Numa Roumestan/XI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charpentier (p. 185-204).

XI - UNE VILLE D’EAUX


 Arvillard-les-Bains, 2 août 76.

C’est bien curieux, va, l’endroit d’où je t’écris. Imagine une salle carrée, très haute, dallée, stuquée, sonore, où le jour de deux grandes fenêtres est voilé de rideaux bleus jusqu’aux derniers carreaux, obscurci encore par une sorte de buée flottante, à goût de soufre, qui colle aux habits, ternit les bijoux d’or ; là-dedans, des gens assis contre les murs sur des bancs, des chaises, des tabourets, autour de petites tables, des gens qui regardent leur montre à toute minute, se lèvent, sortent pour céder la place à d’autres, laissant voir chaque fois par la porte entr’ouverte la foule des baigneurs, circulant dans le clair vestibule, et le tablier blanc flottant des femmes de service qui se hâlent. Pas de bruit, malgré tout ce mouvement, un continuel murmure de conversations à voix basse, de journaux déployés, de mauvaises plumes oxydées grinçant sur le papier, un recueillement d’église, baigné, rafraîchi par le grand jet d’eau minérale installé au milieu de la salle et dont l’élan se brise contre un disque métallique, s’émiette, s’éparpille en jaillissements, se pulvérise au-dessus de larges vasques superposées et ruisselantes. C’est la salle d’inhalation.

Je te dirai, ma chérie, que tout le monde n’inhale pas de la même façon. Ainsi le vieux monsieur que j’ai en face de moi en ce moment suit à la lettre les prescriptions du médecin, je les reconnais toutes. Les pieds sur un tabouret, la poitrine en avant, effaçons les coudes, et la bouche toujours ouverte pour faciliter l’aspiration. Pauvre cher homme ! comme il aspire, avec quelle confiance, quels petits yeux ronds, dévots et crédules qui semblent dire à la source :

« Ô source d’Arvillard, guéris-moi bien, vois comme je t’aspire, comme j’ai foi en toi… »

Puis nous avons le sceptique qui inhale sans inhaler, le dos tourné, en haussant les épaules et considérant le plafond. Puis les découragés, les vrais malades qui sentent l’inutilité et le néant de tout ça ; une pauvre dame, ma voisine, que je vois après chaque quinte porter vivement son doigt à la bouche, regarder si le gant ne s’est pas piqué au bout d’un point rouge. Et l’on trouve quand même le moyen d’être gai.

Des dames du même hôtel rapprochent leurs chaises, se groupent, brodent, potinent tout bas, commentent le Journal des Baigneurs et la liste des étrangers. Les jeunes personnes arborent des romans anglais à couverture rouge, des prêtres lisent leur bréviaire, – il y a beaucoup de prêtres à Arvillard, surtout des missionnaires, avec de grandes barbes, des figures jaunes, des voix éteintes d’avoir longtemps prêché la parole de Dieu ; – quant à moi, tu sais que les romans ne sont pas mon affaire, surtout ces romans de maintenant où tout se passe comme dans la vie. Alors je fais ma correspondance à deux ou trois victimes désignées, Marie Tournier, Aurélie Dansaert, et toi, ma grande sœur que j’adore. Attendez-vous à de vrais journaux. Pense donc ! deux heures d’inhalation en quatre fois, tous les jours ! Personne ici n’inhale autant que moi, c’est-à-dire que je suis un vrai phénomène. On me regarde beaucoup à cause de cela et j’en ai quelque fierté.

