Nobiliaire et armorial de Bretagne/A

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
NOBILIAIRE
ET
ARMORIAL DE BRETAGNE

A


Aage ou Age (de l’) ou Lage (de) (orig. du Poitou), sr dudit lieu, par. de Journé, — de Villemie, — de Kerigomarc’h, par. d’Arzano, — de Rueneuve, par. de Tréhorenteuc, — de Frémeur, — de Moréac, par. de ce nom.

Anc. ext. réf. 1668, huit gén., ress. de Hennebont et Ploérmel.

D’or à l’aigle à deux têtes de gueules, becquée et membrée d’azur.

Guillemot, écuyer dans une montre de 1392, marié à Jeanne Rabault ; René, époux de Françoise Chappron, rend aveu en 1525 à l’abbé de Charroux, pour son hotel de Villemie ; Paul, arrière petit-fils de René, gentilhomme de la Chambre en 1610, s’établit en Bretagne où il épousa Marie Bizien, dame de Kerigomarc’h ; un chevalier de Malte en 1663 ; un abbé de Bellefontaine au diocèse de la Rochelle en 1754.


Abailard ou Abélard, par. du Pallet, év. de Nantes.

Pierre, fils de Béranger, abbé de Saint-Gildas-de-Rhuis en 1125, célèbre par ses ouvrages de scolastique et ses amours avec Héloïse, † 1142 ; Astrolabe leur fils, chanoine de Nantes, † 1162.


Abalain.

Réf. et montres de 1447 à 1538, par. de Plouguerneau, év. de Léon.


Abbé, voyez Labbé.


Abelin, sr de la Touche, par. de Cesson, év. de Rennes.

D’azur à la bande d’argent, chargée d’un léopard de gueules et surmontée d’une fleur de lys d’or. (Arm. de l’Ars).

Guillaume, sénéchal de Vitré en 1382.

Fondu dans Champeaux, puis Pontrouault.


Abhervé-Guéguen.

Réf. et montres de 1426 à 1538, par. de Lannilis et Landéda, év. de Léon.


Abillan (or. du Poitou), sr de Quéjean, par. de Campénéac, — de Rochefort, — de Stanghingant, par. de Meslan.

Déb. à l’intend. en 1700

D’azur à 3 papillons d’argent.


Abmorvan.

Montres de 1534 à 1538, par. de Landéda, év. de Léon.


Abraham, sr de l’Hôtellerie, par. de Ploufragan, — de la Ville-Angevin, par. de Pordic, — de Bélestre, par. de Saint-Alban. — du Closmenier, par. de Coëtmieux.

Réf. et montres de 1423 à 1513, dites par., év. de Saint-Brieuc.

D’argent à trois jumelles de sable, accomp. de dix étoiles de gueules, 4. 3. 2. et 1 (Sceau 1381).

Perrot, ratifie le traité de Guérande en 1381.

La branche de l’Hôtellerie fondue en 1510 dans Visdelou.


Abyven, sr de Kéreoc et de Keruzouarn, ressort de Lesneven.

D’argent à la fontaine de gueules. (Arm. 1696).

Des procureurs du Roi, maires et députés de Lesneven aux États depuis 1720.


Achard (orig. du Poitou), sr de Pommier.

D’argent à deux fasces de gueules (Sceau 1271).

Jean, écuyer sous le connétable de Richemont en 1414.


Achon (d’), voyez Dachon.


Acigné (d’) (ramage de Vitré), sr dudit lieu, par. de ce nom, — de la Lande et de la Grézillonnaye, par. de Guichen, — vicomte de Coëtmen, par. de Tréméven, — vicomte de Tonquédec, par. de ce nom, — sr de Montjean en Anjou, — de Fontenay, par. de Chartres, — vicomte de Loyat, par. de ce nom, — baron de Malestroit, — vicomte de la Bellière, par. de Pleudihen, — sr de Chateauloger, par. de Saint-Erblon, — de Cramou, — de Beaumont, — de la Couppuaye, par. de Comblessac, — de Corrouët, — comte de Combourg, par. de ce nom, — baron de Chàteaugiron, par. de ce nom, — sr d’Amanlis, par. de ce nom, — de Sillé-le-Guillaume, au Maine, — de Chollet et de Bécon, en Anjou, — baron de la Roche-Jagu, par. de Ploëzal, — comte de Grandbois, par. de Landébaëron, — sr de Troguindy, par. de Penvénan, — de la Touche-à-la-Vache, par. de Créhen, — de Carnavalet ou Kernévénoy, par. de Quimper-Guézennec, — de Carnabat, par. de Plouizy, — du Bois-Joli, par. de Chauvé, — de la Motte-au-Vicomte, par. du Rheu, — de la Villemario, par. de Saint-Quay, — de Kervenniou et de la Ferté, par. de Plouigneau, — de Keruzec, par. de Plomeur-Bodou, — de la Villequéno.

Anc. ext. chev. réf. 1670, dix-sept gén. réf. et montres de 1426 à 1543, par. d’Acigné et du Rheu, év. de Rennes, Guichen et Loyal, év. de Saint-Malo, Chauvé, év. de Nantes, Saint-Quay, év. de Dol, Ploëzal, Penvenan et Landébaëron, év. de Tréguier.

D’hermines à la fasce alésée de gueules, chargée de trois fleurs de lys d’or. Devise : Necque terrent monstra.

Hervé, témoin d’une donation du duc Alain III, au mont Saint-Michel en 1040 ; Alain, prend les armes en 1205 pour venger la mort du duc Arthur ; Georges, porte trois molettes sur un sceau de 1321 ; Jean, combat glorieusement à la bataille de Nicopolis en Turquie, en 1396 ; Pierre, frère du précédent, grand sénéchal de Provence, attaché à la personne de Louis, comte d’Anjou, qu’il accompagna à la conquête de Provence et à celle des royaumes de Naples et de Sicile † 1416 ; Amaury, évêque de Nantes, en 1462 † 1477 ; Jean, à la bataille de Pavie en 1524 ; Louis, évêque de Nantes et abbé du Relecq, † 1542 ; François, frère du précédent, abbé de Beauport en 1540 ; autre François, tué à la bataille de Moncontour en 1579 ; Charles, abbé de Coëtmalouen en 1636.

La seigneurie d’Acigné a été érigée en marquisat l’an 1609 en faveur de Charles de Cossé-Brissac, second fils de Charles, maréchal de France, marié en 1573 à Judith, dame d’Acigné. Ce marquisat appartenait en 1637 à Julien Freslon, sieur de la Freslonnière, président à mortier et son arrière-petite-fille l’apporta en mariage, l’an 1710, aux Talhouët de Bonamour.

La branche de Grandbois s’est fondue en 1684 dans les ducs de Richelieu; celle de Carnabat dans Coatrieux, puis Jehan de Launay.


Adam, sr de Tourault.

Réf. 1427, par. de Plouigneau, év. de Tréguier.

D’or à une tour crénelée de sable, sommée d’un tourillon de même.


Adam, sr de Kermalvézen, par. de Plestin, — de Goashamon.

Déb. réf. 1669, ress. de Lannion.

Vairé d’argent et de gueules, à la bordure de sable, besantée d’argent. (G. le B).


Adam (or. du Poitou) sr de la Brandaisière, par. de Sainte-Pazanne, év. de Nantes.

D’azur au lion d’argent. (Arm. 1696).

Cette famille qui a produit trois auditeurs des comptes de 1571 à 1606, s’est fondue en 1653 dans la Roche-Saint-André.


Advocat (l’) ou Ladvocat, sr de la Crochais et de Landorel, par. de Ploubalay, — de la Baronnais, par de Saint-Énogat, — de la Provostaye, par. de Créhen, — de la Salle, — du Pont, — de la Vieuville, — de Lesraudais, — de la Lande, — de Leffandais.

Anc. ext. réf. 1668, sept gén., réf. et montres de 1448 à 1513, par. de Ploubalay et Saint-Énogat, év. de Saint-Malo.

D’azur à la bande dentelée d’argent, accostée de trois coquilles d’or, 2. 1.

Guillaume, épouse vers 1448 Mathurine Bernier, de la maison de la Chapelle.


Agard (d’) (orig. de Provence), sr de la Coste.

Ext. réf. 1670, sept gén., ress. de Saint Renan, év. de Léon.

De gueules à une molette d’or à huit pointes, au chef cousu d’azur, chargé d’une croix pommelée d’or.

Bertrand, viguier d’Apt en Provence en 1294 ; Gaspard, maire de Brest en 1661.


Agay (d’) (orig. de Franche-Comté), — comte dudit lieu en 1766, — sr de la Tour, — de Laubespin, — de Myon.

D’or au lion de gueules, au chef d’azur.

Hugues, écuyer de Philippe le Bon, duc de Bourgogne, anobli en 1463; un intendant de Bretagne en 1767.


Ages (des), sr de Beauchamps, — de la Bottelerays, év. de Saint-Malo.

Déb. réf. 1668, ress. de Rennes.

D’argent au sautoir de sable, cantonné de quatre roses de gueules.


Aguéneac, év. de Vannes, châtellenie en 1650, en faveur de Pierre de Sérent, sénéchal de Vannes, voy. Sérent.


Aiguillon (d’), sr d’Hugères et de la Motte, par. d’Ercé-en-Lamée, — de la Juliennays et de Griffolet, par. de Saint-Etienne-de-Montluc, — de Montliez.

Anc. ext. chev. réf. 1669, neuf gén., réf. et montres de 1427 à 1513, par. d’Ercéen-Lamée, év. de Rennes.

De sable à trois quintefeuilles d’argent (sceau 1381).

Radulphe, témoin de la fondation du prieuré de Marcillé en 1189; Jean, époux de Guillemette de Neuville, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; autre Jean, maitre d’hôtel de la comtesse de Laval en 1487.

La branche d’Hugères fondue en 1648 dans Poulpiquet ; la branche de la Juliennays fondue en 1677 dans Rieux d’Assérac.


Aisné (l’), voy. Laisné.


Albert (orig. du comtat Venaissin), sr de Boussargues, — de Brantes, — de Cadenet, — duc de * Luynes, de * Chevreuse, de Chaulnes, de Montfort, de Luxembourg, de Piney et de Picquigny, — baron de Montclus, et de Montdragon, — pair de France.

D’or au lion de gueules, armé, lampassé et couronné de même ; aliàs : écartelé de gueules à deux branches d’alisier d’argent en sautoir ; au chef échiqueté d’argent et d’azur de trois tires, qui est d’Ailly.

Thomas, viguier du Pont Saint-Esprit en 1416, est l’auteur de cette famille qui a produit : Charles, connétable et grand fauconnier de France, † 1621, marié dans la maison de Rohan ; Honoré, frère du précédent, maréchal de France en 1620 ; Charles, gouverneur de Bretagne, dont le cœur fut déposé à Rennes en 1698 ; Louis-Auguste, maréchal de France en 1741, marié dans la maison de Beaumanoir, et un grand nombre d’autres personnages célèbres.


Alègre (d’) (orig. d’Auvergne), sr de Tourzel.

De gueules à la tour d’argent, accostée de six fleurs de lys d’or en pal, 3. 3.

Une abbesse de Saint-Georges de Rennes en 1715, † 1741 ; un maréchal de France, commandant pour le Roi en Bretagne en 1721, † 1733.


Alesmes (orig. de Guyenne), sr de Parampure.

D’azur au chevron d’or, acc. en pointe d’un croissant de même ; au chef de gueules, chargé de trois étoiles d’or.

Toussaint, conseiller au parlement en 1606.


Aline, sr de Kerdaniel, par. de Pont-l’Abbé, év. de Cornouailles.

