Numa Roumestan/X

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charpentier (p. 167-184).

X - NORD ET MIDI


Entre le président Le Quesnoy et son gendre, il n’y avait jamais eu grande sympathie. Le temps, les rapports fréquents, les liens de parenté n’étaient pas parvenus à diminuer l’écart de ces deux natures, à vaincre le froid intimidant qu’éprouvait le Méridional devant ce grand silencieux à tête hautaine et pâle dont le regard bleu-gris, le regard de Rosalie moins la tendresse et l’indulgence, s’abaissait sur sa verve pour la geler. Numa, flottant et mobile, toujours débordé par sa parole, à la fois ardent et compliqué, se révoltait contre la logique, la droiture, la rigidité de son beau-père ; et tout en lui enviant ses qualités, les mettait sur le compte de la froideur de l’homme du Nord, de l’extrême Nord que lui représentait le président.

— Après, il y a l’ours blanc… Puis, plus rien, le pôle et la mort.

Il le flattait cependant, cherchait à le séduire avec des chatteries adroites, ses amorces à prendre le Gaulois ; mais le Gaulois, plus subtil que lui-même, ne se laissait pas envelopper. Et lorsqu’on causait politique, le dimanche, dans la salle à manger de la place Royale ; lorsque Numa, attendri par la bonne chère, essayait de faire croire au vieux Le Quesnoy qu’en réalité ils étaient bien près de s’entendre voulant tous deux la même chose – la liberté ; il fallait voir le coup de tête révolté dont le président lui secouait toutes ses mailles.

— Ah ! mais non, pas la même !

En quatre arguments précis et durs, il rétablissait les distances, démasquait les mots, montrait qu’il ne se laissait pas prendre à leur tartuferie. L’avocat s’en tirait en plaisantant, très vexé au fond, surtout à cause de sa femme qui, sans se mêler jamais de politique, écoutait et regardait. Alors en revenant, le soir, dans leur voiture, il s’efforçait de lui prouver que son père manquait de bon sens. Ah ! si ça n’avait pas été pour elle, il l’aurait joliment rembarré. Rosalie, pour ne pas l’irriter, évitait de prendre parti :

— Oui, c’est malheureux… vous ne vous entendez pas… Mais tout bas elle donnait raison au président.

Avec l’arrivée de Roumestan au ministère, le froid entre les deux hommes s’était accentué. M. Le Quesnoy refusait de se montrer aux réceptions de la rue de Grenelle, et s’en expliqua très nettement avec sa fille :

— Dis-le bien à ton mari… qu’il continue à venir chez moi et le plus souvent possible, j’en serai très heureux ; mais on ne me verra jamais au ministère. Je sais ce que ces gens-là nous préparent je ne veux pas avoir l’apparence d’un complice.

Du reste, la situation était sauvegardée aux yeux du monde par ce deuil de cœur qui murait les Le Quesnoy chez eux depuis si longtemps. Le ministre de l’Instruction publique eût été probablement très gêné de sentir dans ses salons ce vigoureux contradicteur devant lequel il restait un petit garçon ; il affecta cependant de paraître blessé de cette décision, s’en fit une attitude, chose toujours très précieuse à un comédien, et un prétexte pour ne plus venir que fort inexactement aux dîners du dimanche, invoquant une de ces mille excuses, commissions, réunions, banquets obligatoires, qui donnent aux maris de la politique une si vaste liberté.

Rosalie, au contraire, ne manquait pas un dimanche, arrivait de bonne heure l’après-midi, heureuse de retremper dans l’intérieur de ses parents ce goût de la famille que l’existence officielle ne lui laissait guère le loisir de satisfaire. Madame Le Quesnoy encore à vêpres, Hortense à l’église, avec sa mère, ou menée par des amis à quelque matinée musicale, elle était sûre de trouver son père dans sa bibliothèque, une longue pièce tapissée de livres du haut au bas, enfermé avec ces amis muets, ces confidents intellectuels, les seuls dont sa douleur n’eût jamais pris ombrage. Le président ne s’installait pas à lire, inspectait les rayons, s’arrêtait à une belle reliure, et, debout, sans s’en douter, lisait pendant une heure, ne s’apercevant ni du temps ni de la fatigue. Il avait un pâle sourire en voyant entrer sa fille aînée. Quelques mots échangés, car ils n’étaient bavards ni l’un ni l’autre, elle passait, elle aussi, la revue de ses auteurs aimés, choisissait, feuilletait près de lui sous le jour un peu assombri d’une grande cour du Marais où tombaient en lourdes notes, dans la tranquillité du dimanche aux quartiers commerçants, les sonneries des vêpres voisines. Parfois il lui donnait un livre entr’ouvert :