Pas d’autre traitement, du reste, à part le verre d’eau minérale que je vais boire à la source matin et soir et qui doit triompher du voile obstiné que ce vilain rhume m’a laissé sur la voix. C’est la spécialité des eaux d’Arvillard ; aussi les chanteuses et les chanteurs se donnent-ils rendez-vous ici. Le beau Mayol vient de nous quitter avec des cordes vocales toutes neuves. Mademoiselle Bachellery, tu sais, la petite diva de votre fête, se trouve si bien du traitement qu’après avoir fini les trois semaines réglementaires, elle en recommence trois autres, ce dont le Journal des Baigneurs la loue beaucoup. Nous avons l’honneur d’habiter le même hôtel que cette jeune et illustre personne, affublée d’une tendre mère de Bordeaux qui à table d’hôte réclame des « appétits » dans la salade et parle du chapeau de cent qrrante francs que portait sa demoiselle au dernier Longchamp. Un couple délicieux et très admiré parmi nous. On se pâme aux gentillesses de Bébé, – comme dit sa mère, – à ses rires, à ses roulades, à ses envolements de jupe courte. On se presse devant la cour sablée de l’hôtel pour lui voir faire sa partie de crocket avec les petites filles et les petits garçons, – elle ne joue qu’avec les tout petits, – courir, sauter, envoyer sa boule en vrai gamin : « Je vas vous roquer, monsieur Paul. »

Tout le monde dit : « Elle est si enfant ! » Moi, je crois que ces faux enfantillages font partie d’un rôle, comme ses jupes à larges nœuds et son catogan de postillon. Puis elle a une façon si extraordinaire d’embrasser cette grosse Bordelaise, de se pendre à son cou, de se faire bercer, gironner devant tout le monde ! Tu sais si je suis caressante, eh bien ! vrai, ça me gêne pour embrasser maman.

Une famille bien curieuse aussi, mais moins gaie, c’est le prince et la princesse d’Anhalt, mademoiselle leur fille, gouvernante, femmes de chambre et suite, qui occupent tout le premier de l’hôtel dont ils sont les personnages. Je rencontre souvent la princesse dans l’escalier, montant marche à marche au bras de son mari, un beau gaillard, éblouissant de santé sous sou chapeau gansé de bleu. Elle ne va à l’établissement qu’en chaise à porteurs ; et, c’est navrant, cette tête creusée et pale derrière la petite vitre, le père et l’enfant qui marchent à côté, l’enfant bien chétive, avec tous les traits de sa mère et peut-être aussi tout son mal. Elle s’ennuie, cette petite de huit ans, à qui il est défendu de jouer avec les autres enfants, et qui regarde tristement, du balcon, les parties de crocket et les cavalcades de l’hôtel. On la trouve de sang trop bleu pour ces ébats roturiers, ils aiment mieux la garder dans l’atmosphère lugubre de cette mère expirante, près de ce père qui promène sa malade avec une tête rogue et excédée, ou l’abandonner aux domestiques. Mais, mon Dieu, c’est donc une peste, un mal qui se gagne, la noblesse ! Ces gens-là mangent à part dans un petit salon, inhalent à part, – car il y a des salles pour famille, – et te figures-tu la tristesse de ce tête-à-tête, cette femme et cette enfant dans un grand caveau silencieux.

L’autre soir, nous étions très nombreux au grand salon du rez-de-chaussée où l’on se réunit pour jouer à des petits jeux, chanter, danser même quelquefois. La maman Bachellery venait d’accompagner à Bébé une cavatine d’opéra, – nous voulons entrer à l’Opéra, nous sommes même venues à Arvillard nous « récurer la voix pour ça », selon l’élégante expression de la mère. Tout à coup la porte s’ouvre, et la princesse paraît, avec ce grand air qu’elle a, expirante, élégante, serrée dans un manteau de dentelle qui dissimule le rétrécissement terrible et significatif des épaules. L’enfant et le mari suivaient.

— Continuez, je vous en prie… toussote la pauvre femme.

Et voilà cette bête de petite chanteuse qui va choisir dans tout son répertoire la romance la plus navrée, la plus sentimentale, Vorrei morir, quelque chose comme nos Feuilles mortes en italien, une malade qui fixe sa date mortuaire en automne, pour se faire l’illusion que toute la nature va expirer avec elle, enveloppée du premier brouillard comme d’un suaire.

