Numa Roumestan/XVII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charpentier (p. 285-295).

XVII - LA LAYETTE


Au coup léger frappé à la porte de sa chambre, madame Roumestan tressaillit, comme prise en faute, et repoussant le tiroir délicatement contourné de sa commode Louis XV, devant lequel elle se penchait presque agenouillée, elle demanda :

— Qui est là ?… Qu’est-ce que vous voulez, Polly ?…

— Une lettre pour madame… c’est très pressé… répondit l’Anglaise.

Rosalie prit la lettre et referma la porte vivement. Une écriture inconnue, grossière, sur du papier de pauvre, avec le « personnel et urgent » des demandes de secours. Jamais une femme de chambre parisienne ne l’aurait dérangée pour si peu. Elle jeta cela sur la commode, remettant la lecture à plus tard, et revint vite à son tiroir qui contenait les merveilles de l’ancienne layette. Depuis huit ans, depuis le drame, elle ne l’avait pas ouvert, craignant d’y retrouver ses larmes ni même depuis sa grossesse, par une superstition bien maternelle, de peur de se porter malheur encore une fois, avec cette caresse précoce donnée a l’enfant qui va naître, à travers son petit trousseau.

Elle avait, cette vaillante femme, toutes les nervosités de la femme, tous ses tremblements, ses resserrements frileux de mimosa ; le monde, qui juge sans comprendre, la trouvait froide, comme les ignorants s’imaginent que les fleurs ne vivent pas. Mais maintenant, son espoir ayant six mois, il fallait bien tirer tous ces petits objets de leurs plis de deuil et d’enfermement, les visiter, les transformer peut-être ; car la mode change même pour les nouveau-nés, on ne les enrubanne pas toujours de la même manière. C’est pour ce travail tout intime que Rosalie s’était soigneusement enfermée et dans le grand ministère affairé, paperassant, le bourdonnement des rapports, le fiévreux va-et-vient des bureaux aux divisions, il n’y avait certainement rien d’aussi sérieux, d’aussi émouvant que cette femme à genoux devant un tiroir ouvert, le cœur battant et les mains tremblantes.

Elle leva les dentelles un peu jaunies qui préservaient avec des parfums tout ce blanc d’innocentes toilettes, les béguins, les brassières, par rang d’âge et de taille, la robe pour le baptême, la guimpe à petits plis, des bas de poupée. Elle se revit là-bas à Orsay, doucement alanguie, travaillant des heures entières à l’ombre du grand catalpa dont les calices blancs tombaient dans la corbeille à ouvrage parmi ses pelotons et ses fins ciseaux de brodeuse, toute sa pensée concentrée dans un point de couture qui lui mesurait les rêves et les heures. Que d’illusions alors, que de croyances ! Quel joyeux ramage dans les feuilles, sur sa tête ; en elle, quelle éveillée de sensations tendres et nouvelles ! En un jour la vie lui avait repris tout, brusquement. Et son désespoir lui rentrait au cœur, la trahison du mari, la perte de l’enfant, à mesure qu’elle développait sa layette.

La vue de la première petite parure, toute prête à passer, celle que l’on prépare sur le berceau au moment de la naissance, les manches l’une dans l’autre, les bras écartés, les bonnets gonflés dans leur rondeur, la faisait éclater en larmes. Il lui semblait que son enfant avait vécu, qu’elle l’avait embrassé et connu. Un garçon. Oh ! bien certainement, un garçon, et fort, et joli, et dans sa chair de lait déjà les yeux sérieux et profond du grand-père. Il aurait huit ans aujourd’hui, de longs cheveux bouclés tombant sur un grand col ; à cet âge-là, ils appartiennent encore à la mère qui les promène, les pare, les fait travailler ! Ah ! cruelle, cruelle vie…

Mais peu à peu, en tirant et maniant les menus objets noués de faveurs microscopiques, leurs broderies à fleurs, leurs dentelles neigeuses, elle s’apaisait. Eh bien, non, la vie n’est pas si méchante ; et tant qu’elle dure, il faut garder du courage.

