Nobiliaire et armorial de Bretagne/V

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
J. PLIHON ET L. HERVE (3p. 198-234).
◄  U
Y  ►


Vache (la), sr de la Touche, par. de Créhen, — du Miroir, par. de Plélan-Ie-Petit,

— de Domenesche et de Lorme, par. de Sion, — d'Ossé, par. d'Availles, — du Tertre, par. de Saint-Aubin-deb-Chàteaux, — de la Touche, par. de Saint-Vincentdes-Landes.

Réf. et montres de 14*27 à 1544, par. de Créhen, Plélan et Sion,év. de Sainl-Malo et Nantes.

De gueules à une vache d'argent, (G. le B.); aliàs : de gueules à trois rencontres de vache d'argent (Sceau 1413).

Guillaume, croisé en 1218 (cab. Courtois); Geo/froi, sénéchal de Ploôrmel en 1272. La branche aînée fondue dans Plorec, puis Acignè.

Vacher (le), s'de Lohac, par. de Baden, év. de Vannes. De gueules à quatre fasces d'argent (Arm. 1696). Un syndic de Vannes en 1G90.

Vahais (de) (orig. du Maine), sr dudit lieu, au Maine, — de la Bertrie, par. de Piré,

— du Bois-Renaud et de Saint-Ouen, par. de Riaillé, — de Mauny, par. de la Chapelle-Glain, — de Launay, par. de Saint-Aignan.

Ext., réf. 1669, cinq gén., ress. de Rennes. D'azur au soleil de douze rayons d'or.

Julien, épouse en 1532, Louise de Fontenailles ; un page du Roi en 1720.

La seigneurie de Vahais a appartenu postérieurement aux la Corbière, puis aux Picot.

Vaillant (le), sr duPaty, — de Chambonneau. Déb., réf. 1668, ress. de Vitré.

D'argent à une aigle de sable (G. le B.).

Ce nom est employé dans les réformations de 1427 à 1513, paroisse de Saint-Aubind'Aubigné.

Vaillant (le), sr de Penamprat, ress. de Lesneven.

D'argent au lion de gueules, à la fasce de même brochante ', Arm. 1696).

Vaillant (orig. d'Orléans).

D'argent à trois roses de gueules, un croissant de même en abyme.

Moïse, conseiller au parlement en 1588, épousa Isabelle de Champeaux et lut tué par les Royaux pendant la Ligue.

Vaillant (orig. d'Angleterre), s'de Guélis.

D'azur à l'ancre d'argent, trabée de sable, surmontée de deux molettes d'or. Germain, abbé de Paimpont en 1554, évéque d'Orléans en 1586.

Vair (DE), sr dudit lieu, par. d'Anetz, — du Messis, par. de Saint-Herblon. Echiqueté d'argent et de gueules (Sceau 1240).

Albèric, témoin d'une fondation de Conan II à Saint-Martin de Tours en 1058 ; Geoffroi, lait une fondation aux moines de Pontron en 1240.

La seigneurie de Vair, possédée depuis le xve siècle par les du Chaffault, Cardonne, Tissart, d'Argy, du Breil et laNoue, et érigée en comté en faveur de ces derniers en 1653, passa par acquêt aux Cornulier en 166 i.

Val Outraon (Dii), sr dudit lieu, par. de Saint-Martin de Morlaix.

D'argent à deuxpigeons affrontés d'azur, becquetant un cœur de gueuies(G.leB.). Fondu dans Kerret.

Val (du), sr du Petit-Val, par. de Saint-Mathieu de Morlaix, — de Ranlou.

Ext., réf. 1669, huitgén. ; montrede 1481, par. de Saint-Mathieu de Morlaix, év. de Tréguier.

D'azur au cerf passant d'or, comme Floc'h et Kerléau.

Jean, vivant en 1481, père d'Alain, marié à Catherine Bertrand. La branche aînée fondue dans Kerloaguen, puis Pinarl et le Marant.

Val ou Traon(du), sr du Traonmeur, par. de Bohars.

Réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Bohars et Ploudalmézeau, év. de Léon.

D'argent à.la tour couverte de sable, comme Kerjean.

Geoffroi, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; mais nous ne pouvons préciser à quelle famille du Val il appartenait.

Fondu en 1560 dans Lesguen, d'où la terre du Traonmeur a passé par alliance en 1710, aux Huon de Kermadec et depuis aux Bihannic de Tromenec.

Val (du), sr de la Croix, — des Noyers. Maint, à l'intend. en 1704.

De sable à trois canettes d'argent, becquées d'or (G. le B.). Thomas, anobli en 1628.

Les srs de la Ville-Armel et de la Marre, déboutés a.-la réformation de 1658, ress. de Saint-Brieuc.

Val (du), sr dudit lieu, par. de Landévant, — de Coôsby, par. de Guégon, — de Kerrio, par. de Mendon.

Réf. et montres de 1481 à 1536, par. de Landévant et Guégon, év. de Vannes.

D'argent à deux fasces de sable ; à la bordure de gueules, besantée d'or (G. le B.), comme Trémouarl.

Fondu en 1535 dans TalhouSt de Keravéon, et en 1731 dans Huchet.

Val (du), sr de Kergadiou, près Saint-Pol.

De gueules à cinq fusées rangées'et accolées d'argent (G. le B.), Moderne : Kersainlgilly.

Val (du), sr de la Touche, par. d'Erbrée. Réf. 1513, dite par., év. de Rennes.

De sable à trois channes ou marmites d'argent. Jeanne, épouse en 1480 Jean Hay, sr des Nétumières.

Val (du) (orig. de Paris).

Jérôme et Nicolas son fils, conseillers aux parlements de Paris et de Bretagne en 1557 , et 1563.

Val'du), sr dudit lieu et de la Sablonnière, par. d'Auverné — du Breil, de Cahan et de la Cigogne, par. de Fougeray, — de Trédoret, par. de Saint-Dolay, — du Bois- Gervais, par. de Nivillac. Réf. de 1427 à 1513, dites par, év. de Nantes. La branche aînée fondue vers 1400 dans Rquxel de la Galmelière.

Val (du) (orig. du Poitou), sr de la Marinière, — de la Vergne, — de Ghassenon, — de Gurzay.

D'azur au sautoir accomp. en chef et en flancs de trois vannets ou coquilles et en pointe d'un huchet, le tout d'or.

Des trésoriers de France à Poitiers et deux présidentsaux comptesde Nantes, depuis 1759. Un membre élevé sous la Restauration à la dignité de vicomte.

Valaize, sr des Chapelles, par. d'Irodouer, — de la Mauvoisinière, par. de Bédée. Réf. 1*49, par. de Bédée, év. de Saint-Malo. Porte une guivre (Sceau 1423).

Guy, marié à Isabeau Mauvoisin, vivant en 1427, père de Marguerite, femme en 1473 de Jean de Québriac.

Validire, S' de Saint-Léon, par. de Merléac, év. de Cornouaille.

D'argent au chef de gueules, chargé de trois quintefeuilles d'argent (Sceau 1415) Devise : Dewn time.

Jean, évêque de Léon en 1427, auquel on doit la reconstruction du chœur de la cathédrale de Saint-Pol en 1131, transféré à Vannes en 1433, † 1444.

Valleaux, sr des Touches, — du Boisrobin, par. de Marcillé-Robert, — de la Meunerie, par. de Drouges.

Anc. ext., réf. 1669, neuf géu. ; réf. de 1479 à 1513, dites par., év. de Rennes. D'or à trois bandes de gueules.

Jean, épouse en 1429 Marie Quatrebarbes, dont: Jean, marié à Jeanne du Perray, dame des Touches, père et mère de Charles, marié en 1496 à Henriette Huguet, dame du BoisRobin ; une fille à Saint-Cyr en 1697.

Vallée (de La), S' dudit lieu et de laChèze, par. de Plumaudan, — de la Halerie. par. de Plumaugat, — de la rignonnaye, — du Val — de la Burie, par. de Mégrit, —

— de la Forestrie, par. de Corseul, — de la Hingrais, — delà Gouvinaye, par. de Taden, — de la Chapelle-Chaussée, par. de ce nom, — de la Lande-Menguy, par. d'Evran.

Anc. ext., réf. 1668, huit gén. ; réf. et montres de 1444 à 1513, dites par. et par. de Languédias, év. de Saint-Malo.

De gueules à trois fermaux d'argent ; aliàs : un annelet de même en abyme.

Pierre, vivant en 1479, épouse Hélène de Chambellé, dont Raoul, marié à Raoulette de Cherrueix ; Jacques, conseiller au parlement en 1598. La branche ainée fondue dans la Motte.

Vallée (de La), sr dudit lieu et de la Couldrecière, par. d'Auverné, — de Maubenoit, par. de Moisdon, — de Bonnevoir, par. de Soudan, — de Saint-Père, par. de Mésanger,

— de la Malorais, par. de Mouzeil.

Réf. de 1427 à 1478, dites par., év. de Nantes.

Vallée (de La), sr dudit lieu, par. de Bréal, — de Saint-Jouan, — du Roz, — d Quédillac.

Réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Bréal, év. de Saint-Malo. De sable à trois poissons d'argent en fasces, l'un sur l'autre. Jean, chevalier de l'ordre en 1576.

La branche de Saint-Jouan fondue vers 1550 dans Rosmadec, puis en 1629 dans le Ny.

Valleilles (orig. d'Auvergne).

D'azur à l'épée brisée d'argent, posée en chevron, emmanché d'or, accomp. de trois étoiles d'argent.

François et Barthélémy, père et fils, auditeurs des comptes en 1672 et 1688. Tome ni 26

Valleton, S' de la Paille, — de la Gariuerie, — du Djsert, par. de Bouée, — de la Garde, par. de Boulon, — de la Barossière, par. d'Orvault, — du Douët-Garnier et des Croix, par. de Sautrou. Maint, réf. 1669, 0 gén. et à l'intend. en 1702, ress. de Nantes.

D'or à un cœur de gueules, accomp. en chef d'une rose de même et en pointe d'un croissant d'azur.

Un échevin de Nantes en 1666 dont les descendants prirent lettres en 1712 pour partager noblemant ; un auditeur et deux mxitres des comptas depuis 1719 ; un lieutenant des maréchaux de France à Ingrande en 1788.

Vallette (de La) (orig. de Normandie, y maint, en 1667), sr de la Grée, par. de Soul'vache.

Maint, par arrêt du pari, de Bretagne de 1767 et admis aux États de 1768. D'argent à trois lions de gueules.

Vallette (de La), sr dudit lieu, par. de ce nom, — de la Landelle, par. de Moulins, — de la Rivière, par. de Pire, — du Bois-viellet, — des Fougerais, — de la Villesco, par. de Bais, — des Forges.

An ;, ext. réf. 1669, huit gén. réf. de 1427 à 1513, par. delà Vallette, Moulinssur-Roche et Piré, ev. de Rennes.

D'argent à trois hures de sanglier arrachées de sable.

Jean, jure l'association de la noblesse de Rennes pour empêcher l'invasion étrangère en 1379 ; Raoul, vivant en 1533, épouse Teanna Morel, dont Jein, marié à Perrine de Cornillé.

Vallot (orig. de Languedoc), sr de la Magnauue, — d'Auville.

D'azur au chevron accomp. en chef de deux étoiles et en pointe d'un rameau de chêne englanté, le tout d'or.

Antoine, premier médecin de Louis XIV, père i'Édouard, abbé de Saint-Aubin-des-Bois en 1657, évôque de Nevers en 1666.

Valois (le) S' de Gallet, par. de Saint-Georges de Rennes, — de la Guinvrais. par. de Betlon, — de Séréac, par. de Muzillac - de Beaulieu, par. de Mesquer, — de la Motte-Aleman, par. de Sainl-Nazaire.

Ext. réf 1668, huit gén.; réf. 1513, par. de Saint-Georges et Belloa, év. de Rennes.

D'azur à deux vautours affrontés d'argent, enchaînés d'or par le cou. y

Thomas, marié avant 1513 à Perrine de Lessart, père d'Tes*, époux de Jeanne d* Cornillé. Le sr de Beauregard, demeurant à Rosporden, débouté à la réformation de 1670.

Valois (le) (orig. de Normandie, y maiut. en 1666), sr de Villiers, — de la Porte, — — de Lauzerois, par. de Parcé. Maint, à l'intend. en 1699, ress. de Fougères.

D'azur au chevron d'argent, accomp. de trois croissants de même ; au chef de gueules, chargé de trois roses d'or.

Louis, de la paroisse d'Escoville, élection de Caen, anobli en 1577.

  • Valori 'orig. de Florence, puis d'Anjou), sr d'Estilly, — de LauDay, — de la Pommera ye, — de la Motte. Maint, à l'intend. en 1699.

D'or au laurier de sinople ; au chef de gueules. Devise : Aquilœ valori laurus.

