Numa Roumestan/XVIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Charpentier (p. 296-314).

XVIII - LE PREMIER DE L’AN


 « Messieurs de l’administration centrale !…

« Messieurs de la direction des Beaux-Arts !…

« Messieurs de l’Académie de médecine !…

À mesure que l’huissier, en grande tenue, culotte courte, épée à côté, annonçait de sa voix morne dans la solennité des pièces de réception, des files d’habits noirs traversaient l’immense salon rouge et or et venaient se ranger en demi-cercle devant le ministre adossé à la cheminée, ayant près de lui son sous-secrétaire d’État, M. de la Calmette, son chef de cabinet, ses attachés fringants, et quelques directeurs du ministère, Dansaert, Béchut. À chaque corps constitué présenté par son président ou son doyen, l’Excellence adressait des compliments pour les décorations, les palmes académiques accordées à quelques-uns de ses membres ; ensuite le corps constitué faisait demi-tour, cédait la place, ceux-là se retirant, d’autres aux portes du salon ; car il était tard, une heure passée, et chacun songeait au déjeuner de famille qui l’attendait.

Dans la salle des concerts, transformée en vestiaire, des groupes s’impatientaient à regarder leurs montres, boutonner leurs gants, rajuster leurs cravates blanches sous des faces tirées, des bâillements d’ennui, de mauvaise humeur et de faim. Roumestan, lui aussi, sentait la fatigue de ce grand jour. Il avait perdu sa belle chaleur de l’année dernière à pareille époque, sa foi dans l’avenir et les réformes, laissait aller ses speech mollement, pénétré de froid jusqu’aux moelles malgré les calorifères, l’énorme bûcher flambant ; et cette petite neige floconnante, qui tourbillonnait aux vitres, lui tombait sur le cœur légère et glacée comme sur la pelouse du jardin.

« Messieurs de la Comédie-Française !… »

Rasés de près, solennels, saluant ainsi qu’au grand siècle, ils se campaient en nobles attitudes autour de leur doyen qui, d’une voix caverneuse, présentait la Compagnie, parlait des efforts, des vœux de la Compagnie, la Compagnie sans épithète, sans qualificatif, comme on dit Dieu, comme on dit la Bible, comme s’il n’existait d’autre Compagnie au monde que celle-là ; et il fallait que le pauvre Roumestan fût bien affaissé, pour que même cette Compagnie, dont il semblait faire partie avec son menton bleu, ses bajoues, ses poses d’une distinction convenue, ne réveillât son éloquence à grandes phrases théâtrales.

C’est que depuis huit jours, depuis le départ de Rosalie, il était comme un joueur qui a perdu son fétiche. Il avait peur, se sentait subitement inférieur à sa fortune et tout près d’en être écrasé. Les médiocres que la chance a favorisés ont de ces transes et de ces vertiges, accrus pour lui de l’effroyable scandale qui allait éclater, de ce procès en séparation que la jeune femme voulait absolument, malgré les lettres, les démarches, ses plates prières et ses serments. Pour la forme, on disait au ministère que madame Roumestan était allée vivre près de son père à cause du prochain départ de madame Le Quesnoy et d’Hortense ; mais personne ne s’y trompait, et sur tous ces visages défilant devant lui, à de certains sourires appuyés, à des poignées de mains trop vibrantes, le malheureux voyait son aventure reflétée en pitié, en curiosité, en ironie. Il n’y avait pas jusqu’aux infimes employés, venus à la réception en jaquette et redingote, qui ne fussent au courant ; il circulait dans les bureaux des couplets où Chambéry rimait avec Bachellery et que plus d’un expéditionnaire, mécontent de sa gratification, fredonnait intérieurement en faisant une humble révérence au chef suprême.

