Numa Roumestan/XVI

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Charpentier (p. 265-284).

XVI - AUX PRODUITS DU MIDI


 « MADEMOISELLE est très malade… Madame ne veut voir personne. »

La dixième fois depuis dix jours qu’Audiberte recevait la même réponse. Immobile devant cette lourde porte cintrée à heurtoir, comme on n en trouve plus guère que sous les arcades de la place Royale, et qui renfermée semblait lui interdire à tout jamais le vieux logis des Le Quesnoy :

« Va bien…, dit-elle. Je ne reviens plus… C’est eux qui m’appelleront maintenant. »

Et elle partit tout agitée dans l’animation de ce quartier de commerce dont les camions chargés de ballots, de futailles, de barres de fer bruyantes et flexibles, se croisaient avec des brouettes roulant sous les porches, au fond des cours où l’on clouait des caisses d’emballage. Mais la paysanne ne s’apercevait pas de ce vacarme infernal, de cette trépidation laborieuse ébranlant jusqu’au dernier étage des maisons hautes ; il se faisait dans sa méchante tête un choc autrement retentissant de pensées brutales, des heurts terribles de sa volonté contrariée. Et elle allait, ne sentant pas la fatigue, franchissait à pied, pour économiser l’omnibus, le long parcours du Marais à la rue de l’Abbaye-Montmartre.

Tout récemment, après une fougueuse pérégrination à travers des logis de toutes sortes, hôtels, appartements meublés, dont on les expulsait chaque fois à cause du tambourin, ils étaient venus s’échouer là, dans une maison neuve qu’occupait à des prix d’essuyeurs de plâtre une tourbe interlope de filles, de bohèmes, d’agents d’affaires, de ces familles d’aventuriers comme on en voit dans les ports de mer, traînant leur désœuvrement sur des balcons d’hôtel entre l’arrivée et le départ, guettant le flot dont ils attendent toujours quelque chose. Ici c’est la fortune qu’on épie. Le loyer était bien cher pour eux, maintenant surtout que le skating était en faillite, il fallait réclamer sur papier timbré les quelques représentations de Valmajour. Mais, dans cette baraque fraîche peinte, la porte ouverte à toute heure pour les différents métiers inavouables des locataires, avec les querelles, les engueulades, le tambourin ne dérangeait personne. C’était le tambourinaire qui se dérangeait. Les réclames, les affiches, le collant mi-parti et ses belles moustaches avaient fait des ravages parmi les dames du skating moins bégueules que cette pimbêche de là-bas. Il connaissait des acteurs des Batignolles, des chanteurs de café-concert, tout un joli monde qui se rencontrait dans un bouge du boulevard Rochechouart appelé le « Paillasson ».

Ce Paillasson, où le temps se passait, dans une flâne crapuleuse, à tripoter des cartes, boire des bocks, ressasser des potins de petits théâtres et de basse galanterie, était l’ennemi, l’épouvante d’Audiberte, l’occasion de colères sauvages sous lesquelles les deux hommes courbaient le dos comme sous un orage des tropiques, quittes à maudire ensemble leur despote en jupon vert, parlant d’elle du ton mystérieux et haineux d’écoliers ou de domestiques : « Qu’est-ce qu’elle a dit ?… Combien elle t’a donné ?… » et s’entendant pour filer derrière ses talons. Audiberte le savait, les surveillait, s’activait dehors, impatiente de rentrer, et ce jour-là surtout, étant partie dès le matin. Elle s’arrêta une seconde en montant, et n’entendant tambourin ni flûtet :

« Ah ! le gueusard… il est encore à son Paillasson… »

Mais, dès l’entrée, le père accourut au-devant d’elle et arrêta l’explosion…

« Crie pas !… Il y a de monde pour toi… Un monsieur du menistère. »

Le monsieur l’attendait au salon ; car ainsi qu’il arrive dans ces habitations de pacotille faites à la mécanique, dont tous les étages se reproduisent exactement, ils avaient un salon, gaufré, crémeux, pareil à une pâtisserie d’œufs battus, un salon qui rendait la paysanne très fière. Et Méjean considérait, plein de compassion, le mobilier provençal éperdu dans cette salle d’attente de dentiste, sous la lumière crue de deux croisées sans rideau, la coque et la moque, le pétrin, la panière, fourbus par des déménagements et des voyages, secouant leur poussière rustique sur les dorures et les peintures à la colle. Le profil altier d’Audiberte, très pur, en ruban des dimanches, dépaysé lui aussi à ce cinquième parisien, acheva de l’apitoyer sur ces victimes de Roumestan ; et il entama doucement l’explication de sa visite. Le ministre, voulant éviter aux Valmajour de nouveaux mécomptes dont il se sentait jusqu’à un certain point responsable, leur envoyait cinq mille francs pour les dédommager du dérangement et les rapatrier… Il tira des billets de son portefeuille, les posa sur le vieux noyer du pétrin.

