Numa Roumestan/VIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charpentier (p. 120-142).

VIII - REGAIN DE JEUNESSE


Le ministre et sa femme achevaient de déjeuner dans leur salle à manger du premier étage, pompeuse et trop vaste, que ne parvenaient pas à dégeler l’épaisseur des tentures, les calorifères chauffant tout l’hôtel, ni le fumet d’un copieux repas. Ce matin-là, par hasard, ils étaient seuls. Sur la nappe, parmi la desserte toujours très fournie à la table du Méridional, il y avait sa boîte à cigares, la tasse de verveine qui est le thé des Provençaux, et de grands casiers alignant les fiches multicolores où étaient inscrits les sénateurs, députés, recteurs, professeurs, académiciens, gens du monde, la clientèle ordinaire et extraordinaire des soirées ministérielles, -- quelques cartons plus hauts que les autres, pour les invités privilégiés, imposés à la première série des « petits concerts ». Madame Roumestan les feuillait, s’arrêtait à certains noms, surveillée du coin de l’œil par Numa qui, tout en choisissant son cigare d’après déjeuner, guettait sur cette calme physionomie une désapprobation, un contrôle à la manière un peu hasardée dont ces premières invitations avaient été faites.

Mais Rosalie ne demandait rien. Tous ces apprêts lui étaient bien indifférents. Depuis leur installation au ministère, elle se sentait encore plus loin de son mari, séparée par des obligations incessantes, un personnel trop nombreux, une largeur d’existence qui détruisait l’intimité. À cela venait s’ajouter le regret toujours navré de n’avoir pas d’enfant, de ne pas entendre autour d’elle ces petits pas infatigables, ces bons rires craquants et sonores qui auraient enlevé à leur salle à manger ce glacial aspect d’une table d’hôtel, où ils semblaient ne s’asseoir qu’en passant, avec l’impersonnalité du linge, mobilier, argenterie, tout le garni somptueux des situations publiques.

Dans le silence embarrassé de cette fin de repas arrivaient des sons étouffés, des bouffées d’harmonie scandées par des bruits de marteaux, les tentures, l’estrade que l’on clouait en bas pour le concert, pendant que les musiciens répétaient leurs morceaux. La porte s’ouvrit. Le chef de cabinet entra, des papiers à la main :

— Encore des demandes !…

Roumestan s’emporta. Ça, non, par exemple ! ce serait le pape, il n’y avait plus une place à donner. Méjean, sans s’émouvoir, posa devant lui un paquet de lettres, cartes, billets parfumés :

— Il est bien difficile de refuser… vous avez promis…

— Moi ?… mais je n’ai parlé à personne…

— Voyez… Mon cher ministre, je viens vous rappeler votre bonne parole… Et celle-ci… Le général m’a dit que vous aviez bien voulu lui offrir… et encore… Rappelle à M. le ministre sa promesse.

Je suis somnambule, allons ! dit Roumestan stupéfait.

La vérité, c’est que, la fête à peine décidée, aux gens qu’il rencontrait à la Chambre, au Sénat, il avait dit : « Vous savez, je compte sur vous pour le 10… » Et comme il ajoutait : « tout à fait intime… » on n’aurait eu garde d’oublier la flatteuse invitation.

Gêné de ce flagrant délit devant sa femme, il s’en prit à elle comme toujours en pareil cas :

— C’est ta sœur aussi, avec son tambourinaire… J’avais bien besoin de tout ce tintouin… je ne comptais inaugurer nos concerts que plus tard… mais cette petite fille était d’une impatience : « Non, non… tout de suite, tout de suite… » Et tu étais aussi pressée qu’elle… L’azé me fiche, si ce tambourin ne vous a pas tourné la tête !

— Oh ! non, pas à moi, dit Rosalie gaiement… Et même j’ai bien peur que cette musique exotique ne soit pas comprise des Parisiens… Il faudrait nous apporter avec elle les horizons de Provence, les costumes, les farandoles… mais avant tout… – sa voix se fit sérieuse – il s’agissait de tenir un engagement pris.

— Un engagement… Un engagement, répétait Numa, on ne pourra bientôt plus dire un mot.

