Mozilla.svg

Nostradamus (Bonnellier)/Tome 2/Conversation

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Abel Ledoux (2p. 303-313).


XXII.

CONVERSATION.


César de Nostredame resta à la garde du fils de sa sœur ; dans un modeste cabinet, lieu de travail de Michel, le roi de France et sa mère s’assirent respectueux devant l’oracle, dont quinze ans auparavant la vue redoutable avoit décimé la cour. La reine avoit trop éprouvé la prodigieuse puissance du docteur de Salon pour ne pas en redouter les avertissemens ; mais sa curiosité, plus forte que sa peur, lui faisoit en même temps courber la tête et prêter l’oreille. Charles, aux ordres de sa mère, non moins superstitieux qu’elle, plus effrayé peut-être, se laissoit aller à la même attitude.

Il étoit bien vieux, cet homme qui agissoit ainsi sur deux existences royales : non pas tant vieux d’années, il n’avoit que soixante-deux ans ; mais vieux par les chagrins, les douloureuses insomnies, les larmes, les angoisses d’une vie si obstinément torturée ! il étoit décrépit, courbé sur lui-même, d’une maigreur rachitique ; — nous parlons de son corps. Sa tête avoit la sublimité de caractère qu’impriment une vertueuse résignation, l’habitude des hautes et généreuses pensées, le commerce des sciences appliqué au progrès de l’entendement humain ; ses yeux, cet organe qui dans chacune des hallucinations devoit avoir brisé ses ressorts, en quelque sorte ; — ses yeux avoient conservé physiquement leur bel enchâssement, les rides n’en avoient point déformé le dessin ni la noblesse, et, moralement, ils exprimoient encore tout ce que leur dictoit l’intelligence, ils dominoient encore les êtres qu’ils voulaient abattre, leur faculté d’attraction et d’énergie n’avoit rien perdu de son charme ou de sa communication incisive.

Michel de Nostredame, regarda tristement le roi et sa mère.

— Eh bien ! illustre maître, commença Catherine avec embarras, le temps a marché ! je vous retrouve défiant les années,… et beaucoup de gens que vous avez vus près de moi sont morts.

— Leur sort est à envier ! dit le roi.

— Peut-être ! dit Michel.

— Peut-être !… reprit la reine, c’est le rideau du grand secret : vous savez, maître, si ma sollicitude malheureuse a cherché à en soulever les coins, pour le bonheur de mon mari, de mes enfans et de la France ?

— De la France ? madame la reine.

— En doutez-vous, Nostredame ? demanda Catherine avec sévérité.

— Pauvre France !… infortunée religion !… continua sans s’émouvoir le médecin de Salon. Des hommes sont là, rois, princes, seigneurs, gentilshommes, souverains, grands vassaux, des soldats derrière eux ; et parce qu’un des grands vassaux lève trop la tête, parce que le prince a peur que cette tête ne touche aux franges du dais, on se divise, on intrigue, on tue… pour le bonheur de la France !… Et la religion ! qui la connaît, de ceux qui l’attaquent et de ceux qui la défendent ? aucun !… question de trône, voilà tout ! question de Dieu, mensonge !…

— Vous commencez à voir mal, — dit le roi sèchement, — je jure Dieu, maître, que la religion occupe toutes mes pensées, et me cause, en ces temps d’hérésie, de cuisantes douleurs !… Je jure Dieu ! — ajouta-t-il en s’animant davantage, — que volontiers perdrai ma couronne, s’il peut m’être donné d’anéantir l’hérésie…, mais l’anéantir, la briser sur les pavés de ses conférences et de ses conciliabules !

— Le roi le tentera… dit Michel avec calme, s’adressant à la reine.

— Et n’aura-t-il pas raison ? — répondit la reine-mère. — L’audace des hérétiques, des religionnaires, n’aura-t-elle pas été poussée assez loin ?… se sont-ils fait faute d’une seule insulte ? Ne vous souvient-il pas de la conspiration d’Amboise contre mon pauvre premier-né ?… il y alloit de mort de roi dans cette affaire, au moins !… le valet de la Renaudie l’a formellement avoué… et croyez-le bien, Nostredame, mort de roi vouloit changement de culte — Le roi de France doit rester très-chrétien !

— Ainsi ferai, dit Charles IX.

— Mais vous le savez, maître, — reprit Catherine, sur un ton plus adouci ; — c’est peu de la meilleure volonté, lorsqu’elle marche dans les ténèbres ; la fatalité déconcerte ses plans les plus sages ; … et encore, une grande terreur est venue récemment nous saisir… pendant quinze nuits, une armée, infanterie et cavalerie, a été vue marchant dans le ciel, du côté de Meudon ! … qu’est-ce cela ?… que signifie cet horrible prodige ?

— C’étoit sans doute la marche funèbre de tous ces hommes tués dans ces guerres malheureuses ?

— Mais cette marche, visible à notre œil sur cette terre, — reprit le roi, — quel sens peut-elle avoir ?

— Un sens moins terrible, sire, — que celui indiqué par une monstrueuse nuée de corbeaux, qui viendra certaine nuit s’abattre sur les toitures de votre Louvre.

— Encore un malheur, Nostredame ? — demanda la reine.

— Toujours du sang, madame !

— Sur nous ?

— Et sur eux.

— Sur nous ? — insista Catherine.

— Et sur la France, — répondit Michel.

— Mais, mon père, — dit Catherine de Médicis avec angoisse, — ils ne tueront pas le roi ?

Charles IX frissonna.

— Je les tuerai plutôt ! — s’écria-t-il avec emportement.

— Et le ferai, — dit le médecin.

— Et dans ce voyage, maître, — reprit Charles, — quelque malheur me menace-t-il ?

— N’ayant affaire qu’au peuple, votre majesté n’a rien à craindre.

— Qu’ai-je donc à redouter en d’autres temps ?

— Vos penchans, sire…, et vos grands seigneurs.

Amen, — dit le roi en se levant. — Afin de conjurer les nouveaux malheurs que vous m’annoncez, je vous désigne, mon père, à une charge qui vous donne autorité sur mon corps et mon ame… Vous êtes mon médecin.

— Hélas ! sire, cet honneur, dont vous comblez mes derniers jours, arrive trop tard pour qu’il tourne à l’utilité de votre majesté. — Dans quarante semaines, je serai mort !

— Vous ! dit la reine avec surprise.

Michel de Nostredame prit un manuscrit sur sa table.

— Voici les Éphémérides de Jean Stadius ; j’y ai tracé mon arrêt.

En effet, ces mots se trouvoient écrits de sa main, à la date du 2 juillet : Hìc propè mors est.

— Nous nous reverrons, mon père, dit la reine attendrie.

— Dans la vallée de Josaphat, madame la reine.

— Le sang de l’enfant tué ce matin ne retombera pas sur le roi, n’est-il pas vrai ?

— Le roi Charles est innocent du crime de Henri II ; plaise à Dieu qu’il n’ait à rendre compte que de cette mort !

— Le roi fit un geste d’impatience, il voulut défier la prophétie en bravant le regard du prophète, son œil se baisse aussitôt.

— Nous nous remettons en route, maître, et nous vous recommandons aux bonnes grâces du ciel.

— Et vous, sire, à ses pardons.