Déb., réf. 1670, ress. de Quimper.


Allain, sr du Moulin-Bouëssel, par. de Guillac, — de Gergouy, par. d’Augan, — du Pont-Roquel, par. de Concorel, — de la Lande, — du Rouvray, par. de Languénan.

Réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo et Dol.

D’or à 10 losanges de gueules.

Eonet, de la paroisse de Guillac, se dit noble, réformation de 1427 ; Jean, procureur du Roi au siège de Ploërmel, puis conseiller au parlement en 1575, épouse : 1º Marguerite de Guitté, 2º Françoise Giffard.


Allain (orig. de Normandie, y maint. en 1666), sr de la Bertinière, — de Penanrue.

Maint. à l’intend. de Bretagne, en 1729.

D’azur au chevron d’argent, accompagné d’un besant d’or en pointe.

Pierre, fils de Jacques, de la paroisse de Saint-Vast, sergenterie de Villers, élection de Caen, anobli pour services, par charte de 1588 ; René-Corentin, sénéchal de Landivisiau en 1720.

Les srs de Bédain et de la Fosse, évêché de Nantes ; de Livonnière, demeurant au Relecq, et de la Marre ; du Rest, par. de Plouëzoc’h, demeurant à Morlaix ; de Runmarec, paroisse de Ploumagoër, déboutés, réformation de 1669, portent les mémos armes, ainsi que les sr de Kercado, du Poirier et de Keribo, maires de Guingamp depuis 1635.


Allaire, sr du Rablais, par. de la Chapelle-sur-Erdre, év. de Nantes.

Maint. à l’intend., en 1699.

D’azur au pigeon essorant d’argent, cantonné de quatre alérions d’or.

Perrot, métayer exempt à Beaulieu, paroisse de Couëron, réformations de 1443 et 1455 ; Jean, échevin de Nantes en 1579, épouse Jeanne d’Aragon ; un abbé d’Huiron, au diocèse de Châlons-sur-Marne en 1754, puis abbé de Bonrepos en 1761, † 1776.


Allaneau (orig. d’Anjou), sr de la Grougerie, — d’Orvault, — de la Villeboscher.

Maint. à l’intend., en 1704.

D’azur à deux bandes d’argent.

Clément et François père et fils, conseillers au parlement en 1573 et 1601.


Allanic, sr de Kerherry, par. de Bieuzy, — de Kermabon, — de Bellechère.

Déb., réf. 1608, ressort de Vannes.

D’argent à la poule de sinople, accomp. en chef de deux œufs de pourpre (Arm. 1696).

Claude-Pierre, maire d’Auray, ép. vers 1690 Madeleine Drouillard.


Alleaume (orig. de Normandie), sr de la Ramée.

Maint. par les commissaires en 1701.

D’azur au chevron d’or, accomp. de deux roses d’argent en chef, et en pointe d’une colombe contournée d’or, surmontée d’une étoile de même.

Guillaume, secrétaire du Roi en 1596. Un président au parlement de Rouen en 1646.


Allemand (l’) (orig. de Berry), sr de Vouzeron.

De gueules au chevron d’or, accomp. de trois roses d’argent.

Etienne, maire de Bourges, puis conseiller au parlement de Bretagne en 1561.


Allemand, év. de Vannes

D’azur à trois vaisseaux d’or, équipés d’argent.

Un lieutenant de vaisseau, chevalier de Saint-Louis en 1744, père d’un vice-amiral, en 1809, comte de l’Empire, † 1826.


Alleno, sr de Kersalic, par. de Saint-Tugdual, — du Guern, par. de Gourin, — de * Saint-Alouarn, par. de Guengat, — de Kerguignen, — de Trogoazien, — de Trévien, par. de Theix, — du Lindreuc, par. de Noyal-Pontivy, — de Penmené, par. de Baud, — de Kersperlan par. de Pluméliau.

Anc. ext. réf. 1669, huit gén. réf et montres de 1448 à 1562, par. de Pluméliau et Saint-Tugdual, év. de Vannes, Gourin, Éliant et Moëlan, év. de Cornouailles.

D’argent à trois hures de sanglier de sable, arrachées de gueules. Devise : Mad é quélen é peb amzer. (Un conseil est bon en tout temps.)

Geoffroy, sr de Kersperlan, épousa vers 1460 Catherine de Guernarpin, dont Louis, marié en 1487 à Jeanne le Grand, dame de Kersalic.


Allenou, sr de la Primaudaye et du Guéhoussaye, par. d’Hénan-Bihen, — de la Ville-Angevin, par. de Pordic ; — de la Villebasse, — de Ribernar, — du Marais, — de Grandchamps, — du Closneuf.

Maint. au conseil en 1708 ; réf. et montres de 1448 à 1513, par. d’Hénan-Bihen et Pordic, év. de Saint-Brieuc.

D’argent au chef endenché de gueules.

Alain, de la par. d’Yvias, fait donation à Beauport de terres en Plouézec en 1241 et 1245, donations confirmées par Geoffroi, son fils.


Allerac (d’), sr dudit lieu, par. de Saint-Just ; — de la Bruyère, par. de Sixt ; — de la Pavoissière et de la Fonchais, par. de Guignen.

Anc. ext. réf. 1669, six gén. réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Vannes et Saint-Malo.

D’argent à l’aigle impériale de sable.

Jean épouse vers 1460 Mathurine du Chastellier.

La branche aînée fondue dans le Borgne, puis Gallery, Brandin, et, en 1621, Fournier.


Allerac, voy. Fournier.


Allès, sr du Boiscorbin, par. de Mouazé.

Réf. 1513, par. de Saint-Aubin-d’Aubigné, év. de Rennes.

Porte une bande chargée de trois croissants ; au franc canton sénestre, chargé d’une étoile (Sceau 1418).

Fondu dans Bariller.


Alliou.

Porte trois estamaux ou orceaux (Sceau 1407).

On trouve Pierre, sr du Porzdon, paroisse de Ploubezre, capitaine de Sa Majesté en l’armée navale, débouté en 1668, ressort de Lannion ; mais nous ignorons s’il appartenait à la famille précédente.


Allixant (orig. de Nivernais), sr de la Touche, — de Malleville.

D’azur à la bande d’or, accomp. de trois étoiles de même ; aliàs : au chef d’argent, chargé d’une fasce vivrée d’azur. (Arm. de l’Ars).

Nicolas, conseiller au parlement on 1559, président aux enquêtes en 1569, † à Rennes en 1596.


Allouette (l’), voy. Lallouette.


Amat, sr de Launay, par. de Langoat.

Réf. 1427, dite par., év. de Tréguier.

D’argent à trois têtes de cormoran de sable, arrachées et becquées de gueules.

Jeannette, deguerpie (veuve) de Jean de l’Isle, réformation de 1427, dite paroisse de Langoat ; un capitaine de la Roche-Derrien en 1490, marié à Alice Peillac.


Aloigny (d’), (orig. du Poitou), sr de la Millaudière, — marquis de Rochefort et du Blanc, — sr de Boismorand, — de la Croye, — du Puy-Saint-Astier, — des Bordes.

De gueules à cinq (aliàs à trois) fleurs de lys d’argent. Dev. Lilia semper florent.

Henri-Louis, maréchal de France en 1675 ; Guy, commandeur de la Feuillée, Pontmelven, Maël, Saint-Jean-Balaznant et Saint-Jean-de-Latran, enterré dans cette dernière église en 1691. Famille éteinte en 1868.


Amboise (d’), (orig. de Touraine), sr du dit lieu, — de Chaumont, — de Bussy — d’Aubijoux.

Palé d’or et de gueules de six pièces ; aliàs : écartelé de Thouars.

Cette illustre maison a produit la bienheureuse Françoise, fille de Louis, sire d’Amboise, et de Marie de Rieux, et femme en 1431 de Pierre, duc de Bretagne ; Georges, cardinal et archevêque de Rouen, † 1510; Charles, grand-maître, maréchal et amiral de France, † 1511, laissant un fils naturel, Michel, auteur des d’Amboise qui suivent.


Amboise (d’), sr de Chevillon, près Montargis, — de Neuillé-le-Lierre, — du Plessis-Bourot — baron de Chartre-sur-Loir, — sr de Méry, de Vezeul, et du Clos-Lucé, en Touraine.

D’azur au lion d’or, au chef palé d’or et de gueules, qui est d’Amboise, le premier pal brisé d’un dauphin d’azur.

Michel, né en Italie, mort en 1557, fils naturel de Charles, sr de Chaumont, maréchal de France, fut le père de Jean, chirurgien des rois Charles IX et Henri III ; François fils de Jean, avocat au parlement de Paris, puis maître des requêtes de l’hôtel et conseiller au parlement de Bretagne en 1583, enfin conseiller d’État ; Adrien, frère puîné de François, évêque de Tréguier, en 1604, mort et enterré dans sa cathédrale en 1616.


Ameline (or. de Normandie), sr de * Cadeville, — de Noisemont, — de Quincy, — de la Chesnardière, par. de la Chapelle-Basse-Mer, év. de Nantes, — de Trédiec.

Maint. au conseil en 1717.

Bandé d’argent et de gueules de huit pièces ; au chef d’azur, chargé d’un soleil d’or.

Daniel, époux d’Anne Thévenin, père et mère de Nicolas, sous-fermier des Etats, marié en 1671 à Françoise Dondel, et anobli en 1698 ; un maréchal de camp, en 1734, gouverneur d’Oléron, † 1756.


Amelot (orig. d’Orléans), marquis de Mauregard en 1651, — marquis de Gournay en 1695, — sr de * Chaillou, — de Châteauneuf-sur-Sarthe, — de Guépéan, — de la Houssaye.

D’azur à trois cœurs d’or, surmontés d’un soleil de même. Devise : Est illis igneus ardor.

Jacques, avocat au parlement de Paris, père de Jean, maître des requêtes de l’hôtel, anobli en 1580 ; un archevêque de Tours, † 1687 ; un évêque de Vannes en 1775, † 1829.


Aménart, sr du Pallet, par. de ce nom, év. de Nantes, — de Bouille et de Chanzé en Anjou.

Coticé d’argent et de gueules de dix pièces (Sceau 1392).

Fondu en 1497 dans Goulaine.


Amour (l’), voy. Lamour.


Amoureux (l’), voy. Lamoureux.


Amphernet, Anfernet, ou Enfernet (d’) (orig. de Normandie, y maint. en 1463, 1598 et 1666), sr de Neufville, près de Vire, — baron de Montchauvet en 1616, — sr de * Pontbellanger, — de Contrebise, — du Val, — de * Kermadéhoa, par. de Kernével, év. de Cornouailles.

Anc. ext. chev., arrêt du parl. de Bret. en 1786. treize gén.

De sable à l’aigle éployée d’argent, becquée et membrée d’or, (sceau 1388).

Jordan se croisa en 1191 (cab. Courtois) ; Guillaume, écuyer dans une montre de du Guesclin, en 1370, trésorier des guerres en 1383 ; Bertrand, chambellan de Charles d’Évreux, roi de Navarre en 1398 ; Michel, chambellan du roi Louis XI, enterré dans la chapelle de Saint-Michel à Notre-Dame-de-Vire, en 1468 ; René, président à mortier au parlement de Bretagne en 1620. Deux membres admis aux honneurs de la cour en 1784.


Amproux, sr de Pontpiétin et de la Massais, par. de Blain, — du Châtel, par de Fay, — de Calestré, par. de Plessé, — de l’Abbaye, par. de Chantenay, — de Lorme.

Réf. 1668, év. de Nantes et maint. à l’intend. en 1701.

De sinople à trois larmes d’argent.