Et, se tournant vers son secrétaire qui souriait :

— Pardi ! mon cher, tous les Méridionaux ne sont pas comme vous, refroidis et mesurés, avares de leurs paroles… Vous êtes un faux du Midi, vous, un renégat, un franciot, comme on dit chez nous… Méridional, ça !… Un homme qui n’a jamais menti… et qui n’aime pas la verveine ! ajouta-t-il avec une indignation comique.

— Pas si franciot que j’en ai l’air, monsieur le ministre, répliqua Méjean, toujours très calme… À mon arrivée à Paris, il y a vingt ans, je sentais terriblement mon pays… De l’aplomb, de l’accent, des gestes… bavard et inventif comme…

— Comme Bompard… souffla Roumestan qui n’aimait pas qu’on raillât l’ami de son cœur, mais ne s’en faisait pas faute.

— Oui, ma foi, presque autant que Bompard… un instinct me poussait à ne jamais dire un mot de vrai… Un matin, la honte m’a pris, j’ai travaillé à me corriger… L’exagération extérieure, on en vient encore à bout, en baissant la voix, en serrant les coudes. Mais le dedans, ce qui bouillonne, ce qui veut sortir… Alors j’ai pris un parti héroïque. Chaque fois que je me surprenais à côté du vrai, c’était une condamnation à ne plus parler le reste du jour… voilà comment j’ai pu réformer ma nature… Tout de même l’instinct est là, au fond de ma froideur… Quelquefois il m’arrive de m’arrêter net au milieu d’une phrase. Ce n’est pas le mot qui manque, au contraire !… je me retiens parce que je sens que je vais mentir.

— Terrible Midi ! Pas moyen de lui échapper… fit le bon Numa envoyant la fumée de son cigare au plafond avec une résignation philosophique…… Moi, c’est par la manie de promettre qu’il me tient surtout, cette rage que j’ai de me précipiter à la tête des gens, de vouloir leur bonheur malgré eux…

L’huissier de service l’interrompit en jetant du seuil, d’un air entendu et confidentiel : « M. Béchut est arrivé… »

Le ministre eut un élan de mauvaise humeur :

— Je déjeune… qu’on me laisse tranquille !

L’huissier s’excusa. M. Béchut prétendait que c’était Son Excellence… Roumestan se radoucit :

— Bien, bien, j’y vais… Qu’on attende dans mon cabinet.

— Ah ! mais non, dit Méjean… Votre cabinet est occupé… Le Conseil supérieur, vous savez bien… C’est vous qui avez fixé l’heure.

— Alors, chez M. de Lappara…

— J’y ai mis l’évêque de Tulle, observa l’huissier timidement, monsieur le ministre m’avait dit…

C’était plein de monde partout… Des solliciteurs qu’il avait avertis en confidence de venir à cette heure-là pour être sûrs de ne pas le manquer ; et la plupart, des personnes de marque à qui l’on ne fait pas faire antichambre avec le fretin.

— Prends mon petit salon… Je vais sortir… dit Rosalie en se levant.

Et pendant que l’huissier et le secrétaire allaient installer ou faire patienter les gens, le ministre avalait bien vite sa verveine, se brûlait en répétant : « Je suis débordé… débordé… »

— Qu’est-ce qu’il veut donc encore, c e triste Béchut ? demanda Rosalie, baissant la voix d’instinct, dans cette maison pleine, où il y avait un étranger derrière chaque porte.

— Ce qu’il veut ?… Sa direction,  !… C’est le requin de Dansaert… Il attend qu’on le lui jette par-dessus bord pour le dévorer.

Elle se rapprocha de lui vivement :

— M. Dansaert quitte le ministère ?

— Tu le connais ?

— Mon père m’a souvent parlé de lui… Un compatriote, un ami d’enfance… Il le tient pour un honnête homme et un grand esprit.

Roumestan balbutia quelques raisons : « Mauvaises tendances… voltairien… » Cela rentrait dans un plan de réformes. Et puis il était bien vieux.

— Et c’est par Béchut que tu le remplaces ?

— Oh ! je sais que le pauvre homme n’a pas le don de plaire aux dames…

Elle eut un beau sourire de dédain :

— Pour ses impertinences, je m’en soucie autant que de ses hommages… Ce que je ne lui pardonne pas, ce sont ses grimaces cléricales, cet étalage bien pensant… Je respecte toutes les croyances… mais s’il y a au monde une chose laide et qu’il faut haïr, Numa, c’est le mensonge, c’est l’hypocrisie.

