Monologues normands pour ceux qui veulent rire/Histoère d’un… c’ment qué j’dirai ?

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Histoère d’un… c’ment qué j’dirai ?

(En patois des environs de Bayeux)


Un jouo qu’Tuboeû avait beu biaucoup pus qu’yn’n’avait bésoin, y tâpit sur sa femme si dû et tant de temps qué c’té-là jurit d’s’n’aller. Li, qu’était plein comme un oeû, l’encouoragit à faire c’qué disait, et les v’là touo deux d’vant l’tribuna.

Quand y fut assis sur l’banc des coquyins, y s’mit à réfléchi. Cha n’y’ arrivait pâs suouvent d’réfléchi, ch’est pour cha qu’j’vo z’en caûse un brin. Y s’dit : « J’vas perd’ ma femme qui m’fait d’si bouonne tcheusaine, qui lâve et r’pâsse mes rhardes, qui m’soigne quand j’sieus malâde, qui m’rend tant d’services..... et qu’jé n’poê pâs. Eh ben non ! è n’s’en ira pâs. »

Quand sa femme dit qu’y yan avait foutu comme un enragi, y cryit de toutes ses forches qu’ch’était pâs vrai. L’persident essayit bié dé l’rouoler, Tuboeû né s’laissit pâs faire : y dit qu’il adôrait sa femme comme el’bouon Gieu et qu’ié l’aimait bié n’itout, qu’ol avait bouon quieu, mais qu’no z’avait vouolu l’enjôler.

L’persident, qui n’vouolait pâs dêner trop tard, fit v’ni les téemoins.

Y s’am’nit d’abo un cantonnier qu’avait les g’noux en d’dans, la frimousse rouge comme un cô.

L’persident li d’mandit :

— Av’oûs veu l’z’époux Tuboeû s’batte ?

— Non, moussieu, réponit l’cantonnier, mais j’en sieus seur, car j’travaillais sus l’qu’min à còté d’leû mouaison et j’lé z’ai entendus s’chicaner.

— Cha n’suffit pâs, dit l’persident d’mauvése humeû. Allez vo z’assière. »

No n’n’appelle un aut’, un p’tit vaquier. S’appreuche un gamin en blaude et en gros soulies, l’air bête comme un oè.

L’persident l’y d’mandit a la fée deux o trè quessions por aller pus vite. L’gamin d’abo n’réponit pâs ; pis comme l’persident adouchit sa voè, y bèguit quéques mots, dit des béetises. L’persident s’emportit, l’gamin restit là sans pouver rin dire. Son hébèt’ment fit rire tout l’monde, derrière les gendàrmes qui rouolaient dé z’ues d’ca. L’persident, préechi d’parti, posit c’té quession au téemoin.

— Av’oûs veu Tuboeû tâper sus sa femme ?

— Je n’sais pâs, moussieu, réponit l’gamin.

— Ch’est bon, allez vo z’assière. »

L’ussier appelle en causant du nez : Angélique-Amélie Grôsot.

Eun’pétite vieule toute ridée, s’lévit d’à côté d’la porte, dans un coin oû è s’tait plachie. Sans attend’ d’invitation, è print deux grands pagnies qu’étaient d’vant ié, è s’n’allit à la gril’ du tribuna, d’un pâs d’eun’ qui n’a pâs fré é z’ues. D’vant l’persident, è posit ses deux pagnies sus l’planchier, enl’vit l’moucheux qu’ol avait sus sa tête et r’gardit l’magistrat qu’était d’vant ié.

— Av’oûs veu, qui l’y dit, Tuboeû et sa femme s’batte ?

— Non, moussieu, l’persident, mais auchi vrai que j’sieus vot’ énée, j’lé z’ai entendus bié souovent, car j’d’meure à côté d’ieux et qu’y n’ya qu’un r’fend qui no sépare.

— C’qué vo dites-là n’preuve pâs bié d’qué, dit l’persident qui c’menchit à s’hébéter.

— Ch’est bié possib’, fit la vieule, mais j’vo z’asseure qu’Tuboeû tâpait sus sa femme si dû qu’la cloèson en craquit et.....

— Y n’s’agit pâs d’cha, dit l’persident tout en râge. Av’oûs veu, oui ou non, Tuboeû batte sa femme, l’av’oûs veu ?

— Dame, non, dit la vieule.

— Eh bié, allez vo z’assière. »

Le vieule enl’vit ses pagnies, r’touornit à sa plache en grognant d’qué enterr’ ses dents.

Pieus, d’san côté, tout près d’ié, no dirait qu’ch’est ié qu’en est la cause, équiate un… c’ment qué j’dirai ?… un bri, non, un soupi, un grôs soupi, comme un potin du diâbe.

L’persident rouoge ed’ col’ére, s’lévit d’sa quière.

— Dites don, vo, j’vo rappelle au respect qu’vo d’vez au tribuna. »

La vieule l’ergârdit comme eun’ sainte mitouche.

— C’hest à mé qu’vo n’n’avez, moussieu l’persident ?

— Oui, ch’est à vo qui…

— L’av’oûs veu, en vo respectant ?

— Non, qu’réponit l’persident.

— Eh bié ! qu’é dit en foutant l’camp, allez vo z’assière !

Tandis qu’ l’persident d’meurait tout béete, les siens qu’étaient là s’ténaient l’vent’ por s’empéechi d’rire.

L’procé fut fini, Tuboeû et sa femme s’rac’modirent.