Jean, maître d’hôtel du Roi, et 1er gentilhomme de la chambre de la reine Christine de Suède en 1679, anobli en 1650, père d’Henri, brigadier des armées du Roi et lieutenant général du Bas-Poitou, † 1706 ; ce dernier père d’Henri-Gabriel, maréchal de camp en 1748, choisi après la capitulation de Bruxelles en 1746, pour porter à Paris les cinquante-cinq drapeaux et étendards de la garnison.


Amys (orig. d’Anjou), sr du Ponceau, — d’Olivet, — de la Grougeardière.

D’argent au chevron brisé de gueules, accomp. de trois feuilles de vigne de sinople. Devise : Virtus et fidelitas.

Zacharie, conseiller au parlement en 1588 ; Salomon, conseiller au parlement en 1590.


Anast (d’) sr du dit lieu, par. de Maure, év. de Saint-Malo.

D’or à la croix engreslée de sable, cantonnée de quatre étoiles de même.

Thomas, évêque de Cornouailles en 1321.

Fondu dans du Breil, puis Montauban.


Ancenis (d’), baron dudit lieu, par. de ce nom, év. de Nantes, — sr de Martigné-Briant, en Anjou, — de l’Isle, — d’Aurillé, — de la Rouvraye et de Lignières, par. d’Argentré, év. de Rennes.

De gueules à trois quintefeuilles d’hermines (Sceau 1276). Devise : Folium ejus non defluet.

Guèrech et Aremburge, sa femme, bâtirent en 987 le château d’Ancenis ; Chotard se croisa en 1096 ; Geoffroi combattit à Bouvines en 1214 et se croisa en 1238.

La branche ainée fondue au XIVe siècle dans la maison de Rochefort, d’où la baronnie d’Ancenis a passé successivement aux Rieux, Lorraine-Elbeuf, Lorraine-Mercœur et Vendôme ; par acquêt aux Boislève, puis en 1657 aux Béthune-Charost.

La branche de l’Isle d’Aurillé fondue en 1400 dans du Guesclin ; la branche de la Rouvraye fondue vers la même époque dans du Gué.


Andigné (d’) (orig. d’Anjou), sr dudit lieu, d’Angrie, du Bois-de-la-Cour, de la * Blancheraye, de Sainte-Gemme et des Écotais en Anjou, — châtelain de la * Chasse en 1707, par d’Iffendic. — sr de Saint-Jean et des Maisons-Neuves, par. de Saint-Malon, — de la Marche, — du Hallay, — de la Bouëxière, par. de Soudan, — de Kermagaro et de la Roche, par. de Néant, — de la Grée, par. d’Augan, — des Touches, — de * Mayneuf. par. de Saint-Didier, — de Saint-Germain, par. de Saint-Germain-en-Coglès, — du Plessis-Bardoul, par. de Pléchatel, — de * Beauregard, par. de Montfort-la-Canne, — baron de Mauron, par. de ce nom, — sr de la Soraye, par. de Quinténic, — de Kerédec, par. de Plouzané, — baron de Vézins, en Anjou et de Pordic, év. de Saint-Brieuc, — sr de * Lancrau, — de * Resleau.

Anc. ext. chev. réf. 1670, treize gén., réf. 1513, par. de Soudan, év. de Nantes.

D’argent à trois aiglettes de gueules, becquées et membrées d’azur (Sceau 1392). Devise : Aquila non capit muscas.

Jean, se croisa en 1190 (cab. Courtois) ; autre Jean, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; autre Jean, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; son sceau porte trois croissants, au chef chargé de trois quintefeuilles ; Olivier fils de Geoffroi, sr d’Angrie, et de Barbe de la Porte, vivant en 1392, épouse Jeanne, dame du Bois de la Cour ; Guillaume, marié à Antoinette de Cancoët, s’établit au XVIe siècle en Bretagne. Cette maison a produit six chevaliers de Malte depuis 1597, et sept conseillers au parlement, depuis 1611; deux maréchaux de camp en 1702 et 1788 ; un évêque de Dax en 1733 † 1736 ; un évêque de Léon, puis de Châlons-sur-Saône, aumônier de la reine Marie Leczinska, et abbé d’Eu au diocèse de Rouen, en 1773, † 1806 ; un abbé de Noyers au diocèse de Tours en 1785, puis évêque de Nantes en 1819, † 1822 ; un pair de France en 1815, lieutenant-général en 1823, père d’un général de brigade, blessé devant Sédan en 1870. Deux membres admis aux honneurs de la Cour depuis 1771.


Andrault (orig. de Nivernais, y maint. en 1669), comte de Langcron en 1656, — marquis de Maulevrier, — sr de la Coste, par. de Saint-Julien, év. de Saint-Brieuc, — de Launay-Gouray et de Beauvais, par. de Bréhant Moncontour.

D’azur à trois étoiles d’argent.

Joseph, lieutenant-général des armées navales, épousa en 1684, Jeanne-Magdeleine du Gouray, dame de la Coste, père et mère de Louis-Théodose, lieutenant-général des armées du Roi en 1744, et lieutenant de Roi dans la Basse-Bretagne ; Jean-Baptiste-Louis, marquis de Maulevrier, maréchal de France en 1745, père de Charles-Claude, lieutenant-général des armées du Roi, gouverneur des ville et château de Brest de 1755 à 1790.


André, sr de Crévy, par. de Saint-Lyphard, — de Champeaux, — du Tertre, — de la Hélardière, par. de Donges, — de la Guichardais, par. de Tréal, — de la Touchelays, par. de Savenay, — de Malarit, par. de Plessé.

D’argent au chevron de sable, accom. de trois trèfles de même. Devise : Sans venin.

Jean, conseiller du duc en 1448, épouse Françoise de Montauban ; Mathieu, maire de Nantes en 1568 ; Pierre, avocat général aux comptes en 1588, père d’autre Pierre, maire de Nantes en 1590.


André, sr — de Villerain — du Lehec, — de Kerlidec, — de Kermorial, év. de Cornouailles. (Protest. 1788).

De gueules à la fasce, accomp. en chef de deux merlettes et en pointe de deux étoiles, le tout d’or. (Arm. 1696).

Un secrétaire du Roi près la chancellerie d’Aix en 1735, depuis président à mortier au parlement de Provence.


André, sr de Saint-Mirel.

Déb. réf. 1668, ress. de Rennes.


André, sr de Durville, év. de Rennes, — du Pratmeur, év. de Cornouailles.

De gueules au sautoir d’or (Arm. 1696).

Un sergent général et d’armes à Carhaix en 1656.


André (orig. du Dauphiné).

De gueules au lévrier d’argent, colleté d’or ; au chef d’azur, chargé d’un soleil d’or.

Un évêque de Quimper en 1802, baron de l’Empire, † à Paris, en 1818.


Andrieux, sr de la Mazière.

Déb. à l’intend. en 1702.

D’or à la fasce de sinople, chargée de trois poires d’or, et accomp. de trois carreaux de gueules, croisés d’argent.


Angebault ou Angebeau, sr du Meix et de la Peccaudiêre, par. des Touches, — de l’Etang-Jouan, par. du Clion, év. de Nantes.

D’or au léopard de gueules (Arm. 1690).

Louis, procureur au présidial de Nantes en 1696 ; un évêque d’Angers en 1842 † 1869.


Angennes (d’) (orig. du Perche) sr dudit lieu, en Thimerais, — de Romilley, — marquis de Rambouillet et de Maintenon, — sr de Poigny, — de Boisorcant, par. de Noyal-sur-Vilaine, — de Pontrouault, par. de Mernel, — de la Rivaudière, par. de Chevaigné.

De sable au sautoir d’argent.

Renault, combattit à la bataille d’Azincourt en 1415 ; Charles, évêque du Mans en 1556, et l’un des pères du concile de Trente ; Claude son neveu, évêque du Mans en 1601 ; Marguerite, abbesse de Saint-Sulpice de Rennes en 1608 ; Jean, chevalier des ordres du Roi en 1585, marié à Madeleine Thierry, dame de Boisorcant, trisaïeul de Charles, brigadier des armées, tué à Malplaquet en 1709.


Anger ou Angier (ramage de Lohéac), sr du Plessis-Anger, par. de Lieuron, — de Châteaublanc par. de Guipry, — de Crapado, par. de Plaintel, — de la Marousière, par. Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, — de Montrelais, par. de ce nom, — du Gué-au-Voyer et de la Séneschalière, par. de Saint-Julien-de-Concelles, — de Château-Thébaut, par. de ce nom, — de la Rivière, par. d’Auverné, — de la Chauveliêre, par. de Joué, — du Houssay et de la Juinière, par. de Trans, — de Lourdines, — de la Clarté, — de Brétignoles, — de la Fresnaye.

Anc. ext. chev. réf. 1669, dix gén., réf. et montres de 1449 à 1479, par. de Lieuron et Guipry, év. de Saint-Malo.

De vair au bâton (aliàs : à trois croissants), de gueules, aliàs : de sable à trois fleurs de lys d’or. Devise : Fides.

Henry, se croisa en 1248 (cab. Courtois) ; Pierre vivant en 1347, père 1º de Thébaut, marié à Marguerite de Châteaubriand ; 2º de Guillaume, évêque de Saint-Brieuc, † 1404 ; Raoul, abbé de la Vieuville en 1366.

La branche aînée fondue au XVe siècle dans Maure ; la branche de Crapado fondue au XVIIIe siècle dans Gilbert de Voisins ; une autre branche fondue en 1745 dans Gouyon de Marcé, à condition de prendre les nom et armes d’Angier.

Les srs de Grand-Pré, paroisse de Chevré, de la Haye, paroisse de Bazouges, de la Thébaudais, paroisse de Caro, et de Kernisan, paroisse de Portzpoder, déboutés, réformation de 1671, portent les premières armes.

La branche de * Kernisan, alliée aux Bégasson, Busnel, Quéhéon, Prévost de la Voltais, Le Chauff, Le Rouge de Rusunan et Préaudeau a pour auteur Pasquier, sr de la Thébaudais, marié en 1647 à Mathurine Le Commandoux, fille de Joseph, sr de Saint-Denis et du Clos, par. de Caro ; elle a produit trois générations de capitaines et chevaliers de Saint-Louis, le premier de ceux-ci, pour sa participation à la bataille de Fontenoy en 1745.


Anges (des), sr de la Villeneuve, — de Kervella, — de Lesven.

Déb. réf. 1668, ress. de Morlaix.

D’azur au chevron d’argent, accomp. de trois poires d’or.

Un maire de Morlaix, en 1670.


Angevin (or. de Poitou) sr de la Maillardière, par. du Loroux-Bottereau, — de la Salmonnière, par. Saint-Julien-de-Concelles, — de la Plissonnière.

D’argent au chevron accomp. en chef d’un croissant accosté de deux étoiles, le tout de gueules et en pointe d’un arbre de sinople (Arm. 1696) ; Aliàs : de sable à la bande d’argent, chargée d’un lion de gueules. (Arm. 1696).

Deux auditeurs des comptes depuis 1738.


Angevin (l’). Voy. Langevin.


Angevinière (de l’). Voy. Langevinière (de).


Angleberme (d’) (orig. de Picardie).

De gueules au chevron d’or. Aliàs : d’azur fretté d’or.

Claude-Phyrus, président aux enquêtes du parlement de Bretagne, en 1558, était fils de Phyrus, docteur en droit à Orléans, puis conseiller au Sénat de Milan, en 1521.


Anglois (l’) ou Anglais (l’). Voy. Langlois.