Deux heures. Et les corps constitués se présentaient toujours, et la neige s’amoncelait, pendant que l’homme à la chaîne introduisait pêle-mêle, sans ordre hiérarchique :

« Messieurs de l’École de Droit !…

« Messieurs du Conservatoire de Musique !…

« Messieurs les directeurs des théâtres subventionnés !… »

Cadaillac venait en tête, à l’ancienneté de ses trois faillites ; et Roumestan avait bien plus envie de tomber à coups de poing sur ce montreur cynique dont la nomination lui causait de si graves embarras, que d’écouter sa belle allocution démentie par la blague féroce du regard et de lui répondre un compliment forcé dont la moitié restait dans l’empois de sa cravate :

« Très touché, messieurs… mn mn mn… progrès de l’art… mn mn mn ferons mieux encore… »

Et le monteur, en s’en allant :

« Il a du plomb dans l’aile, notre pauvre Numa… »

Ceux-là partis, le ministre et ses assesseurs faisaient honneur à la collation habituelle ; mais ce déjeuner, si gai l’année précédente et plein d’effusion, se ressentait de la tristesse du patron et de la mauvaise humeur des familiers qui lui en voulaient tous un peu de leur situation compromise. Ce scandaleux procès, tombant juste au milieu du débat Cadaillac, allait rendre Roumestan impossible au cabinet ; le matin même, à la réception de l’Élysée, le maréchal en avait dit deux mots dans sa brutale et laconique éloquence de vieux troupier :

« Une sale affaire, mon cher ministre, une sale affaire… » Sans connaître précisément cette auguste parole, chuchotée à l’oreille dans une embrasure, ces messieurs voyaient venir leur disgrâce derrière celle de leur chef.

« Ô femmes ! femmes ! » grognait le savant Béchut dans son assiette. M. de la Calmette et ses trente ans de bureau se mélancolisaient en songeant à la retraite comme Tircis ; et tout bas le grand Lappar s’amusait à consterner Rochemaure : « Vicomte, il faut nous pourvoir… Nous serons ratiboisés avant huit jours. »

Sur un toast du ministre à l’année nouvelle et à ses chers collaborateurs, porté d’une voix émue où roulaient des larmes, on se sépara. Méjean, resté le dernier, fit deux ou trois tours de long en large avec son ami, sans qu’ils eussent le courage de se dire un mot ; puis il partit. Malgré tout son désir de garder près de lui ce jour-là cette nature droite qui l’intimidait comme un reproche de conscience, mais le soutenait, le rassurait, Numa ne pouvait empêcher Méjean de courir à ses visites, distributions de vœux et de cadeaux, pas plus qu’il ne pouvait interdire à son huissier d’aller se déharnacher dans sa famille de son épée et de sa culotte courte.

Quelle solitude, ce ministère ! Un dimanche d’usine, la vapeur éteinte et muette. Et, dans toutes les pièces, en bas, en haut, dans son cabinet où il essayait vainement d’écrire, dans sa chambre qu’il se prenait à remplir de sanglots, partout cette petite neige de janvier tourbillonnait aux larges fenêtres, voilait l’horizon, accentuait un silence de steppe.

Ô détresse des grandeurs !…

Une pendule sonna quatre heures, une autre lui répondit, d’autres encore dans le désert du vaste palais où il semblait qu’il n’y eût plus que l’heure de vivante. L’idée de rester là jusqu’au soir, en tête à tête avec son chagrin, l’épouvantait. Il aurait voulu se dégeler à un peu d’amitié, de tendresse. Tant de calorifères, de bouches de chaleur, de moitiés d’arbres en combustion ne faisaient pas un foyer. Un moment il songea à la rue de Londres… Mais il avait juré à son avoué, car les avoués marchaient déjà, de se tenir tranquille jusqu’au procès. Tout à coup un nom lui traversa l’esprit : « Et Bompard ? Pourquoi n’était-il pas venu ? » D’ordinaire, aux matins de fête, on le voyait arriver le premier, les bras chargés de bouquets, de sacs de bonbons pour Rosalie, Hortense, madame Le Quesnoy, aux lèvres un sourire expressif de grand-papa, de bonhomme Étrennes. Roumestan faisait, bien entendu, les frais de ces surprises ; mais l’ami Bompard avait assez d’imagination pour l’oublier, et Rosalie, malgré son antipathie, ne pouvait s’empêcher de s’attendrir, en songeant aux privations que devait s’imposer le pauvre diable pour être si généreux.