Barthélémy, capitaine d'Angers en 1417 ; un panetier de Louis de France, duc d'Anjou et roi de Naples en 1426; un abbé de Quimperlé en 1566 ; un abbé de Saint-Gildas-des-Bois en 1763; Philippe-Emmanuel, épousa en 1678, Renée Marcille, dame d'Argentré, dont: Gervais-Paul, marié en 1703 à Renée-Charlotte du Plessis d'Argentré ; plusieurs chevaliers de Malte et deux lieutenants-généraux des armées au dernier siècle.

Trois membres admis aux honneurs de la cour depuis 1785.

Vandel (de), voyez Vendel (de).

Vandeur (le), srde Creizker, par. de Saint-Avé, év. de Vannes.

De gueules à trois croissants d'or, une fleur de lys de même en abyme (Arm. 1696).

Jean et Guillaume, anoblis par lettres de 1599 ; Jean, maître des eaux et forêts de Vannes en 1696.

Vannerie (de La), S' dudit lieu, par. de Rannée. Réf. de 1440 à 1513, dite par., év. de Rennes.

Bandé d'argent et d'azur ; l'azur chargé de trois étoiles d'or (Arm. de l'Ars.).

Jamet et Brient, archers de la garde de la Guerche en 1380; Guillaume, archer de la garde de la même place en 1464.

Vannes, ville épiscopale et château, séjour ordinaire des derniers ducs de Bretagne.

De gueules à une hermine passante d'argent, mouchetée de sable et accolée de la jarretière flottante de Bretagne.

Vannes ou Vennes (de), sr de Scolpon, par. de Bignan, — de Gano, par. de Sené, —

de la Bétulière, par. de Varades.

Porte deux vaches surmontées d'une moucheture d'hermines (Sceau 1271).

Pierre, évêque de Saint-Brieuc en 1272, † 1290 -, Jean, procureur et contrôleur général du duc en 1439, président aux comptes en 1442, épouse Perrine Couldebouc.

Varades (de), sr dudit lieu, par. de ce nom, év. de Nantes. Porte trois chevrons (Sceau 1196).

Briand, fait une donation à Marmoutiers en 1120, confirmée par Olivier, son fils en 1150; André, lègue trente sol? à l'église de Varades en 1196.

Fondu dans Ancenis.

S

Varennes (de).

Porte deux haches d'armes adossées (Sceau 1351).

Varennes (de), voyez Goddes.

Varennes (de) (orig. d'Auvergne), sr de Périgourdaine, — de Vacant, — de Gondat, — de Mouchaud, — de Chailloux, — de Kerronic, — de Kergozou. Maint, à l'intend. en 1700.

D'azur à trois chardons d'or. Devise : Non est mortale qnod opto.

Un audiencier à la chancellerie en 1682 ; deux fermiers généraux des devoirs, impôts et billots de l'évêché de Léon en 1683; un abbé de Landévennec en 1713; un receveur général des Etats en 178C.

Varice (orig. d'Anjou), sr de Juigné-Bené, — de Gatenay, — du Ghastelier, — de Mar- cilli, par. du Plessis-Macé, — de Buchet, — de Vauléard, — des Epoids. De gueules au chevron d'or, accomp. de trois macles de même (Arm. 1690). Philippe, maître des comptes de Nantes, en 1614 ; René, auditeur en 1643.

Varin (orig. de Normandie), sr du Colombier, par. ce Maroué, — de Beau val, — de Beaupré, — de la Brunellière. Déb., réf. 1670, ress. de Saint-Brieuc.

De gueules au chevron d'or, accomp. en chef de deux molettes et en pointe d'un fer de pique la pointe en haut, le tout d'argent (Arm. 1696).

Un lieutenant civil et criminel de la cour de Rennes, anobli en "775; un lieutenant au régiment de Penthièvre(dragons)en I788;un procureur général à la cour de Rennes en 1827

Vars (de), sr de Poulguinan, par. d'Ergué-Armel.

Parti d'or et d'azur, au lion coupé de gueules et d'argent (G. le B.) voyez Vaux (des).

Un receveur général des devoirs à Quimper en 1760. Vars.

D'argent au sautoir de sable, accomp. de quatre molettes de même. (G. le B ).

Vassault, sr de Martiucourt, — de la Bouvetière, par. de Ligné, — de la Ville-Savary, par. de Saint-André-des-Eaux Ext., réf. 1668, cinq gén., ress. de Nantes.

D'or à lacroix de gueules, engreslée desable, chargée de cinq coquilles d'argent. Pierre, vivant en 1500, épouse Alix Boulonnois.

Vassbur (le) (orig. du Maine), sr de Saint-Vrain.

D'azur à deux fasces d'or, chargées chacune de trois alérions de sable.

Nicolas, conseiller au parlement de Rennes en 1645, puis au parlement de Paris, marié à Elisaoeth de Pleurre, dont : Nicolas, conseiller à la cour des Aides en 1688.

Vassor (le) (orig. de Paris), s' de la * Touche, — de Tiéville, — de Longpré, — de

Télincourt, — de Beauregard, — de Bonneterre.

D'or [aliàs : d'argent) à l'oranger de sinople, fruité d'or. Devise : Semper viridis.

Cette famille alliée aux Rochechouart, Fitz-James et Polignac a pour auteur FrançoisSamuel, époux de Madeleine d'Orange, établi aux Antilles en 1661, colonel des milices du Fort-Royal et capitaine général garde-côtes au département du Croisic, anobli pour services militaires par lettres de 1706, enregistrées au conseil souverain de la Martinique en 1708.

La branche de Tréville a produit au dernier siècle deux lieutenants-généraux des armées navales et un chancelier du duc d'Orléans, député aux États-Généraux de 1789, vice-amiral en 1801, † 1804, sans postérité.

La branche de la Touche-Beauregard qui existe encore, s'est alliée en Bretagne aux du Dresnay ; la branche de Bonneterre a fait enregistrer ses titres au conseil souverain de la Martinique en 1783.

Vatar, sr de la Mabilais, év. de Rennes

Jacques- Tean, greffier en chef aux enquêtes du parlement en 1761, épous? Pélagie Gravé de la Rive, † 1714 laissant un fils, f sans postérité.

Vauborel (de) (orig. de Normandie, y maint, en 1463, 1599 et 1666), comte de Lapenty en 1665, — sr de Sainte-Marie-du-Bois, — de Romilly, — de la Chapelle, — de Brémanfany, par. de Mondevert. Anc. ext., réf. 1668, sept gén., ress. de Rennes.

D'azur à la tour d'argent.

Philippe, vivant en 1444, épouse Jeanne du Buat, dont Jean, vivant en 1403, marié à Guillemette de la Mazure ; Jean, gentilhomme de la chambre en 1600; trois lieutenants pour le Roi au gouvernement de Saint-Malo depuis 1660 ; deux pages du Roi en 1723 ; un maréchal de camp en 1788.

Yauclerc (de), sr dudit lieu et de la Chapelle par. de Plerguer, — de la Moite, par. de Saint-Georges-de-Gréhaigne.

Réf. et montres de 1480 à 1513, dites par., év. de Dol.

D'argent à trois chouettes de sable, becquées et membrées de gueules(Sceaul379). Un capitaine envoyé contre les Anglais en Guyenne, par le duc Pierre en 1451.

Vaucoint sr de Kerfau, par. de Plounévez-du-Faou. Déb., réf. 1669, ress. de Châteaulin.

Vaucouleurs (de), sr dudit lieu par. de Trélivan, — de la Ville-André, par. de Dirigé, — de la Basse-Ardaine, par de Saint-Maugan, — de * Lanjamet, par. de SaintMelaine de Lamballe, — de la Poterie, — de la Boullais, — de la Ville-du-Bois, par.

de Mordelles, — de Mellon, par. de Mélesse, — de la Géraudais, par. de Brulz,

du Bois-Geoffroy, par. de Saint-Mtdard-sur-Ille.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén.; réf. et montres de 1423 à 1535, dites par. et par. de Maroué, Plounez et Bobital, év. de Saint-Malo, Saint Brieuc, Dol et Rennes. D'azur à la croix pleine d'argent. Devise : Pour mon honneur.

Guillaume, vivant en 147/, épouse Méance Février ; Charles, tué à la bataille de SaintAubin-du-Cormier en 1488 ; un gouverneur de Concarneau en 1668 ; un maréchal de camp en 1761 ; un bailli de Malte et commandeur de Thévalleen 1786.

La branche ainée fondue dans Guillè, qui portait les mômes armes, puis Rosnyvinen, Espinay ; Derval'et de Brvc ; la branche de Lanjamet n'a gardé que ce dernier nom, voyez Lanjamet (rE);la branche de la Ville-André etdu Bois-Geffroy, fondueen 1762 dans Quifistre.

Vaudoré (le), év. de Saint-Malo.

Seigneurie possédée depuis le xiv* siècle par la maison de Gouyon, et passée par mariage en 1685 au sr Bèringhen, en faveur duquel elle fut érigée en marquisat en 1702, voyez Béringhen. ».

Vaudoré (de), voyez Macé.

Vauferrier (de), sr dudit lieu, de la Ba?se-Ardaine et de la Brousse, par. de SaintMaugan, — de Goësplan, par. de Guer, — de la Ville-Raoul, par. de Gaël.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neufgén.; réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo. D'or au chef de sable ; aliàs : chargé de trois coquilles d'argent.

Jean, écuyer de la reine de Sicile en 1426 ; Guillaume, vivant en 1169, père de Jean, marié à Perrine Bino, veuve en 1513.

Vaufleury (du).

D'azur à la croix d'argent, cantonnée de quatre têtes de lion arrachées d'or (G. le B), voyez Lesménez (de)

Vaufleury (nu).

D'azur au croissant d'argent, surmonté de trois macles rangées d'azur (Arm. de l'Ars.).

Vaugour De).

D'or à trois têtes de renard arrachées de sable. (G. le B.). Vauguérin (de), voyez Rivière.

Vaujoyeux (de) (orig. de Touraine, y maint en 1667), sr dudit lieu, — de la Planche, — de la Gotefère.

Maint, àl'intend. en 1702.

Vaujoyeux (de), sr dudit lieu, par. de Gherrueix, — de la Villeguillaume, par. de Saint-Broladre. Réf. et montres de 1480 à 1513, dites par., év. de Dol.

Jean, écuyer dans une montre de 1371 ; Guillaume, ratine le traité de Guérande en 1381 i Jean, prête serment au duc entre les nobles de Dol en 1437.

Vaulogé (de), voyez Picot.

Vaultenet (du), voyez Aulnette. ...

Vaunoise (de), St dudit lieu, par. de Romillé, — des Forgettes, par. de Gosnes, - du Bocage, par. de Maroué, — de la Féronnais, — de Belleville, — de la Villebellanger, par. d'Hénansal. x

Anc. ext.. réf. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo, Rennes et Saint-Brieuc.

D'argent à l'aigle de sable, armée, membrée et becquée de gueules (Sceau 1402).

Jean, abbé de Saint-Jacques de Montfort et archevêque de Dol, † 1190 ; Denis, écuyer dans une montre de 1392 ; Olivier, vivant en 1427, épouse Mathurine Gouyon.

Vaurouzé (de), sr dudit lieu, par. de Belton, — du Vionnay, par. de Bourgbirré. Réf. de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes.

Vauruffier, par. de Piouasne, év. de Saint-Malo.

Seigneurie érigée en baronnie en 1576 en faveur du sr de Coetquen, voyez Coêt^uen (de) et possédée depuis par les Caradeuc.

Vauvert (de), sr dudit lieu, par. de Plorec, év. de Saint-Malo.

D'argent au cerf de gueules, sommé et onglé d'or, chargé sur la poitrine d'une croix d argent (G. le B.).

Pierre, écuyer du duc Pierre, reçoit pour étrennes de ce prince en 1445 un hanap d'argent de deux marcs. Cette famille parait fondue dans la Motte-Broons.

Vaux ou Vaulx (des) (orig. du Maine), sr dudit lieu, par. de Champéon, au Maine, — des Boitelières et de la Gouldre, par. d'Essé, — des Grées, par. de Corps-Nuds-lesTroisMaries, — de la Cilardière, par. d'Aminlis, — de la Motte, par. d'Ercé-enLatnée, — de Beaudiesne, — de Marigny.

( Anc. ext., réf. 1668, sept gén. ; réf. de 1427 à 1513, dites par., év. de Rennes. Coupé de sable et d'argent, au lion de l'un en l'autre. Jean, épouse avant 1513 Jeanne Dalliez, dame de la Cilardière.

Cette famille parait issue en juveigneurie des marquis de Levaré, au Maine, de même nom et armes, alliés aux d'Avaugour, Vendôme et du Guesclin.

Vaux (des), sr du Marais-Gautier, par. de Saint-Père-en-Retz, — de la Poupardière, par. de Gorges, — de la Durantais, par. de Touvois, — de la (iuérivièi'e et de la Barrière, par. de la Chapelle-Basse-Mer, — de Loisellière, par. de Donges. Maint, à l'intend. en 1699, ress. de Nantes.

