Mozilla.svg

Modernités/Parisiens/Pécopins

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
E. Giraud et Cie, éditeurs (p. 101).


PÉCOPINS


À Émile Zola.


Au coin du boulevard… minuit… C’est la sortie
Des théâtres.
Des théâtres.Rangés le long des grands cafés,
Haut cravatés de blanc, corrects et bien coiffés,
Des petits messieurs blonds à la mine abêtie
Prennent leur chocolat…
Prennent leur chocolat…Charmante galerie ;
Jeunes forçats du Pschutt, aucun d’eux n’a dîné
Mais chacun a le col étroit du boudiné,
La cravate neigeuse et de lys d’or fleurie,

Pour calmer l’estomac révolté qui se venge,
Ils souperont dans l’ombre en rentrant d’une orange
Mais Paris les a crus ce soir à l’Opéra :
Ils étaient en habit.
Ils étaient en habit.Opéra dit danseuse,
Loge, entrée au foyer, souper et cætera
Et leur joie, étant bête, en est délicieuse.