« Si j’allais le chercher, nous dînerions ensemble. »

Il en était réduit là. Il sonna, se défit de l’habit noir, de ses plaques, de ses ordres, et sortit à pied par la rue Bellechasse.

Les quais, les ponts étaient tout blancs ; mais le Carrousel franchi, ni le sol ni l’air ne gardaient trace de la neige. Elle disparaissait sous l’encombrement roulant de la chaussée, dans le fourmillement de la foule pressée sur les trottoirs, aux devantures, autour des bureaux d’omnibus. Ce tumulte d’un soir de fête, les cris des cochers, les appels des camelots, dans la confusion lumineuse des vitrines, les feux lilas des Jablochkoff noyant le jaune clignotement du gaz et les derniers reflets du jour pâle, berçaient le chagrin de Roumestan, le fondaient à l’agitation de la rue, pendant qu’il se dirigeait vers le boulevard Poissonnière où l’ancien Tcherkesse, très sédentaire comme tous les gens d’imagination, demeurait depuis vingt ans, depuis son arrivée à Paris.

Personne ne connaissait l’intérieur de Bompard, dont il parlait pourtant beaucoup ainsi que de son jardin, de son mobilier artistique pour lequel il courait toutes les ventes de l’hôtel Drouot. « Venez donc un de ces matins manger une côtelette !… » C’était sa formule d’invitation, il la prodiguait, mais quiconque la prenait au sérieux ne trouvait jamais personne, se heurtait à des consignes de portier, des sonnettes bourrées de papier ou privées de leur cordon. Pendant toute une année, Lappara et Rochemaure s’acharnèrent inutilement à pénétrer chez Bompard, à dérouter les prodigieuses inventions du Provençal défendant le mystère de son logis, jusqu’à desceller un jour les briques de l’entrée, pour pouvoir dire aux invités, en travers de la barricade :

« Désolé, mes bons… Une fuite de gaz… Tout a sauté cette nuit. »

Après avoir monté des étages innombrables, erré dans de vastes couloirs, buté sur des marches invisibles, dérangé des sabbats de chambres de bonnes, Roumestan, essoufflé de cette ascension à laquelle ses illustres jambes d’homme arrivé n’étaient plus faites, se cogna dans un grand bassin d’ablutions pendu à la muraille.

— Qui vive ? grasseya un accent connu.

La porte tourna lentement, alourdie par le poids d’un porte-manteau où pendait toute la garde-robe d’hiver et d’été du locataire ; car la chambre était petite et Bompard n’en perdait pas un millimètre, réduit à installer son cabinet de toilette dans le corridor. Son ami le trouva couché sur un petit lit de fer, le front orné d’une coiffure écarlate, une sorte de capulet dantesque qui se hérissa d’étonnement à la vue de l’illustre visiteur.

« Pas possible !

— Est-ce que tu es malade ? demande Roumestan.

— Malade ! … Jamais.

— Alors qu’est-ce que tu fais là ?

— Tu vois, je me résume… »

Il ajouta pour expliquer sa pensée :

« J’ai tant de projets en tête, tant d’inventions. Par moment, je me disperse, je m’égare… Ce n’est pas qu’au lit que je me retrouve un peu. »

Roumestan cherchait une chaise ; mais il n’y en avait qu’une, servant de table de nuit, chargée de livres, de journaux, avec un bougeoir branlant dessus. Il s’assit au pied du lit.

— Pourquoi ne t’a-t-on plus vu ?

— Mais tu badines… Après ce qui est arrivé, je ne pouvais plus me retrouver avec ta femme. Juge un peu ! J’étais là devant elle, ma brandade à la main… Il m’a fallu un fier sang-froid pour ne pas tout lâcher.

— Rosalie n’est plus au ministère… fit Numa consterné.

— Ça ne s’est donc pas arrangé ?… tu m’étonnes.

Il ne lui semblait pas possible que madame Numa, une personne de tant de bons sens… Car enfin qu’est-ce que c’était que tout ça ? « Une foutaise, allons ! »

L’autre l’interrompit :

— Tu ne la connais pas… C’est une femme implacable… tout le portrait de son père… Race du Nord, mon cher… Ce n’est pas comme nous autres dont les plus grandes colères s’évaporent en gestes, en menaces, et plus rien, la main tournée… Eux gardent tout, c’est terrible.

