Numa Roumestan/VII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charpentier (p. 105-119).

VII - PASSAGE DU SAUMON


En attendant une installation plus complète qui ne pourrait se faire qu’après l’arrivée de leurs meubles en route par la petite vitesse, les Valmajour s’étaient logés dans ce fameux passage du Saumon, où descendaient de tout temps les voyageurs d’Aps et de la banlieue, et dont la tante Portal avait gardé un si étonnant souvenir. Ils occupaient là sous les toits une chambre et un cabinet, le cabinet sans jour ni air, une sorte de serre-bois dans lequel couchaient les deux hommes, la chambre guère plus grande, mais qui leur semblait superbe avec son acajou attaqué par les tarets, sa carpette miteuse, frippée, sur le carreau dérougi, et la fenêtre mansardée découpant un morceau du ciel, aussi jaune, aussi brouillé que la longue vitrine en dos d’âne du passage. Dans cette niche ils entretenaient le souvenir du pays par une forte odeur d’ail et d’oignon roussi, cuisant eux-mêmes sur un petit poêle leur nourriture exotique. Le père Valmajour, très gourmand, aimant la compagnie, aurait bien préféré descendre à la table d’hôte, dont le linge blanc, les huiliers et les salières de plaqué l’enthousiasmaient, se mêler à la conversation bruyante de MM. les représentants de commerce qu’ils entendaient rire, aux heures des repas, jusqu’à leur cinquième étage. Mais la petite Provençale s’y opposait formellement.

Très étonnée de ne pas trouver en arrivant la réalisation des belles promesses de Numa, les deux cents francs par soirée qui, depuis la visite des Parisiens, faisaient dans sa petite tête imaginative un écroulement de piles d’écus, épouvantée du prix exorbitant de toutes choses, elle avait été prise, dès le premier jour, de cet affolement que le peuple de Paris appelle « la peur de manquer ». Toute seule, avec des anchois et des olives, elle s’en serait tirée, – comme en carême, té ! pardi, – mais ses hommes avaient des dents de loup, bien plus longues ici qu’au pays parce qu’il faisait moins chaud, et il lui fallait à tout instant entr’ouvrir la saquette, grande poche d’indienne cousue par elle-même, dans laquelle sonnaient les trois mille francs, produit de la vente de leur bien. À chaque louis qu’elle changeait, c’était un effort, un arrachement, comme si elle donnait des pierres de son mas, les ceps de la dernière vigne, – sa rapacité paysanne et méfiante, cette crainte d’être volée qui l’avait décidée à vendre la ferme au lieu de la mettre en location, se doublant de l’inconnu, du noir de Paris, ce grand Paris que de sa chambre là-haut elle entendait gronder sans le voir et dont la rumeur, à ce coin tumultueux des halles, ne s’arrêtait ni jour ni nuit, faisait s’entre choquer continuellement sur un vieux plateau de laque les pièces de son verre d’eau d’hôtel garni.

Jamais voyageur perdu dans un bois mal hanté ne se cramponna à sa valise plus énergiquement que la Provençale ne serrait contre elle la saquette, quand elle traversait la rue avec sa jupe verte, sa coiffe arlésienne, sur lesquelles se retournaient les passants quand elle entrait chez les marchands où sa démarche de cane, sa façon de donner aux objets des tas de noms baroques, d’appeler les céleris des àpi, les aubergines des mérinjanes, la faisaient elle, Française du Midi, aussi égarée, aussi étrangère, dans la capitale de la France, que si elle fût arrivée de Stockholm ou de Nijnii-Nowgorod.

Très humble d’abord, mielleuse, elle avait tout à coup, devant le sourire d’un fournisseur ou la brutalité d’un autre à son marchandage effréné, des accès de fureur qui sortaient en convulsions sur sa jolie figure de vierge brune, en gestes de possédée, en vanité bavarde et tapageuse. Et alors, l’histoire du cousin Puyfourcat et de son héritage, les deux cents francs par soirée, leur protecteur Roumestan dont elle parlait, disposait comme d’une chose absolument à elle, l’appelant tantôt Numa, tantôt le menistre avec une emphase plus grotesque encore que sa familiarité, tout roulait, se mêlait dans des flots de charabia, de langue d’oïl francisée, jusqu’au moment où, la méfiance reprenant le dessus, la paysanne s’arrêtait, saisie d’une crainte superstitieuse de son bavardage, muette brusquement, les lèvres serrées comme les cordons de la saquette.