Vorrei morir ne la stagion dell’ anno.

L’air est gracieux, d’une tristesse qui prolonge la caresse des mots italiens et au milieu de ce grand salon, où pénétraient par les fenêtres ouvertes les odeurs, les vols légers, le rafraîchissement d’une belle nuit d’été, ce désir de vivre encore jusqu’à l’automne, cette trêve, ce sursis demandé au mal prenaient quelque chose de poignant. Sans rien dire, la princesse s’est levée, est sortie brusquement. Dans le noir du jardin, j’ai entendu un sanglot, un long sanglot, puis une voix d’homme qui grondait, et de ces plaintes pleurées d’un enfant qui voit du chagrin à sa mère.

C’est la tristesse des villes d’eaux, ces misères de santé qu’on y rencontre, ces toux entêtées, mal assourdies par les cloisons d’hôtel, ces précautions de mouchoirs sur les bouches pour éviter l’air, ces causeries, ces confidences dont on devine le sens aux gestes douloureux montrant toujours la poitrine ou l’épaule vers la clavicule, et les démarches somnolentes, les pas traînants, l’idée fixe du mal. Maman, qui connaît toutes les stations pour les maladies de poitrine, pauvre mère, dit qu’aux Eaux-Bonnes ou au Mont-Dore c’est bien autre chose qu’ici. On n’envoie à Arvillard que les convalescents comme moi ou les cas désespérés pour lesquels rien ne fait plus rien. Nous n’avons heureusement à notre hôtel des Alpes Dauphinoises que trois malades de ce genre, la princesse, puis deux jeunes Lyonnais, le frère et la sœur, orphelins, très riches, dit-on, et qui semblent au pire ; la sœur surtout, avec ce teint blafard, resté sous l’eau, des Lyonnaises, entortillée de peignoirs et de châles tricotés, sans un bijou, un ruban, nul souci de coquetterie. Elle sent le pauvre, cette riche ; elle est perdue, le sait, se désespère et s’abandonne. Il y a au contraire dans la taille voûtée du jeune homme, étroitement pincée d’une jaquette à la mode, une terrible volonté de vivre, une incroyable résistance au mal.

« Ma sœur n’a pas de ressort… moi, j’en ai ! » disait-il à table d’hôte, l’autre jour, d’une voix toute rongée qu’on n’entend pas plus que l’ut de la Vauters, quand elle chante. Et le fait est qu’il a furieusement du ressort. C’est le boute-en-train de l’hôtel, l’organisateur des jeux, des parties, des excursions ; il monte à cheval, en traîneau, des espèces de petits traîneaux chargés de branches sur lesquels les montagnards du pays vous font dégringoler les pentes les plus raides, valse, fait des armes, secoué de quintes affreuses qui ne l’interrompent pas un instant. Nous possédons encore une illustration médicale, le docteur Bouchereau, tu te rappelles, celui que maman était allée consulter pour notre pauvre André. Je ne sais s’il nous a reconnues, mais il ne nous salue jamais. Un vieux loup…