Il ne disait pas qu’elle avait déjà pardonné une fois. Puis, pour échapper à ces tristes préoccupations :

— Habille-toi… je t’emmène dîner…

Pendant que Bompard procédait à sa toilette sur le palier, le ministre inspectait la mansarde éclairée d’une petite fenêtre en tabatière où glissait la neige fondante. Il était pris de pitié en face de ce dénuement, ces lambris humides, au papier blanchi, ce petit poêle piqué de rouille, sans feu malgré la saison, et se demandait, habitué au somptueux confort de son palais, comment on pouvait vivre là.

— As-tu vu le jardeïn ? cria joyeusement Bompard de sa cuvette.

Le jardin, c’était le sommet défeuillé de trois platanes qu’on ne pouvait apercevoir qu’en grimpant sur l’unique chaise du logis.

— Et mon petit musée ?

Il appelait ainsi quelques débris étiquetés sur une planche : une brique, un brûle-gueule en bois dur, une lame rouillée, un œuf d’autruche. Mais la brique venait de l’Alhambra, le couteau avait servi les vendettas d’un fameux bandit corse, le brûle-gueule portait en inscription : pipe de forçat marocain ; enfin, l’œuf durci représentait l’avortement d’un beau rêve, tout ce qui restait – avec quelques lattes et morceaux de fonte entassés dans un coin – de la Couveuse-Bompard et de l’élevage artificiel. Oh ! maintenant il avait mieux que cela, mon bon. Une idée merveilleuse, à millions, qu’il ne pouvait pas dire encore.

« Qu’est-ce que tu regardes ?… Ça ? … c’est mon brevet de majoral… Bé, oui, majoral de l’Aïoli. »

Cette société de l’Aïoli avait pour but de faire manger à l’ail une fois par mois tous les Méridionaux résidant à Paris, histoire de ne pas perdre le fumet ni l’accent de la patrie. L’organisation en était formidable : président d’honneur, présidents, vice-présidents, majoraux, questeurs, censeurs, trésoriers, tous brevetés sur papier rose à bandes d’argent avec la fleur d’ail en pompon. Ce précieux document s’étalait sur la muraille, à côté d’annonces de toutes couleurs, ventes de maisons, affiches de chemins de fer, que Bompard tenait à avoir sous les yeux « pour se monter le coco », disait-il ingénument. On y lisait : Château à vendre, cent cinquante hectares, prés, chasse, rivière, étang poissonneux… jolie petite propriété en Touraine, vignes, luzernes, moulin sur la Cize…Voyage circulaire en Suisse, en Italie, au lac Majeur, aux îles Borromées… Cela l’exaltait comme s’il eût eu de beaux paysages accrochés au mur. Il croyait y être, il y était.

— Mâtin !… dit Roumestan avec une nuance d’envie pour ce misérable chimérique, si heureux parmi ses loques, tu as une fière imagination… Es-tu prêt, allons ?… Descendons… Il fait un froid noir chez toi…

Quelques tours aux lumières au milieu de la joyeuse cohue du boulevard, et les deux amis s’installèrent dans la chaleur capiteuse et rayonnante d’un cabinet de grand restaurant, les huîtres ouvertes, le Château-Yquem soigneusement débouché.

— À ta santé, mon camarade… Je te la souhaite bonne et heureuse.

— Té ! c’est vrai, dit Bompard, nous ne nous sommes pas encore embrassés.

Ils s’étreignirent par-dessus la table, les yeux humides ; et, si tanné que fût le cuir du Tcherkesse, Roumestan se sentit tout ragaillardi. Depuis le matin, il avait envie d’embrasser quelqu’un. Puis, tant d’années qu’ils se connaissaient, trente ans de leur vie devant eux, sur cette nappe ; et dans la vapeur des plats fins, dans les paillettes des vins de luxe, ils évoquaient les jours de jeunesse, des souvenirs fraternels, des courses, des parties, revoyaient leurs figures de gamins, coupaient leurs effusions de mots patois qui les rapprochaient encore.

