Nouvelle cuisinière canadienne/Remarque

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
C.O. Beauchemin & Valois, libraires-éditeurs (p. 122).

REMARQUE. — Souvent la farine est sûre et on manque de faire une pâtisserie bonne : cela peut provenir aussi de ce que la farine est grugée au moulin.

On ne doit se servir que de la fleur fine pour les pâtisseries mentionnées dans ce livre.

Il est aussi très essentiel d’éprouver la chaleur du poële ou du four, où l’on doit cuire ces pâtisseries, ce qui est bien facile, en faisant d’abord cuire un petit morceau de pâte, autrement on s’expose à gâter le tout ; sachez donc bien proportionner la chaleur.

Pour dorer les pâtés, tartes, etc., battez un jaune d’œuf, une cuilléree de bon lait, un peu de sucre et beurrez la croûte avec une plume.