— Alors, il nous faudra partir ? demanda la paysanne, songeuse, sans bouger.

— M. le ministre désire que ce soit le plus tôt possible… Il a hâte de vous savoir chez vous, heureux comme auparavant.

Valmajour l’ancien risqua un coup d’œil vers les billets :

« Moi, ça me paraît raisonnable… Dé qué n’en disés ?  »

Elle n’en disait rien, attendait la suite, ce que Méjean préparait en tournant et retournant son portefeuille : « À ces cinq mille francs, nous en joindrons cinq mille que voici pour ravoir… pour ravoir… » L’émotion l’étranglait. Cruelle commission que Rosalie lui avait donnée là. Ah ! il en coûte souvent de passer pour un homme paisible et fort ; on exige de vous bien plus que des autres. Il ajouta très vite « le portrait de mademoiselle Le Quesnoy.

— Enfin !… nous y voilà… Le portrait… Je savais bien, pardi ! » Elle ponctuait chaque mot d’un saut de chèvre. « Comme ça, vous croyez qu’on nous aura fait venir de l’autre bout de la France, qu’on nous aura tout promis à nous qui ne demandions rien, et puis qu’on nous mettra dehors comme des chiens qui auraient fait leurs malpropretés partout… Reprenez votre argent, monsieur… Pour sûr que nous ne partirons pas, vous pouvez-y dire, et qu’on ne le leur rendra pas, le portrait… C’est un papier, ça… Je le garde dans ma saquette… Il ne me quitte jamais et je le montrerai dans Paris, avec ce qu’il y a d’écrit dessus, pour que le monde sache que tous ces Roumestan c’est qu’une famille de menteurs… de menteurs… »

Elle écumait.

— Mademoiselle Le Quesnoy est bien malade, dit Méjean très grave.

— Avaï !…

— Elle va quitter Paris et probablement n’y rentrera pas… vivante.

Audiberte ne répondit rien, mais le rire muet de ses yeux, l’implacable dénégation de son front antique, bas et têtu, sous la petite coiffe en pointe, indiquaient assez la fermeté de son refus. Une tentation passait alors à Méjean de se jeter sur elle, d’arracher la saquette d’indienne de sa ceinture et de se sauver avec. Il se contint pourtant, essaya quelques prières inutiles, puis frémissant de rage lui aussi : « Vous vous en repentirez », dit-il, et il sortit, au grand regret du père Valmajour.

« Avise-toi, pichote… tu nous feras arriver quelque malheur.

— Pas plus !… C’est à eux que nous en ferons des peines… Je vais consulter Guilloche. »

Guilloche, contentieux.

Derrière cette carte jaunie, piquée sur la porte en face de la leur, il y avait un de ces terribles agents d’affaires dont tout le matériel d’installation consiste en une énorme serviette en cuir, contenant des dossiers d’histoires véreuses, du papier blanc pour les dénonciations et les lettres de chantage, des croûtes de pâté, une fausse barbe et même quelquefois un marteau pour assommer les laitières, comme on l’a vu dans un procès récent. Ce type, très fréquent à Paris, ne mériterait pas une ligne de portrait si ledit Guilloche, un nom qui valait un signalement sur cette face couturée de mille petites rides symétriques, n’eût ajouté à sa profession un détail tout neuf et caractéristique. Guilloche avait l’entreprise des pensums de lycéens. Un pauvre diable de clerc s’en allait ramasser les punitions à la sortie des classes et veillait bien avant dans la nuit à copier des chants de l’Énéide ou les trois voix de γὖω. Quand le contentieux manquait, Guilloche, qui était bachelier, s’attelait lui-même à ce travail original dont il tirait des bénéfices.

