Monologues normands pour ceux qui veulent rire/L’pèr’ Dieulafée

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

L’pér’ Dieulafée

(En patois des environs de Vire)




Kerr’iez-vo qu’il a du toupet, l’pér’ Dieulafée, kerr’iez-vo qu’y n’n’a ! Pass’ qu’il est gros marchand de volaille, y s’figure qu’y va m’tord’ l’co comme à un pigeon ! Y m’réquiam’ dix-neuf freins, et c’est li qui m’en dait vingt !… Oui, c’est li qui m’dait et j’li prouv’rai.

Ya pâs pus d’troués s’maines, à Saint-Hilaire, j’y ai veindu un canard, deux poulettes et un lapin blanc, un joli p’tit lapin qu’était bé sûr pus geintil qu’li. L’pér’ Dieulafée dit non, mais mé j’dis qu’si, et j’sis pas pus menteux qué li, j’suppose ?… La mèr’ Besson est viveinte comme mé, é pourra bé l’dire. La preûve, c’est qué l’pér’ Dieulafée ya payé un sou d’café en même teimps qu’à mé, et il y fésait dé complimeints, c’vieux cô-là, comme à eun’ jeunesse.

Dans tous lé càs, j’n’y paierai pâs c’qué j’n’y dais pâs. Comment ! Y m’réquiame anieu dix-neuf freins, l’aut’ jou y m’en réquiamait veingt neuf, c’est li qui m’en dait vingt et y dit que j’ié dais ! Vo z’y compernez quéqu’chose, vo, à s’n’affaire ? Mé, j’compreinds qu’y veut m’rouler, comme il en a roulé bi d’aut’.

Eh bi, no verra ! Por vingt-deux sous qu’ça coûte, no z’ira d’vein l’juge dé paix. C’est pâs un déshonneûr d’aller d’vein l’juge dé paix ; mais jé n’veux pâs d’vol’rie comme ça. Y n’est pâs pus béte qué li, l’juge ; ah dame ! y connait bé sé ment’ries, allez !… Et pis, l’pér’ Dieulafée, ha ! ha ! y s’ra obligé d’léver la main ! C’est vrai qu’avec la dévôtion qu’ya maint’nant, ça n’sert pus à grand’ chose. Tout d’méme, ça l’embétera, pass’ qué j’li cont’rai sé vérités, et jé n’mé gén’rai pâs por yan dire.

C’est-y pâs honteux d’vouler voler comme ça l’pauv’ monde ? Un gros marchand comme li, qu’a dé propriétés, qui fait l’moussieu, qui fume des cigares et qui paie dé sous d’café à la mèr’ Besson !… C’est pâs malaisi d’aver d’l’argein comme ça. Eh bi ! j’aime mieux en aver min, mais qu’ça sé à mé.

Oui, y peut fér’ san malin ; jé l’trein’rai d’vein l’juge dé paix, c’vieux voleur-là ; et si j’perds, c’qu’est pâs sûr, j’m’en fiche ; j’sérai bé les rattraper, mes vingt deux sous !

Ça n’fait rin du tout, mais tout d’méme, eun’ aut’ fé, j’érai un liv’, un mécheint liv’ d’un sou, j’marqu’rai tout d’sus et j’réglérai tous lé més. Comme ça, yaura pâs d’filout’rie. D’abord, c’est comme ça qué j’fais avec not’ boulanger ; j’règue tous lé mé, et ya pâs d’erreur. Y m’vole pét-êt’ bé sus la fleû, mais y n’mé vole pâs sus l’pouè, ni sus l’argein : l’treinte ou l’treinte-un j’fais l’addition et j’paie.

L’aut’jou’, y n’vou’lait pâs réglé : y disait qu’y n’avait pâs l’teimps, pass’qué sa fame v’nait dé s’casser eun’ jeimbe. « Ça m’est égal, qué j’l’y dis, j’aime mieux payer l’timbe ; por deux sous, j’n’en mourrai pâs. »

J’vâs trouver la mèr’ Besson ; é s’rappell’ra bé man canard, mé deux poulettes et man lapin blanc. Et pis, dame ! si c’est besoin, j’vas li payer un sou d’café por li rafraîchi la mémoére.

Ya pâs à dire, y faut qué j’y mette san nez dans s’n’affaire, au pér’ Dieulafée ! Ah ! y m’réquiame dix-neuf freins, et y m’en dait vingt ! Bon seing d’bon seing ! y n’manque pâs d’toupet !… Et mé qui l’ergardais comme un ami !… Y n’pouvait don pâs m’foute la paix et en voler d’aut’ !