Monologues normands pour ceux qui veulent rire/Où qu’ch’est que’est la galette ?

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Où qu’ch’est qu’est la Galette ?

(En patois des environs de Caen)




No s’amusait raide ben c’sai-là, tcheux l’facteur L’bailly. Dame, ch’est qu’y avait congé l’lend’main, et quant’y pouvait s’la couler douce, il en profitait por faire v’ni tcheux li san biau père et sa belle-mère, san biau-frère et sa belle-seû, l’couosin Paul, l’couosin Jules et la couosine Victorène. Sa maison n’était pas eun’mairie ben seur, mais no z’y avait tout d’mème de la plache por se r’touorner.

L’père et la mère Robillard s’assiéssaient opreux d’la ch’minée comme deux vieux pigeons qu’ont besoin d’chaleù. L’biau-frère et la belle-seû, des nouvè mariés, s’mettaient en face des bonnes gens, s’serraient l’un cont’l’aut’, s’catouoillaient, s’faisaient des malices, et, tout d’un coup, s’tordaient comme des baleines. L’couosin Paul était un p’tit blanc-bec qui n’gagnait pas ben gros au Crédit Yonnais et qui n’en f’sait pas por san tabac ; avec sa rèe sus l’còté d’l’orèle et les troè ou quat’ méchants brins de poèl qui s’battaient en duel d’souos san nez, il avait eun’ tête d’notaire ou d’tchustos.

L’couosin Jules, maricha de s’n’état, n’li r’semblait guère. Ch’était un grand diâbe, malin comme un singe, terjoû en mouv’ment, terjoû content d’li. Fallait l’vê entrer sans rigoler, sans dire eun’ parole, pis s’mette à embrachi tout l’monde comme un fou, l’couosin Paul itout qui f’sait la grimache. Fallait l’vê, c’coquin-là, couori apreux la couosine Victorène derriére la tâbe et les quéres, l’attraper où qu’y pouvait, pis la prend’ par la taille ou par sé cotillons. Fallait l’entend’ alors embrachi à touor dé bras la couosine qui f’sait des magniéres pass’que y avait du monde, l’embrachi enco, et r’commenchi d’pus belle pendant eun’ bonn’ minute ! Non, y avait d’quiè s’kerver d’rire lorsqu’apreux c’t’abominâtion y s’en rev’nait à la ch’minée avec des z’yeux ébellouis et la moustache ébouorifée, pendant qu’les p’tiots à L’bailly, qui riaient comme des bochus, fallait vê ! sautaient comme li, kerryaient comme li, mais d’eun’ voix co pus vipârde, pendant qu’dérière, la couosine Victorène, tout’ rouge, r’mettait un brin d’ordre dans ses g’veux et dans sa taîlle.

L’bailly, li, d’bout d’vant la tâbe, les bras ertroussés jusqu’aux coûdes, y détrempait d’la fleû dans eun’ grand’ castrole, c’qui n’l’empèchait pas d’rigoler des bêtises du couosin Jules… Apreux un bout d’temps, y décroquit du mur eun’ galetiére tout’ nére, la passit d’vant l’feu, la sécouit un brin et dit comme cha :

— Eh ben, qui qui va faire la permière galette ?

— L’couosin Jules ! l’couosin Jules ! s’ébèryirent les éfants en tâpant des mains.

— Oui, oui, dirent à leur touo, l’père et la mère, l’biau frère et la belle-seû, et surtout la couosine Victorène, qui kerryait co pus fort que l’z’aut’ por s’vengi.

Jules fit des magniéres, n’voulut pas, s’mit à conter eun’ histoère… ; cha n’print pas ; y dut gober la pilule. Y fut forchi dé s’mette un grand tabellier bleu dont les cordons pendaient par dérière. L’bailly, qu’était un bon gars, por l’tirer d’affaire versit sus la gal’tiére eun’ quiyâpotée d’détrempe.

— Attention ! qu’y kerryit, attention l’couosin ! v’là l’moment v’nu de r’touorner la galette. »

Jules print la gal’tiére sans s’épater, fit sauter la galette un brin, sautit comme eun’quévre et verdi verdâ ! v’là man gars qui dégringole sus l’dos, étendu d’tout san long comme eun’ gaule.

— Ah ! l’maladret, fit L’bailly en s’baissant por er’lever la gal’tiére qu’Jules avait lâchie.

— Ya qu’li por faire des touos comme cha ! s’ébèryit Victorène.

— Mais..... mais..... où qu’ch’est qu’est la galette ? kerryit L’bailly.

Y r’gardit en bas, d’sous la tâbe, enterr’ les quères du biau-frère et d’la belle-seû qui s’étaient co rapprochis..... rien ! Jules s’avait r’levé, mais n’y avait pus d’galette !

— J’parie qu’y l’a mangie ! kerryit la belle-seû, qui voulait tirer l’z’yeux dé d’sus elle.

Tout d’un coup, les p’tiots à L’bailly, qui jouaient à cache cache enterr’ les gambes du grand Jules, s’mirent à kerryer : « La v’là ! la v’là ! » Et tâpant des pieds, tâpant des mains, sautant, s’kervant d’rire, y montraient l’endret qu’vo connaissez ben au bas du dos du couosin. Chacun ouvrit l’z’yeux : la galette y était restée collée !