— Lis ça… en soulignant avec l’ongle ; et, quand elle avait lu :

— C’est beau, n’est-ce pas ?…

Pas de plus grand plaisir pour cette jeune femme, à qui la vie offrait ce qu’elle peut donner de brillant et de luxueux, que cette heure auprès de ce père âgé et triste, envers lequel son adoration filiale se doublait d’attaches intimes tout intellectuelles.

Elle lui devait sa rectitude de pensée, ce sentiment de justice qui la faisait si vaillante, aussi son goût artistique, l’amour de la peinture et des beaux vers ; car chez Le Quesnoy le tripotage continu du code n’avait pas ossifié l’homme. Sa mère, Rosalie l’aimait, la vénérait, non sans un peu de révolte contre une nature trop simple, trop molle, annihilée dans sa propre maison et que la douleur, qui élève certaines âmes, avait courbée à terre aux plus vulgaires préoccupations féminines, la piété pratiquante, le ménage en petits détails. Plus jeune que son mari, elle paraissait l’aînée, avec sa conversation bonne femme, qui, vieillie et attristée comme elle, cherchait des coins chauds de souvenir, des rappels de son enfance dans un domaine ensoleillé du Midi. Mais l’église la possédait surtout, et, depuis la mort de son fils, elle allait endormir son chagrin dans la fraîcheur silencieuse, le demi-jour, le demi-bruit des hautes nefs, comme dans une paix de cloître défendue du grouillement de la vie par les lourdes portes rembourrées, avec cet égoïsme dévot et lâche des désespoirs accoudés aux prie-Dieu, déliés des soucis et des devoirs.

Rosalie, déjà jeune fille au moment de leur malheur, avait été frappée de la façon différente dont ses parents le subissaient : elle, renonçant à tout, abîmée dans une religion larmoyante, lui, demandant des forces à la tâche accomplie ; et sa tendre préférence pour son père lui était venue d’un choix de sa raison. Le mariage, la vie commune avec les exagérations, les mensonges, les démences de son Méridional, lui faisaient trouver encore plus doux l’abri de la bibliothèque silencieuse qui la changeait du garni grandiose, officiel et froid, des ministères.

Au milieu de la calme causerie, on entendait un bruit de porte, un frou-frou de soie, Hortense qui rentrait.

— Ah ! je savais te trouver là…

Elle n’aimait pas à lire, celle-là. Même les romans l’ennuyaient, jamais assez romanesques pour son exaltation. Au bout de cinq minutes qu’elle était à piétiner, son chapeau sur la tête :

— Ça sent le renfermé, toutes ces paperasses… tu ne trouves pas, Rosalie ?… Allons, viens un peu avec moi… Père t’a assez eue. Maintenant, c’est mon tour.

Et elle l’entraînait dans sa chambre, leur chambre, car Rosalie y avait aussi vécu jusqu’à l’âge de vingt ans.

Elle voyait là, dans une heure charmante de causeries, tous les objets qui avaient fait partie d’elle-même, son lit aux rideaux de cretonne, son pupitre, l’étagère, la bibliothèque où il restait un peu de son enfance aux titres des volumes, à la puérilité de mille riens conservés avec amour. Elle retrouvait ses pensées dans tous les coins de cette chambre de jeune fille, plus coquette et ornée que de son temps un tapis par terre, une veilleuse en corolle au plafond, et de petites tables fragiles, à coudre, à écrire, que l’on rencontrait à chaque pas. Plus d’élégance et moins d’ordre, deux ou trois ouvrages commencés, au dos des chaises, le pupitre resté ouvert avec un envolement de papier à devise. Quand on entrait, il y avait toujours une petite minute de déroute.