Malgré elle, sa voix s’élevait, chaude, éloquente ; et son visage un peu froid prenait un resplendissement d’honnêteté, de droiture, un rose éclat d’indignation généreuse.

— Chut ! chut ! fit Roumestan, mont rant la porte. Sans doute, il convenait que ce n’était pas très juste. Ce vieux Dansaert rendait de grands services. Seulement, que faire ? Il avait donné sa parole.

— Reprends-la, dit Rosalie… voyons, Numa… pour moi… je t’en prie.

C’était un tendre commandement, appuyé par la pression d’une petite main sur son épaule. Il se sentit ému. Depuis longtemps, sa femme semblait désintéressée de sa vie, avec une muette indulgence quand il lui confiait ses projets toujours changeants. Cette prière le flattait.

— Est-ce qu’on peut vous résister, ma chère ?

Et le baiser qu’il lui mit au bout des doigts remonta en frémissant jusque sous l’étroite bras… Il souffrait cependant de cette obligation de dire en face à quelqu’un une chose désagréable, et se leva avec effort.

— Je suis là !… j’écoute… dit-elle, en le menaçant d’un gentil geste.

Il passa dans le petit salon voisin, laissant la porte entr’ouverte pour se donner du courage et qu’elle pût l’entendre. Oh ! le début fut net, énergique.

— Je suis au désespoir, mon cher Béchut…

Ce que je voulais faire pour vous n’est pas possible…

Des réponses du savant, on ne saisissait que l’intonation pleurarde, coupée des bruyantes aspirations de son groin de tapir. Mais, au grand étonnement de Rosalie, Roumestan ne céda pas et continua à défendre Dansaert avec une conviction surprenante chez un homme à qui les arguments venaient d’être suggérés. Certes il lui en coûtait de reprendre une parole donnée ; mais tout ne valait-il pas mieux que de commettre une injustice ? C’était la pensée de sa femme, modulée, mise en musique, avec de grands gestes émus qui faisaient du vent dans la tenture.

— Du reste, ajouta-t-il en changeant de ton brusquement, j’entends bien vous dédommager de ce petit mécompte…

— Ah ! mon Dieu dit Rosalie, tout bas. Ce fut aussitôt une grêle de promesses étonnantes, la croix de commandeur pour le 1er janvier prochain la première place vacante au Conseil supérieur, la… le… L’autre essayait de protester, pour la forme. Mais Numa :

— Laissez donc, laissez donc… C’est un acte de justice… Les hommes tels que vous sont trop rares…

Ivre de bienveillance, balbutiant d’affectuosité, si Béchut n’était pas parti, le ministre allait positivement lui proposer son portefeuille. Sur la porte, il le rappela encore :

— Je compte sur vous dimanche, mon cher maître… J’inaugure une série de petits concerts… Entre intimes, vous savez… Le dessus du panier…

Et revenant vers Rosalie :

— Eh bien ! qu’en dis-tu ?… j’espère que je ne lui ai rien cédé.

C’était si drôle qu’elle l’accueillit d’un grand éclat de rire. Quand il en sut la raison et t ous les nouveaux engagements qu’il venait de prendre, il parut épouvanté.

« Allons, allons… On vous sait gré tout de même. »

Elle le quitta avec le sourire des anciens jours, toute légère de sa bonne action, heureuse aussi peut-être de sentir s’agiter en son cœur quelque chose qu’elle croyait mort depuis longtemps.

« Ange, va ! » fit Roumestan qui la regardait s’en aller, ému, les yeux tendres ; et comme Méjean rentrait l’avertir pour le conseil :

« Voyez-vous, mon ami, quand on a le bonheur de posséder une femme pareille… le mariage, c’est le paradis sur la terre… Dépêchez- vous vite de vous marier. »

Méjean secoua la tête, sans répondre.

« Comment ! Vos affaires ne vont donc pas ?