Elle avait perdu tout le sien à ce tournant funeste, s’imaginant que c’était fini pour elle de croire d’aimer, d’être épouse et mère, qu’il ne lui restait qu’à regarder le lumineux passé s’en aller loin comme un rivage qu’on regrette. Puis, après des années mornes, sous la neige froide de son cœur le renouveau avait germé lentement, et voici qu’il refleurissait dans ce tout petit qui allait naître, qu’elle sentait déjà vigoureux aux terribles petits coups de pied qu’il lui envoyait la nuit. Et son Numa si changé, si bon, guéri de ses brutales violences ! Il y avait bien encore en lui des faiblesses qu’elle n’aimait pas, de ces détours italiens dont il ne pouvait se défendre mais « ça, c’est la politique… » comme il disait. D’ailleurs, elle n’en était plus aux illusions des premiers jours ; elle savait que pour vivre heureux il faut se contenter de l’à peu près de toutes choses, se tailler des bonheurs pleins dans les demi-bonheurs que l’existence nous donne…

On frappa de nouveau à la porte. M. Méjean, qui voulait parler à Madame.

— Bien… j’y vais…

Elle le rejoignit dans le petit salon qu’il arpentait de long en large, très ému.

— J’ai une confession à vous faire, dit-il sur le ton de familiarité un peu brusque qu’autorisait une amitié déjà ancienne, dont il n’avait pas tenu à eux de faire un lien fraternel… Voilà quelques jours que j’ai terminé cette misérable affaire… Je ne vous le disais pas pour garder ceci plus longtemps…

Il lui tendit le portrait d’Hortense.

— Enfin !… Oh ! qu’elle va être heureuse, pauvre chérie…

Elle s’attendrit devant la jolie figure de sa sœur étincelant de santé et de jeunesse sous son déguisement provençal, lut au bas du portrait l’écriture très fine et très ferme : Je crois en vous et je vous aime, – HORTENSE LE QUESNOY. Puis, songeant que le pauvre amoureux l’avait lue aussi et qu’il s’était chargé là d’une triste commission, elle lui serra la main affectueusement :

— Merci…

— Ne me remerciez pas, madame… Oui, c’était dur… Mais, depuis huit jours, je vis avec ça… Je croîs en vous et je vous aime… Par moment, je me figurais que c’était pour moi…

Et tout bas, timidement :

— Comment va-t-elle ?

— Oh ! pas bien… Maman l’emmène dans le Midi… Maintenant, elle veut tout ce qu’on veut… Il y a comme un ressort brisé en elle.

— Changée ?…

Rosalie eut un geste : « Ah !… »

— Au revoir, madame…, fit Méjean très vite, s’éloignant à grands pas. À la porte, il se retourna, et, carrant ses solides épaules sous la tenture à demi-soulevée :

— C’est une vraie chance que je n’aie pas d’imagination… Je serais trop malheureux…

Rosalie rentra dans sa chambre, bien attristée. Elle avait beau s’en défendre, invoquer la jeunesse de sa sœur, les paroles encourageantes de Jarras persistant à ne voir là qu’une crise à franchir, des idées noires lui venaient qui n’allaient plus avec le blanc de fête de sa lavette. Elle se hâta de trier, ranger, enfermer les petites affaires dispersées, et comme elle se relevait, aperçut la lettre restée sur la commode, la prit, la lut machinalement, s’attendant à la banale requête qu’elle recevait tous les jours de tant de mains différentes, et qui serait bien arrivée dans une de ces minutes superstitieuses où la charité semble un porte-bonheur. C’est pourquoi elle ne comprit pas tout d’abord, fut obligée de relire ces lignes écrites en pensum par la plume bègue d’un écolier, le jeune homme de Guilloche :

« Si vous aimez la brandade de morue, on en mange d’excellente ce soir chez Mlle Bachellery, rue de Londres. C’est votre mari qui régale. Sonnez trois coups et entrez droit. »