D'azur au chef d'or ; au lion coupé de gueules et d'argent brochant sur le tout (G. leB.), voyez Vars (de).

Adrien, marié en 1542 à Gillette Geffroy ; René, épouse vers 1640 Isabelle Cornulier. Cette famille parait issue en ramage de la précédente.

Vaux (des), châtelain dudit lieu, par. de Dingé. "Réf. 1441, dite par., év. de Saint-Malo.

D'or à trois merlettes de sable (Sceau 1302). Fondu dans le Scanf.

Vaux (des\ sr du Breilmorin et du Boisgarnier, par. de Louvigné-du-Désert, — de la Brelonnière, par. de Saint-Jean-en-Coglais. Réf. 1513, dites par., év. de Reunes.

De sable à la croix denchée d'or, cantonnée de douze losanges d'argent, trois dans chaque canton (Arm. de l'Ars.) ; aliàs : de sable à quatre losanges d'argent rangées en fasce, accomp. de trois coquilles de même (Sceau 1392).

Jean, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Guyot, écuyer, reçoit une montre au Mans en 1392; Jean, épouse avant 1513 Marie de Couaisnon.

Vavasseur (le), srdu Tertre, par. de Saint-Donatien, — de la Billonnière, par. d'Orvault.

De gueules à la fasce d'or, accomp. en chef d'un soleil de même et en pointe de deux croissants d'argent.

Un huissier aux comptes en 1574 ; un échevin de Nantes en 1595.

Vavasseur (le).

Déb. réf. 1668, ress. de Rennes.

D'argent au chevron de gueules, accomp. en chef de deux quintefeuilles de sinople et en pointe d'un perroquet de même (Arm. 1696).

Gilles, procureur du Roi au présidial de Rennes en 1668.

Vay (de), sr dudit lieu et du Brossay, par. de Vay, — de Tréveleuc et de la Johelaie, par. de Marsac, — du Pas-Nantais et de la Rigaudière, par. de Mésanger, — de la Fleuriais, de la Ragotière, de la Baudrée et de Montjonnet, par de Treffleuc, — de la Ricardaye, par. de Saint-Jean-des-Marais, — de la Perverie, par. de Saint-Donatien, — du Plessis, par. de Jans, — de la Rochefordière, par. de Ligné.

Anc. ext., réf. 1669, 0 gén.; réf. 1446, par. de Marsac, év. de Nantes.

De gueules au croissant d'hermines, surmonté d'une croisette d'or.

Jean, fils Guillaume, auditeur des comptes, eut son hébergement de Tréveleuc et de la Johelaie franchis en 1459 ; Pierre, procureur général aux comptes en 1477 ; Jean, sr de la Rochefordière, épouse en 1542 Claude de Montbron, dont : Claude, marié en 1581 à Suzanne de la Musse ; deux conseillers au parlement en 1760 et 1770.

Le s» de Fontenelles, débouté à l'intendance en 1702.

Vayer, Voyer ou Véyer (le), srde Glayes, par. decejnora, — de la Clarté, par. de Cornillé, — de Fouësnel, par. de Louvigné-de-Bais, — de la Hussonnière et de Montbouan, par. de Moulins-sur-Roche, — de Goësmes, par. de ce nom, — du PlessisRaffray, par. de Domagné, — de la Mariais, de la Lande, de la Cour, du Boisgerbaud, de la Villeaugier, de la Garenne, de la Rivière et de Saint-Patern, par. de Soudan,

— de Rigné, par. de Rougé, — de Laumondière, par. de Saint-Père-en-Retz.

Réf. et montres de 1427 à 1544, par. de Clayes. Moulins-surRoche, Louvigné-deRais, Soudan, Rougé et Saint-Père-eu-Retz, év. de Saint-Malo, Rennes et Nantes.

Losangé d'or et de gueules (Sceau 1402).

Jean, sr de laClarté, ratifia le traité de Guérande en (381, et futmarié en 1391 àMarguerite Rogier de Beaufort ;Jean, conseiller du duc Jean Ven 1404-, Auffroy etFrançois, son neveu, abbés de Saint-Aubin-des-Bois de 1509 à 1532; Olivier, panetier ordinaire de la reine Anne en. 1513; Bertrand, vivant en 1586, épouse: 1o Vincente de Clairefontaine, dont Pierre, auteur des srs de la Morandaye, qui suivent ; 2o Marie Malenfant, mère de Jean, président aux enquêtes en 1619, qui, de Claude le Marchant, laissa entre autres enfants : Louise, dame de Clayes, mariée à Jean Nicolas, sr de Champgérault, autorisé par lettres de 1626 à prendre les nom et armes de sa femme. Voyez Nicolas.

La branche de Coôsmes fondue en 1377 dans Maillé ; la branche de Fouôsnel fondue vers 1493 dans de Poix ; la branche de Montbouan fondue en 1615 dans Langan.

Vayer (le) (ramage des précédents), sr de la Hérissaye, — de Montforay, — de Chevigné,

— de Quédillac, par. de ce nom, — de la Morandaye, par. de Roisgervilly, — de la Giraudais, — de Raulac.

Anc. txt., réf. 1668, 0 géu.; réf. 1513, par. de Boisgervilly, év. de Saint-Malo.

De gueules à neuf losanges d'or.

Bertrand, vivant en 1586, marié à Vincente de Clairefontaine, père de Pierre, et ce dernier de Jean, marié : 1o à Suzanne le Bouteiller, 2o à Marguerite de Penhoôt ; un héraut des États de Bretagne en 1728.

Vayer Ou Véyer (le), sr de Ranguendy, de Névent et de Trémeidic, par. de Plouzané,

— de Poulconq, par. de Plougonvelin, — du Rest, — de Kervézennec, — de Poulfos,

— de Kernoter, — de Traonroué, — de Coëtsalou, — de la Porte-Neuve, par. de Lanildut, — de Lanhouardon, par. de Plabennec.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dix gén.; réf. et montres de 1427 à 1534, par. de Plouzané, Plougonvelin et Plabennec, év. de Léon. De gueules au lion d'or. Devise : Cognoscat ex ungue leonem.

Hamonet Agaisse, vivant en 1380, père et mère de Bernard, vivant en 1427, marié à Marguerite de Lesquélen. (Famille éteinte.)

Vayer (le), S' de Treffalégan, par. de Lanhouarneau, — de Bréhonic, par. de PlounévezLochrist, — de la Flèche, par. de Plouider, — de Runèven, — de Botiguéry, par. de Saint-Thonan.

Réf. et montres de 1426 à 1534, par. de Lanhouarneau, Plounévez et Plouider, év. de Léon.

D'hermines à la quintefcuille de gueules, comme le Uihan et Lagadec.

La branche ainée fondue dans la Feillee d'où la terre de Treflfalégan a passé au xvn" siècle aux Thèpault.

Tomb III 27

Vayer (le), S' de Keraadantec, de Coëténez et de Langongar, par. de Plouzané, — de Kerslrat, par. de Lanildut, — de Keranmérien, par. de Plourin, — du Ster, par. de Gléden-Poher, — du Parc, par. de Rosnoën.

Anc. ext., réf. 1669, onze gén.; réf. et montres de 1427 à 1534, par. de Plouzané, év. de Léon.

D'or à trois merlettes de sable.

Laurent, vivant en 1380, épouse Marguerite de Kernéau.

La branche de Coêténez et du Parc fondue au dernier siècle dans Guer-Pontcallec.

Vayer (le), sr de la Ville-Daniel, par. de Plaine-Haute.

Réf. et montres de 1423 à 1569, dite par., év. de Saint-Brieuc.

De gueules à trois coquilles d'or (Sceau 1276) ; aliàs : d'argent au cerf de gueules, chargé de trois coquilles d'or. Fondu dans Docos.

Vayer ou Voyer (le), sr des Aulnays, par. de Goméné, — de la Vallée, par. de Merdrignac, — de Trégat, — de Penhoët.

Anc. ext., réf. 1668, dix gén. et maint, à l'intend. en 1701; réf. et montres de 1427 à 1513, dites par., év. de Saint-Malo.D'argent à la fleur de lys de sable.

Jean, vivant en 1400, épouse Jeanne de Couôsby, dont : Jean, marié à Guillemette Bino. (Famille éteinte.)

Vayer (le).

De gueules à la fasce d'argent, chargée de trois macles de sable (G. le B.).

Vayer Ou Voyer (le), baron de Trégomar, sr de Pont-Busson, de la Bussonnais, des Fosses et de la Villéon, par. de Trégomar, — de la Haie-Pesnel, en Normandie, — — de Lauaay-Bertrand, par. de Plouasne, — du Bouays, par. de Trédias, — du Boistravers, par. de Bédée, — du Lou, — de Gariot, — de Quélereuc.

Anc. ext. chev., réf. 1669, onze gén.; réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Trégomar, év. de Saint-Brieuc et Trédias, év. de Saint-Malo. D'argent à trois haches d'armes de sable, 2.1 (Sceau 1223).

Geoffroi, voyer de Ménébriac, fait une fondation à Saint-Aubin-des-Bois en 1223 ; Olivier, mentionné dans une charte de Beauport en 1253; Geoffroi, épouse en 1346, Renée de Guémadeuc ; Olivier, chambellan du duc en 1451, épouse Alix de Mauny ; Auffroy, chevalier de l'ordre en 1570, épouse en 1510, Marguerite du Vieux-Pont, dame de la Haye-Pesnel ; Jacques, frère du précédent, chevalier de l'ordre en 1575, gentilhomme de la chambre du Roi, capitaine de cent lances sous le seigneur de Longueville, marié à Françoise Bertrand, damo de Launay-Bertrand, assista comme député de la noblesse de Saint-Brieuc à la réformation de la coutume en 1580 ; Nicolas, frère des précédents, aussi chevalier de l'ordre en 1583.

La baronnie de Trégomar appartenait par acquêt en 1690 aux Calloêt ; la branche de la Haie-Pesnel s'est fondue en 1600 dans Guer-Pontcallec.

Vayer (le), sr de Feunteunspeur, par. de Taulé, — du Carpont et de Kerbic, par. de Plouénan, — de Kerisnel, par. du Miaihy, — du Beuzidou, par. de Dirinon, — de Kerandraon, par. de Lanneufret, — de Kerriou, — de Penc'harvao, — de Belair.

Anc. ext. chev., réf., 1669, douze géu. et arrêt du pari, de 1780, quatorze gén., réf. et montres de 1448 à 1534, par. de Taulé et Plouénan, év. de Léon.

D'argent à deux haches d'armes de gueules, adossées en pal ; voyez Mahé et Kerasquer.

Rolland, épouse vers 1330, Catherine de Rosmadec, dont : Yvon, marié à Odierne de Penhoôt ; Jean, vivant en 1500, épouse Jeanne Courtois, dame du Beuzidou et de Kerandraon.

La branche aînée fondue dans Poulpiquet-Coêtlez ; la branche du Beuzidou fondue dans de Flotte puis du Beaudiez ; la branche de Kerandraon fondue dans Kerlèan puis Rodellec.

Vayer (le), sr de la Villebouquaye, par. de Guégon, — du Gouëdic, par. de Missiriac,

— de la Coraillière, par. de Quessoy, — de la Vairie, par. de Saint-Marc-le-Blanc,

— de Beauregard, — de Montferrand, par. de Bonnemain, — du Vaugarni, par. de Saint-Etienne-en-Coglais, — du Gripel, par. de Garfactain.

Anc. ext., réf. 1670, cinq gén. ; réf. et montres de 1426 à 1536, dites par., év. de Vannes, Saint-Brieuc, Rennes et Dol.

De gueules à la bande accostée en chef de deux étoiles et en pointe d'un croissant, le tout d'or.

Olivier, vivant en 1400, père 1o de Jacques, marié à Marguerite, dame de la Cornillière ; 2o de Guillaume, auteur des srs de Montferrand, aïeul de Christophe, vivant en 1500, marié à Jeanne Boutier.

La branche de la Villebouquaye fondue vers 1379 dans Quèlen ; la branche du Couedic fondue en 1507 dans Budés.

Vayer (le), sr de Ruillé, par. de Notre-Dame de Vitré. Réf. de 1427, dite par., év. de Rennes.

D'azur à la colombe d'argent, portant en son bec un rameau de sinople (Sceau 1277).

Robert et Mahaut sa femme, vendent le moulin de Brachesne au prieur de Lehon, en 1277.

Vayer (le), srde Barach, par. de Ploërdut, — de la Graë, par. de Peillac. Réf. et montres de 1448 à 1536, dites par., év. de Vannes. D'argent à une quintefeuille de sinople. La branche de Barach fondue dans Fournoir, puis le Moine.

Vayer (le), voyez Voyer (le). Veau.