— Je le crains bien. Madame Roumestan m’avait promis d’interroger sa sœur, et comme elle ne me parle plus de rien…

— Voulez-vous que je m’en charge ? Je m’entends à merveille, moi, avec ma petite belle-soeur. Je parie que je la décide… »

Il restait un peu de verveine dans la théière. Tout en se versant une nouvelle tasse, Roumestan s’épanchait en protestations pour son chef de cabinet. Ah ! les grandeurs ne l’avaient pas changé. Méjean était toujours son excellent, son meilleur ami. Entre Méjean et Rosalie, il se sentait plus solide, plus complet…

« Ah ! mon cher, cette femme, cette femme !… Si vous saviez ce qu’elle a été bonne, pardonnante… Quand je pense que j’ai pu… »

Il lui en coûta positivement pour retenir la confidence qui lui venait aux lèvres avec un gros soupir. « Si je ne l’aimais pas, je serais bien coupable… »

Le baron de Lappara entra très vite, l’air mystérieux :

« Mademoiselle Bachellery est là. »

Aussitôt le visage de Numa se colora vivement. Un éclair sécha dans ses yeux l’attendrissement qui montait.

— Où est-elle ?… Chez vous ?

— J’avais déjà monseigneur Lipmann… dit Lappara un peu railleur à l’idée d’un rencontre possible. Je l’ai mise en bas… dans le grand salon… La répétition est finie.

— Bien… J’y vais.

— N’oubliez pas le conseil… essaya de dire Méjean. Mais Roumestan, sans l’entendre, s’élançait dans le petit escalier en casse-cou qui mène des appartements particuliers du ministre au rez-de-chaussée de réception.

Depuis l’histoire de madame d’Escarbès, il s’était toujours gardé des liaisons sérieuses, affaires de cœur ou de vanité qui auraient pu détruire à jamais son ménage. Ce n’était certes pas un mari modèle ; mais le contrat criblé d’accrocs tenait encore. Rosalie, bien qu’avertie une première fois, était trop droite, trop honnête, pour de jalouses surveillances, et toujours inquiète, n’arrivait jamais aux preuves. À cette heure encore, s’il eût pu se douter de la place que ce nouveau caprice allait tenir dans son existence, il se fût dépêché de remonter l’escalier encore plus vite qu’il ne le descendait ; mais notre destin s’amuse toujours à nous intriguer, à venir vers nous enveloppé et masqué, doublant de mystère le charme des premières rencontres. Comment Numa se serait-il méfié de cette fillette, que de sa voiture il avait aperçue quelques jours auparavant, traversant la cour de l’hôtel, sautillant pour franchir les flaques, la jupe chiffonnée dans une main, et dressant son en-cas de l’autre avec une crânerie toute parisienne ? De grands cils recourbés au-dessus d’un nez fripon, une chevelure blonde nouée dans le dos à l’américaine et que l’humidité de l’air frisait au bout, une jambe pleine et fine, d’aplomb sur de hauts talons qui tournaient, c’est tout ce qu’il avait vu d’elle, et le soir il demandait à Lappara sans y attacher plus d’importance :

— Parions que ça venait chez vous, ce petit museau que j’ai rencontré ce matin dans la cour.

— Oui, monsieur le ministre, ça venait chez moi ; mais ça venait pour vous…

Et il nomma la petite Bachellery.

— Comment ! la débutante des Bouffes… quel âge a-t-elle donc ?… Mais c’est une enfant !…

Les journaux en parlaient beaucoup cet hiver-là de cette Alice Bachellery que le caprice d’un maëstro à la mode était allé chercher dans un petit théâtre de province, et que tout Paris voulait entendre chanter la chanson du Petit Mitron dont elle détaillait le refrain avec une gaminerie canaille irrésistible : « Chaud ! chaud ! les p’tits pains d’gruau !… ». Une de ces divas comme le boulevard en consomme à la demi-douzaine chaque saison, gloires de papier, gonflées de gaz et de réclame, faisant songer aux petits ballons roses qui n’ont qu’un jour dans le soleil et la poussière des jardins publics. Et sait-on ce que celle-là venait solliciter au ministère la grâce de figurer sur le programme du premier concert. La petite Bachellery à l’Instruction publique ?… C’était si gai, si fou, que Numa voulut le lui entendre demander à elle-même ; et par lettre ministérielle sentant le buffle et les gants de cuirassier, lui fit savoir qu’il la recevrait le lendemain. Le lendemain, mademoiselle Bachellery ne vint pas.

