Mozilla.svg

Modernités/Parisiennes/Abandonnée

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
E. Giraud et Cie, éditeurs (p. 18).


ABANDONNÉE…


Parmi les gros de Tours et les valenciennes,
Affaissée au milieu de coussins de velours,
Gladia, vieille belle aux traits bouffis et lourds,
Rumine avec ennui les voluptés anciennes.

Riche et noble et parmi les plus patriciennes,
Elle a connu jadis de superbes amours,
Mais à ses vieux désirs les hommes restent sourds
Aujourd’hui ; leurs ardeurs ne veulent plus des siennes.

C’est en vain qu’au milieu des parfums énervants
Combinant et les fards et les peignoirs savants,
Elle attend du hasard la volupté suprême
D’être encor possédée…
D’être encor possédée…Hommage décevant,
Ses invités corrects baisent tous sa main blême
Et la respectent trop pour aller plus avant.