Mis au courant de l’affaire, il la déclara excellente. On assignerait le ministre, on ferait marcher les journaux ; le portrait à lui seul valait une mine d’or. Seulement, c’était du temps, des courses, des avances qu’il exigeait en espèces sonnantes, l’héritage Puyfourcat lui paraissant un pur mirage, et qui désolaient la rapacité de la paysanne déjà cruellement mise à l’épreuve, d’autant que Valmajour, très demandé dans les salons, le premier hiver, ne mettait plus les pieds au faubourg de Saint-Germeïn

« Tant pis !… Je travaillerai… je ferai des ménages, zou ! »

L’énergique petite coiffe d’Arles s’agitait dans la grande bâtisse neuve, montait, descendait l’escalier, colportant d’étage en étage son histoire avé le ministre, s’exaltait, piaillait, bondissait, et tout à coup mystérieuse « Pouis il y a le portrait… » Le regard furtif et louche comme ces marchandes de photographies dans les passages, à qui les vieux libertins demandent des maillots, elle montrait la chose.

« Une jolie fille, au moins !… Et vous avez lu ce qu’il y a d’écrit en bas… »

La scène se passait dans des ménages interlopes, chez des rouleuses du skating ou du Paillasson qu’elle appelait pompeusement « Madame Malvina… Madame Héloïse… », très impressionnée par leurs robes de velours, leurs chemises bordées d’engrêlures à rubans, l’outillage de leur commerce, sans s’inquiéter autrement de ce que c’était que ce commerce. Et le portrait de la chère créature, si distinguée, si délicate, passait par ces souillures curieuses et critiquantes ; on la détaillait, on lisait en riant le naïf aveu, jusqu’au moment où la Provençale, reprenant son bien, serrait dessus la coulisse du sac aux écus, d’un geste furieux d’étranglement :

« Je crois qu’avec ça nous les tenons. »

Zou ! elle partait chez l’huissier ; l’huissier pour l’affaire du skating, l’huissier pour Cadaillac, l’huissier pour Roumestan. Comme si cela ne suffisait pas à son humeur batailleuse, elle avait encore des histoires avec les concierges, l’éternelle question du tambourin qui cette fois se résolvait par l’exil de Valmajour dans un de ces sous-sols de marchand de vins où des fanfares de trompes de chasse alternent avec des leçons de savate et de boxe. Désormais ce fut dans cette cave, à la clarté d’un bec de gaz payé à l’heure, en regardant les espadrilles, les gants de daim, les cors de cuivre pendus à la muraille, que le tambourinaire passa ses heures d’exercice, blême et seul comme un captif, à envoyer au ras du trottoir les variations du flûtet pareilles aux stridentes notes plaintives d’un grillon de boulanger.

Un jour, Audiberte fut invitée à passer chez le commissaire de police du quartier. Elle y courut bien vite, persuadée qu’il s’agissait du cousin Puyfourcat, entra souriante, la coiffe haute, et sortit au bout d’un quart d’heure, bouleversée de cette épouvante bien paysanne du gendarme, qui dès les premiers mots lui avait fait rendre le portrait et signer un reçu de dix mille francs par lequel elle renonçait à tout procès. Par exemple, elle refusait obstinément de partir, s’entêtait à croire au génie de son frère, gardant toujours au fond de ses yeux l’éblouissement de ce long défilé de carrosses, un soir d’hiver, dans la cour du ministère illuminé.

En rentrant, elle signifia à ses hommes plus craintifs qu’elle-même, qu’ils n’eussent plus à parler de l’affaire ; mais ne toucha mot de l’argent reçu. Guilloche qui le soupçonnait, cet argent, employa tous les moyens pour en prendre sa part, et n’ayant obtenu qu’une indemnité minime, garda terriblement rancune aux Valmajour.

— Eh bien dit-il un matin à Audiberte pendant qu’elle brossait sur le palier les plus beaux habits du musicien encore couché. Eh bien, vous voilà contente… Il est mort enfin.

— Qui donc ?

— Mais Puyfourcat, le cousin… C’est sur le journal…

Elle eut un cri, courut dans la maison, appelant, pleurant presque :

— Mon père !… Mon frère !… Vite… l’héritage !

Tous émus, haletant autour de l’infernal Guilloche, il déplia l’Officiel, leur lut très lentement ceci : « En date du 1er octobre 1876, le tribunal de Mostaganem a, sur la requête de l’administration des domaines, ordonné la publication et affichage des successions ci-après… Popelino (Louis) journalier… Ce n’est pas ça… Puyfourcat (Dosithée)… »

— C’est bien lui… dit Audiberte.