— C’est le vent, disait Hortense en éclatant de rire, il sait que je l’adore, il sera venu voir si j’y étais.

— On aura laissé la fenêtre ouverte, répondait Rosalie tranquillement… Comment peux-tu vivre là-dedans ?… Je suis incapable de penser, moi, quand rien n’est en place.

Elle se levait pour remettre droit un cadre accroché au mur, qui gênait son œil aussi juste que son esprit.

— Eh bien ! moi, tout le contraire, ça me monte… Il me semble que je suis en voyage.

Cette différence de natures se retrouvait sur le visage des deux sœurs. Rosalie, régulière, une grande pureté de lignes, des yeux calmes et de couleur changeante comme un flot dont la source est profonde ; l’autre, des traits en désordre, d’expression spirituelle sur un teint mat de créole. Le nord et le midi du père et de la mère, deux tempéraments très divers qui s’étaient unis sans se fondre, perpétuant chacun sa race. Et cela malgré la vie commune, l’éducation pareille dans un grand pensionnat où Hortense reprenait, sous les mêmes maîtres, à quelques années de distance, la tradition scolaire qui avait fait de sa sœur une femme sérieuse, attentive, tout à la minute présente, s’absorbant dans ses moindres actes, et la laissait, elle, tourmentée, chimérique, l’esprit inquiet, toujours en rumeur. Quelquefois, la voyant si agitée, Rosalie s’écriait :

— Je suis bien heureuse, moi… Je n’ai pas d’imagination.

— Moi, je n’ai que ça ! disait Hortense ; et elle lui rappelait que, au cours de M. Baudouy chargé de leur apprendre le style et le développement de la pensée, ce qu’il appelait pompeusement « sa classe d’imagination », Rosalie n’avait aucun succès, exprimant toutes choses en quelques mots concis, tandis que, avec gros comme ça d’idée, elle noircissait des volumes.

« C’est le seul prix que j’aie jamais eu, le prix d’imagination. »

Elles étaient, malgré tout, tendrement unies, d’une de ces affections de grande à petite sœur, où il entre du filial et du maternel. Rosalie l’emmenait partout avec elle, au bal, chez ses amies, dans ces courses de magasins qui affinent le goût des Parisiennes. Même après leur sortie du pensionnat, elle restait sa petite mère. Et maintenant elle s’occupait de la marier, de lui trouver le compagnon tranquille et sûr, indispensable à cette tête folle, le bras solide dont il fallait équilibrer ses élans. Méjean était tout indiqué ; mais Hortense, qui d’abord n’avait pas dit non, montrait subitement une antipathie évidente. Elles s’en expliquèrent au lendemain de cette soirée ministérielle où Rosalie avait surpris l’émotion, le trouble de sa sœur.

— Oh ! il est bon, je l’aime bien, disait Hortense… C’est un ami loyal comme on voudrait en sentir auprès de soi toute sa vie… Mais ce n’est pas le mari qu’il me faut.

— Pourquoi ?

— Tu vas rire… Il ne parle pas assez à mon imagination, voilà !… Le mariage avec lui, ça me fait l’effet d’une maison bourgeoise et rectangulaire au bout d’une allée droite comme un i. Et tu sais que j’aime autre chose, l’imprévue, les surprises…

— Qui alors ? M. de Lappara ?…

— Merci ! pour qu’il me préfère son tailleur.

— M. de Rochemaure ?

— Le paperassier modèle… moi qui ai le papier en horreur.

Et l’inquiétude de Rosalie la pressant, voulant savoir, l’interrogeant de tout près : « Ce que je voudrais, dit la jeune fille, pendant que montait une flamme légère, comme d’un feu de paille, à la pâleur de son teint, ce que je voudrais… » puis, la voix changée, avec une expression comique :

— Je voudrais épouser Bompard ; oui, Bompard, voilà le mari de mes rêves… Au moins, il a de l’imagination, celui-là, des ressources contre la monotonie.