— Elle aura changé d’idée, dit Lappara… Elle st si enfant !

Le ministre se piqua, n’en parla plus de deux jours, et le troisième l’envoya chercher.

Maintenant elle attendait dans le salon des fêtes, rouge et or, si imposant avec ses hautes fenêtres de plain-pied sur le jardin dépouillé, ses tentures des Gobelins et le grand Molière de marbre assis et rêvant tout au fond. Un Pleyel, quelques pupitres pour les répétitions tenaient à peine un coin de la vaste salle, dont l’aspect froid de musée désert eût impressionné toute autre que la petite Bachellery ; mais elle était si enfant ! Tentée par le grand parquet luisant et ciré, ne s’amusait-elle pas à faire des glissades d’un bout à l’autre, serrée dans ses fourrures, les bras dans son manchon trop petit, le nez en l’air sous sa toque, avec des allures de coryphée dansant le « ballet sur la glace » du Prophète.

Roumestan la surprit à cet exercice.

— Ah ! monsieur le ministre…

Elle restait interdite, les cils battants, un peu essoufflée. Lui, était entré, la tête haute, la démarche grave, pour relever ce que l’entrevue pouvait avoir d’anormal, et donner une leçon à ce trottin qui faisait poser les Excellences. Mais il fut tout de suite désarmé. Comment voulez-vous ?… Elle expliquait si bien sa petite affaire, le désir ambitieux qui lui était venu tout à coup de figurer à ce concert dont on parlait tant, une occasion pour elle de se faire entendre autrement que dans l’opérette et la gaudriole qui l’excédaient. Puis, à la réflexion, le trac l’avait prise.

— Oh ! mais un de ces tracs… Pas vrai, maman ?

Roumestan aperçut alors une grosse dame en mantelet de velours, chapeau à plumes, qui du bout du salon s’avançait sur des révérences en trois temps. Madame Bachellery la mère, une ancienne dugazon de cafés-concerts, à l’accent bordelais, au petit nez de sa fille noyé dans une large face d’écaillère, une de ces mamans terribles qui se montrent à côté de leurs demoiselles comme l’avenir désastreux de leur beauté. Mais Numa n’était pas en train d’études philosophiques, tout à cette grâce de jeunesse étourdie, sur un corps fait, et adorablement fait, cet argot de théâtre dans un rire ingénu, – du rire de seize ans, disaient ces dames.

— Seize ans !… Mais à quel âge est-elle donc entrée au théâtre ?

— Elle y est née, monsieur le ministre… L e père, aujourd’hui retiré, était directeur des Folies-Bordelaises

— Une enfant de la balle, quoi ! dit Alice avec mutinerie, en montrant trente-deux dents étincelantes qui s’alignèrent serrées et droites, comme à la parade.

— Alice, Alice !… tu manques à Son Excellence…

— Laissez donc… C’est une enfant.

Il la fit asseoir près de lui sur le canapé, d’un geste bienveillant, presque paternel, la complimenta sur son ambition, ses goûts de grand art, son désir d’échapper aux faciles et désastreux succès de l’opérette ; seulement il fallait du travail, beaucoup de travail, des études sérieuses.

— Oh ! pour ça, dit la fillette brandissant un rouleau de musique… Tous les jours deux heures avec la Vauters !…

— La Vauters ?… Parfait… Excellente méthode… Il ouvrit le rouleau en connaisseur.

— Et qu’est-ce que nous chantons ?… Ah ! ah ! la valse de Mireille… la chanson de Magali… Mais c’est de mon pays, ça.

En balançant la tête, les paupières allongées, il se mit à fredonner :

Ô Magali, ma bien-aimée,
Fuyons tous deux sous la ramée
Au fond du bois silencieux……,

Elle continua :

La nuit sur nous étend ses voiles,
Et tes beaux yeux

Et Roumestan, à pleine voix :

Vont faire pâlir les étoiles…

Elle l’interrompit :

— Attendez donc… Maman va nous accompagner.

Et les pupitres bousculés, le piano ouvert, elle installait sa mère de force. Ah ! une petite personne décidée… Le ministre hésita une seconde, le doigt sur la page du duo. Si quelqu’un les entendait !…

Bah ! depuis trois jours on répétait tous les matins dans le grand salon… Ils commencèrent.