… Je viens d’aller boire mon demi-verre à la source. Cette source précieuse est à dix minutes du pays, en montant du côté des hauts-fourneaux, dans une gorge où roule et gronde un torrent, tout mousseux d’écume, descendu du glacier qui ferme la perspective, luisant et clair entre les Alpes bleues, et qui semble, dans cette blancheur des eaux battues, fondre et délayer sans cesse sa base invisible et neigeuse. De grandes roches noires, suintant goutte à goutte parmi les fougères et les lichens, des plantations de sapins, de verdure sombre, un sol où des fragments de mica étincellent dans la poussière de charbon, voilà l’endroit. Mais ce que je ne puis te rendre, c’est le formidable bruit, le torrent jaillissant dans les pierres, le marteau à vapeur d’une scierie qu’il active, et, dans l’étroite gorge, sur une route unique, toujours encombrée, des tombereaux de houille, des bestiaux en file, des cavalcades d’excursionnistes, des buveurs qui vont ou reviennent ; j’oubliais l’apparition, au seuil des maisons misérables, de quelque horrible crétin mâle ou femelle étalant un goitre hideux, une grosse figure hébétée, la bouche ouverte et grognante. Le crétinisme est une des productions du pays Il semble que la nature soit trop forte ici pour l’homme, que le minerai de fer, de cuivre, de soufre l’étreigne, le torde, l’étouffe, que cette eau des cimes le glace, comme ces pauvres arbres qu’on voit pousser tout rabougris entre deux roches. Encore une de ces impressions d’arrivée dont la tristesse et l’horreur s’effacent au bout de quelques jours.

Maintenant, au lieu de les fuir, j’ai mes goitreux d’élection, un surtout, un affreux petit monstre, assis au bord de la route dans un fauteuil d’enfant de trois ans, et il en a seize, juste l’âge de mademoiselle Bachellery. Quand j’approche, il dodeline sa lourde tête de pierre d’où sort un cri rauque, écrasé, sans conscience et sans air, et sitôt sa pièce blanche reçue, la lève triomphalement vers une charbonnière qui le guette d’un coin de fenêtre. C’est une fortune enviée de bien des mères, ce disgracié qui rapporte plus à lui tout seul que ses trois frères travaillant aux fourneaux de La Debout. Le père ne fait rien ; malade de la poitrine, il passe l’hiver à son foyer de pauvre, et, l’été, s’installe avec d’autres malheureux sur un banc, dans la buée tiède que fait en arrivant la source bouillonnante. La nymphe de l’endroit, tablier blanc, les mains ruisselantes, remplit à la mesure voulue les verres qu’on lui tend, pendant que dans la cour à côté, séparée de la route par un mur bas, des têtes dont on ne voit pas les corps se renversent en arrière, contorsionnées d’efforts, grimaçant au soleil, la bouche toute grande. Une illustration de l’Enfer du Dante : les damnés du gargarisme.

Quelquefois, en sortant de là, nous faisons le grand tour pour revenir à l’établissement, et nous descendons par le pays. Maman, que le bruit de l’hôtel fatigue, qui a peur surtout que je ne danse trop au salon, avait rêvé de louer une petite maison bourgeoise dans Arvillard, où les occasions ne manquent pas. Il y a des écriteaux à chaque porte, à chaque étage, se balançant dans les glycines entre des rideaux clairs et tentateurs. À se demander vraiment ce que les habitants deviennent pendant la saison. Campent-ils en troupeaux sur les montagnes environnantes, ou bien vont-ils vivre à l’hôtel à cinquante francs par jour ? Cela m’étonnerait, car il me semble terriblement rapace cet aimant qu’ils ont dans l’œil quand ils regardent le baigneur, – quelque chose qui luit et qui accroche. Et ce luisant-là, l’éclair brusque sur le front de mon petit goitreux, le reflet de sa pièce blanche, je le retrouve partout. Dans les lunettes du petit médecin frétillant qui m’ausculte tous les matins, dans l’œil des bonnes dames doucereuses vous invitant à visiter leurs maisons, leurs petits jardins bien commodes, remplis de trous pleins d’eau et de cuisines au rez-de-chaussée pour des appartements au troisième étage, dans l’œil des voituriers en blouses courtes, chapeaux cirés à grands rubans, qui vous font signe du haut de leurs corricolos de louage, dans le regard du petit ânier debout devant l’écurie large ouverte où remuent de longues oreilles, même dans celui des ânes, oui, dans ce grand regard d’entêtement et de douceur, cette dureté de métal que donne l’amour de l’argent, je l’ai vue, elle existe.