Elle se leva, arpenta la chambre, de cette démarche un peu penchée qui la faisait paraître encore plus grande que sa taille. On ne connaissait pas Bompard. Quelle fierté, quelle dignité d’existence, et logique avec sa folie. « Numa voulait lui donner une place près de lui, il n’a pas voulu. Il a préféré vivre de sa chimère. Et l’on accuse le Midi d’être pratique, industrieux… En voilà un qui fait mentir la légende… tiens ! en ce moment, – il me racontait cela, au bal, l’autre soir, – il fait éclore des œufs d’autruche… Une couveuse artificielle… Il est sûr de gagner des millions… Il est bien plus heureux que s’il les avait… Mais c’est une féerie perpétuelle que cet homme-là ! Qu’on me donne Bompard, je ne veux que Bompard.

— Allons, je ne saurai rien encore aujourd’hui… » pensait la grande sœur qui devinait quelque chose de profond sous ces badinages.

Un dimanche, Rosalie trouva en arrivant madame Le Quesnoy qui l’attendait dans l’antichambre et lui dit d’un ton mystère :

— Il y a quelqu’un au salon… une dame du Midi.

— Tante Portal ?

— Tu vas voir…

Ce n’était pas Mme Portal, mais une pimpante Provençale dont la révérence rustique s’acheva dans un éclat de rire.

— Hortense !

La jupe au ras des souliers plats, le corsage élargi par les plis de tulle du grand fichu, le visage encadré des ondes tombantes de la chevelure que retenait la petite coiffe ornée d’un velours ciselé, brodé de papillons de jais, Hortense ressemblait bien aux « chato » qu’on voit le dimanche coqueter sur la Lice d’Arles ou cheminer deux par deux, les cils baissés, entre les colonnettes du cloître de Saint-Trophyme dont la dentelure va bien à ces carnations sarrasines, de l’ivoire d’église où tremble la clarté d’un cierge en plein jour.

— Crois-tu qu’elle est jolie ! disait la mère, ravie devant cette personnification vivante du pays de sa jeunesse. Rosalie, au contraire, tressaillit d’une tristesse inconsciente comme si ce costume lui emportait sa sœur au loin, bien loin.

— En voilà une fantaisie !… Ça te va bien, mais je t’aime encore mieux en Parisienne… Et qui t’a si bien habillée ?

— Audiberte Valmajour. Elle sort d’ici.

— Comme elle vient souvent, dit Rosalie en passant dans leur chambre pour ôter son chapeau, quelle amitié !… Je vais être jalouse.

Hortense se défendait, un peu gênée. Ça faisait plaisir à leur mère, cette coiffe du Midi dans la maison.

— N’est-ce pas vrai, mère ? cria-t-elle d’une pièce à l’autre. Puis cette pauvre fille était si dépaysée dans Paris et si intéressante avec ce dévouement aveugle au génie de son frère.

— Oh ! du génie… dit la grande sœur en secouant la tête.

— Dame ! tu as vu, l’autre soir chez vous, quel effet… partout c’est la même chose.

Et comme Rosalie répondait qu’il fallait comprendre à leur vraie valeur ces succès mondains faits d’obligeance, de chic, du caprice d’une soirée :

— Enfin, il est à l’Opéra.

La bande de velours s’agitait sur la petite coiffe en révolte, comme si elle eût recouvert vraiment une de ces têtes exaltées dont elle accompagne là-bas le fier profil. D’ailleurs, ces Valmajour n’étaient pas des paysans comme d’autres, mais les derniers représentants d’une famille déchue !…

Rosalie, debout devant la haute psyché, se retourna en riant :

— Comment tu crois à cette légende ?

— Mais certes ! Ils viennent directement des princes des Baux… les parchemins sont là comme les armes à leur porte rustique. Le jour où ils voudront…

Rosalie frémit. Derrière le paysan joueur de flûtet, il y avait le prince. Avec un prix d’imagination, cela pouvait devenir dangereux.