Angoulvent (d), sr de Coëtcouvran, de Frémeur et de la Griponnière, par. d’Yvignac, — de la Guérinais, par. de la Chapelle-Blanche.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1428 à 1513, par. d’Yvignac, év. de Saint-Malo.

De sinople à la fasce d’hermines ; aliàs : au franc quartier chargé de trois bandes (sceau 1379). Devise : Vorat.

Alain, se croisa en 1248 (cab. Courtois) ; Hamon, dit Ventre-d’Orge, et Thomasse, sa mère, font une donation à l’abbaye de la Vieuville, en 1317 ; Berthelot, ratifie le traité de Guérande, en 1381 ; Tristan, vivant en 1479, aïeul de Gilles, marié, vers 1540, à Jeanne de la Haye. (Famille éteinte).


Anjorrant (orig de Berry), sr de Claye, — de la Villette, — d’Attigny.

D’azur à trois lys au naturel d’argent, fleuris d’or et feuillés de sinople.

Louis, conseiller au parlement de Bretagne en 1581, † à Genève en 1589. (Famille éteinte).


Anjou, comté, depuis érigé en duché-pairie, l’an 1360, apanage ordinaire de l’un des enfants puînés de France.

Pour anciennes armes : de gueules à deux léopards d’or ; aliàs : de gueules à l’escarboucle pommelée et fleuronnée d’or, écartelé d’or à l’aigle éployée de sable (G. le B.). Moderne : de France à la bordure de gueules.

Yolande, femme du duc François Ier, en 1431.


Annor (bâtard de Penthièvre) sr de la Motte-Mouëxigné, par. de Maroué, — de la Roche, par. d’Iffiniac.

De gueules à la quintefeuille d’hermines.

Fondu au XVe siècle dans Brêhant.


Annebaud (d’) (orig. de Normandie, y maint. en 1463), baron de Retz, par. de Machecoul, — de la Hunaudaye, par. de Plédéliac, — sr des Huguetières, par. de la Chevrollière.

De gueules à la croix de vair.

Claude, maréchal et amiral de France, † 1552, avait épousé Françoise de Tournemine, dame de Retz et de la Hunaudaye ; leur postérité a transmis ces seigneuries à la maison de Gondy ; Jacques, frère du précédent, abbé de Beauport en 1539, puis évêque de Lizieux et cardinal, † 1558.


Anneix, sr du Domaine, — des Milleries, par. de Mélesse, — de * Souvenel, par. de Montreuil-le-Gast, — de Millaye, — de Launay-Mahé, — de la Reynière, — du Coudray, — de Brincouyer, — des Maliberts, — de la Houssaye, par. de Brutz.

D’azur à l’étoile d’argent, accomp. de trois croisettes pattées de même.

Pierre, sr du Domaine, avocat en parlement, sénéchal de la juridiction du Han, † 1670, épouse vers 1660 Louise Briand, dame de Souvenel, dont : Noël, avocat en parlement, marié en 1689 à Anne Anger, dame des Mézières ; Alexis-François-Jacques fils des précédents, bâtonnier des avocats de Rennes, † 1758, père d’un maître des requêtes et d’un garde du corps du comte de Provence en 1771 et 1775.


Anodé, sr du Chastellier, par. de Brélidy, év. de Tréguier.

Ecartelé aux 1 et 4 de gueules à une fleur de lys d’argent ; aux 2 et 3 d’or plein. (G. le B.)


Anseau, par. de Laz, év. de Cornouailles.

Porte un lion, brisé d’une bande. (Sceau 1381).

Guillaume, connétable de Guingamp, entendu dans l’enquête pour la canonisation de Charles de Blois en 1371, ratifie le traité de Guérande en 1381.


Ansquer, sr de Kerguéno et du Rest, par. de Landeleau, — de Roudoumeur, par. de Plounévez-du-Faou.

Réf. et montres de 1481 à 1536, dites par., év. de Cornouailles.

D’argent à cinq losanges de gueules en sautoir.

Fondu en 1558 dans Kermabon.


Ansquer, sr de Quénec’hquivilly et de Saint-Quijo, par. de Guiscriff, — de Keréven, — de Kerscau, — de Parc-Poullic, par. de Cuzon, — de Kernilis, — de Kericuff, par. d’Ergué-Armel.

Anc. ext. réf. 1669, huit gén., réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Guiscriff, Cuzon, Ergué et Kerfeunteun, év. de Cornouailles.

D’azur au rencontre de cerf d’or.

Guillaume, épouse vers 1440 Blanche Guéguen.


Antenaise ou Anthenaise (d’) (orig. du Maine), sr dudit lieu, par. de la Chapelle-Anthenaise, — de Bouère, — de Bazougers, — du Plessis.

D’argent à l’aigle à deux têtes, au vol abaissé de gueules (Sceau 1225) ; aliàs : écartelé vairé d’or et de gueules.

Hamelin fit une fondation à l’abbaye de Bellebranche au Maine en 1150 et laissa quatre fils : Hamelin et Geoffroy, croisés en 1190 ; (cab. Courtois) Savary, qui a continué la filiation de la branche aînée fondue dans Chamaillard ; Amaury, auteur des srs du Plessis, 8e aïeul : 1º d’Aimery, capitaine de Sillé-le-Guillaume en 1432 ; 2º de Pierre, sr de Villeray, tige des seigneurs du Port-Joulain ci-dessous.


Antenaise (d’) (ramage des précédents), sr de Villeray, — du Fresne, — du Port-Joulain, — de la Bigne, — de la Charouillère, de la Chevalerie et de la Touche, par. de Vallet, — de la Boulaye, — de Boisgirault et de la Cour par. de Saint-Philbert-en-Mauges. en Anjou.

Anc. ext. réf. 1670, neuf gén., ress. de Nantes.

D’argent à trois jumelles de gueules en bandes (Sceau 1383) ; aliàs : bandé d’argent et de gueules.

Henri, écuyer dans les guerres de Flandre, donna quittance de ses gages en 1383.

Un membre élevé on 1828 au titre de comte.

Les srs de Rouilly et de la Pitellerie, issus en juveigneurie de ceux du Port-Joulain, maintenus en Normandie en 1668, sont aujourd’hui éteints.


Anteville (d’) (orig. de Normandie), sr de la Cormeraye, — de la Villejosse, par. de Plénée-Jugon, — de Kergall.

Ext. réf. 1670, six gén., év. de Saint-Brieuc.

D’argent à trois fasces de sable, au sautoir de même (aliàs : de gueules) brochant.

Nicolas, fils de Jean, épouse en 1537 Claudine Le Clerc.


Antigny (d’), (or. de Bourgogne), sr de Frégnicourt.

D’or au lion morné de sable (G. le B.)

Un brigadier des chevau-légers de la garde, admis aux Etats de 1752.


Anzeray (orig. de Normandie y maint. en 1463, 1598 et 1666) sr de Courvaudon et de la Gogne, — de Kermarquer, par. de Plomeur-Gaulier.

D’azur à trois têtes de léopard d’or.

Charles, conseiller au parlement de Normandie, marié en 1639 à Sainte Budes, dame de Kermarquer.


Aoustin (orig. d’Angleterre), sr du Coudray, par. de Noyal-sur-Seiche.

Réf. de 1427 à 1440, par. de Mélesse et Noyal-sur-Seiche, év. de Rennes.

De gueules au sautoir d’argent, chargé en cœur d’un tourteau d’azur (Sceau 1382)

Jean, capitaine d’Auray en 1373, rend hommage au vicomte de Rohan, en 1396.


Aoustin, sr de la Potevinière, par. de Sainte-Luce, — de la Corbure, — de Rosinville.

Déb. réf. 1668, ress. de Guérande.

D’azur à l’épée d’argent en pal, accomp. de trois étoiles d’or, 1 en chef et 2 en fasce, et d’un croissant de même en pointe.


Appelvoisin (d’), olim Peillevésin (de), (orig. de Poitou), sr dudit lieu, — de la Chataigneraye ; — de la Bodinatière, — de Puigné, — de la Guyaire, — de la Motte-Rousseau, — de la Jouannière, par. de Fercé, — vicomte de Fercé.

Anc. ext. chev. réf. 1669, douze gén. év. de Rennes.

De gueules à la herse d’or ; aliàs : au franc quartier chargé de trois coquilles (Sceau 1345).

Aubert, fit une fondation au monastère de Montazay, en 1160 ; Jean, suivit à Naples Charles d’Anjou, frère de saint Louis, et mourut en 1297 ; Jean, chambellan de Louis XI en 1459, frère de Guillaume, chev. de Saint-Jean de Jérusalem en 1467, fut père de Pierre, sr de la Bodinatière, marié, en 1507, à Robinette de Plouër ; François, arrière-petit-fils des précédents, épouse en 1605 Marie Mauhugeon, dame de la Jouannière, par. de Fercé.

La branche de Bretagne fondue en 1662 dans Gouyon de Marcé.


Appigné (d’), sr dudit lieu, par. du Rheu, év. de Rennes, — de la Heusardière.

D’argent à une channe ou marmite de sable (Sceau 1285).

Olivier, témoin dans une donation de Conan III à Saint-Melaine de Rennes en 1141, époux de Constance de Toriel ; Robert, époux d’Agnès, était mort en 1291 ; sa succession fut recueillie par les Botherel, en faveur desquels la seigneurie d’Appigné fut érigée en vicomté, l’an 1585, d’où elle est tombée, par mariage en 1640, aux Sénéchal de Carcadot puis par acquêt aux Magon.


Apremont (d’), (or. de Poitou) sr dudit lieu, de Rié-d’Aizenay et de Perroux, en Poitou, — de Renac, par. de ce nom, év. de Vannes, — de Montendre en Angoumois.

D’argent à trois croissants de gueules. (G. le B.) aliàs ; de gueules au lion d’or, couronné d’azur.

Guy, chevalier dans une montre de 1351 ; Raoulet, l’un des écuyers du combat des Trente, du côté des Anglais, en 1351, et Julienne Soual, sa compagne, fondent à Redon la chapellenie de la Perche, en 1364 ; Jeanne, leur fille unique, épouse 1º en 1390, Jean Harpedanne ; 2º Savary de Vivonne.


Apuril ou Avril, sr du Bot, de Lourmois, de la Grée et de la Bouëxière, par. de Nivillac, — de Coësmeur. par. de Missillac, — de Glécoët et de Coëtuhan par. de Bréhand-Loudéac, — de Trégouët, par. de Béganne — du Lou, par. de Saint-Lhéry, — de la Landelle, par. de Janzé.

D’argent au lion de sable, armé et lampassé de gueules.

Me Pierre, sieur du Bot, réformation de 1427, paroisse de Nivillac ; Alain, sieur de la Bouëxière, anobli en juillet 1547 ; Jean, sieur de la Grée, conseiller au parlement en 1568, premier président aux comptes, en 1581.

La branche ainée fondue en 1600 dans Troussier ; la branche de Trégouët fondue en 1597 dans la Forest ; la branche du Lou, fondue en 1630 dans des Grées. (Famille éteinte).


Apuril, voyez Avril.


Aragon (d’), aliàs : Daragonis (orig. de Gênes), sr des Buttes, — de Kerbézo et de Menahé, par. de Guérande, — de Bellebat, par. de Crossac, — de la Garnison, par. d’Orvault.

D’or à quatre pals de gueules, qui est du royaume d’Aragon.

Jean, marchand des parties de Gènes, anobli en 1136, et institué changeur ès-villes, foires et marchés par tout le duché.

Un échevin de Nantes en 1576, sous-maire en 1578.


Arbaleste (l’) (orig. du Gâtinais), sr de la Borde, — vicomte de Melun, — marquis de Croisilles.

D’or au sautoir se sable, accomp. de quatre arbalètes de gueules.