Du reste, elles sont affreuses, leurs maisons, encaissées, tristes, sans horizon, riches en inconvénients de toute sorte qu’il n’est pas permis d’ignorer, puisqu’on vous les signale dans la maison voisine. Nous nous en tiendrons décidément à notre caravansérail des Alpes Dauphinoises, qui chauffe au soleil sur la hauteur ses innombrables persiennes vertes dans la brique rouge, au milieu d’un parc anglais encore en bas âge, taillis, labyrinthe, allées sablées dont il partage la jouissance avec les cinq ou six autres hôtels cossus du pays, La Chevrette, La Laita, Le Bréda, La Planta. Tous ces hôtels à noms savoyards se font une concurrence féroce, s’épient, se surveillent par-dessus les massifs, et c’est à qui mènera le plus de train avec ses cloches, ses pianos, le fouet de ses postillons, les fusées de ses feux d’artifice, à qui ouvrira le plus largement ses fenêtres pour que l’animation, les rires, les chants, les danses fassent dire aux voyageurs de vis-à-vis :

— Comme ils s’amusent là-bas ! Comme il doit y avoir du monde !

Mais c’est dans le Journal des Baigneurs que se livre entre les auberges rivales la bataille la plus chaude, autour de ces listes d’arrivants que la petite feuille donne très exactement deux fois par semaine.

Quelle rage envieuse à la Laita, de la Planta, quand on voit par exemple : Prince et princesse d’Anhalt et leur suite… Alpes Dauphinoises. Tout pâlit devant cette ligne écrasante. Comment répondre ? Et l’on cherche, on s’ingénie ; si vous avez un de, un titre quelconque, on le prodigue, on l’étale. Voici trois fois que la Chevrette nous sert le même inspecteur des forêts sous des espèces différentes, inspecteur, marquis, chevalier des Saints-Maurice et Lazare. Mais les Alpes Dauphinoises ont encore le pompon, sans que nous y soyons pour rien, dame ! Tu sais comme est maman, toujours modeste, effarouchée ; elle a bien défendu à Fanny de dire qui nous étions, parce que la position de notre père, celle de ton mari auraient attiré autour de nous trop de curiosité et de poussière mondaine. Le journal a dit simplement : Mesdames Le Quesnoy (de Paris) … Alpes Dauphinoises, et comme les Parisiens sont rares, notre incognito n’a pas été révélé.

Nous avons une installation très simple, assez commode, deux chambres au second, toute la vallée devant nous, un cirque de montagnes noires de sapins au pied, et qui se nuancent, s’éclaircissent en montant avec des traînées de neige éternelle, des pentes arides en regard de petites cultures qui font comme des carrés de vert, de jaune, de rose, au milieu desquels les meules de foin ne paraissent pas plus grosses que des ruches d’abeilles. Mais ce bel horizon ne nous tient guère chez nous.

Le soir, on a le salon, le jour, on erre dans le parc pour le traitement qui, joint à cette existence si remplie et si vide, vous prend et vous absorbe. L’heure amusante, c’est après déjeuner, quand on se groupe par petites tables pour le café, sous les grands tilleuls, à l’entrée du jardin. C’est l’heure des arrivées et des départs ; autour de la voiture qui emporte les baigneurs, on échange des adieux, des poignées de main, les gens de l’hôtel se pressent, éclairés du luisant, du fameux luisant savoyard. On embrasse des personnes qu’on connaît à peine, les mouchoirs s’agitent, les grelots tintent, puis la lourde voiture chargée et vacillante disparaît par les routes étroites, à mi-côte, emportant ces noms, ces visages qui ont fait un moment partie de la vie commune, ces inconnus d’hier, demain oubliés.