Au bout de huit jours, elle était légendaire à cette entrée de la rue Montmartre, tout en boutiques, répandant par les portes des fournisseurs toujours ouvertes, avec des odeurs d’herbage, de viande fraîche ou de denrées coloniales, la vie et les secrets des maisons du quartier. Et c’est cela, les questions qu’on lui adressait gouailleusement le matin en lui rendant la monnaie de ses maigres achats, les allusions au début constamment retardé de son frère, à l’héritage du Bédouin, ces blessures d’amour-propre plus encore que la crainte de la misère, qui excitait Audiberte contre Numa, contre ses promesses dont elle s’était d’abord justement méfiée, en vraie fille de ce Midi où les paroles volent plus vite qu’ailleurs, à cause de la légèreté de l’air.

— Ah ! si on lui avait fait faire un papier.

C’était devenu son idée fixe, et, tous les matins, quand Valmajour partait pour le ministère, elle avait bien soin de tâter la feuille timbrée dans la poche de son paletot.

Mais Roumestan avait d’autres papiers à signer que celui-là, d’autres préoccupations en tête que le tambourin. Il s’installait au ministère avec les tracas, la fièvre de bouleversement, les ardeurs généreuses des prises de possession. Tout lui était nouveau, les vastes pièces de l’hôtel administratif autant que les vues élargies de sa haute situation. Arriver au premier rang, « conquérir la Gaule », comme il disait, ce n’était pas là le difficile : mais se maintenir, justifier sa chance par d’intelligentes réformes, des tentatives de progrès !… Plein de zèle, il s’informait, consultait, conférait, s’entourait littéralement de lumières. Avec Béchut, l’éminent professeur, il étudiait les vices de l’éducation universitaire, les moyens d’extirper l’esprit voltairien des lycées ; s’aidait de l’expérience de son chargé des Beaux-Arts, M. de la Calmette, vingt-neuf ans de bureau ; de Cadaillac, le directeur de l’Opéra, debout sur ses trois faillites, pour refondre le Conservatoire, le Salon, l’Académie de musique, d’après de nouveaux plans.

Le malheur, c’est qu’il n’écoutait pas ces messieurs, parlait pendant des heures, et, tout à coup, regardant sa montre, se levait, les congédiait en hâte :

— Coquin de sort ! Et le Conseil que j’oubliais… Quelle existence, pas une minute à soi… Entendu, cher ami… Envoyez-moi vite votre rapport.

Les rapports s’empilaient sur le bureau de Méjean, qui, malgré son intelligence et sa bonne volonté, n’avait pas trop de tout son temps pour la besogne courante, et laissait dormir les grandes réformes.

Comme tous les ministres arrivants, Roumestan avait amené son monde, le brillant personnel de la rue Scribe : le baron de Lappara, le vicomte de Rochemaure, qui donnaient un bouquet aristocratique au nouveau cabinet, absolument ahuris, du reste, et ignorants de toutes les questions. La première fois que Valmajour se présenta rue de Grenelle, il fut reçu par Lappara, qui s’occupait plus spécialement des Beaux-Arts, envoyant à toute heure des estafettes, dragons, cuirassiers, porter aux demoiselles des petits théâtres des invitations à souper sous de grandes enveloppes ministérielles ; quelquefois même l’enveloppe ne contenait rien, n’était qu’un prétexte à montrer, au lendemain d’un terme impayé, le rassurant cuirassier du ministère. M. le baron fit au joueur de tambourin l’accueil bon enfant, un peu hautain, d’un grand seigneur recevant un de ses tenanciers. Les jambes allongées de peur des cassures à son pantalon bleu de France, il lui parla du bout des lèvres, sans cesser de polir, de limer ses ongles.

— Bien difficile en ce moment… le ministre si occupé… Bientôt, dans quelques jours… On vous préviendra, mon brave homme.

Et comme le musicien avouait naïvement que ça pressait un peu, que leurs ressources ne dureraient pas toujours, M. le baron, de son air le plus sérieux, en posant sa lime au bord du bureau, l’engagea à mettre un tourniquet à son tambourin…

— Un tourniquet au tambourin ? Pourquoi faire ?

— Parbleu, mon bon, pour l’utiliser comme boîte à plaisirs pendant la morte-saison !…

À la visite suivante, Valmajour eut affaire au vicomte de Rochemaure. Celui-ci leva d’un dossier poudreux où elle disparaissait tout entière, sa tête frisée au petit fer, se fit expliquer consciencieusement le mécanisme du flûtet, prit des notes, essaya de comprendre, et déclara, pour finir, qu’il était plus spécialement pour les cultes. Puis le malheureux paysan ne trouva plus jamais personne, tout le cabinet étant allé rejoindre le ministre dans les régions inaccessibles où Son Excellence s’abritait. Pourtant il ne perdit son calme ni son courage, ouvrit toujours devant les réponses évasives des huissiers et leurs haussements d’épaules les mêmes yeux étonnés et clairs où luisait tout au fond cette pointe demi-railleuse qui est l’esprit des regards provençaux :

— Va bien… va bien… je reviendrai.