Guy, conseiller aux Grands Jours de Bretagne, en 1495, aïeul d’autre Guy, maître des comptes, puis général des finances en Bretagne en 1547.


Arbalestrier (l’), sr de Lennuic, par. de Locquenvel.

Réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Locquenvel, Belle-Isle-en-Terre et Plounévez-Moëdec, év. de Tréguier.

Fondu au XVIe siècle dans la Boëssière.


Arcembury, sr de la Toustenaye, ress. de Dinan.

D’argent à la croix de gueules, chargée de coquilles d’argent et d’un croissant d’or en cœur, et cantonnée de quatre fleurs de lys de sable (Arm. 1696).


Archer (l’), voy. Larcher.


Archiver (l’), voy. Larchiver.


Arcis (les), baronnie en 1620, en faveur du sr Cervon, voy. Cervon.


Ardaine (d’), sr dudit lieu, par. de Saint-Georges de Reintembault, év. de Rennes.

D’argent semé d’ancolies d’azur, à la bande chargée de feuilles de houx (Sceau 1382).

Juhel, témoin d’une donation faite à Savigné en 1150 ; Olivier, son fils, témoin d’une donation faite à Rillé en 1163 ; Guillaume, l’un des écuyers du combat des Trente, du côté des Anglais, y fut tué en 1351.

Les seigneurs d’Ardaine, sergents féodés héréditaires de la baronnie de Fougères, se fondirent au commencement du XVe siècle dans la maison de Romilley, en faveur de laquelle Ardaine fut érigé en marquisat, l’an 1684, et a été transmis par alliance aux Roncherolles de Normandie, l’an 1728.


Arel, sr de Kermarquer, par. de Plomeur-Gautier, — de Leurmen, par. de Ploumiliau, — de Kermerc’hou, par. de Garlan, — de Coëtgouzien, — de Kervény, par. de Plougaznou, — de Lesguiel, par. de Plouguiel, — du Restmeur, par. de Pommerit-le-Vicomte.

Réf. et montres de 1427 à 1535, par. de Plomeur et Plouguiel, év. de Tréguier.

Ecartelé d’argent et d’azur. Devise : L’honneur y gist.

Olivier, époux d’Olive du Chastel, veuve en 1330, et entendue dans l’enquête pour la canonisation de saint Yves, père et mère d’Olivier, l’un des chevaliers du combat des Trente en 1351.

La branche aînée fondue dans Lêvesque de Saint-Jean qui prit le nom d’Arel, vers 1513, d’où la terre de Kermarquer est passée aux Budes de Blanchelande, Anzeray, puis Coëtrieux.

La branche de Kermerc’hou fondue dans Le Bigot, puis Botherel, Rosnyvinen et Visdelou de Bédée.


Argent (d’), sr de la Villerogon, par. de la Bouillie.

Réf. de 1423 à 1476, par. de la Bouillie et Maroué, év. de Saint-Brieuc.

Échiqueté d’argent et de gueules.


Argentaye (de l’), sr dudit lieu, par. de Saint-Lormel.

Réf. de 1423, dite par., év. de Saint-Brieuc.

D’argent à une bande vivrée de gueules, accomp. de six merlettes de même en orle (Sceau 1381). comme Hus.

Guy, époux en 1220 de Marguerite de Dinan, dame de Plancoët.

Pierre, ratifie le traité de Guérande en 1381.

Fondu dans Malestroit, puis Montbourcher, Rosmadec, Scliczon, Lesquen et Rioust.


Argentaye (de L’) ou Largentaye (de), voy. Rioust.


Argenton (d’) (orig. du Poitou), sr dudit lieu et d’Hérisson en Poitou, — de Kermouster, par. de Plougaznou, — de Kerambartz, par. de Plouégat-Guérand.

Réf. et montres de 1427 à 1543, dites par., év. de Tréguier.

D’or à trois tourteaux de gueules, l’écu semé de croisettes recroisettées d’azur (Sceau 1420).

Guillaume, gouverneur du dauphin, depuis Louis XI, en 1433.


Argentré (d’), sr dudit lieu et de Launel, par. d’Argentré, — de Montmorel, par. de Chateaubourg, — de Betton, par. de ce nom, — de Gosnes, par. de Noyal-sur-Vilaine, — de Chambellan, — d’Orgères, par. de ce nom, — du Val, — de la Guichardière, par. de Cornillé, — de Forges, par. d’Acigné, — de la Boëssière, par. de ce nom, — de Taillis, par. d’Erbrée.

Anc. ext. chev. réf. 1668, dix gén., réf. et montres de 1427 à 1513, par. d’Argentré et Erbrée, év. de Rennes.

D’argent à la croix pattée d’azur. Devise : Porta cœli, crux.

André, jure l’assise du comte Geoffroy, en 1213 ; Bertrand, sénéchal de Rennes, célèbre jurisconsulte, † 1590 ; Charles, son fils, président aux enquêtes en 1602.

La branche aînée fondue 1390 dans Marcille ; la dernière branche éteinte au XVIIe siècle.


Argentré (d’), voy. Plessis (du).


Argouges (d’) (orig. de Normandie, y maint. en 1463, 1599 et 1666), sr dudit lieu, — du Plessis-Paté et de Bondoufle, prês Corbeil, — de Chercois, — de Montpipeau, — de Fontaines, — de Faye, — des Grèves, — de Fleury, — marquis de Ranes, au Perche, — baron de Pont-l’Abbé.

Ecarlelé d’or et d’azur, à trois quintefeuilles de gueules brochantes.

François, premier président au parlement de Bretagne en 1661, père de : 1º Florent, conseiller au même parlement, en 1671 ; 2º de Francis, évêque de Vannes, † 1716. Trois lieutenants généraux des armées de 1677 à 1780 (Famille éteinte).


Argy (d’) (orig. de Touraine), sr de Mesvres, — de Baigneux, — de la Gringotlerie, — des Dervallières, par. de Chantenay, — de Vair, par. d’Anetz (Protest. 1788).

D’or à cinq trangles d’azur, mises en barres.

Edme, chevalier de Malte en 1547.


Aribart, sr de la Chesnaye, par. de Gaël.

Réf. et montres de 1440 à 1513, dite par., év. de Saint-Malo.

D’argent à trois chevrons de gueules. (Arm. de l’Ars).

Colin, notaire-passe à Gaël en 1440.

Fondu dans Le Bel, puis Maceot et La Landelle.


Armaillé (d’), sr dudit lieu, près Hédé, — du Hispan, — des Viviers, — de la Perrière, par. de Saint-Domineuc.

Ext. réf. 1669, six gén., év. de Saint-Malo.

D’azur à trois molettes d’or.

Jean, épouse, vers 1463, Catherine Rémy.


Armaillé (d’), voy. Forest (de la).


Armynot. sr du Chastelet, — de Beauregard.

Maint. en Champagne en 1718.

D’argent à trois mouchetures de sable. Devise : Armis notus.

Louis, échanson d’Anne de Bretagne, tué à la journée de Fornoue, en 1495.

Cette famille s’est transplantée en Bourgogne et en Champagne et a été admise aux Etats de Bourgogne en 1658.


Arnault, sr du Fumée, — de la Macherière, — de la Motte, — de la Faulconnière.

Déb. réf. 1668, ress. de Nantes.

D’azur à la bande d’or, chargée de trois losanges de gueules et accomp. de trois étoiles d’argent, rangées en bande.

Deux auditeurs et un greffier aux comptes depuis 1769.


Arnault (d’) (orig. de Périgord), sr de la Borie, — de Sarasignac.

D’azur à la bande d’or, chargée de trois losanges de gueules et cotoyée vers le chef de trois étoiles d’argent. (La Ch. des B.)

Cette famille s’est alliée en Bretagne aux Portzmoguer et aux Le Gualès. Une fille reçue à Saint-Cyr en 1778.


Arnous ou Arnous-Rivière, sr du Coteau, par de Varades, — de la Baronnière, par. d’Orvault.

D’azur au lion d’or (Arm. 1696) ; aliàs : d’argent à la rivière ondée de sinople ; au chef de gueules, chargé de trois étoiles d’argent.

Nicolas, consul en exercice des marchandises de Nantes, puis secrétaire du Roi en 1774, créé baron en 1816.


Arot, sr des Hayes-Robert, — de la Monnerais.

D’azur au centaure d’hermines, tenant sur l’épaule une massue de même (Arm. 1696).

Trois référendaires à la chancellerie de 1713 à 1787.


Arquistade (d’) ou Darquistade, sr de la Maillardière, par. de Vertou, — de la Sénéchallière et du Gué-au-Voyer, par. de Saint-Julien-de-Concelles, — de Saint-Fulgent.

D’argent au chevron de gueules, accomp. de trois trèfles de sinople. Devise : Patrio clarum suscepit amore.

René, échevin de Nantes en 1718, depuis secrétaire du Roi et maire de Nantes, anobli par lettres de 1743 ; Pierre, petit-fils de René, reçu conseiller au parlement de Paris en 1743.


Arradon (d’), sr dudit lieu et de Kerdréan, par. d’Arradon, — de Quinipily, par. de Baud, — de Camors, par. de ce nom, — de la Grandville et de Kerhervé, par. de Grandchamp, — du Plessix, — de Montigny.

Réf. et montres de 1443 à 1536, par. d’Arradon, év. de Vannes.

De sable à sept mâcles d’argent, comme La Motte.

Jérôme, capitaine ligueur et gouverneur d’Hennebont, frère de Georges, évêque de Vannes en 1590.

La branche aînée fondue en 1610 dans Lannion, puis Stapleton.


Ars (d’), sr de l’Ile-d’Ars, — de Botcren, par. de Plœren, — de Rulliac et de Tréviantec, par. de Saint-Avé.

Réf. et montres de 1481 à 1536, par de Plœren, év. de Vannes.

D’argent à trois quintefeuilles de gueules.


Arsac (d’) ou Erzac (d’), sr dudit lieu, par. de Dingé, — du Boisdenatz, par. de Maure.

Réf. et montres de 1441 à 1513, dites par év. de Saint-Malo.

De sable à l’aigle éployée d’argent, becquée et membrée de gueules.

La branche aînée fondue vers 1478 dans Couaridouc.

Rolland, chef d’une autre branche, capitaine de Tigné et Précigné en Anjou, l’an 1481, s’établit en Poitou et est l’auteur des srs de Ternay, élection de Loudun, qui ont produit plusieurs chevaliers de Malte aux XVIIe et XVIIIe siècles, un chef d’escadre en 1771, et se sont éteints en 1813.


Artault (orig. d’Anjou), sr de la Chesnaye

De gueules à trois tours d’or.

Guy, époux de Françoise Cupif, père et mère de Jean, maître des comptes en 1643, ce dernier père de Guy, maître des comptes en 1678.


Artois (d’), sr dudit lieu, par de Mordelles, év. de Rennes.

De sable au greslier enguiché d’argent.

La maison d’Artois s’est fondue dans le Vayer, et la seigneurie d’Artois acquise avant 1513 par les Gougeon, a été érigée en vicomté l’an 1679, en faveur de René de la Porte, sr d’Artois, et a passé ensuite par héritage aux Rousselet de Châteaurenault, d’Estaing et Visdelou.


Artur, sr du Stang, par. de Fouësnant, — du Questel, par. de Locamaud, — de Keralio par. de Plouguiel, — de Pélan, — de Tréguintin.

Maint. à l’intend. en 1700 et ant. ext. arrêt du parl. de 1773, onze gén.

Réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Fouësnant et Locamand, év. de Cornouailles.

D’azur au croissant d’argent, accomp. de trois molettes de même, qui est Scliczon de Keralio.