De ces phrases bêtes, de ce fond boueux et perfide, la vérité se leva, lui apparut, aidée par des coïncidences, des souvenirs ; ce nom de Bachellery, tant de fois prononcé depuis un an, des articles énigmatiques sur son engagement, cette adresse qu’elle lui avait entendu donner à lui-même, le long séjour à Arvillard. En une seconde le doute se figea pour elle en certitude. D’ailleurs, est-ce que le passé ne lui éclairait pas ce présent de toute son horreur réelle ? Mensonge et grimace, il n’était, ne pouvait être que cela. Pourquoi cet éternel faiseur de dupes l’eût-il épargnée ? C’est elle qui avait été folle de se laisser prendre à sa voix trompeuse, à ses banales tendresses ; et des détails lui revenaient qui, dans la même seconde, la faisaient rougir et pâlir.

Cette fois ce n’était plus le désespoir à grosses larmes pures des premières déceptions ; une colère s y mêlait contre elle-même si faible, si lâche d’avoir pu pardonner, contre lui qui l’avait trompée au mépris des promesses, des serments de la faute passée. Elle aurait voulu le convaincre, là, tout de suite ; mais il était à Versailles, à la Chambre. L’idée lui vint d’appeler Méjean, puis il lui répugna d’obliger cet honnête homme à mentir. Et réduite à étouffer toute une violence de sentiments contraires, pour ne pas crier, se livrer à la terrible crise de nerfs qu’elle sentait l’envahir, elle marchait çà et là sur le tapis, les mains – par une pose familière – à la taille lâchée de son peignoir. Tout à coup elle s’arrêta, tressaillit d’une peur folle.

Son enfant !

Il souffrait, lui aussi, et se rappelait à sa mère de toute la force d’une vie qui se débat. Ah ! mon Dieu, s’il allait mourir, celui-là, comme l’autre…au même âge de la grossesse, dans des circonstances pareilles… Le destin, que l’on dit aveugle, a parfois de ces combinaisons féroces. Et elle se raisonnait en mots entrecoupés, en tendres exclamations « cher petit… pauvre petit…, » essayait de voir les choses froidement, pour se conduire avec dignité et surtout ne pas compromettre ce seul bien qui lui restait. Elle prit même un ouvrage, cette broderie de Pénélope que garde toujours en train l’activité de la Parisienne ; car il fallait attendre le retour de Numa, s’expliquer avec lui ou plutôt saisir dans son attitude la conviction de la faute, avant l’éclat irrémédiable d’une séparation.

Oh ! ces laines brillantes, ce canevas régulier et incolore, que de confidences ils reçoivent ; que de regrets, de joies. de désirs, forment l’envers compliqué, noué, plein de fils rompus, de ces ouvrages féminins aux fleurs paisiblement entrelacées.

Numa Roumestan, en arrivant de la Chambre, trouva sa femme tirant l’aiguille sous l’étroite clarté d’une seule lampe allumée ; et ce tableau tranquille, ce beau profil adouci de cheveux châtains, dans l’ombre luxueuse des teintures ouatées, où les paravents de laque, les vieux cuivres, les ivoires, les faïences, accrochaient les lueurs promeneuses et tièdes d’un feu de bois, le saisit par le contraste du brouhaha de l’Assemblée, des plafonds lumineux enveloppés d’une poussière trouble flottant au-dessus des débats comme le nuage de poudre dégagé d’un champ de manœuvre.

« Bonjour, maman… Il fait bon chez toi… »

La séance avait été chaude. Toujours cet affreux budget, la gauche pendue pendant cinq heures aux basques de ce pauvre général d’Espaillon qui ne savait pas coudre deux idées de suite, quand il ne disait pas s… n… d… D… Enfin, le cabinet s’en tirait encore cette fois ; mais c’est après les vacances du jour de l’an, quand on en serait aux Beaux-Arts, qu’il faudrait voir ça.

« Ils comptent beaucoup sur l’affaire Cadaillac pour me basculer… C’est Rougeot qui parlera… Pas commode, ce Rougeot… Il a de l’estomac ! …

Puis avec son coup d’épaule :

« Rougeot contre Roumestan… Le Nord contre le Midi… tant mieux. Ça va m’amuser… On se bûchera. »

Il parlait seul, tout au feu des affaires, sans s’apercevoir du mutisme de Rosalie. Il se rapprocha d’elle, tout près, assis sur un pouf, lui faisant lâcher son ouvrage, essayant de lui baiser la main.