Porte une fasce accomp. de trois rencontres de veau (Sceau 1420). Salomon, fils de JudicaSl, vend une dime située à Jugon, à l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois en 1208 ; Robinet, écuyer, reçoit une montre à Avignon en 1420.

Védier, sr de la Ville-Olivier.

D'or au sautoir de sinople, chargé de cinq besants d'or.

Un maire de Nantes, génér al des finances en 1732, f sans postérité.

f

Véer (le), sr de Maulouarn , de Kerléau et de Kerguischoux, par. du Merzer, - de Kergroas, par. de Quemper-Guézénec, — duTraon.

Ext., réf. 1670, cinq gén. ; léf. et montres de 1481 à 1543, dites par., év. de Tréguier.

D'azur à trois tôtes de renard, arrachées d'or.

Jean, vivant en 1500, épouse 1o Marie de Kernévénoy ; 2o Françoise Conen.

Yeillon, sr du Fresne, de Belle Goste et de la Brousse, par. du Gouray.

Réf. et montres de 1423 à 1535, par. du Gouray et trêve de Lanorguen, eu Maroué, év. de Saint-Brieuc. Porte sept macles, 3. 3. i (Sceau 1423).

Veller (orig. de Flandre), sr de Gouarimou, — de Kerdigent, — de Groasmen, — de Kersalaun, par. de Carnoet. Déb. réf. 1670, ress. de Carhaix.

D'argent à trois croix tréflées de sable (Arm. 1696).

Tillemand, maître peintre-verrier flamand, établi à Carhaix, naturalisé en 1618 ; un procureur du Roi et un lieutenant de la juridiction royale de Carhaix en 1666. (Famille éteinte.)

Vellure.

D'or à cinq fusées de gueules, posées en fasce (G. le B.).

Vendel ou Yandel (de), sr dudit lieu par. de ce nom, — de Launay, par. de Dompierre-du-Chemin, — de l'Estang, par. de Bazouges-sous-Hédé, — du Chasteigner, ■ par. de Tréméheuc, — de la Fosse, par. de Plouasne.

Réf. et montres de 1445 à 1513, dites par., év. de Rennes, Dol et Saint-Malo.

De gueules à trois gantelets ; aliàs : mains dextres, d'argent, en pal (G. le B.). Tristan, abbé du Tronchet en 1508, † 1533.

Une famille de même nom et armes a été maintenue en Poitou en 1667 et 1699.

Vendomois 'orig. de Guyenne), sr de Saint-Aubin.

Coupé au 1 : d'or à trois fasces degueules ; au 2 : d'hermines plein (Sceau 1352). Un chanoine de Rennes, abbé de Saint-Aubin-des-Bois en 1753 et de Saint-Méen en 1765.

Veneur Ou Venneur (le), sr du Vaumilon et du Bois-Jean, par. de Plessala, — du Vieux-Quilly, — de la Villèsveneur, par. de Pordic, — du Sieurne, — de Beauvais.

Ane. ext. réf. 1670, huit gén.; réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Plessala, év. de Saint-Brieuc.

D'argent au cerr passant de gueules, ramé et onglé d'or (Sceau 1429), comme

Chohant et Bois-Hamon.

Olivier, vivant en 1420, épouse Havizette Rolland ; Guillaume, abbé de Saint-Jacut en 1420.

Veneub (le), sr de la Hazais, par. de Plœuc, — de la * Ville-Chaperon, des Salles el de Portmartin, par. de Hénon, — de Bringolo, — du Bouillon, — de Kerambartz, — des Fermes, — de la Bonnefetière, — de Ravilly, — de Launay.

Ext., réf. 1669, six gén. ; réf. de 1513 à 1535, par. de Plœuc, év. de SaintBrieuc.

D'argent au greslier de sable, accomp. de trois roses de gueules.

François, vivant en 1500, épouse Jeanne le Veneur, dont Charles, marié à Julienne Alain ; une fille à Saint-Cyr en 1722.

Les srt de la Haye et de la Chesnaye, paroisse de Plœuc, déboutés à la réformation en 1671.

Ce nom est aussi employé dans les réformations de 1423 à 1513, paroisses de Plouguénast, Cesson et Trévé, évéché de Saint-Brieuc ; mais nous ne savons à quelle famille le Veneur l'appliquer.

Veneur (le), srde Tréguiel, par. de Loyat. Réf. de 1426, dite par., év. de Saint-Malo.

D'hermines à la croix de gueules, chargée de cinq coqs d'&rgent(Mss.Gaiff.itères) Fondu dans Collobel.

Veneur (le), sr de Taillis, par. de ce nom, — de la Jaille etde laMaillère, par. de Sucé. Réf. de 1513, par. de Taillis, év. de Rennes.

De sable au chef d'or, chargé de trois huchets d'azur, enguichés d'argent (G. le B.).

Venier ou Veniero (orig. d'Italie), sr de la Guerche, par. de Saint-Brévin, — de la Rablière, — delaNoëetde laSalle.par. de Fresnay, — de l'Etang-Jouan.par. duClion.

Burelé d'argent et de gueules.

François, gouverneur de Langeais, Belleisle et Machecoul, épouse vers 1590, Françoise de la Touche-Limousinière, dont 3farie, dame de la Guerche, mariée en 1625 à Jean de Bruc.

Venier (le), sr de Bréhiguer, par. de Merlevenez, év. de Vannes.

D'argent à une fasce de gueules, accomp. de trois têtes de loup arrachées de sable (Arm. 1696).

Venier (le).

D'azur à trois étoiles d'or (Arm. 1696). Un procureur du Roi à Quimperlé en 1696. Vennes Ou Vannes (de), voyez Vannes (de). Vennerie (de La), voyez Vannerie (de La).

Verdier (du) (orig. du Quercy, puis d'Anjou), sr de Mouceirou, — de MontpeiraD, — de Feugua, — de Peirauge, — de Congerie, — de * Genouillac, — de Chanat, — de Saim-Bonel, — de la Grile, — de Cellières, — de la Touchardière,

D'or a un arbre de sinople ; aliàs : écartelé aux 1 et 4 : d'azur à trois bandes d'argpnt, celle du milieu chargée de trois charbons et chacune des autres de deux, charbons de sable, cllume'sde gueules, qui est Carbonnières ; aux 2et 3 : de gueules au lion d'or, qui est Genouillac ; sur le tout : d'or à un arbre de sinople, qui est du Verdier.

Jean, docteur ès lois en 146?, devait pour ses terres, hommage aux sires de Biron d'une paire d'éperons d'argent ; Pierre, fils âeGautier, épouse vers 1570, Léonarde, dame de Genouillac, dont : Gavlier, marié à Jeanne de Carbonnières ; un conseiller au parlement de Bordeaux en 1625 ; un secrétaire du Roi k la chancellerie de Bordeaux en 1704 ; un commandeur de Saint-Lazare et du Mont-Carmel en 1700; et depuis 1705 trois conseillers au parlement de Bretagne dont le dernier, f à Angers en 1842.

Cette famille s'est alliée aux Boislève, le Chat, Lantivy, Bègasson, Bizien, le Bel et Jacquelot.

Verdjer, (orig. d'Anjou) s'de la Millière.

De sable à un arbre d'argent (Arm. 1696). Un auditeur des comptes en 1778.

Verduc Ou Verdeuc, év. de Rennes.

D'argent à deux branches de cerisier de s inople, fruitées de gueules et une épée de sable en pal, brochante ; accomp. en chef de deux étoiles d'azur et en pointe d'un cœur de gueules (Arm. 1696).

Un secrétaire du Roi en 1708.

Verge (orig. d'Anjou), s' de Rosseau. De gueules à trois verges d'argent.

René, grand prévôt d'Angers et président aux comptes de Nantes en 1575, père de 1o René, maître des comptes en 1626 ; V Renée, mariée à Bernard de Monti.

Verger (du), s'duditlieu, — delà Bougeardais, par. de Saint-Aubin-d'Aubigné, — de la Pilletiére, — des Cayettes, — de la Febvrie, — de la Noë-Raoulet, — du Gué.

Anc. ext., réf. 1669, six gén. ; réf. de 14'27 à 1513, par. de Saint-Aubin-d'Aubigné, év. de Rennes.

D'argent au lion de sable, armé, lampassé et couronné d'or.

Pierre, vivant en 1427, épouse Claude de Baulon. (Famille éteinte de nos jours.) Louis, abbé de Boquen en 1449 ; mais nous ne savons à, quelle famille du Verger il appartenait.

Verger (du), (orig. du Maine, mainl. à l'intencU de Tours en 1667), s' de ChimbDrs — de la Morandière, — de Marbré, par. de Saint-Jean-de-Coglais. Maint, àl'intend. en 1701, ress. de Fougères. D'argent à la bande de gueules. Un secrétaire du Roi en 1702.

Verger (du), en breton Bergez (du), sr dudit lieu, de Goatpéan, de Saudin et de Car- nal, par. de Guérande, — de Saint-Denao, par. de Saint-Molf, — de Trégrain, par. de Férel, — de Tréguel, par. d'Herbignac, — de Glis, par. d'Assérac, — de Château- lou, par. de Saint-André-des-Eaux. Réf. de 1428 à 1543, par. de Guérande, Herbignac et Assérac, év. de Nantes.

D'or à deux quintefeuilles de gueules ; au franc canton de même, chargé d'un lion d'argent (G. le B.) ; aliàs : d'argent à trois têtes de maure de sable, tortillées d'argent (Arm. de l'Ars.).

Verger (du) (orig. de l'Orléanais)*

De gueules à la comète à huit rais d'argent (G. le B.). Devise : Invito fulmine, fulget.

Verger (du). srde Boislebsud, — de la Gravelle Déb., réf. 1668, ress. de Vitré.

D'argent à trois roses de gueules, parti d'azur à une croix ancrée d'argent (Arm. 1696).

Etienne, maire perpétuel et héréditaire de Vitré en 1696.

Verger (du) (orig. de Nantes), baron des Barreaux en 1809. Un général de brigade en 1809.

Verger kdu) (orig. de Champagne), sr de *Cuy.

D'argent à trois arbres de sinople ; aliàs : écartelé de Poulmic.

Pierre, gendarme de la garde du Roi en 1650, épouse Jacqueline de la Valle ; un lieutenant-colonel au régiment d'Angoumois en 1788, chevalier de Saint-Louis ; un capitaine au régiment de Champagne en 1766, chevalier de Saint-Louis, père 1" d'un sous-lieutenant au régiment d'Angoumois en 1788, mort de ses blessures à l'affaire de Quibéron en 1795 ; 2o d'un cadet>-gentilhomme au régiment de Champagne en 1789, marié en Bretagne à la dernière héritière du nom de Poulmic.

Vergier (du) (orig. du Poitou, y maint, en 1716), sr dudit lieu, — de Ridejeu, — de la " Rochejaquelein, par. de Daumeray, en Anjou.

De sinople à la croix d'argent, chargée en cœur d'une coquille de gueules et cantonnée dequatre coquilles d'argent. Devise : Si j'avance suivez-moi, si je recule tuez-moi, si je meurs, vengez-moi.

Aymeric, croisé en 1248 (cab. Courtois); Guy, sénéchal de Cirières, épouse en 1505, Renée le Mastin, dame de la Rochejaquelein ; Louis, petit-fils des précédents, blessé d'un coup de mousquetade au combat d'Arqués en 1589 ; quatre chevaliers de Malte de 1540 à 1790 ; plu sieurs lieutenants de Roien Bas-Poitou depuis 1692 ; un page duRoi en 1708 ; un maréchal de camp en 1788, admis aux honneurs de la cour en 1771, père 1o d'Henri, sous-lieutenant au régiment Royal-Pologne, puis général en chef de l'armée vendéenne, tué en 1794 au combat de Nouaillé, près Cholet, 2o de Louis, qui a continué la filiation, maréchal de camp en 1814, tué au combat des Mathes en 1815, marié à Marie-Louise-Victoire de Donnissan, veuve de Louis-Marie Salguesde Lescure, général de l'armée vendéenne ; 3o d'Auguste, maréchal de camp en 1818, marié en 1819 à Claire-Louise de Durfort, veuve du prince de Talmont et fille du duc de Duras et de Claire-Louise de Coëtnempren de Kersaint.

Vergier (du), sr dudit lieu, par. de Lesbin-Pontscorff, — de Penprat, de Locohiern et de Ménéguen, par de ilaudan, — de 'Kerhorlay, par. de Guidel, — du Moustoir, — de la Villeneuve, — du Pou, par. da Plouay, — de Kervénoael, par. de Guiscriff, — de Kersabiec, par. de Riantec.

Anc. ext. chev., réf. 1669, dixgén.; réf. el montres de 1426 à 1536, par. de Lesbin-Pontscorff, Caudan et Saint-Gilles d'Hennebont, év. de Vannes. De gueules à deux bandes de vair.