Jean, sr du Stang, épouse vers 1426 Yolande de Quélen ; Alain, sr de Pélan, secrétaire du Roi en 1674 ; un maréchal de camp en 1788 et un contre-amiral en 1816.


Artur, sr de la Motte, — de la Gibonays, par. de Trévéron, év. de Saint-Malo.

Réf. 1669, 0 gén., ress. de Nantes et maint, à l’Intend. en 1700. Réf. 1513 par, Notre-Dame de Dol.

D’azur au croissant d’or, surmonté de deux étoiles de même.

Robin, fils d’André et de Bertranne Téhel, épouse vers 1525 Guillemette Picot ; Julien, sr de la Motte, bourgeois de Saint-Malo, emprisonné par les ligueurs et par eux taxé à 3,000 écus de rançon en 1590, arma un navire à Grandville, en 1593, pour courir sus à ceux de Saint-Malo ; Etienne, capitaine de la marine du Ponant en 1593, arma et équipa à ses frais plusieurs navires qu’il conduisit au siège de la Rochelle, pour le service du Roi, l’an 1627 ; deux maîtres des comptes depuis 1656, et un conseiller au parlement en 1695.


Artur (orig. de Normandie, y maint. en 1666), sr du Ronceray et de la Morinière, en Normandie, — du Plessis, — de la Villarmois, par. de Trans. év. de Rennes, — de la Ville-Amaury.

Ext. arrêt, du parl. de Bretagne de 1774, cinq gén.

De gueules à la coquille d’or, au chef d’argent. Devise : Vir fidelis et fortis.

Charles, docteur en médecine à Pontorson, Philippe, élu à Avranches, et Gabriel, de la paroisse de Saint-Laurent-de-Terregatte, anoblis en 1647.


Arzon, sr de la Villane, — des Portes.

Maint, à l’intend. en 1702.

D’or à une herse de sable ; aliàs : d’azur à trois étoiles d’or, accomp. en chef d’un arc-en-ciel de même et en pointe d’un croissant d’argent.

François, secrétaire à la grande chancellerie en 1694.


Asne (l’), voy. Lasne.


Asserac (d’), sr dudit lieu, par. de ce nom, — de Ranrouët, par. d’Herbignac, év. de Nantes.

Gironné d’or et d’azur de huit pièces. Devise : Franc à tout venant.

Guillaume, témoin en 1212 d’une donation à l’abbaye de Blanche-Couronne.

Fondu dans Rochefort puis Rieux, en faveur desquels Assérac a été érigé en marquisat l’an 1574. Cette seigneurie, acquise par les Lopriac en 1679, a passé, par alliance, aux Kerc'hoënt en 1775.


Aubaud, sr de la Durantais, par. de Romillé, — de la Ville-Couvé, par. de Caulnes, — de la Courbe, par. d’Iffendic, — de la Cormerie, — du Verger, — de la Morandais, — du Perron.

Anc. ext. réf. 1669, cinq gén., réf. et montres de 1479 à 1513, par. de Romillé et Langan, év. de Saint-Malo et bol.

D’argent à l’aigle éployée de sable, armée d’or.

Jean, écuyer dans une montre de 1378 ; Guillaume, prête serment au duc, entre les nobles de Saint-Malo, en 1437 ; Bertrand épouse vers 1550 Guillemette de Bourgneuf ; une fille reçue à Saint-Cyr en 1713.

Le sr de l’Orme débouté à l’intendance en 1699.


Aubé (or. de Picardie), sr de Braquemont.

De gueules à trois losanges d’argent, appointées en croix.

Quentin, marié en 1440 à Clémence Le Court, dame de Damery. Cette famille qui a produit un brigadier des armées navales en 1772, s’est alliée en Bretagne aux Coëtnempren, la Lande de Calan et la Grandière.


Aubépine (de l’) (orig. de Beauce), marquis de Châteauneuf-sur-Cher et d’Hauterive, — sr de Verderonne.

Ecartelé aux 1 et 4 : contrécartelé aux 1 et 4 d’azur au sautoir alésé d’or, accomp. de quatre billettes de même qui est Aubépin ; aux 2 et 3 : de gueules à trois fleurs d’aubépine d’argent, qui est l’Aubépine ; aux 2 et 3 des écartelures : de gueules à la croix ancrée de vair, qui est de la Châtre.

Gilles, échevin d’Orléans en 1473 ; Sébastien, évêque de Vannes en 1557 transféré à Limoges en 1553 † 1582 ; deux évêques d’Orléans et un garde de sceaux depuis 1630.


Aubert, sr de la Villeaubert par. de Campénéac.

Réf. et montres de 1426 à 1513, dite par. év. de Saint-Malo.

De gueules à la fasce d’argent, chargée de deux cerfs passant de sable (Sceau 1406).

Guillaume, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Guillaume, au siège du mont Saint-Michel en 1127.


Aubert, sr de * Trégomain, par. de la Chapelle-du-Lou, — du Lou, par. du Lou-du-Lac, év. de Saint-Malo, — de Sauvée.

D’azur à une houssette (aliàs : jambe) d’argent, chargée d’un croissant de gueules.

Guy, secrétaire du roi en 1690, anobli par sa charge.

Le sr de Montplaisir, déb. en 1669.


Aubert (orig. de Bourgogne), sr * de Vincelles, — de la Perrière, — de Fontenoy, — de Penanrun, par. de Trégunc, év. de Cornouaille.

D’or à trois têtes de lévrier de sable.

Pierre, maître d’hôtel du Roi puis secrétaire du Roi en 1659, sur la résignation de Guillaume Languet ; un brigadier des armées, commandant à Belle-Isle, † 1708 ; un capitaine de vaisseau en 1727, commandant au Portlouis. Cette famille s’est alliée aux Cillart et aux Kermenguy.


* Aubert (d’) (orig. du Maine), sr de la Criblerie, — de Langron, par. du Pertre, — de Bourgnouveau, par Saint-Aubin de Rennes, — de Launay, — de Beaulieu, — de la Patrière, — de la Ménardière, — de la Glisselière.

Maint. au Conseil en 1706 et par arrêt du parl. de 1782. Ext. neuf gén.

De gueules à trois maillets d’or.

Paul, sr de la Criblerie, vivant en 1480, marié à Marie de Couasnon.


Aubert (or. de Normandie, y maintenu en 1666), sr de Saint-Gilles (Protest. 1788).

Palé de six pièces d’argent et de gueules, au chef d’azur (Arm. 1696).


Aubier (l’) ou Laubier, sr de la Chaussée, par. de Vertou, — de la Borderie, par. Saint-Herblain.

D’argent à trois grils de sable, aux manches bouclés de même.

Jean, grand maître des eaux et forêts de Bretagne et maire de Nantes en 1591.


Aubigné (d’), sr dudit lieu, par. de ce nom, év. de Rennes, — de Landal, par. de la Boussac, év. de Dol.

D’azur à trois mondes d’or, surmontés chacun d’une croix de même (Sceau 1196) ; aliàs : de gueules à quatre fusées d’argent posées en fasce, qui est Montsorel, accomp. de six besants de même (Sceau 1200).

Raoul, se croisa en 1198 et épousa Mahaut de Montsorel, dame de Landal, dont il prit les armes.

La branche aînée fondue dans Mauvoisin ; et postérieurement la seigneurie d’Aubigné, a été possédée par les maisons de Vitré, Mayenne et Montbourcher ; la branche de Landal, fondue vers 1370 dans Montauban, puis Rohan.


Aubigné (d’) (orig. d’Anjou), sr dudit lieu près Saumur, — du Coudray, — de la Perrière, — de la Jousselinière, par. du Pin-en-Mauges, — de la Touche, — baron de Sainte-Gemme, — marquis de Tigny, — sr de la Roche-Ferrière, — de Brie, — des Landes, — de Chaillou, — baron de Surineau.

Anc. ext. chev. réf. 1669, huit gén., év. de Nantes.

De gueules au lion d’hermines, armé, lampassé et couronné d’or (Sceau 1380).

Aimery, fils d’Olivier, épouse en 1231 Jeanne de Beaupréau ; Guillaume, leur fils, épouse en 1283 Aliénor de Coësmes ; Thibaut, sr de la Jousselinière, maitre d’hôtel du Roi en 1540 ; Théodore-Agrippa, gentilhomme de la Chambre et chevalier de l’ordre sous Henri IV, vice-amiral de Bretagne et auteur de mémoires sur la Ligue, aïeul de la célèbre Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon, dont la nièce épousa en 1698 le maréchal de Noailles.

Un évêque de Noyon en 1701, puis archevêque de Rouen, † 1719 ; un lieutenant-général, † 1745, et un maréchal de camp en 1748. (Famille éteinte).


Aubin, sr de Kerbilly, par. de Camoël, — de la Châteigneraye et de Gaincru, par. de Ruffiac, — de Kerbouchard, par. de Batz, — de la Fontaine, — de Botcouarc’h, par. de Saint-Patern, — de Champoroux, — de Kergomar, — de la Ville-Gaudin et du Boisroualt, par. de Missiriac, — de Kerbenet, par. de Guérande, — de Locqueltas, par. d’Arradon, — de Grosbo, par. de Caro.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén. et maint, à l’intend. en 1705.

Réf. et montres de 1426 à 1513, par. de Camoël, Ruffiac et Missiriac, év. de Nantes et Vannes.

D’azur à la fasce d’or, accomp. de trois croix pattées de même.

Guillaume, écuyer dans la montre du sire de Coëtquen pour le recouvrement de la personne du duc en 1420, père d’Alain, sr de Grosbois, marié en 1420 à Denise Briant. Le dernier membre de cette famille fusillé à Quiberon en 1795.


Aubin, sr de Trémaudet, par. de Batz, év. de Nantes.

Déb. en 1671.

D’argent à l’arbre de sinople (Arm. 1696).


* Aubrée, sr du Housset, — de la Porte, — de Kernaour, — du Rhun.

D’argent au léopard lionné de gueules, tenant une épée de même, accomp. en chef et en pointe d’une étoile aussi de gueules ; à la bordure componnée de sable et d’or.

Un général de brigade tué au siège de Saragosse en 1808 ; un colonel, baron de l’Empire, tué à Waterloo en 1815, fils d’un procureur au parlement de Rennes en 1769.


Aubry.

Réf. 1444, par. de Monterfil, év. de Saint-Malo.

D’argent à trois fleurs de lys d’azur.

Jean, anobli pour services militaires par le duc Jean V, père de Marguerite, † 1487, et mariée à Guillaume Hay, sr des Nétumières.


Aubry, sr de la Lande, ress. de Saint-Brieuc.

D’azur à deux lances d’argent en sautoir, accomp. en chef d’une molette d’or et en pointe d’un léopard de même (Arm. 1696).

Bernard, receveur des fouages de Saint-Brieuc en 1690.


Aubry, sr de la Villedé.

D’azur à deux lions affrontés d’or, soutenant un écusson d’argent, chargé d’un abricotier de sinople (Arm. 1696).

François, lieutenant de la milice de Dinan en 1696.


Audebert (orig. d’Orléans), sr de la Guette.

D’or à trois roses de gueules et une étoile de même en abyme ; au chef d’azur chargé de deux fleurs de lys d’or, par concession d’Henri III.

Germain, président en l’élection d’Orléans, père de Nicolas, conseiller au parlement de Bretagne en 1582, † 1598.


Audibert (orig. du Comtat-Venaissin), sr de la * Villasse, — de la Garde-Paréol.

D’azur au lion d’or, surmonté de deux croissants d’argent.

