100%.png

Nouvelles poésies (Van Hasselt)/La Croix au bord de l’eau

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Odes
Nouvelles PoésiesBruylant et Cie (p. 140-141).


La croix au bord de l’eau.





Endlich ist’s errungen.
Chr. Ad. Overbeck





Gais oiseaux qu’avril du midi ramène,
Chantres des beaux jours,
Vous nagez dans l’air, votre bleu domaine,
Vers le nord toujours.
Vous verrez là-bas un berceau de roses,
Un berceau désert,

Qui répand l’encens de ses fleurs écloses
Sur un tertre vert.

Beaux nuages blancs, dont le vol dépasse
L’aile des vautours,
Vous que j’aime à suivre à travers l’espace
Vers le nord toujours,
Vous verrez là-bas, à demi cachée
Sous un vieux bouleau,
Une croix de pierre, une croix penchée
Seule au bord de l’eau.

Flots charmants et bleus que la Meuse roule,
Roule dans son cours,
Flots charmants et bleus qui courez en foule
Vers le nord toujours,
Demandez tout bas, troupe aventurière,
Au berceau désert
Si l’on dort en paix sous la croix de pierre,
Sous le tertre vert.



Mai 1857.