Tous deux suivaient, debout, sur la même page de musique que madame Bachellery accompagnait de mémoire. Leurs deux fronts rapprochés se touchaient presque, leurs souffles se frôlaient avec les caresses modulantes du rythme. Et Numa se passionnait, donnait de l’expression, tendait les bras, aux notes hautes, pour les mieux porter. Depuis quelques années, depuis son grand rôle politique, il avait plus souvent parlé que solfié ; sa voix s’était alourdie comme sa personne, mais il prenait encore un grand plaisir à chanter, surtout avec cette enfant.

Par exemple, il avait complètement oublié l’évêque de Tulle, et le Conseil supérieur se morfondant en rond autour de la grande table verte. Une ou deux fois la tête blafarde de l’huissier de service était apparue dans le cliquetis de sa chaîne d’argent, pour reculer aussitôt, effarée d’avoir vu le ministre de l’Instruction publique et des Cultes chantant un duo avec une actrice des pet its théâtres. Ministre, Numa ne l’était plus, mais Vincent le vannier poursuivant l’imprenable Magali dans ses transformations coquettes. Et comme elle fuyait bien, comme elle se dérobait avec sa malice enfantine, l’éclat perlé de son rire aux dents aiguës, jusqu’au moment où vaincue elle s’abandonnait, sa petite tête folle tout étourdie de la course, sur l’épaule de son ami !…

Ce fut la maman Bachellery qui rompit le charme en se retournant, sitôt le morceau fini :

— Quelle voix, monsieur le ministre, quelle voix !

— Oui… j’ai chanté dans ma jeunesse…… dit-il avec une certaine fatuité.

— Mais vous chantez encore maguenifiquement… Hein, Bébé, quelle différence avec M. de Lappara ?

Bébé, qui roulait son morceau, haussa légèrement les épaules comme si une vérité aussi indiscutable ne méritait pas d’autre réponse. Roumestan demanda, un peu inquiet :

— Ah ! M. de Lappara… ?

— Oui, il vient quelquefois manger la bouillabaisse ; puis, après dîner, Bébé et lui chantent leur duo.

À ce moment, l’huissier, n’entendant plus de musique, se décida à rentrer, avec des précautions de dompteur dans la cage d’un fauve.

— J’y vais… j’y vais… dit Roumestan, et s’adressant à la fillette, de son air le plus ministre, pour bien lui faire sentir la distance hiérarchique qui le séparait de son attaché :

— Je vous fais mon compliment, made moiselle. Vous avez beaucoup de talent, beaucoup, et s’il vous plaît de chanter ici dimanche, je vous accorde bien volontiers cette faveur.

Elle eut un cri d’enfant : « Vrai ?…, oh ! que c’est gentil… » et d’un bond lui sauta au cou.

— Alice !… Alice !… Eh bien ?…

Mais elle était déjà loin, courant à travers les salons, où elle semblait si petite dans la haute enfilade, une enfant, tout à fait une enfant.

Il resta tout ému de cette caresse, attendit une minute avant de remonter. Devant lui, dans le jardin rouillé, un rayon courait sur la pelouse, tiédissait et vivifiait l’hiver. Il se sentait pénétré jusqu’au cœur d’une douceur pareille, comme si ce corps si vif, si souple, en l’effleurant, lui avait communiqué un peu de sa chaleur printanière. « Ah ! c’est joli, la jeunesse. » Machinalement, il se regarda dans une glace ; une préoccupation lui venait qu’il n’avait plus depuis des années… Quels changements, boun Diou !… Très gros à cause du métier sédentaire, des voitures dont il abusait, le teint brouillé de veilles, les tempes déjà éclaircies et grises, il s’épouvanta encore de la largeur de ses joues, de cette plate distance entre le nez et l’oreille. « Si je laissais pousser ma barbe pour cacher ça… » Oui, mais elle pousserait blanche… Et il n’avait pas quarante-cinq ans. Ah ! la politique vieillit.

Il connut là, pendant une minute, l’affreuse tristesse de la femme qui se voit finie, incapable d’inspirer l’amour, quand elle peut le ressentir encore. Ses paupières rougies se gonflèrent ; et, dans ce palais de puissant, cette amertume, profondément humaine, où l’ambition n’était pour rien, avait quelque chose de plus cuisant. Mais, avec sa mobilité d’impressions, il se consola vite, en songeant à la gloire, à son talent, à sa haute situation. Est-ce que cela ne valait pas la beauté, la jeunesse, pour se faire aimer ?