Et il revenait. Sans ses guêtres montantes et son instrument en sautoir, on eût pu le prendre pour un employé de la maison, tellement son arrivée y était régulière, quoique plus difficile chaque matin.

Rien que la vue de la haute porte cintrée lui faisait maintenant battre le cœur. Au fond de la voûte, c’était l’ancien hôtel Augereau, avec sa vaste cour où l’on entassait déjà du bois pour l’hiver, ses deux perrons si laborieux à monter sous les regards railleurs de la valetaille. Tout augmentait son émoi, les chaînes d’argent des huissiers, les casquettes galonnées, les accessoires infinis de ce majestueux appareil qui le séparait de son protecteur. Mais il redoutait plus encore les scènes au logis, le terrible froncement de sourcils d’Audiberte, et voilà pourquoi il revenait désespérément. Enfin le concierge eut pitié de lui, lui donna le conseil, s’il voulait voir le ministre, de l’attendre à la gare Saint-Lazare, au moment du départ pour Versailles.

Il y alla, se mit en faction dans la grande salle du premier étage animée, à l’heure des trains parlementaires, d’une physionomie bien à part. Députés, sénateurs, ministres, journalistes, la gauche, la droite, tous les partis se coudoyaient là, aussi bariolés, aussi nombreux que les placards, bleus, verts, rouges, couvrant les murs, et criaient, chuchotaient, se surveillaient de groupe à groupe, l’un s’écartant pour ruminer son prochain discours, un autre, orateur de couloirs, ébranlant les vitres des éclats d’une voix que la Chambre ne devait jamais entendre. Accents du Nord et du Midi, opinions et tempéraments divers, fourmillement d’ambitions et d’intrigues, piétinante rumeur de foule fiévreuse, la politique était bien à sa place dans cette incertitude de l’attente, ce tumulte du voyage à heure fixe, qu’un coup de sifflet précipitait sur des perspectives de rails, de disques, de locomotives, sur un sol mouvant, plein d’accidents et de surprises.

Au bout de cinq minutes, Valmajour voyait arriver, appuyé au bras d’un secrétaire chargé de son portefeuille, Numa Roumestan, le pardessus large ouvert, la face épanouie, tel qu’il lui était apparu le premier jour sur l’estrade des Arènes, et, de loin, il reconnaissait sa voix, ses bonnes paroles, ses protestations d’amitié… « Comptez-y… fiez-vous à moi… C’est comme si vous l’aviez… »

Le ministre était alors dans la lune de miel du pouvoir. En dehors des hostilités politiques, souvent moins violentes dans le parlement qu’on pourrait le croire, rivalité de beaux parleurs, querelles d’avocats défendant des causes adverses ; il ne se connaissait pas d’ennemis, n’ayant pas eu le temps, en trois semaines de portefeuille, de lasser les solliciteurs. On lui faisait crédit encore. Deux ou trois à peine commençaient à s’impatienter, à le guetter au passage. À ceux-là, il jetait très haut, en hâtant le pas, un « bonjour, ami » qui allait au-devant des reproches et les réfutait en même temps, tenait familièrement les réclamations à distance, laissait les quémandeurs déçus et flattés. Une trouvaille, ce « bonjour, ami », et d’une duplicité tout instinctive.

À la vue du musicien qui venait à lui en se dandinant, son sourire écarté sur ses dents blanches, Numa eut bien envie de lancer son bonjour de défaite ; mais comment traiter d’ami ce rustre en petit chapeau de feutre, en jaquette grise d’où ses mains ressortaient brunes comme sur des photographies de village ? Il aima mieux prendre « son air ministre » et passer raide en laissant le pauvre diable stupéfait, anéanti, bousculé par la foule qui se pressait derrière le grand homme. Valmajour reparut pourtant le lendemain et les jours suivants, mais sans oser s’approcher, assis au bord d’un banc, une de ces silhouettes résignées et tristes, comme on en voit dans les gares, à têtes de soldats ou d’émigrants prêts pour tous les hasards d’un destin mauvais. Roumestan ne pouvait éviter cette muette apparition toujours en travers de son chemin. Il avait beau feindre de l’ignorer, détourner son regard, causer plus fort en passant ; le sourire de sa victime était là et y restait jusqu’au départ du train. Certes, il eût préféré une réclamation brutale, une scène de cris où fussent intervenus les sergents de ville et qui l’eût débarrassé. Il en vint, lui, le ministre, à changer de gare, à prendre quelquefois la rive gauche pour dérouter ce remords vivant. Il y a comme cela, dans les plus hautes existences, de ces riens qui comptent, la gêne d’un gravier dans une botte de sept lieus.