— Rien de tout cela n’est vrai, et elle ne riait plus cette fois, – il existe dans la banlieue d’Aps dix familles de ce nom soi-disant princier. Ceux qui t’ont dit autre chose ont menti par vanité, par…

— Mais c’est Numa, c’est ton mari… L’autre soir, au ministère, il donnait toutes sortes de détails.

— Oh ! avec lui, tu sais… Il faut mettre au point, comme il dit.

Hortense n’écoutait plus. Elle était rentrée dans le salon, et assise au piano elle entonnait d’une voix éclatante :

Mount’ as passa la matinado
Mourbieù, Marioun…

C’était, sur un air grave comme du plain-chant, une ancienne chanson populaire de Provence que Numa avait apprise à sa belle-sœur et qu’il s’amusait à lui entendre chanter avec son accent parisien qui, glissant sur les articulations méridionales, faisait penser à de l’italien prononcé par une Anglaise.

— Où as-tu passé ta matinée, morbleu, Marion ?
— À la fontaine chercher de l’eau, mon Dieu, mon ami.
— Quel est celui qui te parlait, morbleu, Marion ?
— C’est une de mes camarades, mon Dieu, mon ami.


— Les femmes ne portent pas les brayes, morbleu, Marion.
— C’était sa robe entortillée, mon Dieu, mon ami.
— Les femmes ne portent pas l’épée, morbleu, Marion.
— C’est sa quenouille qui pendait, mon Dieu, mon ami.


— Les femmes ne portent pas moustache, morbleu, Marion.
— C’étaient des mûres qu’elle mangeait, mon Dieu, mon ami.
— Le mois de mai ne porte pas de mûres, morbleu, Marion.
— C’était une branche de l’automne, mon Dieu, mon ami.


— Va m’en chercher une assiettée, morbleu, Marion.
— Les petits oiseaux les ont toutes mangées, mon Dieu, mon ami.
— Marion !… je te couperai la tête, morbleu, Marion…
— Et puis que ferez-vous du reste, mon Dieu, mon ami ?


— Je le jetterai par la fenêtre, morbleu, Marion,
Les chiens, les chats en feront fête…

Elle s’interrompit pour lancer avec le geste et l’intonation de Numa, quand il se montait : « Ça, voyez-vous, mes infants… C’est bo comme du Shakspeare !…

— Oui, un tableau de mœurs, fit Rosalie en s’approchant… Le mari grossier, brutal, la femme féline et menteuse… un vrai ménage du Midi.

— Oh ! ma fille… dit Mme Le Quesnoy sur un ton de doux reproche, le ton des anciennes querelles passées en habitude. Le tabouret de piano tourna brusquement sur sa vis et mit en face de Rosalie le bonnet de la Provençale indignée.

— C’est trop fort… qu’est-ce qu’il t’a fait, le Midi ?… Moi, je l’adore. Je ne le connaissais pas, mais ce voyage que vous m’avez fait faire m’a révélé ma vraie patrie… J’ai beau avoir été baptisée à Saint-Paul ; je suis de là-bas, moi… Une enfant de la placette… Tu sais, maman, un de ces jours nous planterons là ces froids Septentrionaux et nous irons demeurer toutes deux dans notre beau Midi où l’on chante, où l’on danse, le Midi du vent, du soleil, du mirage, de tout ce qui poétise et élargit la vie… C’est là que je voudrais vi-i-vre… Ses deux mains agiles retombèrent sur le piano, dispersant la fin de son rêve dans un brouhaha de notes retentissantes.

« Et pas un mot du tambourin, pensait Rosalie, c’est grave ! »

Plus grave encore qu’elle ne l’imaginait.