— Allons donc !…

Il se trouva très bête, chassa son chagrin d’un coup d’épaule, et monta congédier le Conseil, car il ne lui restait plus le temps de le présider.

— Qu’est-ce que vous avez donc aujourd’hui, mon cher ministre ?… vous paraissez tout rajeuni.

Plus de dix fois dans la journée, on adressa ce compliment à sa bonne humeur très remarquée dans les couloirs de la Chambre, où il se surprenait fredonnant : Ô Magali, ma bien-aimée. Assis au banc des ministres, il écoutait, avec une attention très flatteuse pour l’orateur, un interminable discours sur le tarif douanier, souriait béatement, les paupières rabattues. Et les Gauches, qu’effrayait sa réputation d’astuce, se disaient toutes frémissantes : « Tenons-nous bien… Roumestan prépare quelque chose. » Simplement la silhouette de la petite Bachellery que son imagination s’amusait à évoquer dans le vide du discours bourdonnant, à faire trotter devant le banc ministériel, détaillant toutes ses attractions, ses cheveux coupant le front d’une blonde effilochure, son teint d’aubépine rose, son allure fringante de fillette déjà femme.

Pourtant, vers le soir, il eut encore un accès de tristesse en revenant de Versailles avec quelques-uns de ses collègues du cabinet. Dans l’étouffement d’un wagon plein de fumeurs, on causait, sur ce ton de gaieté familière que Roumestan apportait partout avec lui, d’un certain chapeau de velours nacarat encadrant une pâleur créole à la tribune diplomatique où il avait fait une heureuse diversion aux tarifs douaniers et mis tous les nez des honorables en l’air, comme dans une classe d’écoliers quand palpite un papillon perdu au milieu d’un thème grec. Qui était-ce ? Personne ne la connaissait.

— Il faut demander ça au général, dit Numa gaiement en se tournant vers le marquis d’Espaillon d’Aubord, ministre de la Guerre, vieux roquentin acharné à l’amour… Bon… bon… Ne vous défendez pas, elle n’a regardé que vous.

Le général fit une grimace qui lui remonta, comme avec un ressort, sa barbiche jaune de vieux bouc jusque dans le nez.

— Il y a beau temps que les femmes ne me regardent plus… Elles n’ont d’yeux que pour ces b… là…

Celui qu’il désignait dans ce langage débraillé, particulièrement cher à tous les soldats gentils-hommes, était le jeune de Lappara, assis dans un coin du wagon, le portefeuille ministériel sur ses genoux, et gardant un silence respectueux en cette compagnie de gros bonnets. Roumestan se sentit mordu, sans savoir où précisément, et riposta avec vivacité. Selon lui, il y avait bien d’autres choses que les femmes préféraient à la jeunesse d’un homme.

— Elles vous disent ça.

— J’en appelle à ces messieurs.

Tous bedonnants, avec des redingotes qui bridaient sur l’estomac, ou desséchés et maigres, chauves ou tout blancs, édentés, la bouche en désordre, atteints de quelque inconvénient de santé, ces messieurs, ministres, sous-secrétaires d’État, étaient de l’avis de Roumestan. La discussion s’anima dans le vacarme des roues, les vociférations du train parlementaire.

— Nos ministres se chamaillent, disaient les compartiments voisins.

Et les journalistes essayaient de saisir quelques mots à travers les cloisons.

— L’homme connu, l’homme au pouvoir, tonnait Numa, voilà ce qu’elles aiment. Se dire que celui qui est là devant elles, roulant sa tête sur leurs genoux, est un illustre, un puissant, un des leviers du monde, c’est ça qui les remue !

— Hé ! justement.

— Très bien… très bien…

— Je pense comme vous, mon cher collègue.