L’autre ne se décourageait pas.

« C’est qu’il est malade… » se disait-il, ces jours-là ; et il revenait à son poste obstinément. Au logis, la sœur l’attendit fiévreuse, guettait sa rentrée.

« Eh ! bé, tu l’as vu, le ministre ?… Il l’a signé, le papier ? »

Et ce qui l’exaspérait plus que l’éternel : « Non… p’encore !… » c’était le flegme de son frère laissant tomber dans un coin la caisse dont la courroie lui marquait l’épaule, un flegme d’indolence et d’insouciance aussi fréquent chez les natures méridionales que la vivacité. Alors l’étrange petite créature entrait dans ses fureurs. Qu’est-ce qu’il avait donc dans les veines ?… Est-ce que ça n’allait pas finir, allons ?… « Gare, si un coup je m’en mêle !… » Lui, très calme, laissait passer le grain, tirait de leur étui le flûtet, la baguette à bout d’ivoire, les frottait d’un morceau de laine, par crainte de l’humide, et, tout en astiquant, promettait de s’y prendre mieux le lendemain, d’essayer encore au ministère, et si Roumestan n’était pas là, de demander à voir sa dame.

— Ah ! vaï, sa dame… tu sais bien qu’elle n’aime pas ta musique… Si c’était la demoiselle… celle-là, oui, par ézemple !…

Et elle remuait la tête.

— La dame ou la demoiselle, tout ça se moque bien de vous… disait le père Valmajour blotti devant un feu de mottes que sa fille couvrait de cendres économiquement et qui mettait entre eux un éternel sujet de querelle.

Au fond, par jalousie de métier, le vieux n’était pas fâché de l’insuccès de son fils. Comme toutes ces complications, ce grand désarroi de leur vie allait à ses goûts bohêmes de ménétrier, il s’était d’abord réjoui du voyage, de l’idée de voir Paris, « le paradis des femmes et l’enfer des chivaux », ainsi que disent les charretiers de là-bas, avec des imaginations de houris en légers voiles, et de chevaux tordus, cabrés au milieu des flammes. En arrivant, il avait trouvé le froid, les privations, la pluie. Par crainte d’Audiberte, par respect pour le ministre, il s’était contenté de grogner en grelottant dans son coin, de glisser des mots en dessous, des clignements d’yeux ; mais la défection de Roumestan, les colères de sa fille ouvraient pour lui aussi la voie aux récriminations. Il se vengeait de toutes les blessures d’amour-propre dont les succès du garçon le torturaient depuis dix ans, haussait les épaules en écoutant le flûtet.

« Musique, musique bien, va… Ça ne te servira pas à grand’chose. »

Et, tout haut, il demandait si ça ne faisait pas pitié, un homme de son âge, l’avoir emmené si loin, dans cette Sibérille, pour le laisser crever de froid et de misère ; il invoquait le souvenir de sa pauvre sainte femme, qu’il avait d’ailleurs tuée de chagrin, « fait devenir chèvre, allons ! » selon l’expression d’Audiberte, restait des heures à geindre, la tête au foyer, rouge et grinçant, jusqu’à ce que sa fille, fatiguée de ces lamentations, se débarrassât de lui avec deux ou trois sous pour aller boire un verre de doux chez le marchand de vin. Là, son désespoir s’apaisait tout de suite. Il faisait bon, le poêle ronflait. Le vieux pitre, réchauffé, retrouvait sa verve falote de personnage de la comédie italienne, au grand nez, à la bouche mince, sur un petit corps sec, tout de guingois. Il amusait la galerie de ses gasconnades, blaguait le tambourin de son fils qui leur valait toutes sortes d’ennuis dans l’hôtel ; car Valmajour, tenu en haleine par l’attente de son début, piochait son instrument jusqu’au milieu de la nuit, et les voisins se plaignaient des trilles suraigus de la petite flûte, du bourdonnement continuel dont le tambourin faisait frémir l’escalier, comme s’il y avait eu un tour en mouvement au cinquième étage.

« Va toujours… » disait Audiberte à son frère, quand la propriétaire de l’hôtel réclamait. Il n’aurait plus manqué que dans ce Paris qui menait un tintamarre à ne pas fermer l’œil de la nuit, on n’eût pas le droit de travailler sa musique ! Et il la travaillait. Mais on leur donna congé ; et de quitter ce passage Saumon, célèbre en Aps et leur rappelant la patrie, il leur sembla que l’exil s’aggravait, qu’ils remontaient un peu plus dans le Nord.