D’autres arrivent, s’installent dans leurs habitudes. J’imagine que ce doit être la monotonie des paquebots, avec un renouvellement de figures à chaque escale. Tout ce mouvement m’amuse, mais notre chère maman reste bien triste, bien absorbée, malgré le sourire qu’elle essaie quand je la regarde. Je devine que chaque détail de notre vie lui apporte un souvenir navrant, une évocation d’images lugubres. Elle en a tant vu de ces caravansérails de malades, pendant l’année où elle a suivi son agonisant de station en station, dans la plaine ou sur la montagne, sous les pins au bord de la mer, avec un espoir toujours trompé et l’éternelle résignation qu’elle était obligée de mettre à son martyre.

Vraiment, Jarras pouvait bien lui éviter ce rappel de douleurs ; car je ne suis pas malade, je ne tousse presque plus, et, en dehors de mon vilain enrouement qui me donne une voix à crier des pois verts, je ne me suis jamais si bien portée. Un appétit d’enfer, figure-toi, de ces faims terribles qui ne peuvent attendre. Hier, après un déjeuner à trente plats, au menu plus compliqué que l’alphabet chinois, je vois une femme éplucher des framboises devant sa porte. Tout de suite une fringale me prend. Deux bols, ma chère, deux bols de ces grosses framboises si fraîches, « le fruit du pays », comme dit notre garçon de table. Et voilà mon estomac !

C’est égal, ma chérie, comme c’est heureux que ni toi ni moi n’ayons pris le mal de ce pauvre frère que je n’ai guère connu et dont je retrouve ici sur d’autres visages les traits tirés, l’expression découragée qu’il a sur son portrait dans la chambre de nos parents ! Et quel original que ce médecin qui l’a soigné jadis, ce fameux Bouchereau ! L’autre jour, maman a voulu me présenter à lui, et, pour obtenir une consultation, nous avons rôdé dans le parc autour de ce grand vieux, à la physionomie brutale et dure ; mais il était très entouré par les médecins d’Arvillard, l’écoutant avec des humilités d’écolier. Alors nous l’avons attendu à la sortie de l’inhalation. Peine perdue. Notre homme s’est mis à marcher d’un pas, comme s’il voulait nous échapper. Avec maman, tu sais, on ne va guère vite, et nous l’avons encore manqué cette fois. Enfin hier matin Fanny est allée demander de notre part à sa gouvernante, s’il pouvait nous recevoir. Il a fait répondre qu’il était aux eaux pour se soigner et non pour donner des consultations. En voilà un rustre ! C’est vrai que je n’ai jamais vu une pâleur pareille, de la cire. Père est un monsieur très coloré à côté de lui. Il ne vit que de lait, ne descend jamais à la salle à manger, encore moins au salon. Notre petit docteur frétillant, celui que j’appelle M. C’est ce qui faut, prétend qu’il a une maladie de cœur très dangereuse, et que ce sont les eaux d’Arvillard qui depuis trois ans le font durer.

« C’est ce qui faut ! C’est ce qui faut ! »

On n’entend que cela dans le bredouillement de ce drôle de petit homme, vaniteux, bavard, qui tourbillonne le matin dans notre chambre. « Docteur, je ne dors pas… Je crois que le traitement m’agite. – C’est ce qui faut ! – Docteur, j’ai toujours sommeil… je crois que ce sont les eaux. – C’est ce qui faut » Ce qu’il faut surtout, c’est que sa tournée soit vite faite, pour qu’il puisse être avant dix heures à son cabinet de consultation, dans cette petite boîte à mouches où le monde s’entasse jusque dans l’escalier, jusque sur le trottoir, en bas des marches. Aussi il ne flâne guère, vous bâcle une ordonnance sans s’arrêter de sauter, de cabrioler, comme un baigneur qui « fait sa réaction ».