Henri, témoin dans un accord entre l'abbesse de la Joie et Hervé de Léon, en 12?1 ; Pierre, rend hommage au vicomte de Rohan en 1396 ; Henri, fils du précédent, vivant en 1426, épouse Thominedu Boterff, dont:Henri, marié à Anne de Leslay ; Paul, chevalier de l'ordre en 1662; un page du Roi en 1727; un lieutenant des maréchaux de France à Quimperlé en 1775 ; un chef d'escadre en 1781 ; un lieutenant de vaisseau tué à Quiberon en 1795.

Vergier (du), s' dudit lieu, par. de Guérande.

Porte trois quintefeuilles ; au franc quartier chargé d'un léopard. Guillaume, garde de la ville de Guérande en 1344.

Vérone (de La) (orig. du Languedoc, y maint, en 1668), sr de Tressan.

D'argent au chef de gueules, chargé de trois coquilles d'argent.

Un aumônier du régent, évôque nommé de Vannes en 1716, transféré à Nantes en 1717, archevêque de Rouen en 1723, † 1731 ; un lieutenant-général des armées en 1748, membre l'académie française en 1781, † 1783.

Vernay(du), sr dudit lieu et du Meix, par. des Touches, — de l'Isle, par. de Haute- Goulaine.

Réf. de 1425 à 1447, dites par., év. de Nantes. Fondu en 1670 dans Bariller du Saz.

Véron, s'de Lesnaudières.

Maint, àl'intend. en 1698, trois gén., ress. de Vannes.

D'azur à trois poissons d'argent, nommés vérons, miraillés de gueules (La Chdes B.).

Verrier (le), sr de Layeul, — de la Danvollière, év. de Rennes.

Ecartelé aux 1 et 4 : de gueules au croissant d'or ; aux 2 et 3 : échiqueté d'argent et de gueules de six tires ; au chef de sable, chargé d'un lion issant d'or G. le B.).

Jean, abbé de Meilleray, puis de Prières, † 1498; Claude, épouse en 1522 Jean Hay, r des Nétumières.

Vessel Ou Vexel (le) (orig. du Maine), sr de Rochières, — du Tertre, — de Rouessé. D'argent à la croix fleurdelysée de sable.

Julien, épouse vers 1518 Guyonne Chaudemanche, dont: François, gentilhomme servant du roi François I", marié en 1545 à Louise du Bellay, aïeul de René, chevalier de Malte en )610.

Les srs de * Roscumunec, paroisse de Plouarzel, de même nom et armes, sont établis en Bretagne depuis Pierre, marié en 1658 à Marie Guimarc'h, dame de Kerambellec, de la paroisse du Conquet-Lochrist.

Vestle (le), sr du Guern et de Kermarker, par. de Ploèrdut, — de Poulguinan, par. d'Ergué-Armel, — de Keranguelven, par. de Bannalec, — de la Coudraye, par. de Tréméoc, — de la Palue, par. de Penhars.

Réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Ploërdut, Bannalec et.Saint-Michel de Quimperlé, év. de Vannes et de Cornouaille.

De sable au huchet accomp. de trois étoiles, le tout d'argent. La branche de Kermarker fondue dans Beaucours.

Vêtus (orig. de Bourgogne), s'de Villefallier, près Orléans.

D'or à la rose feuillée de gueules ; au chef d'azur, chargé de trois pals d'or.

Jean, conseiller au parlement de Dijon, puis président à mortier au parlement de Bretagne, anobli en 1581, l'un des membres du conseil général de la Sainte-Union, sous le duc de Mayenne, à Paris, en 1589 † 1594.

Véyer (le), voyez Vayer (le). Viarmes (de), voyez Camus.

Viart (orig. de Blois, maint, au conseil en 1671), sr de Villebazin, — de Courtaujay, — de Candé, — de Vilelte, — de la Coudraye, — des Essarts, — de Pimelles, en Bourgogne, — de la Mothe-d'Usseau, en Poitou.

D'or au phénix de sable sur un bûcher de gueules ; au chef d'azur, chargé de trois coquilles d'argent (La Ch. des B.). Devise : Vivit et ardet.

Jean, écuyer de Charles d'Orléans en 1413, bisaïeul de Jacques, maître des comptes de Nantes en 1527, ce dernier, père d'autre Jacques, conseiller au parlement en 1554 ; Guillaume, gendarme de la compagnie d'ordonnance du marquis de Mirebeau, délendit la place de Mi rebeau, contre les Impériaux en 1636; une fille à Saint-Cyr en 1718 ; deux pages du Roi en 1757 et 1761 ; trois me mbres fusillés à Quiberon en 1795. (Famille éteinte).

Viart, sr de Jussé, — de Mouillemuse, par. de Vern, év. de Rennes.

D'azur à deux arcs d'or passés en sautoir, cantonnés de quatre fers de flèche appointés d'argent. (Arm. 1696).

Tomb III. 28

Deux généraux des finances depuis 1752 ; un secrétaire du Roi en 1737, f doyen en 1765 un président aux comptes en 1766.

Viau, sr du Dissais, — de la Noë, — du Grand-Essart, — du Cléray, par. de Vallet,

— de la Civellière, du Chesne-Cottereau et de la Savarière, par. de Saint-Sébastien,

- de la Chalandière, — de la Bauche, par. de Rezé, — du Bois-Jounin, par. d'Ancenis.

Maint, réf. 1669, trois géo., par les privilèges de la mairie de Nantes. D'argent au pin de sinople, chargé de trois pommes d'or ; au chef d'azur, chargé de deux croissants d'argent.

Guillaume, abbé de Blanchecouronne en 1538 ; Martin, épouse en 1597 Anne de la Rivière, dont : Sébastien, sous-maire de Nantes en 1626, marié à Barbe le Meneust, père et mère de : 1" Jacques, maître des comptes en 1816 ; 2o Sébastien, garde-scel au présidial de Nantes.

Les sTM du Pé et de la Rivière, paroisse du Loroux-Bottereau, déboutés à la réformation de 1668, ress. de Nantes.

Viau, sr du Puy-Marchand, — de Longrais ;

D'azur à deux croissants contournés d'argent ; au chef cousu de gueules, chargé de trois étoiles d'or (Arm. 1696).

Antoine, lieutenant de l'amirauté de Saint-Malo en 1696.

Vie (de).

D'argent à deux chevrons de gueules, accomp. de trois trèfles de sinople (G. le B.).

Vicomte (le) (ramage de la Roche-Suhart), sr du Rumen, par. de Cohiniac, — de la Ville-Volette, par. d'Iffiniac, — de Keruzannou, par. de Plouagat-Chàtelaudren, — de Saint-Hélory, — de la Ville-Chaperon et de Gouëssard, par. de Plédran, — de la Ville-Haveix, — de la Longrais. — de la Ville-Moysan, - de la Ville-Gourio et de la * Houssaye, par de Morieux. — du Rosy, — de Beaulieu, — de la Vieuville par. de Quessoy, — de Kergroas, - de Kermabon, — de la Ville-Aubaud, par. de Caulnes, — de Coëtenfao, par. de Séglien, — de Grénihuel, par. de Silfiac, — de Penhoët, par. de Saint-Thégonnec, — de Goëtcodu, par. de Langoêlan, — de Kerandraon, par. de Hlouguerueau.

Anc. ext. chev , réf. 1669, quatorze gén.; réf et montres de 1423 à 1543, par. de Gohiniac, Yffioiac, Plédran et Plouagat-Chàtelaudren, év. de Saint-Brieuc et Tréguier. D'azur au croissant d'or.

Suhart, juveigneur de la Roche, vivant en 1240, père de Geoffroi, priseur au traité de mariage d'Agnès d'Avaugour en 1288 ; Macè, croisé en 1248 (cab. Courtois) ; Guillaume, fils de Geoffroi, qui précède, panetier de Philippe de Valois en 1338, épouse Olive Visdelou, dont : Eon, marié à Jeanne de Plestan, qui ratifie le traité de Guérande en 1381 ; un conseiller au parlement en 1731 ; un maréchal-de-camp en 1748 ; un aide-major gardecôtes au combat de Saint-Cast en 1758 ; un président à mortier en 1775 ; deux filles à Saint-Cyr en 1780; quatre membres fusillés à Quiberon en 1795.

La branche du Rumen, de Coêtanfao et de Penhoôt fondue vers 1774 dans Polignac, en Saintonge.

Vicomte (le), sr de Saint-Ouen, de la Gornillère et de Maugeron, par. de Riaillé, — de Roses, par. du Cellier, — de la Blanchère, par. de Saint-Herblou, — de Caléon, par. de Saint-Jacut. Réf. de 1427 à 1536, dites par., év. de Nantes et Vannes. Porte un chevron accomp. de trois étoiles (Sceau 1370).

Alain, croisé en 1270 ; Thomas, fait alliance avec le duc en 1370 ; Jean, ratifie le traité de Guérande & Pouancé en 1381 ; Guillaume, vivant en 1427, épouse Perrine des Burons. La branche de Caléon fondue en 1554 dans Chaurais, puis Charpentier.

Vicheux, s'du Tertre, — de la Vouvardière. Déb. à l'intend. en 1710.

Videl, sr de Saint-Martin, ress. de Morlaix.

D'argent au bœuf de gueules, surmonté de trois étoiles rangées de même (Arm. 1696;.

Viel (le), sr de la Porte, ress. de Morlaix.

D'or à la fasce d'azur, surmontée d'un massacre de cerf de sable (Arm. 1696).

Viel (le).

Réf. de 1423 à 1440, par. de «aint-Michel de Saint-Brieuc.

D'azur au chevron d'or, accomp. en pointe d'une étoile de même (G. le B.).

Eon, de la ville de Saint-Brieuc, sert et s'arme en bon appareil, et a impôtré en 1440 des lettres de franchise et rabat d'un feu.

Viesqoes (de\ s'duditlieu, par. de Saint-Philbert, — duBoisraguenet, par. d'Orvault, — des Perrines et de Chamballan par. de DouIon, — de la Verrie et de la Ghasseloire, par. de Chàteau-Thébaud, — de Charapcartier, par. du BignoD, — du Chesne-Gottereau, par. de Saint-Sébastien, — du Fayau, par. de Nort, - de Quistillic, par. de Plougonven.

Anc. ext. réf. 1669, huitgén.; réf. et montres de 1444 à 1544, par. de SaintPhilbert-de-Grand-Lieu et Nort, év. de Nantes. D'azur à trois fleurs de lys d'argent.

François, vivant en 1444, épouse Gillette Barbe, dont Rolland, père de Jean, marié a Françoise de Montalembert. %

La branche aînée fondue dans Coêtlogon.

Viète Ou Viette (orig. du Poitou), s' de la Motte, par. de Mouzeil, — de la Rivagerie. D'argent à une bande d'azur, accostée de trois tourteaux de gueules (G. le B.).

Étienne, bachelier ès lois, procureur à Fontenay, père : 1» de François, maître de l'hôtel de la reine Marguerite de Valois, conseiller au parlement de Bretagne en 1574 et célèbre mathématicien, inventeur de l'algèbre, † 1603 ; 2o de Nicolas, sr de la Motte, dont la postérité existe encore à la Rochelle.

VikuVille (de La), en breton Cosquer (du), S' audit lieu, par. de Combrit, — de Farbus, en Artois, — marquis de Saint-Chamond, — comte d'Ablois, en Champagne, — sr de Vienne, — de Gonfolent, — baron de Nogent-1'Artaud, en Picardie, érigé en duché en 1651 sous le nom de la Vieuville, — pair de France.

Ecartelé aux 1 et 4 : fascé d'or et d'azur de huit pièces, les deux premières fasces chargées de trois annelets de gueules, qui est la Vieuville, en Artois ; aux 2 et 3 : d'hermines au chef endenté de gueules, qui est <TO ; sur le tout : d'argent à sept feuilles de houx d'azur, qui est du Cosquer ; voyez Cosquer (du).

Jean, juveigneur du Cosquer, épouse vers 1470 Catherine de Kernicher ; Sébastien, fils des précédents, homme d'armes des ordonnances du Roi dans des montres de 1489 à 1505, reçues à Arras et à Saint-Quentin, s'établit en Artois, où il francisa son nom et épousa en 1510 Perrine de Saint-Waast.

Cette lamille a produit deux grands fauconniers de France, des lieutenants-généraux, gouverneurs de provinces, un surintendant des finances, et un évôque de Rennes en 1664, † 1676. (Famille éteinte.)

Vieuville (de La), voyez Guillaume.

Vieuville (de La), voyez Magon .

Vieuville (de La), voyez Patard.

Vieuville (de La), par. de Châteauneuf, év. de Saint-Malo.

Seigneurie érigée en marquisat en 1746 en faveur du sieur Baude, voyez Baudb.

Vieuville (de La), sr dudit lieu, par. du Chastellier, — de la Morisaye, par. de SaintOuen-de-la-Rouerie, — de la Beccanière, par. de Javené.