— Eh bien je vous dis, moi, que lorsque j’étais à l’État-major, simple petit lieutenant, et que je m’en allais, les dimanches de sortie, en grande tenue, avec mes vingt-cinq ans, des aiguillettes neuves, je ramassais en passant de ces regards de femme qui vous enveloppent en coup de fouet de la nuque au talon, de ces regards qu’on n’a pas pour une grosse épaulette de mon âge… Aussi, maintenant, quand je veux sentir la chaleur, la sincérité d’un de ces coups d’ oeil, une déclaration muette en pleine rue, savez-vous ce que je fais ?… Je prends un de mes aides de camp, jeune, de la dent, du plastron, et je me paie de sortir à son bras, s… n… d… D… !

Roumestan se tut jusqu’à Paris. Sa mélancolie du matin le reprenait, mais avec de la colère en plus, une indignation contre la sottise aveugle des femmes qui peuvent se toquer pour des niais et des bellâtres. Qu’est-ce qu’il avait de rare, ce Lappara, voyons ? Sans se mêler au débat, il caressait sa barbe blonde d’un air fat, les vêtements précis, l’encolure très ouverte. On l’aurait claqué. C’est cet air là qu’il devait prendre pour chanter le duo de Mireille avec cette petite Bachellery… sa maîtresse, bien sûr… Cette idée le révoltait ; mais, en même temps, il aurait voulu savoir, se convaincre.

À peine seuls, pendant que son coupé roulait vers le ministère, il demanda brutalement, sans regarder Lappara :

— Il y a longtemps que vous connaissez ces femmes ?

— Quelles femmes, monsieur le ministre ?

— Mais ces dames Bachellery, allons !

Sa pensée en était pleine. Il croyait que tous y songeaient comme lui. Lappara se mit à rire.

Oh ! oui, il y avait longtemps ; c’étaient des payses à lui. La famille Bachellery, les Folies-Bordelaises, tous les bons souvenirs de ses dix-huit ans. Son cœur de lycéen avait battu pour la maman, à faire sauter tous les boutons de sa tunique.

« Et aujourd’hui il bat pour la fille ? demanda Roumestan d’un ton léger en essuyant la vitre du bout de son gant pour regarder la rue mouillée de noire.

— Oh ! la fille, c’est une autre paire de manches… Avec son petit air comme ça, c’est une demoiselle très froide, très sérieuse… Je ne sais pas ce qu’elle vise, mais elle vise quelque chose, que je ne dois pas être en situation de lui donner. »

Numa se sentit soulagé :

« Ah ! vraiment ?… Et pourtant vous y retournez ?…

— Mais oui… c’est si amusant, cet intérieur des Bachellery… Le père, l’ancien directeur, fait des couplets comiques pour les cafés-concerts. La maman les chante et les mime en fricassant des cèpes à l’huile et de la bouillabaisse comme Roubion lui-même n’en a pas. Cris, désordre, musiquette, ripaille, les Folies- Bordelaises en famille. La petite Bachellery mène le branle, tourbillonne, soupe, roulade, mais ne perd pas la tête un instant.

— Eh ! mon gaillard, vous comptez bien qu’elle la perdra un jour ou l’autre, et à votre profit encore. » Devenu subitement très grave, le ministre ajouta : « Mauvais milieu pour vous, jeune homme.

Il faut être plus sérieux que cela, que diable !… La folie bordelaise ne peut pas durer toute la vie. »

Il lui prit la main :

« Vous ne songez donc pas à vous marier, voyons ?

— Ma foi, non, monsieur le ministre… je suis très bien comme je suis… à moins d’une aubaine étonnante…

— On vous la trouvera, l’aubaine… Avec votre nom, vos relations… » Et tout à coup, s’emballant : « Que diriez-vous de mademoiselle Le Quesnoy ? »

Le Bordelais, malgré son audace, pâlit de joie, de saisissement.

« Oh ! monsieur le ministre, je n’aurais jamais osé…

— Pourquoi pas ?… mais si, mais si… vous savez combien je vous aime, mon cher enfant… je serais heureux de vous voir dans ma famille… je me sentirais plus complet, plus… »

Il s’arrêta net au milieu de sa phrase, qu’il reconnaissait pour l’avoir déjà dite à Méjean le matin.

« Ah ! tant pis !… c’est fait. »

Il eut son coup d’épaule et se rencoigna dans la voiture. « Après tout, Hortense est libre, elle choisira… J’aurai toujours tiré ce garçon d’un mauvais milieu. » En conscience, Roumestan était sûr que ce sentiment seul l’avait fait agir.