Du jour où Audiberte avait vu la demoiselle accrocher une fleur au tambourin de son frère, à cette minute même s’était levée dans son esprit ambitieux une vision splendide d’avenir, qui n’avait pas été étrangère à leur transplantement. L’accueil que lui fit Hortense lorsqu’elle vint se plaindre à elle, son empressement à courir vers Numa, l’affermissaient dans son espoir encore vague. Et depuis, lentement, sans s’en ouvrir à ses hommes autrement que par des demi-mots, avec sa duplicité de paysanne presque italienne, en se glissant, en rampant, elle préparait les voies. De la cuisine de la place Royale où elle commençait par attendre timidement dans un coin, au bord d’une chaise, elle se faufilait au salon, s’installait, toujours nette et bien coiffée, à une place de parente pauvre. Hortense en raffolait, la montrait à ses amies comme un joli bibelot rapporté de cette Provence dont elle parlait avec passion. Et l’autre, se faisant plus simple que nature, exagérait ses effarements de sauvage, ses colères à poings fermés contre le ciel boueux de Paris, s’exclamait d’un « Boudiou » très gentil dont elle soignait l’effet comme une ingénue de théâtre. Le président lui-même en souriait, de ce boudiou. Et faire sourire le président !…

Mais c’est chez la jeune fille, seule avec elle, qu’elle mettait en jeu toutes ses câlineries. Tout à coup elle s’agenouillait à ses pieds, lui prenait les mains, s’extasiait sur les moindres grâces de sa toilette, la façon de nouer un ruban, de se coiffer, laissant échapper de ces lourds compliments en plein visage qui font plaisir quand même, tellement ils paraissent naïfs et spontanés. Oh ! quand la demoiselle était descendue de voiture devant le mas, elle avait cru voir la reine des anges en personne, qu’elle n’en pouvait plus parler de saisissement. Et son frère, pécaïré, en entendant le carrosse qui ramenait la Parisienne crier sur les pierres de la descente, il disait que c’était comme si ces pierres lui tombaient une à une sur le cœur.

Elle en jouait de ce frère, et de ses fiertés, de ses inquiétudes… Des inquiétudes, pourquoi ? je vous demande un peu… Depuis la soirée du menistre, on parlait de lui sur tous les journaux, on mettait son portrait partout. Et des invitations dans le faubourg de Saint-Germeïn, qu’il n’y pouvait pas suffire. Des duchesses, des comtesses qui lui écrivaient sur des billets à odeur, avec des couronnes à leur papier comme sur les voitures qu’elles envoyaient pour le prendre… Eh bien non, il n’était pas content, le povre !

Tout cela, chuchoté près d’Hortense, lui communiquait un peu de la fièvre et du magnétique vouloir de la paysanne. Alors, sans regarder, elle demandait si Valmajour n’aurait pas, peut-être, une promise qui l’attendait là-bas, au pays.

— Lui, une promise !… Avaï, vous le connaissez pas… Il s’en croit trop pour vouloir d’une paysanne. Les plus riches se sont mises après lui, celle des Combette, une autre encore, et des galantes, vous savez bien !… Il les a pas seulement regardées… Qui sait ce qu’il roule dans sa tête !… Oh ! ces artistes…

Et ce mot, nouveau pour elle, prenait sur ses lèvres ignorantes une indéfinissable expression, comme du latin de la messe ou quelque formule cabalistique ramassée dans le Grand-Albert. L’héritage du cousin Puyfourcat revenait très souvent aussi dans cet adroit bavardage.

Il est peu de familles du Midi, artisanes ou bourgeoises, qui n’aient leur cousin Puyfourcat, le chercheur d’aventures parti dès sa jeunesse et qui n’a plus écrit, qu’ou aime à se figurer richissime. C’est le billet de loterie à longue échéance, l’échappée chimérique sur un lointain de fortune et d’espoir, auquel on finit par croire fermement. Audiberte y croyait à l’héritage du cousin, et elle en parlait à la jeune fille, moins pour l’éblouir que pour diminuer les distances sociales qui les séparaient. À la mort du Puyfourcat, le frère rachèterait Valmajour, ferait reconstruire le château et valoir ses titres de noblesse, puisqu’ils disaient tous que les papiers existaient.

À la fin de ces causeries, prolongées quelquefois jusqu’au crépuscule, Hortense restait longtemps silencieuse, le front appuyé à la vitre, à regarder monter dans un rose couchant d’hiver les hautes tours du château reconstruit, la plate-forme toute ruisselante de lumières et d’aubades en l’honneur de la châtelaine.