Anc. ext. réf. 1669, septgén.; réf. 1513, dites par. et par. d'Antrain, év. de Rennes.

D'argent à la fasce ; aliàs : à trois fasces, d'azur.

Thomas, écuyer dans une montre de 1380 ; Jacques, épouse vers 1447 Perrine de Gayne, dont : Harcourt, marié a Jeanne de Malenoe, père et mère de René, époux en 1513 de Jeanne du Pouôz.

Vieux-chatel Ou Cos-castel (du1, baron dudit lieu, par. de Plounévez-Porzay, év. de Cornouaille.

D'azur au château d'or, sommé de trois tourillons de même (G. le B.).

Guy, évôque de Cornouaille, † 1266 ; Guillaume, marié à Plézou de Quintin, tué au siège de Bécherel en 1363, père d'Aliette, baronne du Vieux-Chatel, mariée à Eon, sire de Quélen.

De la maison de Quélen, le Vieux-Châtel a appartenu successivement aux Lannion, Sénéchal, Moélien et Halna.

Vieux-chatgl (du), s' dudit lieu, — de Bmnault, par. de Trébrivan. Réf. et montres de 1481 à 1536, dite par., év. de Gornouaille. Porte trois fasces, accomp. de dix hermines, 4. 3. 2 et i, voyez Rostrenen. Jean, abbé do Landévennec, † 1522.

La terre de Brunault a appartenu depuis le xvi« siècle aux Botigneau, Kerhoënt, Rosmadec, Sénéchal, et par acquêt Srancas-Forcalquier.

Vieux-chatel (du), sr de Penanvern, de Lesvern et de Kersalaun. par de Garnoèt, — de Kervern, par. de Plévin, — de Bodilio, — de Lesquidic, de Pe ilahez et du Cranhuel, par. de Spézet, — de Belair, — de Kersal, par. de Locmalo.

Maint, à Pinlend. en 1699, huit gén., et admis aux Etats de 1768 ; réf.et montres de 1428 à 1562, par. de Carnoët, Plévin et Spézet, év. de Gornouaille.

D'argent à six billettes de gueules ; écartelé : d'argent à deux fasces de gueules, surmontées de trois tours de sable. (B. L.),

Charles, vivant en 1530, épouse Marie de Trégain ; Pierre, abbé de Saint-Maurice de Carnoët, tué au sac de Roscanou en 1590.

Vieux-chatel (du), sr dudit lieu et sr de Kergrist, par. de Plounez, — de Kerléoret, — de Tronjoly, — du Bois-Alain, — de Crec'harz, par. de Plouha.

Anc. ext., réf. 1669, sept gén. ; réf. et montres de 1441 à 1543, par. de Plounez et Paimpol, év. de Saint-Brieuc.

D'azur au château d'argen t, girouetté d'or.

Jean, vivant en 1441, épouse Jeanne Poulard, dont Jean, marié à Gillette de l'Isle.

Vieux-chatel (du), s'dudit lieu, par. du Minihy, — du Verger, par. de Trédarzec. Montre de 1481, par. du Minihy, év. de Tréguier.

De gueules à la fasce abaissée d'or, surmontée de dix billettes de même,4. 3. 3. Moderne : du Dresnay.

Vieux-chatel (du) voyez Olivier.

Vieuxpont (de) (orig. de Normandie), sr dudit lieu, — de la Haie-Pesnel, — marquis

de Neufbourg, - sr de Coëtmeur, de Daoudour et de Landivisiau, par. de Plougour

vest, — de Kermilin, par. de Treflaouënan.

D'argent à dix annelets de gueules, 3. 3. 3, et 1 (Sceau 1337).

Alexandre, vice-amiral de Bretagne en 1593, épouse Renée de Tournemine, dame de Coëtmeur, dont : Louise, mariée à Guy de Rieux, marquis de Sourdéac ; un lieutenants général en 1710.

La branche de la Haie-Pesnel fondue dans te Vayer de Trègomar ; la seigneurie de Coëtmeur a passé par acquêt en 1702 aux Danycan puis aux Rohan-Chabot.

Vigne (de La), s' dudit lieu, de la Ville-Mouèsson et de la Hautière, par. d'Hénansal, — de la Chesnaye, par. d'Evran, — de la Haute-Morays, — de la Grandville, — du Closneuf, — de la Ville-Tual, — de Dampierre, — de la Ville-Huet.

Ane. ext., réf. 1669, huit gcn. ; réf. el montres de 1423 à 1535, dites par. et par. de Matignon, év. de Saint-Brieuc et Saint-Malo.

D'argent au cep de vigne serpentant de sinople, mis en fasce, chargé de trois grappes de raisin de pourpre (Sceau 1415).

Jean, croisé en 1248 (cab. Courtois) -, Geoffroi, archer dans une montre de 1356 \Rolland, vivant en 1441, père de Rolland, marié à Marie de Bodégat ; un volontaire au combat de Saint-Cast en 1758.

Vignehut (ciig. du l'oilou), sr du Pont, par. de Courlay, — de Glénay.

D'or à trois hures de sanglier de sable ; aliàs : écartelé du Plessis-Richelieu.

Jean, écuyer, vivant en 1461, épouse Huguette de la Roche, dame du Pont ; René, gentilhomme de la chambre, Irère utérin du seigneur de la Roche-Jaquelein, eut son cheval tué sous lui au combat d'Arqués en 1589. Il épousa en 1603 Françoise du Plessis, veuve du seigneur de Beauvau et sœur du cardinal de Richelieu, et leurs enfants furent substitués aux nom et armes du Plessis-Richelieu. Voyez Du Plessis-richeijeu.

Vigké (le) (orig. d'Anjou), sr de la Devançais, — de la Magdeleine, — d'Ardennes, de la Briais et de la Herbetière, par. de Saint-Julieu-de-Vouvantes. Ext. réf. 1669, cinq gén., ress. de Nantes.

D'argent au pin de sinople, chargé de trois pommes au naturel, accomp. de trois merlettes de sable.

Robert, vivant en 1530, épouse Jeanne le Comte.

La branche aînée fondue dans Bois-Bèranger. (Famille éteinte en 1760.)

Vijac (du), voyez Kersauson (de).

Vilaine, &' de la Bassetière, par. de Vertou.

Maint., réf. 1669, 0 gén., par les privilèges de la mairie de Nantes. De gueules à la croix pattée d'argent.

Bonaventure, maitre particulier des eaux et forêts et échevin de Nantes en 1661 ; un maréchal de camp en 1788.

Le sr du Pinier, débouté à la réformation de 1668, et les srs de la Péraudière, paroisse de Belligné, dont un auditeur des comptes en 1650, et du Pé, paroisse de Saint-Père-enRetz, déboutés à l'intendance en 1704.

Vilaines (de), sr dudit lieu, au Maine, — de Rivedieu.

D'argent à trois lions de sable, au franc canton de Castille et de Léon ; (Sceau 1391), aliàs : gironné d'argent et de sable de huit pièces, au franc canton de Castille et de Léon (Sceau 1415).

Pierre, surnommé le Bègue, compagnon d'armes de du Guesclin en 1375, père de Jeanne, dam<* de Vilaines, marié à Raoul Busson, auquel elle porta la terre de Vilaines, tombée par alliance vers 1510 dans la maison de Beaumanoir.

Vilazel (de) (orig. du Languedoc).

D'or à une corneille de sable, tenant en son bec une branche d'olivier de sinople ; au chef d'azur, chargé de trois étoiles d'argent.

Etienne, prédicateur ordinaire du roi Louis XIII, évêque de Saint-Brieuc en 1631, † 1641.

VlLLARCEAUX (de) VOljeZ Boi'VIER.

Villarmois (de La), sr dudit lieu, par. de Trans, — de Beaulieu, par. de Saiut-Gast. Réf. et montres de 1427 à 1535, dites par., év. de Rennes et Saint-Brieuc. D'argent au lion de gueules, accomp. de cinq tourteaux de sable en orle. Fondu en 1595 dans Trèmèreuc,

Villarmois (de La) voyez Artur.

VlLLASSE (UE'LA), VOl/e* AuDIBKRT.

Villayers, év. de Rennes, par. d'Ossé.

Seigneurie érigée en comté en 1681, en faveur du sr Regnouard, voyez Regisouard.

Ville (de La) (orig. duPoilou.y maint.en 1667et I699), srdeFéroIIes, — delaChurouillière — des Dorides, — de Champbrétaud, — de ia Paronnière, — de * Bangé, — delà Tourière, — de Chambardet, — de Brie, — du Port-Hubert, par. de Sucé. D'argent à la bande de gueules. Devise : Tiens ta foi/.

Nicolas, dit le capitaine Férolles, fils de Pierre et de Gabriello le Maître, gendarme de la compagnie d'ordonnance du Roi en 1585, capitaine des carabins en 1590, anobli en 1593 épouse Louise Sochet, dame de la Charouillière, près de Thouars, dont : 1"Pierre, chevalier de l'ordre en 1G40 père d'un maréchal de camp en 1702 ; 2o^VicoZ<w, mariéen 1623 à Charlotte des Herbiers, dame des Dorides, auteur de la branche de ce nom qui a produit: deux pages du Roi en 1712 et 1752 ; un auditeur des comptes en 1737 ; un maire de Nantes en 1772 ; un officier d'artillerie dans la grande armée vendéenne, commandant l'artillerie à la bataille de Laval en 1793 † 1834.

La branche de Férolles fondue en 1689 dans Clermonl-Thoury.

VlLLEAUBOIS (DE LA). »

De gueules à trois chouettes d'or (Arm. de l'Ars).

Villeaudren (de), sr dudit lieu, par. de Gadelac, — du Guerno, par. d'Assérac. Réf. 142«, par. d'Assérac, év. de Nantes.

Porte sept rustres, un croissant en abyme et une bordure (Sceau 1418). Charles, premier écuyer d'écurie du duc en 1427. Fondu dans Kerguèzangor, puis la Villêun.

Villebiot (de La), voyez Guillemot.

Villeblanche (de), sr dudit lieu, — du Plessis-Balissou, par. de ce nom, — de ia Porte et de la Motte, par. de Maumusson, — de Broous, par. de ce nom, — de Bagalz. par de Guichen, — dn Mesnil, — de Martigné-Fercbaud, par. de ce nom, — de Brancien, — de Ploësquellec, par. de ce nom, — de TrogofF, par. de PlouégatMoytan, — de Callac, par. de ce nom, — du Pontblan:, par. de Plouaret, — du Plessix-au-Noir, par. de Trédaniel.

Réf. de 1454 à 1543, par. de Maumusson, Broons, Ploësqnellec, Plouégat et Plouaret, év. de Nantes, Saint-Malo, Cornouaille, Tréguier et Saint-Brieuc.

De gueules à la fasce d'argent, accomp. de trois hures de saumon de même (Sceau M20).

Pierre, capitaine de Rennes en 1440 -, Henry, chevalier de Porc-Epic en 1448, grandmaître de Bretagne en 1451 ; Guillaume, abbé Sainte-Croix de Quimperlé en 1453, + 1483; Claude, panetier de la reine Claude de France en 1522, chevalier de l'ordre en 1538.

Fondu dans Espinay.

  • VlLLEBOISNKT (DE LA) VOyeZ ESPIVENT. VlLLEBOUQUAYE (DE La), VOtjeZ BONIN.

VlLLEBBESME (l)E) VOyeZ GoiSLABD.

Vjllecanio (de La\ sr du Fresche, par. de Saint-Maudan. Réf. de 1535, dite par., év. de Saint-Brieuc.

D'argent au léopard de sable, armé et lampassé de gueules (G. leB.), comme Chertier.

Villechaperon (de La), voyez Veneur (le)

VlLLEGAL (DE La) .

De gueules à neuf fers de cheval d'argent, 3.3. 3. (G.le B.).

Villegast(de La), év. de Vannes.

Losangé d'argent et d'azur (Arm.de l'Ars.); alids : de gueules au croissant d'argent, accomp. de six coquilles de même (Arm. de l'Ars.), comme le Gualès. Perrot, rend hommage au vicomte de Rohan en 1396.

YiLLEGILLES (DE LA), VOyeZ NoUAlL. VlLLEGILLOUART (DE LA).

De sable au sautoir d'argent. (G. le B.), comme Boisorhant et Rhwd.

VlLLEGONTlER (DE La), VOUez FRAIN .

Villegontier (de La), sr dudit lieu, par. de Parigné, — de la Lande, par. de la Ghapelle-Janson, — de la Chapelle, par. de Saint-Georges de-Reiterobault, — des Orières, — de la Goustelière, par. de Saint-Léonard, — du Mesnil, - de Leffinière, — de la Jalesne.

Ext., réf. de 1669, huitgén. ; réf. de 1513, par. de la Chapelle-Janson et SaintGeorges-de Reitembault, év. de Rennes. D'argent au chevron d'azur ; au chef de même, chargé d'une fleurs de lys d'or.