L’ancien crut devoir s’éponger les yeux :

« Pécaïré ! Pauvre Dosithée… »

Puyfourcat, décédé à Mostaganem le 14 janvier 1874, né à Valmajour, commune d’Aps…

La paysanne impatientée demanda :

— Combien ?

— Trois francs trente-cinq cintimes !… cria Guilloche d’une voix de camelot ; et leur laissant le journal pour qu’ils pussent vérifier leur déception, il se sauva avec un éclat de rire qui gagna d’étage en étage jusque dans la rue, égaya tout ce grand village de Montmartre où la légende des Valmajour circulait.

Trois francs trente-cinq, l’héritage des Puyfourcat ! Audiberte affecta d’en rire plus fort que les autres ; mais l’effroyable désir de vengeance qui couvait en elle contre les Roumestan, responsables à ses yeux de tous leurs maux, ne fit que s’accroître, cherchant une issue, un moyen, la première arme à sa portée.

La physionomie du papa était singulière dans ce désastre. Pendant que sa fille se rongeait de fatigue et de rage, que le captif s’étiolait dans son caveau, lui, fleuri, insouciant, n’ayant plus même son ancienne jalousie de métier, paraissait s’être arrangé dehors une tranquille existence à part des siens. Il décampait sitôt la dernière bouchée du déjeuner ; et quelquefois, le matin, en brossant ses effets, il tombait de ses poches une figue sèche, un berlingot, des canissons, dont le vieux expliquait tant bien que mal la provenance.

Il avait rencontré une payse dans la rue, quelqu’un de là-bas qui viendrait les voir.

Audiberte remuait la tête :

« Avai ! si je te suivais… »

La vérité c’est qu’en flânant à travers Paris, il avait découvert dans le quartier Saint-Denis un grand magasin de comestibles où il était entré, amorcé par l’écriteau et par les tentations d’une devanture exotique, aux fruits colorés, aux papiers argentés et gaufrés, éclatant dans le brouillard d’une rue populeuse. L’endroit, dont il était devenu le commensal et l’ami, bien connu des Méridionaux passés Parisiens, s’intitulait :

Aux produits du Midi.

Et jamais étiquette plus véridique. Là tout était produit du Midi, depuis les patrons, M. et madame Mèfre, deux produits du Midi Gras, avec le nez busqué de Roumestan, les yeux flamboyants, l’accent, les locutions, l’accueil démonstratif de la Provence, jusqu’à leurs garçons de boutique, familiers, tutoyeurs, ne se gênant pas pour crier vers le comptoir en grasseyant : « Dis donc, Mèfre… Où tu as mis le saucisson ? » Jusqu’aux petits Mèfre, geignards et malpropres, menacés à chaque instant d’être éventrés, scalpés, mis en bouillie, trempant tout de même leurs doigts dans tous les barils ouverts ; jusqu’aux acheteurs gesticulant, bavardant pendant des heures, pour l’acquisition d’une barquette de deux sous, ou s’installant en rond sur des chaises a discuter les qualités du saucisson à l’ail et du saucisson au poivre, les pas moins, au moins, allons différemment, tout le vocabulaire de la tante Portal échangé bruyamment, tandis qu’un « cher frère » en robe noire reteinte, ami de la maison, marchandait du poisson salé, et que les mouches, une quantité de mouches, attirées par tout le sucre de ces fruits, de ces bonbons, de ces pâtisseries presque orientales, bourdonnaient même au milieu de l’hiver conservées dans cette chaleur cuite. Et lorsqu’un Parisien fourvoyé s’impatientait du lambinage du service, de l’indifférence distraite de ces boutiquiers continuant à faire la causette d’une banque à l’autre, tout en pesant et ficelant de travers, il fallait voir comme on vous le rembarrait dans l’accent du cru :

« Té ! vé, si vous êtes pressé, la porte elle est ouverte, et le tramway il passe devant, vous savez bien. »