Oh ! la réaction. C’est ça encore une affaire. Moi qui ne prends ni bains ni douches, je ne fais pas de réaction mais je reste quelquefois un quart d’heure sous les tilleuls du parc à regarder le va-et-vient de tous ces gens marchant à grands pas réguliers, l’air absorbé, se croisant sans se dire un mot. Mon vieux monsieur de la salle d’inhalation, celui qui fait de l’œil à la source, apporte à cet exercice la même conscience ponctuelle. À l’entrée de l’allée il s’arrête, ferme son ombrelle blanche, rabaisse son collet d’habit, regarde sa montre, et en route, la jambe raide, les coudes au corps, une deux ! une deux ! jusqu’à une grande barre de lumière blonde que le manque d’un arbre jette en clairière dans l’allée. Il ne va pas plus loin, lève les bras trois fois comme s’il tendait des haltères, puis revient de la même allure, brandit de nouveaux haltères, et comme cela quinze tours de suite. J’imagine que la section des agités à Charenton doit avoir un peu de la physionomie de mon allée vers onze heures.

6 août.

C’est donc vrai, Numa vient nous voir. Oh ! que je suis contente, que je suis contente Ta lettre est arrivée par le courrier d’une heure, dont la distribution se fait dans le bureau de l’hôtel. Minute solennelle, décisive pour la couleur de la journée. Le bureau plein, on se range en demi-cercle autour de la grosse madame Laugeron, très imposante dans son peignoir de flanelle bleue, pendant que de sa voix autoritaire, un peu maniérée, d’ancienne dame de compagnie, elle annonce les adresses multicolores du courrier. Chacun s’avance à l’appel, et je dois te dire qu’on met un certain amour-propre à avoir un fort courrier. À quoi n’en met-on pas du reste de l’amour-propre dans ce perpétuel frottement de vanités et de sottises ? Quand je pense que j’en arrive à être fière de mes deux heures d’inhalation ! « M. le prince d’Anhalt… M. Vasseur… Mademoiselle Le Quesnoy… » Déception. Ce n’est que mon journal de modes. « Mademoiselle Le Quesnoy… » Je regarde s’il n’y a plus rien pour moi et je me sauve avec ta chère lettre, jusqu’au fond du jardin, sur un banc enfermé de grands noisetiers.

Ça, c’est mon banc, le coin où je m’isole pour rêver, faire mes romans car, chose étonnante, pour bien inventer, développer selon les règles de M. Baudouy, il ne me faut pas de larges horizons. Quand c’est trop grand, je me perds, je m’éparpille, va te promener. Le seul ennui de mon banc, c’est le voisinage d’une balançoire, où cette petite Bachellery passe la moitié de ses journées à se faire lancer dans l’espace par le jeune homme au ressort. Je pense qu’il en a du ressort pour la pousser ainsi pendant des heures. Et ce sont des cris de bébé, des roulades envolées « Plus haut ! encore !… » Dieu ! que cette fille m’agace, je voudrais que la balançoire l’envoyât dans la nue et qu’elle n’en redescendît jamais.

On est si bien, si loin, sur mon banc, quand elle n’est pas là. J’y ai savouré ta lettre, dont le post-scriptum m’a fait pousser un cri de joie.

Oh ! que béni soit Chambéry et son lycée neuf, et cette première pierre à poser, qui amène dans nos régions le ministre de l’Instruction publique. Il sera très bien ici pour préparer son discours, soit en se promenant dans l’allée de la réaction, – allons, bon, un calembour maintenant, – ou sous mes noisetiers quand mademoiselle Bachellery ne les effarouche pas. Mon cher Numa ! Je m’entends si bien avec lui, si vivant, si gai. Comme nous allons causer ensemble de notre Rosalie et du sérieux motif qui l’empêche de voyager en ce moment… Ah ! mon Dieu, c’est un secret… Et maman qui m’a tant fait jurer… c’est elle qui est contente aussi de recevoir le cher Numa. Du coup, elle en perd toute timidité, toute modestie, et vous avait une majesté en entrant dans le bureau de l’hôtel pour retenir l’appartement de son gendre le ministre ! Non, la tête de notre hôtesse oyant cette nouvelle.

