m’embarque dans l’affaire, non pour gagner de l’argent, mais pour donner satisfaction à deux choses que j’aime cent fois plus.

— Et quelles donc, je vous prie ?

— Mon cœur et mon raisonnement.

Le représentant : de la Chambre des Communes n’eut pas le temps de répliquer. Miss Violet frappait joyeusement ses mains l’une contre l’autre.

— Cela est tout à fait droit… Vous partez aujourd’hui, Master Max ?

— Sitôt la réponse Elleviousse reçue.

— Pourquoi sitôt, puisque le rendez-vous, n’est que pour demain ?

— Parce que je veux tenter quelques démarches qui me démontreront si Mme de la Roche-Sonnaille est insensée.

— Aoh ! grommela Lobster, puisque de célèbres médecins jugent ainsi… La jeune fille lui coupa la parole.

— C’est que,… Master Max…, si vous attendiez demain… Je voudrais tant voir aussi ces ladies…

Elle se faisait câline, suppliante. Vraiment la petite personne, si ennuyée naguère, se passionnait pour le mystère de Marseille.

Le romancier secoua, doucement la tête.

— Je me ferai un plaisir de vous accompagner demain, mais je partirai aujourd’hui.

— Pourquoi ?

— Je vous le raconterai au Cosmopolitan-Hôtel, où je descendrai.

— Alors demain, à quelle heure ?

— Le docteur Elleviousse me le télégraphiera.

All right

Et avec un adorable sourire, la multimillionnaire conclut :

— C’est tout, à fait curieux… Il semble je vis, depuis un quart d’heure… Oh ! les chères ladies, les douces petites choses ? Pourvu qu’il soit très difficile de travailler à leur bonheur…, afin que je ne retombe pas vitement dans l’ennui.

Lobster, plus rouge que jamais, grogna d’un ton dépité :

— Oh ! vous retomberez.

— Vous êtes insupportable.

— No, je suis dans la logique…, tout autant que Master Max Soleil.

D’un coup de sa paume, il assura sur sa chevelure ardente son canotier au ruban vert, et, se dirigeant vers l’escalier du jardin :

— Je vais confectionner le message télégraphique au chef de la police de Marseille… J’offre la prime de dix mille livres (250.000 francs), j’achète l’enquête que vous désirez.

Soufflant, marmonnant, il descendit aussi vite que le lui permettaient ses courtes jambes, laissant Miss Violet Mousqueterr furieuse de son obstination à l’empêcher de s’intéresser à quelque chose, une fois au moins dans sa vie.



  1. Le lustre est une période de cinq années.
  2. Lobster signifie homard.
  3. Lire l’épisode précédent : Le Maître du Drapeau Bleu.