Dans ce milieu de compatriotes, le père Valmajour fut reçu à bras ouverts. M. et madame Mèfre se rappelaient l’avoir vu dans les temps en foire de Beaucaire, à un concours de tambourins. Entre vieilles gens du Midi, cette foire de Beaucaire, aujourd’hui tombée, n’existant que de nom, est restée comme un lien de fraternité maçonnique. Dans nos provinces méridionales, elle était la féerie de l’année, la distraction de toutes ces existences racornies ; on s’y préparait longtemps à l’avance, et longtemps après on en causait. On la promettait en récompense à la femme, aux enfants, leur rapportant toujours, si on ne pouvait les emmener, une dentelle espagnole, un jouet qu’on trouvait au fond de la malle. La foire de Beaucaire, c’était encore, sous un prétexte de commerce, quinze jours, un mois de la vie libre, exubérante, imprévue, d’un campement bohémien. On couchait çà et là chez l’habitant, dans les magasins, sur les comptoirs, en pleine rue, sous la toile tendue des charrettes, à la chaude lumière des étoiles de juillet.

Oh ! les affaires sans l’ennuyeux de la boutique, les affaires traitées en dînant, sur la porte, en bras de chemises, les baraques en file le long du Pré, au bord du Rhône, qui lui-même n’était qu’un mouvant champ de foire, balançant ses bateaux de toutes formes, ses lahuts aux voiles latines, venus d’Arles, de Marseille, de Barcelone, des îles Baléares, chargés de vins, d’anchois, de liège, d’oranges, parés d’oriflammes, de banderoles qui claquaient au vent frais, se reflétaient dans l’eau rapide. Et ces clameurs, cette foule bariolée d’Espagnols, de Sardes, de Grecs en longues tuniques et babouches brodées, d’Arméniens en bonnets fourrés, de Turcs avec leurs vestes galonnées, leurs éventails, leurs larges pantalons de toile grise, se pressant aux restaurants en plein vent, aux étalages de jouets d’enfants, de cannes, ombrelles, orfèvrerie, pastilles du sérail, casquettes. Et ce qu’on appelait « le beau dimanche », c’est-à-dire le premier dimanche de l’installation, les ripailles sur les quais, sur les bateaux, dans les trattorias célèbres, à la Vignasse, au Grand Jardin, au Café Thibaut ; ceux qui ont vu cela une fois en ont gardé la nostalgie jusqu’à la fin de leur existence.

Chez les Mèfre, on se sentait à l’aise, un peu comme en foire de Beaucaire ; et de fait, la boutique ressemblait bien dans son pittoresque désordre à un capharnaüm improvisé et forain de produits du Midi. Ici, remplis et fléchissants, les sacs de farinette en poudre d’or, les pois chiches gros et durs comme des chevrotines, les châtaignes blanquettes, toutes ridées et poussiéreuses, ressemblant à de petites faces de vieilles bûcheronnes, les jarres d’olives vertes, noires, confites, à la picholine, les estagnons d’huile rousse à goût de fruit, les barils de confitures d’Apt faites de cosses de melons, de cédrats, de figues, de coings, tout le détritus d’un marché tombé dans la mélasse. Là-haut, sur des rayons, parmi les salaisons, les conserves aux mille flacons, aux mille boîtes de fer-blanc, les friandises spéciales à chaque ville, les coques et les barquettes de Nîmes, le nougat de Montélimar, les canissons et les biscottes d’Aix, enveloppes dorées, étiquetées, paraphées.   Puis les primeurs, un déballage de verger méridional sans ombre, où les fruits dans des verdures grêles ont des facticités de pierreries, les fermes jujubes d’un beau vernis d’acajou neuf à côté des pâles azeroles, des figues de toutes variétés, des limons doux, des poivrons verts ou écarlates, des melons ballonnés, des gros oignons à pulpes de fleurs, les raisins muscats aux grains allongés et transparents où tremble la chair comme le vin dans une outre, les régimes de bananes zébrées de noir et de jaune, des écroulements d’oranges, de grenades aux tons mordorés, boulets de cuivre rouge à la mèche d’étoupe serrée dans une petite couronne en cimier. Enfin, partout aux murs, aux plafonds, des deux côtés de la porte, dans un enchevêtrement de palmes brûlées, des chapelets d’aulx et d’oignons, les caroubes sèches, les andouilles ficelées, des grappes de maïs, un ruissellement de couleurs chaudes, tout l’été, tout le soleil méridional, en boîtes, en sacs, en jarres, rayonnant jusque sur le trottoir à travers la buée des vitres.