— Comment ! mesdames, vous êtes… vous étiez ?…

— Nous le fûmes…, nous le sommes…

Sa large face est devenue lilas, ponceau, une palette de peintre impressionniste. Et M. Laugeron, et tout le service. Depuis notre arrivée, nous réclamions en vain un bougeoir supplémentaire ; tout à l’heure, il y en avait cinq sur la cheminée. Numa sera bien servi, je t’en réponds, et installé. On lui donne le premier étage du prince d’Anhalt, qui va se trouver libre dans trois jours. Il paraît que les eaux d’Arvillard sont funestes à la princesse ; et le petit docteur lui-même est d’avis qu’elle parte au plus vite. C’est ce qui faut, car s’il arrivait un malheur, les Alpes Dauphinoises ne s’en relèveraient pas.

C’est pitié, la hâte qui se fait autour du départ de ces malheureux, comme on les presse, comme on les pousse, à l’aide de cette hostilité magnétique que dégagent les endroits où l’on est importun. Pauvre princesse d’Anhalt dont l’arrivée fut si fêtée ici. Pour un peu, on la reconduirait à l’extrémité du département entre deux gendarmes… L’hospitalité des villes d’eaux !…

À propos, et Bompard ? tu ne me dis pas s’il sera du voyage. Dangereux Bompard ! s’il vient, je suis capable de m’envoler avec lui sur quelque glacier. Quels développements nous trouverions à nous deux, vers les cimes ! Je ris, je suis si heureuse… Et j’inhale, et j’inhale, un peu gênée par le voisinage du terrible Bouchereau qui vient d’entrer et de s’asseoir à deux places de moi.

Qu’il a donc l’air dur, cet homme-là. Les mains sur la pomme de sa canne, son menton posé dessus, il parie tout haut, le regard droit, sans s’adresser à personne. Est-ce que je dois prendre pour moi ce qu’il dit de l’imprudence des baigneuses, de leurs robes de batiste claire, de la sottise des sorties après le dîner dans un pays où les soirées sont d’une fraîcheur mortelle ?

Méchant homme ! On croirait qu’il sait que je quête ce soir à l’église d’Arvillard pour l’œuvre de la Propagation. Le père Olivieri doit raconter en chair ses missions dans le Thibet, sa captivité, son martyre ; mademoiselle Bachellery, chanter l’Ave Maria de Gounod. Et je me fais une fête du retour par toutes les petites rues noires avec des lanternes, comme une vraie retraite aux flambeaux.

Si c’est une consultation que M. Bouchereau me donne là, je n’en veux pas, il est trop tard. D’abord, monsieur, j’ai carte blanche de mon petit docteur, qui est bien plus aimable que vous et m’a même permis un petit tour de valse au salon pour finir.

Oh ! rien qu’un, par exemple. Du reste, quand je danse un peu trop, tout le monde est après moi. On ne sait pas comme je suis robuste avec ma taille de grand fuseau, et qu’une Parisienne n’est jamais malade de trop danser. « Prenez garde… Ne vous fatiguez pas… » L’une m’apporte mon châle ; celui-là ferme les croisées dans mon dos, de peur que je m’enrhume. Mais le plus empressé encore, c’est le jeune homme au ressort, parce qu’il trouve que j’en ai diantrement plus que sa sœur. Ce n’est pas difficile, pauvre fille. Entre nous, je crois que ce jeune monsieur, désespéré des froideurs d’Alice Bachellery, s’est rabattu sur moi et me fait la cour… Mais, hélas ! il perd ses peines, mon cœur est pris, tout à Bompard… Eh bien ! non, ce n’est pas Bompard, et tu t’en doutes, ce n’est pas Bompard le personnage de mon roman. C’est…, c’est… Ah ! tant pis, mon heure est passée. Je te le dirai un autre jour, mademoiselle refréjon.