Raymond, conseiller au parlement d’Orange en 1589 ; Dominique, docteur ès-droit en l’Université d’Avignon, épouse en 1661 Louise Baldoni ; Claude-Dominique fils des précédents, consul de Carpentras, épouse en 1706 Jeanne de Cheylus, dont un lieutenant de vaisseau en 1743 père 1º d’un capitaine au régiment d’Isle de France (infanterie) en 1775 ; 2º d’un archidiacre de Bayeux † le 9 janvier 1845 âgé de 95 ans ; 3º d’un lieutenant de vaisseau, chevalier de Saint-Louis en 1779, dont la postérité, établie en Bretagne, s’est alliée aux Guymar et aux Huchet de Cintré.


Audibon, sr des Fossés, — de Bodéan, — de la Réaulté, par. de Bourg-des-Comptes, — de la Jousselinière, par. de Trébœuf.

Réf. de 1427 à 1513 dites par., év. de Rennes.

Olivier, marié avant 1513 à Marguerite du Matz.


Audic, sr de Kerven, — de Trémeur.

Déb., réf. 1668, év. de Vannes.

D’or à la fasce haussée de contre-hermines, accomp. en chef de trois étoiles d’azur et en pointe de trois bâtons écotés et alésés de sinople (Arm. 1696).

Ce nom est employé dans les réformations et montres de 1426 à 1536, paroisses de Marzan, Peillac et Saint-Vincent-sur-Oust, évêché de Vannes.


Audigier, sr du Colombier, par. de Moigné, — de la Ricoquaye, par de Saint-Grégoire.

Réf. de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes.

Hubert, écuyer dans une montre de 1356 ; Colin, de la par. de Ploufragan, entendu dans l’enquête pour la canonisation de Charles de Blois, en 1371.


Audouyn, sr de Kernars, — de Restinoys, — du Cosquer, — de Kerimer, — de la Villéon, — de Kergus.

D’azur au dextrochère d’argent, tenant un greslier de même, accomp. en chef de deux molettes d’or (Arm. 1696).

Un procureur du Roi au présidial de Quimper en 1696.


Audren, sr de * Kerdrel et de Kervélégan, par. de Lannilis, — de Kervinot, par. de Plounévez-Lochrist, — du Pratmeur.

Anc. ext. réf. 1671, sept gén., réf. et montres de 1426 à 1538, par. de Lannilis et Plounéventer, év. de Léon.

De gueules à trois tours couvertes d’or, maçonnées de sable. Devise : Tour à Tour.

Raoul, se croisa en 1248 (cab. Courtois) ; mais nous ne savons à laquelle des familles Audren il appartenait.

Olivier, archer dans une montre de Jean de Tournemine, reçue en 1356 à Saint-Arnould en Iveline ; Yvon, époux en 1426 de Catherine Gourio, de la maison du Rouazle, père et mère 1º d’Olivier, marié à Louise Doillou de la maison de Leurélemen, 2º de Prigent, marié à Adelice, sœur de la précédente, lequel prêtait serment au duc entre les nobles de Léon, l’an 1437.

Un prieur de Landévenec, puis de Redon, et abbé de Saint-Vincent du Mans, † 1725, qui commença l’histoire de Bretagne achevée par dom Lobineau ; un lieutenant des maréchaux de France en 1775.


Audben, sr du Resto, par. de Merlévenez, — de la Ville-Chevrier, par. de Sérent, — de Maleville, par. de Ploërmel — des Petits prés.

Réf et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Vannes et Saint-Malo.

D’azur à trois têtes de lévrier d’argent.

Eudes, chevalier, fait une fondation dans la paroisse de Silflac, à l’abbaye de Bonrepos en 1251 ; Guillemet, rend hommage au vicomte de Rohan en 1396 ; un député de Ploërmel aux Etats de Rennes en 1590.


Audren (l’), sr de Brenillio, par de Tourc’h, — de Coëtforn, par. de Scaër, — de la Villeneuve, par. de Plougastel.

Réf. et montres de 1426 à 1562, dites par., év. de Cornouaille.

D’argent au coq de sable.

Guillou, rend hommage à la dame de Retz et de Rosporden en 1382 ; Yvon, son fils, a exhibé lettres d’anoblissement, réformation de 1426, paroisse de Scaër.


Audren, sr de Kerentour, ress. de Carhaix.

D’or à la fasce crénelée d’azur (Arm. 1696).

Guillaume, défaillant, montre de 1562, paroisse de Paule, évêché de Cornouailles.


Auffray, sr de Guélambert et de la Ville-Aubry, par. de Trégueux, — de Mesguen, par. de Pommerit-le-Vicomte, — de Roc’hbihan, par de Saint-Michel, — de la Grandville.

Maint. par arrêt du conseil de 1698, neuf gén. et admis aux Etats de 1768.

Réf. et montres de 1441 à 1569, par. de Pluduno et Trégueux, év. de Saint-Brieuo.

Fascé (aliàs : bandé) d’argent et de sable de six pièces, au lion d’or brochant.

Perrin, époux de Guillote Perrin, anobli par lettres du duc Jean V vérifiées en 1427 ; Jean, aumônier de Marie de Médicis et abbé de Lanvaux en 1617.


Auffret, sr du Cosquer (ou la Vieuville), — de Kerizac.

Déb. en 1668, ress. de Quimperlé, puis admis aux Etats de 1754. (Protest. 1788).

D’azur au chevron d’or, accomp. de trois roues de Sainte-Catherine de même, comme Guillouzou.

Michel, miseur de Quimperlé en 1620 ; Pierre, bailli de Quimperlé en 1696 ; un lieutenant des gardes des corps du Roi en 1828.


Auffroy, sr de Kerbic, par. de Plouénau, − de Kerdélant, par. de Guiclan, — du Roz et de Cornangazel, par. de Cléder, — de Coatéozen, par. de Landouzan.

Réf. et montres de 1426 à 1503, par. de Plouénan, év. de Léon.

Losangé d’argent et de sable (Sceau 1241) ; aliàs : à la fasce de gueules chargée d’un annelet d’argent.

Auffroy, fils Hervé, chevalier, prête serment au duc à Châteaulin en 1241.

Les familles de Coëtnempren, Boutouiller, Derrien, Gleincuff, l’Honoré, Kerrannou, Kermenguy, Kerigou, Keroulaouën, Kerc’hoënt, Kergoff, Langalla, Omnès, Rannou, Rusquec et Ruzunan, évéché de Léon, portent les mêmes armes soit pleines, soit avec diverses brisures.


Aulnaye (de l’), voy. Launay (de).


Aulnette, sr du Plessis-Gravelais, — du Boismelleuc, — du Vaultenet, — du Papillon, — de Taligné, — des Forges, par. de Noyal-sur-Vilaine — de Boisby, par. de Carentoir, — de la Bornière, — de la Feillée, par. de Goven.

Lettres de surannation en 1670 et arrêt du parl. de 1774, huit gén.

D’azur à trois croissants d’argent.

On trouve Michel sr du Plessis-Légier, paroisse de Pancé, évêché de Rennes, anobli par le duc Jean V en 1441 et marié à Jeanne de Bonabry ; c’est sans doute l’auteur de cette lamille, employée à la réformation de 1513, par. de Pancé, et qui a produit trois procureurs du Roi à Rennes depuis 1590 et Guy, greffier en chef du parlement en 1640.


Aulnières (d’), sr de Langevinière, par. de la Chapelle-Janson, — de Cornesse.

Réf. de 1513, dite par., év. de Rennes.

D’azur billeté d’argent.

Geffeline, épouse en 1488, Guillaume Hay, sr des Nétumières.


Aumer (d’).

De gueules à trois bandes d’argent, la première chargée d’un lion de sable (Arm. de l’Ars).


Aumones (de l’), sr dudit lieu, par. de Cherrueix, — de Marigné, par. de l’Hermitage.

Réf. et montres de 1427 à 1513, dites par. de Mordelles, év. de Dol et de Rennes.

D’argent à deux fasces de gueules, surmontées de deux canettes de sable (Sceau 1400).

Moderne : Uguet.


Aumont (d’) (orig. du Beauvoisis), duc d’Aumont, de Villequier, et de Piennes, pair de France en 1655.

D’argent au chevron de gueules, accomp. de sept merlettes de même, 4. 3.

Pierre, chambellan de Charles VI et porte oriflamme en 1367 ; Jean, échanson du Roi, tué à Azincourt en 1415 ; Jean, maréchal de France en 1579 et commandant pour le roi en Bretagne, tué au siège de Comper en 1595 ; Antoine, maréchal de France en 1651 ; Roger, abbé de Saint-Aubin-des-Bois et évêque d’Avranches en 1651. (Famille éteinte en 1888).


Aumont, sr de la Chesnaye, par. de Bréal.

Déb. en 1668. Réf. 1513, dite par év. de Saint-Malo.


Aumont, sr du Linteau, — de la Villeblanche.

Déb. en 1668, ress. de Carhaix.

Charles, lieutenant de la juridiction royale de Carhaix en 1668.


Auroux.

Jérôme, conseiller au parlement de Paris, puis président aux enquêtes du parlement de Bretagne en 1560, marié à Madeleine de Heère.


Auray, ville et château, év. de Vannes, assiégé en 1342, 1364, 1377 et 1487.

De gueules à une hermine passante d’argent écharpée d’hermines, accomp. en chef d’un tourteau de France.

Cunégonde, dame d’Auray, épouse en 1254 Rivoalou, baron de Vitré.


Auray (d’), sr de Kermadio, par. de Pluneret, — de Beaumer, par. de Carnac.

Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Vannes.

Echiqueté (aliàs : losangé) d’or et d’azur.

La branche de Kermadio fondue vers 1583 dans Couëdro.

Une autre branche transplantée en Normandie, élection de Mortain, y maintenue en 1463, 1598 et 1666, subsiste encore dans cette province, où elle possédait la baronnie puis marquisat de Saint-Poix, depuis Jean, chambellan du roi Louis XI, époux de Jeanne de Meullent, baronne de Saint-Poix, fils d’autre Jean, grand veneur de Bretagne en 1380.


Aussonvilliers (d’) (orig. de Picardie), sr dudit lieu, — baron de Courcy, en Normandie, — sr du Fiémorblé, par. de Mélesse, — des Navinaux, par. de Vertou, — de la Tour, par. de Port-Saint-Père.

D’azur au sautoir d’or, cantonné de quatre étoiles de même.

Le nom ancien de cette famille est Hébert. Jean, dit d’Aussonvilliers, général des finances sous Louis XI, père de Jean, conseiller et chambellan de Charles VIII, † 1522, laissant, entre autres enfants, Louis, marié à Gillette de Saint-Amadour en 1530.


Ausprac, sr de la Villepirault, par. du Fœil, év. de Saint-Brieuc.

D’azur à trois croissants d’or. (G. le B.)


Autier (orig. d’Auvergne, y maint. en 1666), sr de Villemontée, — de la Grange.

D’azur au chef denché d’or, chargé d’un lion léopardé de sable. Devise : Nec dura, nec aspera terrent.

François, éveque de Saint-Malo en 1660, † 1670 ; plusieurs chevaliers de Malte au XVIIIe siècle.


Autret, sr de Lesouazle, par. de Goulien, — de Kerguiabo, par. de Larret, — de Lezergué et de Missirien, par. d’Ergué-Gabéric, — de Trémeur, — de Kermabon, — de Landéadec, par. de Crozon.

Anc. ext. réf. de 1669, sept gén., réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Plourin, év. de Léon.

D’or à cinq trangles ondées d’azur. Devise: Dré ar mor (au delà des mers).

Yves, sieur de Lesouazle, épousa vers 1440 Isabeau Le Saint ; Guy, chevalier de Saint-Michel en 1636, auteur de recherches sur l’histoire de Bretagne.