Boudiou, qu’il est tard !… s’écriait la paysanne la voyant au point où elle voulait… Et le dîner de mes hommes qui n’est pas prêt ! Je me sauve.

Souvent Valmajour venait l’attendre en bas ; mais elle ne le laissait jamais monter. Elle le sentait si gauche et si grossier, indifférent d’ailleurs à toute idée de séduction. Elle n’avait pas encore besoin de lui.

Quelqu’un qui la gênait bien aussi, mais difficile à éviter, c’était Rosalie, auprès de qui les chatteries, les fausses naïvetés ne prenaient pas. En sa présence, Audiberte, ses terribles sourcils noirs plissés au front, ne disait plus un mot ; et dans ce mutisme montait, avec une haine de race, une colère de faible, sournoise et vindicative, contre l’obstacle le plus sérieux à ses projets. Son vrai grief était celui-là ; mais elle en avouait d’autres à la petite sœur. Rosalie n’aimait pas le tambourin, puis « elle ne faisait pas sa religion… Et une femme qui ne fait pas sa religion, voyez-vous… » Audiberte la faisait, elle, et furieusement ; elle ne manquait pas un office et communiait aux jours convenus. Cela ne l’entravait en rien, rouée, menteuse, hypocrite, violente jusqu’au crime, ne puisant dans les textes que des préceptes de vengeance et de haine. Seulement elle restait honnête, au sens féminin du mot. Avec ses vingt-huit ans, sa jolie figure, elle gardait, dans les milieux bas où ils roulaient maintenant, la chasteté sévère de son épais fichu de paysanne, serré sur un cœur qui n’avait jamais battu que d’ambition fraternelle.

— Hortense m’inquiète… Regarde-la.

Rosalie, à qui sa mère faisait cette confidence dans un coin de salon au ministère, crut que madame Le Quesnoy partageait ses défiances. Mais l’observation de la mère s’adressait à l’état d’Hortense, qui ne parvenait pas à guérir un gros vilain rhume. Rosalie regarda sa sœur. Toujours son teint éblouissant, sa vivacité, sa gaieté. Elle toussait un peu, mais quoi ! comme toutes les Parisiennes après la saison des bals. Le beau temps allait la remettre bien vite.

« En as-tu parlé à Jarras ? »

Jarras était un ami de Roumestan, un ancien du café Malmus. Il assurait que ce n’était rien, conseillait les eaux d’Arvillard.

— Eh bien il faut y aller… dit vivement Rosalie, enchantée de ce prétexte d’éloigner Hortense.

— Oui, mais ton père qui va rester seul…

— J’irai le voir tous les jours…

Alors la pauvre mère avouait, en sanglotant, l’épouvante que lui causait ce voyage avec sa fille. Pendant toute une année, il lui avait fallu courir ainsi les villes d’eaux pour l’enfant qu’ils avaient déjà perdu. Est-ce qu’elle allait recommencer le même pèlerinage, avec le même but affreux en perspective ? L’autre aussi, ça l’avait pris à vingt ans, en pleine santé, en pleine force…

— Oh ! maman, maman… veux-tu te taire…

Et Rosalie la grondait doucement, Hortense n’était pas malade, voyons ; le médecin le disait bien. Ce voyage serait une simple distraction. Arvillard, les Alpes dauphinoises, un pays merveilleux. Elle aurait bien voulu accompagner Hortense à sa place. Malheureusement, elle ne pouvait pas. Des raisons sérieuses…

— Oui, je comprends… ton mari, le ministère…

— Oh ! non, ce n’est pas cela.

Et contre sa mère, dans cette intimité de cœur où elles se trouvaient rarement ensemble : « Écoute, mais pour toi seule, car personne ne le sait, pas même Numa », elle avoua l’espoir encore bien fragile d’un grand bonheur dont elle avait désespéré, qui la rendait folle de joie et de crainte, l’espoir tout nouveau d’un enfant qui allait peut-être venir.