Mozilla.svg

Monologues normands pour ceux qui veulent rire/Eun’ visit’ cheux l’mèd’chin

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Eun’ Visite cheux l’Mèd’chin

(En patois des environs de Pont-l’Évêque)




Ah ! mes pauv’s éfants, mes pauv’s éfants, j’viens d’en aver eun’ histoère ! Vo n’deviné pas ? Mais r’gardè mé donc ! Vo n’veyez pas comm’ e’j’sieus tout pâlot ? Vo n’savè pas c’qué j’ai ? Eh ben ! mé, je n’savais point n’tout ; ’hest ben pour cha qu’j’ai été vée un méd’chin. Ah ! pas un méd’chin d’quat’ sous, mais un grand méd’chin d’Caen qui d’mand’ pas moins qué d’chent sous à ses clients ; et pis ses clients, c’est qu’y sont chouettes, faut vée cha ! Y a eun’ p’tit’ bonne qui vous r’çoit à la porte, un biau brin d’fille, ma foè ! c’est gentil comme un p’tit quieur, cha n’est qué d’dentelles des pieds à la tête. Pis, c’est si tellement biau cheux c’grand mèd’chin, j’en sieus encore tout épaté !

Après avoir attendu je n’sais combié de temps, c’qu’était pas pus amusant qu’cha – mais ça s’comprend, ’hest un si grand mèd’chin – après avoir baîllé je n’sais combié d’coups, c’qu’avait l’air d’étonner l’z’autres, no m’fit entrer dans un cabinet. Ah ! mais ! ’hest pas c’qué vo créyez, ’ha chentait bon là-d’dans ! L’grand mèd’chin, qu’était ma fouè un p’tit courte-botte – ah ! j’parierais qu’sa femme l’y boulotterait d’la soupe sus la tête – y m’dit comme cha :

— Eh ben ! asséy’oûs, quéqu’ vo z’avez comme cha ?

— J’cré ben qu’j’ai eun’ maladie, que j’li dis.

— Mais, quelle maladie ?

— Dame, moussieu, c’est justement c’qué j’voudrais ben saver.

— Ah !… Quéqu’ vo sentez ?

— J’sens d’qué qui m’monte et qui m’descend dans l’estomac, comme si y avait un ramoneux qui m’ramon’rait toujou.

— Y a-t-y longtemps qu’cha vo tient ?

— Y a déjà queuqu’ temps.

— ’Ha vo fait-y bié du mâ ?

— Queuqu’fouè oui, queuqu’fouè non.

— Av’oûs d’l’appétit ? Dorm’oûs ?

— Hum ! pas pus qu’cha.

— Hein ! qui m’dit en s’grattant la tête, quéqu’ vo porriez ben aver comme cha ?… Comment qu’cha vo z’a pris ? Racontez mé cha.

— J’vas v’z’expliquer, m’sieu l’docteur. Ça a c’menché un sam’di, j’m’en rappell’ comme si c’tait hier ; y tumbait d’l’ieau à sieaulées, j’rarrivais des camps, suant comme un bœû, trempé comme eun’ soupe. La borgeoèse m’dit comme cha : « Tu f’rais p’téet’ ben d’aller t’changer. Bah ! que j’l’y réponds, j’sieus pas en suc’, j’vas pas fondre ». Et j’men fus tirer à bère pour el’souper. Mais v’là-t-y pas qu’au moment dé s’mette à tâbe, j’m’mis à trembler comme eun’fieûle. Ma femme el’ vit ben, é m’dit : « Quéqu’ t’as à trembler comme cha ? No dirait qu’t’es tout chose ; t’es tout blanc. Tu f’rais p’téet’ ben d’aller t’coucher. – Ah ! oui mais, c’est qu’j’ai sai ! – Tu vas tout d’même pas d’mette à bère dans c’t’état-là ! Va t’coucher, va, j’vas t’porter d’qué d’câ dans un moment ». Ma foué, j’men fus m’coucher. Crey’ous qu’al est v’nue m’apporter d’qué, la bougresse ? Brin du tout. Cha n’fait rien, j’dormis comme un dûr. Mais, l’lendémain matin, j’m’réveillis tout en sueur ; cha m’roulait gros comme des pouées sus la figure.

D’puis c’temps-là, y m’est resté dans l’corps comme un va-t-et-vient, comme si queuqu’ esprit malin m’rat’lait la pouètrine avec eun’ étrille. J’beus et mange assez ben, mais ’ha n’mé profit’ brin.

— Ah, que m’dit l’grand méd’chin, j’sais ben c’qué vo z’avez : h’est un commencement d’bronchique, et eun’ gastrique à la chronique. M’n’ami, qui m’dit, faites ben attention aux courants d’air ; prénè garde aux chauds et froids, j’vas vo faire eun’ ordonnance por la tuer, vot’ bronchique. Maint’nant, por vot’ gastrique, dirigez ben vot’ nourriture : mangèz pas trop, mais mangèz assez. Méf’ioûs d’l’alcool, qui m’dit en r’gardant l’bout d’man nez ; l’alcool ’ha produit la fièvre célébrale ou typhoïque, compliquée d’eun’ défluxion d’potrine. »

Y a huit jous’ d’cha ; maintenant, ’ha va mieux. H’est pas les médicaments qu’j’ai pris : les mèd’chins, l’z’apothicaires, y en a pâs pou deux sous ! Y vo ruin’raient tous, ces gars-là !

V’savez, quand no z’a eun’ bonne quercasse et du gros bère pou’ s’dégraisser l’gosier, no n’c’raint rien… H’est égal, si j’avais su cha, j’y érais pas foutu mes chent sous, à c’grand mèd’chin !