Famille éteinte dans la Marche.


Auvergne (d’), sr de Chauteloup et du Riffray, par. de Chanteloup, — du Condray et des Boisselières, par. de Corpsnuds, — du Châtenay, par. d’Orgères, — des Fontenelles, par. de Mélesse.

Anc. ext. réf. 1669, neuf gén., réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes.

De sable à la croix d’argent, cantonnée de quatre têtes de loup arrachées de même.

Jean, écuyer dans une montre de 1418, reçue à Bourges, épousa Marguerite de Coësmes ; Julien, lieutenant pour le Roi au gouvernement de Rennes en 1550 ; une fille à Saint-Cyr en 1787.


Aux (d’) (orig. de Guyenne), sr de Lescout en Guyenne, — de Bournay en Poitou, — de la Chaume, — marquis de Villennes au Maine en 1777, — sr de la Hubaudière, par. de Saint-Jean-de-Boiseau, — de Châtillon, par. de Fay, év. de Nantes.

Maint. en Poitou en 1667 et par arrêt du parl. de Bretagne de 1762.

Coupé au 1 : d’azur à trois roquets d’argent ; au 2 : d’argent au lion de gueules, qui est Armagnac.

Pierre, sr de Bournay, fils d’autre Pierre, viguier de Poitiers, épousa en 1444, Jacquette de Lezay-Lusignan, et fut reçu maitre d’hôtel de Louis XI en 1470.

Un membre admis aux honneurs de la cour en 1784.


Avaleuc, sr de la Grée.

D’azur à la fasce d’hermines (G. le B.) ; aliàs : d’or à trois têtes de loup de sable.

Jean, conseiller du duc en 1487, marié à Hylaire de Montauban.


Avaugour (d’) (ramage de Penthièvre), baron dudit lieu, par. de Plésidy, év. de Tréguier, sr du Parc, au Maine et de la Roche-Mabille, au Perche, — de Courtalain, près Châteaudun, — de Kergroix, par. du Moustoir-Remungol, — du Tromeur, par. de Sérent, — de Saint-Laurent, en Poitou, — marquis du Bois-de-la-Motte en 1621, par. de Trigavou, — sr de la Lohière, par. de Loutehel, — du Bois, par. de Carquefou, — de Mauves, par. de ce nom, — de Tréméreuc, par. de ce nom, — de Kergorlay, par. de Motreff, — de la Galiotière, par. de Château-Thébaud, — baron du Guildo, par. de Créhen, — sr de la Motte et de la Touche, par. de Thouaré, — du Port-Durand, par. de Saint-Donatien, — de la Rivière, par. de Carquefou, — de Saffré, par. de ce nom, — de Quélen, par. de Guégon.

Anc. ext. chev. réf. 1668, treize gén., réf. et montres de 1448 à 1544, par. de Remungol, Guégon et Sérent, év. de Vannes, et Château-Thébaud, év. de Nantes.

Pour anciennes armes : un arbre chargé de trois pommes (Sceau 1198).

Moderne : d’argent au chef de gueules (Sceau 1229) ; aliàs : brisé d’une macle d’or, pour la branche de Kergroix. Devise : Utimur.

Henry, comte de Goëllo, fils puiné d’Étienne, comte de Penthièvre, épousa, en 1151, Mathilde, fille de Jean, comte de Vendôme et prit le nom d’Avaugour ; Henri, croisé en 1240 et 1249, fondateur en 1251 des Cordeliers de Dinan, † 1281.

La branche aînée a fini à Jeanne, dame d’Avaugour, comtesse de Goëllo, mariée, en 1318, à Guy de Bretagne, comte de Penthièvre, frère puiné du duc Jean III. Elle était nièce de Jean, évêque de Saint-Brieuc, puis de Dol, † 1339.

La seigneurie d’Avaugour, confisquée par le duc Jean V sur les Penthièvre, l’an 1420, fut de nouveau érigée en baronnie, par le duc François II, en faveur de François, son fils naturel, maréchal de Bretagne, comte de Vertus, en Champagne, marié en 1495. à Madeleine de Brosse, sœur du comte de Penthièvre, et leurs descendants sont éteints depuis 1746. Voy. BRETAGNE (bâtards de).

La branche du Parc, qui a produit Henry, archevêque de Bourges en 1423, s’est fondue, en 1540, dans Clérembault.

La branche de Courtalain, fondue en 1553 dans Montmorency-Fosseux.

La branche de Kergroix, a fini à Blanche, dame de Kergroix, mariée, au XVe siècle, à Jean, sieur de Bellouan, à condition que les enfants à naître de ce mariage prendraient les nom et armes d’Avaugour. Cette branche s’est fondue, en 1600, dans les Machecoul de Vieillevigne.

La branche du Tromeur a produit Jean, sr de Saint-Laurent, célèbre lieutenant du duc de Mercœur, marié, en 1580, à Françoise de Coëtquen, et s’est éteinte en 1655.

La branche du Bois, issu de la branche de Kergroix a fini en la personne d’Antoine-Erard, brigadier de cavalerie en 1719, marié, en 1715, à Dlle Fleury, fille naturelle du Dauphin, † mort en 1755 et en celle de son frère, capitaine de vaisseaux en 1727.


Avenel (orig. de Normandie), sr de la Villeauran, — de la Moinerie, — de la Haute-Cour, — du Plessis, par. de Saint-Georges-de-Reintembault.

Ext. réf. 1670, trois gén., et maint, à l’intend. en 1701, ress. de Rennes.

De gueules à trois aiglons d’argent.

Les srs de Fontenay-le-Husson, élection de Mortain, maintenus en 1463, 1598 et 1666, portent les mêmes nom et armes.


Avice (orig. de Normandie, y maint. en 1666), sr de Tourville, — de la Fresnaye, — de Gottot.

D’azur à neuf pommes de pin d’or ; aliàs : d’azur à l’épée d’argent en pal, accomp. de trois pommes de pin d’or.

Gilles, de la paroisse de Sortosville, élection de Valognes, anobli en 1597.

Les sieurs du Vauhériot et de la Croix, déb. en 1702 à l’intend. de Bretagne, puis admis aux Etats de 1760.


Avice (or. de Poitou) sr de * Mougon, — de la Motte.

D’azur à trois diamants taillés en triangle et à facettes d’argent (aliàs : d’or) (La Ch. des B).

Aubin, ép. vers 1660 Arthémise de Nesmond, dont entre autres enfants : Marie-Bérénice, mariée en 1681 à Antoine de Baylens, marquis de Poyanne, sénéchal des Landes de Bordeaux.


Avignon (d’) ou Davaignon, sr de la Pinçzonnière, par. de Chevré, — de la Villechère, par. d’Izé, — du Fontenil, par. de Chantenay, év. de Nantes.

Réf. 1513, par. d’Izé, év. de Rennes.

De gueules au sautoir, accomp. en chef d’un besant, en flancs et en pointe de trois coquilles, le tout d’argent.

François, secrétaire du duc en 1475 ; Pierre, receveur de Nantes en 1513 ; Artur, appelé à l’arrière-ban de Nantes en 1543.


Avoine (d’), év. de Rennes.

André, de la ville de Vitré, serviteur de M. de Lohéac, anobli par le duc François II, en 1462 ; Jacques, son fils, autorisé, par lettres de 1513, à reprendre le nom de Fierlion, porté par ses prédécesseurs.


Avoine (d’) (orig. d’Anjou), sr de la Jaille, par. de Noillet en Anjou, — de la Meignanerie, — de la Pommeraye, — de Gatines, — du Fougeray.

Ext. réf. 1670, huit gén., ress. de Nantes.

De gueules au léopard d’argent.

Guillaume, épouse, en 1410 Louise du Plessis ; Jean, arrière-petit-fils des précédents, maire d’Angers en 1539 ; Jacques, gouverneur et sénéchal de Montpellier en 1618.


Avoir (d’), (or. d’Anjou), sr dudit lieu, par. de Longué, — de Châteaufremont, par. de Saint-Herblon, — de la Turmellière, par. de Château-Thébaud.

De gueules à la croix ancrée d’or (Sceau 1378).

Fondu, on 1391, dans de Bueil.


Avril ou Auvril (orig. d’Anjou, y maint. en 1669), sr de la Roche, — de la Chauvière, — de Lancrau, — du Mont, — de la Pénicière, — de la. Burlière, — de la Pannière, par. de Vallet, — de Kerroland et de Trévénégat, par. de Guérande.

Maint. à l’intend. en 1701, ress. de Nantes.

D’argent au pin de sinople, au chef d’azur chargé de trois roses (aliàs : étoiles) d’or.

Maurice, sr de la Roche, porte-manteau du duc d’Anjou, depuis Henry III, en 1570, échevin d’Angers en 1586, fils de Jean, avocat à la sénéchaussée d’Angers et d’Anne Doyen, est l’auteur de cette famille qui a produit un auditeur des comptes en 1617, cinq conseillers au parlement de 1640 à 1717 et s’est éteinte en 1771.

Les srs du Boistaureau, des Perrières et du Val, déb. en 1701.


Avril ou Apuril, sr de Langotière, par de Clion, — de la Mataudais, par. de Rougé, — du Pontraut, par. de Missillac, év. de Nantes.

Maint. par lettres patentes de 1827.

D’argent au chêne de sinople, englanté d’or, accosté de deux colombes affrontées de gueules, tenant en leur bec un rameau de sinople (Arm. 1696).

Mathieu, sénéchal du duché de Retz au siège de Pornic, marié à Perrine de Baulon, rendit aveu pour la seigneurie de Langotière en 1566 et mourut en 1592.

Cette famille, alliée aux Rorthays, Le Chauff de Léhélec, Huchet de Cintré, Talhouët de Brignac et Viart de Mouillemuse, a produit deux officiers des vaisseaux du Roi, en 1705, dont l’un major-général des côtes du Croisic et de Piriac, † 1710.


Avril ou Apuril, (or. d’Anjou), sr de la Villemissent, — de la Bernardais, — du Colombier, — de l’Isle, — de Vaurimont, — de * Kerloguen.

Déb. Réf. 1668, ress. de Dinan et Ploërmel, év. de Saint-Malo.

D’argent au chevron de gueules, chargé de trois roses d’or et accomp. de 2 têtes de lion de sable en chef et d’une étoile de même en pointe.

Jean, sr de la Trépellière, en Anjou, revêtu de l’office de changeur à Dinan en 1518, marié à Marie Gicquel, père de Macé, receveur du domaine du Roi et fermier des impôts et billots à Dinan.

Raoul, sr de l’isle, maître des comptes en 1624 ; Gilles, sr de la Bernardais, alloué de Ploërmel en 1668, auteur des srs de Kerloguen.


Aymer (or. de Poitou) sr de Sainte-Rhue, — de la Chevalerie.

D’argent à la fasce componnée de quatre pièces de sable et de gueules.

Jacques, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Quimper en 1527.


Aymeret (orig. de Paris), sr de Gazeau.

D’argent au chevron de sable, chargé de trois coquilles d’or.

François, conseiller au parlement de Bretagne, en 1559, † 1589.


Ayrault (orig. d’Anjou), sr du Rocher, — de la Bouchetière.

D’azur à deux chevrons d’or, comme Errault.

Pierre, lieutenant de la prévosté d’Angers en 1520, père de René, maire d’Angers en 1556 ; Jean, président aux comptes en 1583 ; Pierre, conseiller au parlement de Bretagne en 1635. Un lieutenant au régiment d’Aquitaine, marié en 1780 à Julie-Henriette de la Forest d’Armaillé.