T’en souvènés, digo ?… tu t’en souviens, dis ?

Dans un salon à côté, on entendait un égrènement de rires clairs, de petits cris.

— Au diable les femelles, dit Roumestan, il n’y a que l’amitié.

Et ils trinquèrent encore une fois. Mais la conversation prenait tout de même un nouveau tour.

— Et la petite ?… demanda Bompard clignant de l’œil … Comment va-t-elle ?

— Oh ! je ne l’ai pas revue, tu comprends.

— Sans doute… sans doute… fit l’autre subitement très grave, avec une tête de circonstance.

Maintenant, derrière les tentures, un piano jouait des fragments de valses, des quadrilles à la mode, des mesures d’opérettes, alternativement folles ou langoureuses. Ils se taisaient pour écouter, grappillant des raisins flétris ; et Numa, dont toutes les sensations semblaient sur pivot et à deux faces, se mettait à penser à sa femme, à son enfant, au bonheur perdu, s’épanchait tout haut, les coudes sur la table.

— Onze ans d’intimité, de confiance, de tendresse… Tout cela flambé, disparu en une minute… Est-ce que c’est possible ?… Ah ! Rosalie, Rosalie…

Personne ne saurait jamais ce qu’elle avait été pour lui ; et lui-même ne le comprenait bien que depuis son départ. L’esprit si droit, le cœur si honnête. Et des épaules, et des bras. Pas une poupée de son comme la petite. Quelque chose de plein, d’ambré, de délicat.

« Puis, vois-tu, mon camarade, il n’y a pas à dire, quand on est jeune, il faut des surprises, des aventures… Les rendez-vous à la hâte, aiguisés de la peur d’être pincé, les escaliers descendus quatre à quatre, ses frusques sur le bras, tout cela fait partie de l’amour. Mais, à notre âge, ce qu’on désire par-dessus tout, c’est la paix, ce que les philosophes appellent la sécurité dans le plaisir. Il n’y a que le mariage qui donne ça. »

Il se leva d’un sursaut, jeta sa serviette :

« Filons, té !

— Nous allons ? demanda Bompard, impassible.

— Passer sous sa fenêtre, comme il y a douze ans… Voilà où il en est, mon cher, le grand maître de l’Université… »

Sous les arcades de la place Royale, dont le jardin couvert de neige formait un blanc carré entre les grilles, les deux amis se promenèrent longtemps, cherchant dans la déchiqueture des toits Louis XIII, des cheminées, des balcons, les hautes fenêtres de l’hôtel Le Quesnoy.

— Dire qu’elle est là, soupirait Roumestan, si près, et que je ne puis la voir !…

Bompard grelottait, les pieds dans la boue, ne comprenait pas bien cette excursion sentimentale. Pour en finir, il usa d’artifice, et, le sachant douillet, craintif du moindre malaise :

— Tu vas t’enrhumer, Numa, insinua-t-il traîtreusement.

Le Méridional eut peur et ils remontèrent en voiture.

Elle était là, dans le salon où il l’avait vue pour la première fois et dont les meubles restaient les mêmes aux mêmes places, arrivés à cet âge où les mobiliers, comme les tempéraments, ne se renouvellent plus. À peine quelques plis fanés dans les tentures fauves, une buée sur le reflet des glaces alourdi comme celui des étangs déserts que rien ne trouble. Les visages des vieux parents penchés sous les flambeaux de jeu à deux branches, en compagnie de ne trouble. Les visages des vieux parents penchés sous les flambeaux de jeu à deux branches, en compagnie de leurs partenaires habituels, avaient aussi quelque chose de plus affaissé. Madame Le Quesnoy, les traits gonflés et tombants, comme défibrés, le président accentuant encore sa pâleur et la révolte fière qu’il gardait dans le bleu amer de ses yeux. Assise près d’un grand fauteuil dont les coussins se creusaient d’une empreinte légère, Rosalie, sa sœur couchée, continuait tout bas la lecture qu’elle lui faisait tout à l’heure à voix haute, dans le silence du whist coupé de demi-mots, d’interjections de joueurs.