Le vieux allait là-dedans, la narine allumée, frétillant, très excité. Lui qui, chez ses enfants, rechignait au moindre ouvrage et pour un bouton remis à son gilet s’essuyait le front pendant des heures, se vantant d’avoir fait « un travail de César », était toujours prêt ici à donner un coup de main, à mettre l’habit bas pour clouer, déballer les caisses, picorant de-ci de-là un berlingot, une olive, égayant le travail par ses singeries et ses histoires ; et même, une fois la semaine, le jour de la brandade, il veillait très tard au magasin pour aider à faire les envois.

Ce plat méridional entre tous, la brandade de morue, ne se trouve guère qu’aux Produits du Midi ; mais la vraie, blanche, pilée fin, crémeuse, une pointe d’aïet, telle qu’on la fabrique à Nîmes, d’où les Mèfre la font venir. Elle arrive le jeudi soir à sept heures par le « Rapide » et se distribue le vendredi matin dans Paris à tous les bons clients inscrits au grand livre de la maison. C’est sur ce journal de commerce aux pages froissées, sentant les épices et taché d’huile, qu’est écrite l’histoire de la conquête de Paris par les méridionaux, que s’alignent en file les hautes fortunes, situations politiques, industrielles, noms célèbres d’avocats, députés, ministres, et entre tous, celui de Numa Roumestan, le Vendéen du Midi, pilier de l’autel et du trône.

Pour cette ligne où Roumestan est inscrit, les Mèfre jetteraient au feu le livre entier. C’est lui qui représente le mieux leurs idées en religion, en politique, en tout. Comme dit madame Mèfre, encore plus passionnée que son mari :

« Cet homme-là, voyez-vous, on damnerait son âme pour lui. »

L’on aime à se rappeler le temps où Numa, déjà sur la route de la gloire, ne dédaignait pas de venir faire lui-même sa provision. Et qu’il s’y entendait à choisir une pastèque à la tâte, un saucisson bien suant sous le couteau ! Puis, tant de bonté, cette belle figure imposante, toujours un compliment pour madame, une bonne parole au « cher frère », une caresse aux petits Mèfre qui l’accompagnaient jusqu’à la voiture, portant les paquets. Depuis son élévation au ministère, depuis que ces scélérats de rouges lui donnaient tellement d’occupation dans les deux Chambres, on ne le voyait plus, pécaïré ! mais il restait le fidèle abonné des produits ; et c’était lui toujours le premier pourvu.

Un jeudi soir, vers les dix heures, tous les pots de brandade parés, ficelés, en bel ordre sur la banque, la famille Mèfre, les garçons, le vieux Valmajour, tous les produits du Midi au grand complet, suant, soufflant, se reposaient de cet air étalé des gens qui ont bien rempli une rude tâche et « faisaient trempette » avec des langues de chat, des biscottes dans du vin cuit, du sirop d’orgeat, « quelque chose de doux, allons ! » car pour le fort, les méridionaux ne l’aiment guère. Chez le peuple comme dans les campagnes, l’ivresse d’alcool est presque inconnue. La race instinctivement en a la peur et l’horreur. Elle se sent ivre de naissance, ivre sans boire.

Et c’est bien vrai que le vent et le soleil lui distillent un terrible alcool de nature, dont tous ceux qui sont nés là-bas subissent plus ou moins les effets. Les uns ont seulement ce petit coup de trop, qui délie la langue et les gestes, fait voir la vie en bleu et des sympathies partout, allume les yeux, élargit les rues, aplanit les obstacles, double l’audace et cale les timides ; d’autres, plus frappés, comme la petite Valmajour, la tante Portal, arrivent tout de suite au délire bégayant, trépidant et aveugle. Il faut avoir vu nos fêtes votives de Provence, ces paysans debout sur les tables, hurlant, tapant de leurs gros souliers jaunes, appelant « Garçon, dé gazeuse ! » tout un village ivre à rouler pour quelques bouteilles de limonade. Et ces subites prostrations des intoxiqués, ces effondrements de tout l’être succédant aux colères, aux enthousiasmes avec la brusquerie d’un coup de soleil ou d’ombre sur un ciel de mars, quel est le méridional qui ne les a ressentis ?

Sans avoir le midi délirant de sa fille, le père Valmajour était né avec une fière pointe ; et ce soir-là, sa trempette à l’orgeat le transportait d’une gaieté folle qui lui faisait grimacer, au milieu de la boutique, le verre en main, la bouche empoissée, toutes ses farces de vieux pitre payant l’écot sans monnaie. Les Mèfre, leurs garçons se tordaient sur les sacs de farinette.