« C’est donc bien pressé ce que tu brodes là ?… C’est pour mes étrennes ?… Moi, j’ai déjà acheté les tiennes… Devine. »

Elle se dégagea doucement, le fixa à le gêner, sans répondre. Il avait ses traits fatigués des jours de grande séance, cette détente lasse du visage, trahissant au coin des yeux et de la bouche une nature à la fois molle et violente, toutes les passions et rien pour leur résister. Les figures du Midi sont comme ses paysages, il ne faut les regarder qu’au soleil.

— Tu dînes avec moi ? demanda Rosalie.

— Mais non… On m’attend chez Durand… Un dîner ennuyeux… Té ! je suis déjà en retard, ajouta-t-il en se levant… Heureusement qu’on ne s’habille pas.

Le regard de sa femme le suivait. « Dîne avec moi, je t’en prie. » Et sa voix harmonieuse se durcissait en insistant, se faisait menaçante, implacable. Mais Roumestan n’était pas observateur… Et puis, les affaires, n’est-ce pas ? Ah ! Ces existences d’homme public ne se mènent pas comme on voudrait.

« Adieu, alors… » dit-elle gravement, achevant en elle cet adieu. « … puisque c’est notre destinée ».

Elle écouta rouler le coupé sous la voûte ; ensuite, son ouvrage soigneusement plié, elle sonna.

« Tout de suite une voiture… un fiacre… Et vous, Polly, mon manteau, mon chapeau… je sors. »

Vite prête, elle inspecta du regard la chambre qu’elle quittait, où elle ne regrettait, ne laissait rien d’elle, vraie chambre de maison garnie, sous la pompe de son froid brocart jaune.

« Descendez ce grand carton dans la voiture. »

La layette, tout ce qu’elle emportait du bien commun.

À la portière du fiacre, l’Anglaise, très intriguée, demanda si madame ne dînerait pas. Non, elle dînait chez son père, elle y coucherait aussi, probablement.

En route, un doute lui vint encore, plutôt un scrupule. Si rien de tout cela n’était vrai… Si cette Bachellery n’habitait pas rue de Londres… Elle donna l’adresse, sans grand espoir ; mais il lui fallait une certitude.

On l’arrêta devant un petit hôtel à deux étages, surmonté d’une terrasse en jardin d’hiver, l’ancien pied-à-terre d’un levantin du Caire qui venait de mourir dans la ruine. L’aspect d’une petite maison, volets clos, rideaux tombés, une forte odeur de cuisine montant des sous-sols éclairés et bruyants. Rien qu’à la façon dont la porte obéit aux trois coups de timbre, tourna d’elle-même sur ses gonds, Rosalie fut renseignée. Une tapisserie persane, relevée par des torsades au milieu de l’antichambre, laissait voir l’escalier, son tapis mousseux, ses torchères, dont le gaz brûlait à toute montée. Elle entendit rire, fit deux pas et vit ceci qu’elle n’oublia plus jamais :

Au palier du premier étage, Numa se penchait sur la rampe, rouge, allumé, en bras de chemise, tenant par la taille cette fille, très excitée aussi, les cheveux dans le dos sur les fanfreluches d’un déshabillé de foulard rose. Et il criait de son accent débridé :

« Bompard, monte la brandade !… »

C’est là qu’il fallait le voir, le ministre de l’Instruction Publique et des Cultes, le grand marchand de morale religieuse, le défenseur des saines doctrines, là qu’il se montrait sans masque et sans grimaces, tout son Midi dehors, à l’aise et débraillé comme en foire de Beaucaire.

« Bompard, monte la brandade !… » répéta la drôlesse, exagérant exprès l’intonation marseillaise. Bompard, c’était sans doute ce marmiton improvisé, surgissant de l’office, la serviette en sautoir, les bras arrondis autour d’un grand plat, et que fit retourner le battant sonore de la porte.