C’était un livre de sa jeunesse, un de ces poètes de nature que son père lui avait appris à aimer ; et du blanc des strophes elle voyait monter tout son passé de jeune fille, la fraîche et pénétrante impression des premières lectures.

La belle aurait pu sans souci
Manger ses fraises loin d’ici,
Au bord d’une claire fontaine,
Avec un joyeux moissonneur
Qui l’aurait prise sur son cœur.
Elle aurait eu bien moins de peine.

Le livre lui glissa des mains sur les genoux, les derniers vers retentissant en chanson triste au plus profond de son être, lui rappelant son malheur un instant oublié. C’est la cruauté des poètes ; ils vous bercent, vous apaisent, puis d’un mot avivent la plaie qu’ils étaient en train de guérir.

Elle se revoyait à cette place, douze ans auparavant, quand Numa lui faisait sa cour à gros bouquets, et que, parée de ses vingt ans, du désir d’être belle pour lui, elle le regardait venir par cette fenêtre, comme on guette sa destinée. Il restait dans tous les coins des échos de sa voix chaude et tendre, si prompte à mentir. En cherchant bien parmi cette musique étalée au piano, on aurait retrouvé les duos qu’ils chantaient ensemble ; et tout ce qui l’entourait lui semblait complice du désastre de sa vie manquée. Elle songeait à ce qu’elle aurait pu être, cette vie, à côté d’un honnête homme, d’un loyal compagnon, non pas brillante, ambitieuse, mais l’existence simple et cachée où l’on eût porté à deux vaillamment les chagrins, les deuils jusqu’à la mort…

Elle aurait eu bien moins de peine…

Elle s’absorbait si fort dans son rêve que, le whist terminé, les habitués étaient partis sans qu’elle l’eût presque remarqué, répondant machinalement au salut amical et apitoyé de chacun, ne s’apercevant pas que le président, au lieu de reconduire ses amis comme il en avait l’habitude chaque soir quel que fût le temps et la saison, se promenait à grands pas dans le salon, s’arrêtait enfin devant elle à la questionner d’une voix qui la faisait tout à coup tressaillir.

— Eh bien, mon enfant, où en es-tu ? Qu’as-tu décidé ?

— Mais toujours la même chose, mon père.

Il s’assit auprès d’elle, lui prit la main, essaya d’être persuasif :

« J’ai vu ton mari… Il consent à tout… tu vivras ici près de moi, tout le temps que ta mère et ta sœur resteront absentes ; après même, si ton ressentiment dure encore… Mais, je te le répète, ce procès est impossible. Je veux espérer que tu ne le feras pas. »

Rosalie secoua la tête.

« Vous ne connaissez pas cet homme, mon père… Il emploiera son astuce à m’envelopper, à me reprendre, à faire de moi sa dupe, une dupe volontaire, acceptant une existence avilie, sans dignité… Votre fille n’est pas de ces femmes-là… Je veux une rupture complète, irréparable, hautement annoncée au monde… »

De la table où elle rangeait les cartes et les jetons, sans se retourner, madame Le Quesnoy intervint doucement :

« Pardonne, mon enfant, pardonne.

— Oui, c’est facile à dire quand on a un mari loyal et droit comme le tien, quand on ne connaît pas cet étouffement du mensonge et de la trahison en trame autour de soi… C’est un hypocrite, je vous dis. Il a sa morale de Chambéry et celle de la rue de Londres… Les mots et les actes toujours en désaccord… Deux paroles, deux visages… Toute la félinerie et la séduction de sa race… L’homme du Midi enfin ! »

Et s’oubliant dans l’éclat de sa colère :

« D’ailleurs, j’avais déjà pardonné une fois… Oui, deux ans après mon mariage… Je ne vous en ai pas parlé, je n’en ai parlé à personne… J’ai été très malheureuse… Alors nous ne sommes restés ensemble qu’aux prix d’un serment… Mais il ne vit que de parjures… Maintenant, c’est fini, bien fini. »

Le président n’insista plus, se leva lentement et vint à sa femme. Il y eut un chuchotement comme un débat, surprenant, entre cet homme autoritaire et l’humble créature annihilée : « Il faut lui dire… Si… si… Je veux que vous lui disiez… » Sans ajouter une parole, M. Le Quesnoy sortit, et son pas de tous les soirs, sonore, régulier, monta des arcades désertes dans la solennité du grand salon.