« Oh ! de ce Valmajour, pas moins ! »

Subitement la verve du vieux tomba, son geste de pantin fut coupé en deux par l’apparition devant lui d’une coiffe provençale, toute frémissante.

— Qu’est-ce que vous faites là, mon père ?

Madame Mèfre leva les bras vers les andouilles du plafond :

— Comment ! c’est votre demoiselle ?… vous nous l’aviez pas dit… Hé ! qu’elle est petitette !… mais bien bravette, pas moins… Remettez-vous donc, mademoiselle.

Par une habitude de mensonge autant que pour se garder plus libre, l’ancien n’avait pas parlé de ses enfants, se donnait pour un vieux garçon vivant de ses rentes ; mais entre gens du Midi, on n’en est pas à une invention près. Toute une ribambelle de petits Valmajour se serait poussée à la suite d’Audiberte, l’accueil eût été le même démonstratif et chaleureux. On s’empressait, on lui faisait place :

— Différemment, vous allez faire trempette, vous aussi.

La Provençale restait interdite. Elle venait du dehors, du froid, du noir de la nuit, une nuit de décembre, où la vie fiévreuse de Paris se continuant malgré l’heure, s’affolait dans l’épais brouillard déchiré en tous sens par des ombres rapides, les lanternes de couleur des omnibus, la trompe rauque des tramways ; elle arrivait du Nord, elle arrivait de l’hiver, et tout à coup, sans transition, elle se trouvait en pleine Provence italienne, dans ce magasin Mèfre resplendissant aux approches de Noël de richesses gourmandes et ensoleillées, au milieu d’accents et de parfums connus. C’était la patrie brusquement retrouvée, le retour au pays après un an d’exil, d’épreuves, de luttes lointaines chez les Barbares. Une tiédeur l’envahissait, détendait ses nerfs, à mesure qu’elle émiettait sa banquette dans un doigt de Carthagène, répondant à tout ce brave monde à l’aise et familier avec elle comme si on la connaissait depuis vingt ans. Elle se sentait rentrée dans sa vie, dans ses habitudes ; et des larmes lui en montaient aux yeux, ces yeux durs veinés de feu qui ne pleuraient jamais.

Le nom de Roumestan prononcé à son côté sécha tout à coup cette émotion. C’était madame Mèfre qui inspectait les adresses de ses envois et recommandait bien de ne pas se tromper, de ne pas porter la brandade de Numa, rue de Grenelle, mais rue de Londres.

— Paraît que rue de Grenelle, la brandade n’est pas en odeur de saïnteté, remarqua l’un des produits.

— Je crois bien, dit M. Mèfre… Une dame du Nord, tout ce qu’il y a de plus Nord… Cuisine au beurre, allons !… tandis que rue de Londres, c’est le joli Midi, gaieté, chansons, et tout à l’huile… Je comprends que Numa s’y trouve mieux.

On en parlait légèrement de ce second ménage du ministre dans un petit pied-à-terre très commode, tout près de la gare, où il pouvait se reposer des fatigues de la Chambre, libre des réceptions et des grands tralalas. Bien sûr que l’exaltée madame Mèfre aurait poussé de beaux cris si pareille chose se fût passée dans son ménage ; seulement, pour Numa, cela n’était que sympathique et naturel.

Il aimait le tendron ; mais est-ce que tous nos rois ne couraient pas, et Charles X, et Henri IV, le vert-galant ? Ça tenait à son nez Bourbon, té, pardi !…

Et à cette légèreté, à ce ton de gouaillerie dont le Midi traite toutes les affaires amoureuses, se mêlait une haine de race, l’antipathie contre la femme du Nord, l’étrangère et la cuisine au beurre. On s’excitait, on détaillait des anédotes, les charmes de la petite Alice et ses succès au Grand-Opéra.

— J’ai connu la maman Bachellery en temps de foire de Beaucaire, disait le vieux Valmajour… Elle chantait la romance au Café Thibaut.

Audiberte écoutait sans respirer, ne perdant pas un mot, incrustant dans sa tête nom, adresse ; et ses petits yeux brillaient d’une ivresse diabolique où le vin de Carthagène n’était pour rien.