On trouve Guillaume, croisé en 1248 (cab. Courtois); Marc, receveur des fouagesà Fougères en 1500, s'est piégé et opposé par la cour de Rennes, à rencontre des collecteurs et épouse : 1o Guillemette de Saint-Germain, 2« Ambroise le Porc ; un page du Roi en 1755.

La branche ainée fondue dans Morel. Moderne : le Corvaisier puis Frain.

VlLLEGUÉRlN (DE LA).

D'argent à la bande vivrée de gueules, accomp. de six molettesde même (Arm. de l'Ars), commel Argentaye et Hus.

VlLLEHÉLEUC (DE LA), VOyeZ NORMANT (le). VlLLEHERVÉ (DE Là), VOy. BOTTEY(LE).

  • ViLLEiROuëT (de La), voyez MouësAN.

Ville-Juhel (de La), sr dudit lieu, par. de Plumieux, — de la Touche-Quéno, par. de Sixte, — de la Touche, par. de Garentoir.

Réf. et montres de 1469 à 1536, dites par., év. de Saint-Brieuc et Vannes.

D'argent à trois cœurs de gueules, un tourteau de même en abyme.

Villelouays (de La), sr dudit lieu, par. de Garapénéac, — de la VilléoD, par. de Ménéac, — de Bélestre, — de Meslé, — de Boyé, par. de Mauron, — de la Fon- taine, par. de Mohon, — de la Boixière, — de Beauval, — de Kergourio. Ext., réf. 1670, six gén. ; réf. de 1513, par. de Gampénéac, év. de Saint-Malo. D'azur à la licorne saillante d'argent.

Guillaume, vivant en 1479, épouse Perrine Forfaict, dont : Julien, vivant en 1513, marié à Renée Travers ; un conseiller au parlement en 1771-, un lieutenant de vaisseau fusillé à Quiberon en 1795.

Ville-marie (de La), sr dudit lieu, par. d'Andel.

Réf. et montres de 1423 à 1469, par. d'Andel et Saint-Cast, év. de Salnt-Brieuc. D'azur au lion d'argent (Sceau 1405).

Jean, fait échange avec l'abbé de Boqucn en 1279 du flef de la Boyère en Sévignac\Alain, fait un accord avec le prieur de St-Martin de Lamballo en 1283 ; Rolland, ratifie le traité de Guérande en 1381.

La branche ainée fondue au xve siècle dans Lescoit de la Moquelays. [merged small][ocr errors]

Villemaudy (de (orig. d'Angoumois), sr de la Rivière, par. de Combourg. Déb., réf.. 1668, ress. de Hédé.

D'azur au chevron d'or, accorap. en chef de trois étoiles rangées d'argent et en pointe d'un cœur d'or, enflammé de gueules (Arm. 1696).

Villemohel(de La) (orig. de Normandie), par. de Trébrivan. Déb., réf. 1671, ress. de Carhaix.

Villeneuve (de), en breton Kernévez (de), sr dudit lieu, de Pellinec et de Galouer, par. de Louannec, — de Ponthallec, — de Goscabel, — de Kervégant, — de Goascaradec.

Anc. ext., réf. 1669, cinqgén. ; réf. et montres de 1427 à 1543, par. de Louannec, év. de Tréguier. D'argent au lion rampant de sable.

Jean, vivant en 1543 épouse Marguerite Castel, dont Jean, marié à Catherine le Meur.

Villeneuve (de), sr dudit lieu et du Bignon. par. de Peillac. Réf. et montres de 1427 à 1536, dite par., év. de Vannes. De gueules au chevron d'hermines (G. le' B.), comme Rhuys et Rivière. On trouve une famille de même nom et armes originaire de Martigné-Briand en Anjou.

Villeneuve (de), sr dudit lieu, par. de Plouvien, — de Rosunan, — de Guicabennec, par. de Plabennec. Réf. de 1426, par. de Plabennec, év. de Léon.

D'azur à la fasce d'or, accomp. de trois quintefouilles de même.

Villeneuve (de La), s* dudit lieu, par. de Briec, — de Bonescat, par. de Plogonnec. Réf. et montres de 1426 à 1536, dites par,, év. de Gornouaille. La branche aînée-fondue dans Quèlennec.

Villeneuve (de) (orig. de Provence), marquis de Trans, de Flayosc, de Vence et de Bargemont, — baron de Tourrettes, — sr de Vauclause.

De gueules fretté de six lances de tournoi d'or, semé dans les claire-voies d'écussons de même ; sur le tout : d'azur à la fleur de lys d'or. Devise : Per hœr regnum et imperium.

Cette illustre maison a produit Jean-Joseph, abbé de Saint^Gildas-de-Rhuis en 1725 f 17T2 et inhumé dans son église abbatiale.

Villeneuve près Ploërmel, év. de Saint-Malo.

Seigneurie érigée en comté en i640, en faveur du sr Rogier, voyez Rogier.

  • Villéon (de La). sr dudit lieu, par. de Saint-Alban, - du Boisfeillet, par. de Pluduno, — de la Villrigourio et de la Villemain, par. de Planguénoual, — de Launay-Meur,

— de la Villaudren, par. de Gadelac, — du Roscoët, par. de Moréac, — de * Kerjon,

— de Kergrom, par. de Lignol.

Anc. ext. ohev., réf. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Saint-Aaron, Saint-Alban, Planguénoual et Pluduno, év. de Saint-Brieuc. D'argent au houx arraché de sinople ; au franc canton de sable, fretté d'or.

Macè, croisé en 1248 (cab. Courtois); Rolland, marié à Jeanne de Lesquen, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Mathurin, fils des précédents, épouse Marguerite Maubier, dent: 1o Jacques, sénéchal de Rennes en 1479, chancelier de Bretagne et l'un des commissaires qui instruisirent le procès du trésorier Landais, en 1485, qui a continué la filiation ; 2o Rolland, sénéchal d'Hennebont et ambassadeur en Angleterre en 1486 ; deux chevaliers de l'ordre en 1600 et 1644 ; une fille à Saint^Cyr en 1787 ; un abbé de Lanvaux † 1783.

Villkon (de La) iramage des précédents), sr des Marais, du Bourgneuf, de la VillePierre et des Vergiers, par. d'Hillion, — de la Ville-Tanet, — de la Ville-Meneuf,

— de la Motte, — de la Ville-Vallio, — du * Fresche-Cfos, par. de Pommeret:

Anc. ext., réf. 1668, neuf gén. ; réf. et montres de 1459 à 1535, par. d'Hillion et Trémuzon, év. de Saint-Brieuc.

D'argent au houx arraché de sinople ; au chef de sable, fretté d'or.

Jean et Olivier, ratifient le traité de Guérande en 1381 ; Olivier, épouse vers 1400 Gillette de Hillion, dont : Olivier, vivant en 1459, marié à Jeanne Visdelou ; un garde du pavillon, volontaire au combat de Saint-Cast en 1758, contre-amiral en 1792 ; un major au régiment d'Anjou, fusillé à Quiberon en 1795.

Villéon <nv.), voyex Macé.

VlLLEORlON (DE LA).

De gueules à dix fers de dard d'argent (G. le B.).

Villeoutreys (de), torig. du Périgord).

D'azur au chevron d'or, accomp. en chef d'un errissant accosté de deux étoiles et en pointe d'une rose, le tout d'argent. Devise : Dis peu, fais mieux.

Nicolas, conseiller au parlement en 1620, épouse Anne de Moulins, dont : Anne, mariée en 1623 à Benjamin de la Rochefoucauld, baron d'Estissac.

Villerabel (de La), voyez.Bois (du). Villesbret (de La), voyez Garnier.

VlLLESBRUNNE (DE LA), VOljeZ Saige (le).

Villesolon (de La), sr dudit lieu, par. de Plérin, év. de Saint-Brieuc. D'azur à cinq billettes d'argent en sautoir (G. le B.). Moderne : Collet.

Vili.estjennk (de La), sr du Roslaii el du Bois-Renault. Déb. à f intend, en 1712.

VlLLETHÉART (DE La), VOljez VlSDELOU.

Villestreux (de La), voyez Perrée.

VlLLETHASSETZ (DE La), VOyez COURT (LE).

Villethébaud (de La), sr dudit lieu et de la Porte, par. de Laillé, — du Feu-Lambert, par. de Saint-Jein-de-Coglais, — de la Rivière, par. de Bourg-des-Comptes, — de la Chesnaye.

Anc. ext., réf. 1668, sept gén. ; réf. de 1446 à 1513, dites par , év. de Rennes.

Ecartelé aux i et 4 : d'argent à la tour couverte de sable, maçonnée d'argent ; aux 2 et 3 : d'argent à la tête de loup de sable, arrachée et lampassée de gueules.

Alain, panetier et argentier du duc Jean V en 1414, père de Jean, maître de l'hôtel du duc François I", envoyé vers le roi Charles VII, au siège de Fougères en 1449 ; Pierre, petit-fils du précédent, époux en 1513 de Gillette Lorion.

Villette (de La), sr dudit lieu, de la Bouveraye et de la Dinivière, par. de SaintBrice-en-Gog!ais, — de Tanet.

Anc. ext., réf. 1669, huit gén. ; réf. de 1478 à 1513, par. de Saint-Brice et Vandel, év. de Rennes.

D'azur à la croix d'argent, bordée d'or.

Thomas, archer dans un compte du trésorier des guerres en 1164; Olivier, époux de Seraine du Pan, veuve en 1478; Bertrand, vivant en 1513, marié à Guillemette Bourgon.

Villiers (de) (orig. de l'Isle de France), sr dudit lieu, — de l'Isle-Adam, — de Livry, — de Ghailly.

D'or au chef d'azur, chargé d'un dextrochère vêtu d'un fanon d'hermines. Devise : Vaoultre et aussi : La main à l'œuvre.

Pierre, grand maître et porte oriflamme de France en 1364; Jean, maréchal de France, 1 1437; Philippe, grand maître de Saint-Jean de Jérusalem, célèbre par sa défense do Rhodes contre Soliman en 1521 ; François, grand louvetier de France en 1550.

Une famille de même nom et armes, alliée en Bretagne depuis 1765 aux Kersauson, Nepveu, Hingant et Trolong, a produit un lieutenant des vaisseaux du Roi en 1770.

Villiers (de), sr de Botorhan, par. de Mendon, — de Kerdrain, par. de Brech, — de Saint-Armel, par. de Sarzeau. Déb., réf. 1669; réf. 1536, par. de Mendon et Pluneret, év. de Vannes.

Echiqueté d'argent et de gueules ; au chef d'argent, chargé de deux coquilles de - sable (Arm. 1696).

Vincelles (de), voyez Aubert. Vincendière (de La), voyez Poulain.

Vincent, sr des Bassablons, — des Guimerais, — de Guébriant, par. de Pluduno — de la Bouëxière, par. de Gorseul, — du Rocher. D'argent à deuxfasces de sable.

Deux secrétaires du Roi à Rennes en 1707 ; un secrétaire du Roi à la chancellerie de Rouen en 1729.

VlNCETTRE.

Ecartelé aux i et 4 : d'or à la croix de sable ; aux 2 et 3 : de gueules à la croix d'argent (G. le B.).

Virel (de), s'dudit lieu, par. de Renac, év. de Vannes. D'argent à trois jumelles de gueules'(G. le B.). .

Cette terre a été possédée depuis le xv« siècle par la famille du Fresne, voyez Fresne (du).

  • Visdelou, sr du Pont-à-rAsne, par. de Ploeuc, — du Colombier et des Mé$!i<;s, par. d'Hénon, — de laGoublaye, par. de Saint-Alban, — de l'Hôtellerie et de SainteGuen, par. de Ploulragan, — de Bienassiset de Saint-Guéreuc, par. d'Erquy, — du Hilguy, par. de Plougastel-Saint-Germain, — de Pratanras, par. de Penhars, — du Rible, par. de Plomodiern, — de Kerlaouënan, par. de Mahalon, — de Lescoulouarn, par. de Plonéour, — de Coatfao, par. de Pluguffan, — de Trégunan, — de Toulgoët, par. d'Elliant, — des Aubiers, — de la Lande, par. de Plestan, — de SaintLaurent, — de Beauregard, - des Salles, — de Bonamour, par. de Trévé, — de la Villelouail, — de la Ville-Trében, — de la *Ville-Théart, par. de la Bouillie, — de Beaumanoir, — de Delien. — du Liscoët, par. de Boquého, — de Kermarquer, — de la Pinelaye, du Coudray et de la Marche, par. de Bédée, — du Gage, par. de Pleugueneuc, — du Bois-Baudry, par. de Rimou, — de la Grimaudais, par. de Mélesse.

Anc. ext. chev., réf. 1668, huit gén. ; réf. et montres de 1423 à 1535, par. de Plceuc, Hénon, Saint-Alban et Plestan, év. de Saint-Brieuc.