La veille de partir, Audiberte, après la course quotidienne et infructueuse du tambourinaire, fit manger ses hommes à la hâte, sans parler de tout le déjeuner, mais avec les yeux brillants, l’air déterminé d’une résolution prise. Le repas fini, elle leur laissa le soin de débarrasser la table, jeta sur ses épaules sa longue mante couleur de rouille.

« Deux mois, deux mois bientôt que nous sommes à Paris !… dit-elle les dents serrées. Il y en a assez… Je m’en vais lui parler, moi, à ce menistre !… »

Elle ajusta le ruban de sa terrible petite coiffe qui, sur le haut de ses cheveux en larges ondes, prenait des mouvements de casque de guerre, et violemment quitta la chambre, ses talons bien cirés retroussant à chaque pas la bure épaisse de sa robe. Le père et le fils se regardèrent avec épouvante, sans essayer de la retenir, sachant bien qu’ils ne feraient qu’exaspérer sa colère ; et ils passèrent l’après-midi en tête à tête, échangeant à peine trois paroles, pendant que la pluie ruisselait en bas sur le vitrage, l’un astiquant baguette et flûtet, l’autre cuisinant le fricot du dîner sur un feu qu’il faisait aussi ardent que possible, pour se chauffer tout son soûl une bonne fois, pendant la longue absence d’Audiberte. Enfin, son pas pressé de nabote sonna dans le corridor. Elle entra, elle rayonnait.

— Dommage que la fenêtre ne donne pas sur la rue, dit-elle en se débarrassant de son manteau qui n’avait pas une goutte de pluie… Vous auriez pu voir en bas le bel équipage qui m’amène.

— Un équipage ! … tu badines ?

— Et des domestiques, et des galons… C’est ça qui en fait un ramage dans l’hôtel.

Alors, au milieu de leur silence admirant, elle raconta, mima son expédition. D’abord et d’une, au lieu de demander après le ministre, qui ne l’aurait jamais reçue, elle s’était fait donner l’adresse, – on a tout ce qu’on veut en parlant poliment, – l’adresse de la sœur, cette grande demoiselle qui était venue avec lui à Valmajour. Elle ne demeurait pas au ministère, mais chez ses parents, dans un quartier de petites rues mal pavées, avec des odeurs de droguerie, rappelant à Audiberte sa province. Et c’était loin, et il fallait marcher. Enfin elle trouvait la maison, sur une place où il y avait des arcades, comme autour de la placette, en Aps. Ah ! la brave demoiselle, qu’elle l’avait bien reçue, sans fierté, quoique ça eût l’air très riche chez elle, des belles dorures plein l’appartement et des rideaux de soie rattachés comme ci comme ça de tous les côtés :

« Eh ! adieu… vous êtes donc à Paris ?… D’où vient ?… Depuis quand ? »

Puis, lorsqu’elle avait su comme Numa las faisait aller, tout de suite elle sonnait sa dame gouvernante, – une dame à chapeau, elle aussi, – et toutes trois partaient pour le ministre. Il fallait voir l’empressement et les révérences jusqu’à terre de tous ces vieux bedeaux qui couraient devant elles pour leur ouvrir les portes.

— Alors, tu l’as vu, le menistre ? demanda timidement Valmajour, pendant qu’elle reprenait son souffle.

— Si je l’ai vu !… Et poli, je t’en réponds !… Ah ! pauvre bédigas, quand je te disais qu’il fallait mettre la demoiselle dans ton jeu… C’est elle qui a eu vitre rangé les affaires, et sans réplique… Dans huit jours, il y aura grande fête en musique au menistère pour te montrer aux directeurs… Et tout de suite après, cra-cra, le papier et la signature.

Le plus beau, c’est que la demoiselle venait de la reconduire jusqu’en bas, dans la voiture du ministre.

— Et qu’elle avait bien envie de monter ici… ajouta la Provençale en clignant de l’œil vers son père et tordant son joli visage d’une grimace significative. Toute la face du vieux, sa peau craquée de figue sèche, se resserra pour dire : « Compris… motus !… » Il ne blaguait plus le tambourin. Valmajour, lui, très calme, ne saisissait pas l’allusion perfide de sa sœur. Il ne songeait qu’à ses prochains débuts, et décrochant la caisse, il se mit à repasser tous ses airs, à envoyer en adieu d’un bout à l’autre du passage des trilles en bouquets sur des mesures redondantes.