« Viens là… » fit la mère à sa fille d’un geste tendre… Plus près, encore plus près… Elle n’oserait jamais tout haut… Et même, si rapprochées, cœur contre cœur, elle hésitait encore : « Écoute, c’est lui qui le veut… Il veut que je te dise que ta destinée est celle de toutes les femmes, et que ta mère n’y a pas échappé. »

Rosalie s’épouvantait de cette confidence qu’elle devinait aux premiers mots, tandis qu’une chère vieille voix brisée de larmes articulait à peine une triste, bien triste histoire de tous points semblable à la sienne, l’adultère du mari dès les premiers temps du ménage, comme si la devise de ces pauvres êtres accouplés étant « trompe-moi ou je te trompe », l’homme s’empressait de commencer pour garder son rang supérieur.

— Oh ! assez, assez, maman, tu me fais mal…

Son père qu’elle admirait tant, qu’elle plaçait au-dessus de tout autre, le magistrat intègre et ferme !… Mais qu’était-ce donc que les hommes ? Au nord, au midi, tous pareils, traîtres et parjures… Elle qui n’avait pas pleuré pour la trahison du mari, sentit un flot de larmes chaudes à cette humiliation du père… Et l’on comptait là-dessus pour la fléchir !… Non, cent fois non, elle ne pardonnerait pas. Ah ! c’était cela, le mariage. Eh bien, honte et mépris sur le mariage ! Qu’importaient la peur du scandale et les convenances du monde, puisque c’était à qui les braverait le mieux.

Sa mère l’avait prise, la serrait contre son cœur, essayant d’apaiser la révolte de cette jeune conscience blessée dans ses croyances, dans ses plus chères superstitions, et doucement elle la caressait, comme on berce :

« Si, tu pardonneras… Tu feras comme j’ai fait… C’est notre lot, vois-tu… Ah ! dans le premier moment, moi aussi, j’ai eu un grand chagrin, une belle envie de sauter par la fenêtre… Mais j’ai pensé à mon enfant, à mon pauvre petit André qui naissait à la vie, qui depuis a grandi, qui est mort en aimant, en respectant tous les siens… Toi de même tu pardonneras pour que ton enfant ait l’heureuse tranquillité que vous a faite mon courage, pour qu’il ne soit pas un de ces demi-orphelins que les parents se partagent, qu’ils élèvent dans la haine et le mépris l’un de l’autre… Tu songeras aussi que ton père et ta mère ont déjà bien souffert et que d’autres désespoirs les menacent…

Elle s’arrêta, oppressée. Puis avec un accent solennel :

— Ma fille, tous les chagrins s’apaisent, toutes les blessures peuvent guérir… Il n’y a qu’un malheur irréparable, c’est la mort de ce qu’on aime…

Dans l’épuisement ému qui suivit ces derniers mots, Rosalie voyait grandir la figure de sa mère, de tout ce que perdait le père à ses yeux. Elle s’en voulait de l’avoir méconnue si longtemps sous cette apparente faiblesse faite de coups douloureux, d’abdication sublime et résignée. Aussi ce fut pour elle, rien que pour elle qu’en termes doux, presque de pardon, elle renonça à son procès de vengeance. « Seulement n’exige pas que je retourne avec lui… J’aurais trop honte… J’accompagnerai ma sœur dans le Midi… Après, plus tard, nous verrons. »

Le président rentrait. Il vit l’élan de la vieille mère jetant ses bras au cou de son enfant et comprit que leur cause était gagnée.

« Merci, ma fille… » murmura-t-il, très touché. Puis, après avoir hésité un peu, il s’approcha de Rosalie pour le bonsoir habituel. Mais le front si tendrement offert d’ordinaire se déroba, le baiser glissa dans les cheveux.

— Bonne nuit, mon père.

Il ne dit rien, s’en alla courbant la tête, avec un frisson convulsif de ses hautes épaules. Lui qui dans sa vie avait tant accusé, tant condamné il trouvait un juge à son tour, le premier magistrat de France !