D'argent à trois têtes de loup de sable, arrachées et lampassées de gueules (Sceau 1276).

Guillaume, sr du Pont à-l'Asne, croisé en 1248 (cab. CourtoisT, épouse Thomine le Rebours, dont : Geoffroi, signataire en 1276 des lettres du duc portant changement de bail en rachat, marié à Alliette du Pou ; Perrot, écuyer dans une montre de Jean de Beaumanoir en 1369 ; Perrin, vivant en 1423, épouse Jeanne Chastel, de la maison de la Rouvraye ; Jean, capitaine de Moncontour en 1513, épouse Marguerite Abraham, dame de l'Hôtellerie ; Gilles, chevalier de l'ordre en 1620, marié à Françoise du Quélennec, dame de Bien»» assis ; trois autres chevaliers de l'ordre depuis 1626 ; deux présidents aux enquêtes en 1637 et 1707 ; un gouverneur de Quimper en 1683 ; un évêque de Cornouaille en 4651, transféré à Léon en 1665, † 1671 et enterré dans sa cathédrale ; un évôque des Indes en 1709, orientaliste célèbre f à Pondichéry en 1737; trois pages du Roi et une fille à SaintCyr de 1691 à, 1731 ; un chevalier de Malte en 1777 ; un lieutenant au régiment de Rohan, fusillé à Quiberon en 1795.

La branche de Bienassis et du Hilgùy fondue en 1704 dans de Poix, puis en 1727 dans la Marck, et en 1748 dans de Ligne-d'Aremberg.

Visé (orig. de Liège).

Maint, au cooseil en 1670, et par arrêt du pari, de 1770, cinq gén.

De gueules semé de billelles d'argent ; au lion de même sur le tout.

Viste (le) (orig. de Lyon), sr de Fresne.

D'azur à la bande cousue de gueules, chargée de trois croissants d'argent.

Aubert, contrôleur à la grande chancellerie, épouse Jeanne Baillet, dont : Antoine, président aux Grands-Jours de Bretagne, marié à Charlotte Briconnet, † 1534.

Vitr-é (de) (ramage des comtes de Rennes), baron dudit lieu, év. de Rennes. De gueules au lion contourné et couronné d'argent.

Robert, fonde le prieuré de Sainte-Croix de Vitré en 1064 et épouse Berthe de Craon ; André, croisé contre les Albigeois en 1210 et en Terre-Sainte en 1248, tué à la bataille de la Massoure en 1250, épouse Catherine de Thouars, dont Philippette, dame de Vitré, mariée à Guy de Laval, auquel elle porta la baronnie de Vitré, possédée depuis par les maisons de Monlfort qui prit le nom de Laval, de Coligny et de la Trêmoille.

Vittu (orig. d'Artois), sr de Kersaint, — de * Kerraoul, par. de Paimpol, — de la * Roncière, par. de Matignon.

D'argent à deux massues de sable, posées en sautoir, accomp. en chef d'un croissant de gueules, en flancs et en pointe de trois quintefeuilles de même.

André-Charles, époux en 1692 de Françoise (Eil-de-Bœuf, père de Jean-Louis, secrétaire du Roi en 1743, fen charge, marié à Françoise le Goff.

Yivet (orig. du Languedoc), marquis de Montclusen 1683, — sr de Fresques.

Ecartelé au i : d'azur au cygne d'argent, nageant sur une mer de même ; au chef de gueules, chargé de trois molettes d'or ; au 4 : d'argont à trois pals de gueules ; au 2 : d'azur au lion d'argent ; au 3 : d'azur à la tour donjonnée d'or ; à l'écu d'argent chargé d'un, sautoir cantonné de quatre croisettes, le tout de gueulesi brochant sur le tout.

Jacques, président en la cour des comptes de Montpellier, † 1715, père de Louis-François, abbé de Beauport, évêque de Saint-Brieuc en 1728, transféré à Alais en 1744, t 1755. Vivien, sr du Glérigo, par. de Theix, — de Kerczo, par. de Pluneret.

Déb., réf. 1670 et à l'intend. en 1708; montre 1481, par. de Plœmeur, év. de Vannes.

D'argent à trois escarboucles de sable (Arm. de l'Ars.).

Vivien (orig. de Normandie), sr de la Ville-Davy, par. de Saint-Hélen, — des Buffards, par. de Saint-Léonard, — de la Dauphinais, — de la Harée, par. de Saint-Pierre-de- Killé, — des Renaudières, par. de Landéan. Déb , réf. 1668; réf. de 1478 à 1513, par. de Saint-Hélen, év. de Dol. D'azur à deux fasces d'or, accomp. de neuf merlettes de même,3.3.3(Arm.l696).

Guillaume, fermier des devoirs à Fougères ent472 ; Olivier, vivant en 1513, épouse Charlotte Flaud

Vivien, sr de l'Espinay, ress. de Fougères.

D'or au lévrier rampant et contourné d'azur ; à la bande de sable, brochante, chargée de trois étoiles d'argent (Arm. 1696).

Vivien, sr de la Vicomté, ress. de Dinan.

D'argent au pin de sinople, accomp. d'un croissant à dextre, d'une étoile à sénestre et d'un coq en pointe, le tout de gueules (Arm. 1696).

Vivien, sr de la Biardais, par. de Caro.

Réf. et montres de 1479 à 1513, dite par., év. de Saint-Malo.

Pierre, anobli et franchi en 1470, apporta rabat d'un feu à la paroisse de Caro.

Vivien, sr de la Galopiuière, par. de Garquefou, — du Bois-Ragueuet, par. d'Orvault, — de Launay, par. de Gouffé, — du Pezle, par. de Brains, — de la Touche, par. de Nozay.

Perrot, franchi en 1442;, Perrine, dame de la Touche et du Bois-Raguénet, épouse Toussaint de Comaille, dont Claude, femme en 1563 de Pierre Cornulier.

Vivier (du), sr dudit lieu, par. de Gherrueix, év. de Dol. D'azur à l'aigle d'or (G. le B.).

Vivier (du) (orig. du Languedoc, &r de Lansac. De gueules plein (La Ch. des B.).

Un chanoine, comte de Lyon en 1726, abbé du Relec en 1740, † 1784.

Voisin, sr de la Villevoisiu et de Gergouy, par. d'Augan, — du Gaffre, par. de Ploërmel.

Réf. et montres de 1440 à 1513, dites par., év. de Sain.t-Malo.

D’argent à la fasce de gueules, accomp. de trois feuilles de houx de sinople (Arm. de l’Ars.).

La branche de la Villevoisin fondue dans Boisguè henneuc, puis Buinart.

Volance, sr de la Coste. par. de Maroué.

Maint, réf. 1669, O gén., ress. de Saint-Brieuc. D’argent à sept molettes de sable, 3. 3. i. René, anobli en 1610, épouse Jeanne Rosty.

Volance, sr du Tertre-Volance et de Saint-Mirel, par. de Plénée-Jugon. Réf. et montres de 1423 à 1569, dites par., év. de Saint-Brieuc. Porte une moletle (Sceau 1298).

Olivier, mentionné dans un partage de Geoffroi de Bréhand en 1298 ; Lorens, écuyer dans une montre de du Guesclin en 1371, ratifie le traité de Guérande en 1381 ; Thomas, prête serment au duc entre les nobles de Jugon en 1437.

Fondu dans le Berruyer.

Voland (de) (orig. de Provence), sr d’Aubenas, — de la Riais, par. de Ménéac. Ext. réf. 1668, six gén., ress. de Ploërmel. D’azur au cerf-volant d’or. Georges, vivant en 1500, épouse Claire Baudou.

Vollaige (orig. d’Anjou), sr de Vaugiraud, — de Verdigny, — de Chavagnes, par. de Sucé, — de Rouillon.

De gueules à l’aigle éployée d’or, chargée d’un écu d’azur à la bande, d’or sur chargée d’un coeur de gueules ; accomp. en chef de deux roses d’argent et en pointe d’un croissant de même.

Cinq officiers aux comptes de Nantes depuis 1732. Voltais (de La), voyez Prévost (le).

Volvire (de) (orig. du Poitou), sr de Nieuil-sur-l’Autise, — de la Rocheservière, dans les Marches, — du Fresnay, par. de Plessé, — de la Motte-Aleman, par. de SaintNazaire, — delà Roche-Hervé, par. de Missillac, — du Goust, par. de Malville, —

— de Laujardière, par. de Vallet, — des Ponts-de-Pirmil, — marquis de Ruffec en 1588, en Angoumois, — comte du Bois-de-la-Ronhe en 1607, par. de Néant, — vicomtedeLoyat, par. de ce nom, — marquis de Saint-Briceea 1650, par. de ce nom,

— baron de Sens, par. de ce nom, —sr de Grenonville et de Queneville, en Normandie,

— de Pontsal, par. de Plougoumelen, — du Dréorz, par. de Priziac.

Anc. ext. chev., réf. 1671, onze gén. ; réf. 1426, par. de Saint-Nazaire et Missillac.év. de Nantes.

Burelé de dix pièces d'or et de gueules ; aliàs : au franc canton de vair (Sceau 1389), qui est du Fresnay.

Hugues, croisé en 1218 (cab. Courtois); Hervé, épouse vers 1250 Anastase, dame du Fresnay, dont Maurice, marié : l°à Marie Chabot, 2o à Isabeau de Rochefort ; du premier lit : Hervé, marié en 1336 à Aliénor, dame de Ruffec ; François, prisonnier devant Pavie en 1511 et chambellan ordinaire do Louis XII. épouse : 1o en 1503 Françoise d'Amboise, 2o en 1516 Jeanne du Chastellier ; du premier lit : René, marié à Catherine de Montauban, dame du Bois-de-la-Roche et de Saint-Brice, père et mère de Philippe, chevalier des ordres du Roi en 1582, lieutenant-général aux gouvernements d'Angoumois, Saintonge et Aunis, † 1586 ; deux maréchaux de camp en 1627 et 1719 ; un abbé de Lanvaux en 1713 ; un lieutenant-général des armées du Roi en 1746, commandant en Bretagne, † 1751.

La branche de Ruffiec fondue dans VAubespine ; la branche du Bois-de-la-Roche fondue dans l'Olivier de Saint-Maur ; la branche de Saint-Brice fondue dans Guérin de la Grasserie. (Famille éteinte.)

  • Vossey ou Vaussé (de) (orig. de Champagne, maint, dans la généralité de Paris en 1717), sr d'Artonnay.

D'azur à la bande d'argent, chargée de deux hures de sanglier de sable (La Ch. des B.).

Cette famille, alliée on Bretagne aux Nourquer, la Bourdonnaye et Coétgoureden remonte & Bernard, marié en 1534 à Uuillemette de Richecourt ; elle a produit une fille à Saint-Cyr en 1727 ; un lieutenant-colonel au régiment de Chabrillan (cavalerie) en 1761, f à Vannes en 1763 ; un lieutenant de vaisseau en 1789, puis contre-amiral honoraire, † 1859, à l'âge de 93 ans.

Voue ou Vove(de La) (orig. du Maine), bar. i de la Pierre, — sr de Peillac, — de Coëlhuan, par. de Noyal-Pontivy. De sable à six besants d'argent (G. le B.).

Cette famille, qui a produit un gentilhomme de la chambre ea 1603, s'est alliée aux Kergorlay, Maillé, Talhouët, Goulaine, Haydurand et la Fresnaye. La branche ainée fondue en 1571 dans Langan.

Voyer (le), voyez Vayer (le).

Voyer (le) (orig. de Touraine), sr de Paulmy, — marquis * d'Argenson en 1700.

D'azur àdeux lions leopardés d'or.passantsl'un sur l'autre, couronnés de même ; écartelé d'argent à la fasce de sable, qui est Gueffault. Devise : Vis et prudentia vincunt.

Jean, chevalier de l'ordre combattit à la journée de Pavie en -1525 et à la bataille de Cérisolles en 1544 et épousa en 1538, Jeanne Gueffault, dame d'Argenson ; Hardouin, chevalier de Malte, commandeur de la Guerche en 1647; un chancelier de Francs en 1718, frère d'unévêque de Doletabbé du Relec de.1702 à 1715, et successivement archevêque d'Embrun puis de Bordeaux, en 1728 .

La branche de Paulmy fondue en 1689 dans la Rivière de Plœuc.

Voyneau (orig. du Poitou), sr du Plessis-Mauclerc. Maint, par lettres de relief de dérogeance en 1771. Tome III.

D'azur au rencontre de cerf d'or, surmonté d'une étoile de même. Deux auditeurs des comptes depuis 1719.

Vuillekhoy, auobli par lettres de mars 1815.'

D'azur à deux lévriers rampants et affrontés d'argent, colletés de mémo. Cette famille s'est alliée aux CillaH et aux Briant de Laubrière.