Texte validé

Modernités/Drôles et Seigneuresses/Adultère !

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
E. Giraud et Cie, éditeurs (p. 83).


ADULTÈRE !


« Et maintenant, monsieur, constatez l’adultère »

La porte est enfoncée et dans le restaurant
Obscur, aux volets clos, sentant l’ambre, attirant
Comme une tiède alcôve, entre le commissaire

Le mari sur le seuil est resté, dévorant
Sa honte, quand soudain une voix jeune et claire :
« Constatez donc, monsieur » et, ne sachant que faire,
Le seigneur à l’écharpe hésite en admirant :
Car, les cheveux défaits, les lèvres ingénues,
Deux femmes aux yeux las, deux femmes demi-nues
Causent, la coupe en main, sur un large divan.

Une sueur au front, l’homme a rugi.
Une sueur au front, l’homme a rugi.« Marquise !
Elle alors sur un ton d’impertinence exquise :

« De quoi vous plaignez-vous, je ne fais pas d’enfant !