Odes (Horace, Séguier)/II/14 - À Postume

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Odes et Épodes et Chants séculaires
Traduction par M. le Comte de Séguier.
A. Quantin (p. 72-73).


XIV

À POSTUME


Postume, Postume, hélas ! à flots rapides
S’écoulent nos ans, et notre piété
      Ne saurait nous préserver des rides,
   Des cheveux gris, du trépas indompté :


Non, quand chaque jour, courtisan des plus tendres,
Ami, tu vouerais trois cents bœufs à Pluton,
      Dieu sans pleurs, qui de sombres méandres
   Ceint Tityus, le triple Géryon,

Dans ces tristes eaux que nous fendrons de même,
Nous tous relevant des terrestres produits,
      Aussi bien porteurs de diadème
   Que laboureurs aux indigents réduits.

En vain fuirons-nous la sanglante Bellone
Et l’Adriatique avec ses ouragans ;
      Pour nos corps en vain, pendant l’automne,
   Aurons-nous craint le poison des autans :

Il faudra bien voir l’onde noire et languide
Du Cocyte errant, les criminelles sœurs
      D’Hypermnestre, et Sisyphe Éolide
   Qui va soumis à d’éternels labeurs.

Adieu donc villas, palais, épouse aimable !
De tant d’arbres verts cultivés par ta main,
      Nul, hormis le cyprès détestable
   Nul ne suivra son maître momentain.

Un prompt héritier, certainement plus sage,
Boira ton Cécube à tous les yeux soustrait ;
      Il teindra ton superbe dallage
   De ce nectar qu’un pontife envierait.

Horace Odes

Odes (Horace, Séguier)/II/14 - À Postume