Nobiliaire et armorial de Bretagne/W

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
J. PLIHON ET L. HERVE (3p. 238-239).

W


Walsh (orig. d’Irlande), comte de * Serrant en 1755, par. de Saint-Georges-sur-Loire, — baron d’Ingrandes et châtelain de Chantocé, en Anjou.

Maint. par arrêt du conseil et lettres patentes de 1753.

D’argent au chevron de gueules, accomp. de trois phéons ou fers de dard de sable. Devise : Semper et ubique fidelis.

Philippe, établi à St-Malo où il épousa en 1695 Anne Whitte, laissa : 1º Antoine-Vincent secrétaire du Roi à la chancellerie de Rennes en 1740, marié en 1741 à Marie O’Schiell et qui conduisit en Écosse le prétendant Charles-Édouard en 1745 ; 2º François-Jacques, auteur des comtes de Serrant, qui ont produit deux maréchaux de camp depuis 1784.

Quatre membres admis aux honneurs de la cour depuis 1770.

Cette famille s’est alliée en Bretagne aux Fourché, l’Espinay et le Rouge de Guerdavid.


Whitte (orig. d’Irlande), sr d’Albyville.

Maint. par lettres patentes de 1718, év. de Saint-Malo.

D’argent au chevron d’azur, accomp. de trois roses de gueules, feuillées de sinople et boutonnées d’or.

Un contrôleur à la chancellerie en 1754 ; un chevalier de Malte en 1774.


Willaumez (orig. de Belle-Ile-en-Mer).

De gueules au vaisseau d’argent équipé d’or, entouré d’un cercle de réflexion divisé de même.

Un capitaine d’artillerie, chevalier de Saint-Louis en 1763, père d’un enseigne de vaisseau auxiliaire dans l’expédition d’Entrecasteaux en 1791, vice-amiral en 1819, comte et pair de France, † 1845, sans postérité.


Wismes (de), voyez Blocquel.


* Wolbock (orig. du duché de Gueldres, maint. par arrêt des aides en 1609 et à l’intend. de Soissons en 1667), sr du Loo, — de Wormes, — de Courcelles, — d’Applincourt, — de Loupeigne, — de Limé.

De gueules à la fasce d’or.

Nicolas, marié à Charlotte d’Harzillemont, de la maison de Chastillon, passa en France avec un corps de reitres et fut naturalisé en 1573 ; Antoine, son fils, exempt des gardes du corps du Roi et gentilhomme servant de la Reine, appelé à l’arrière-ban de Soissons en 1635.

Cette famille est aujourd’hui établie en Bretagne, où elle s’est alliée aux la Grandière et aux de Bruc de Montplaisir.